Daniel Dubas, Intervention communale

Le Cinéma Capitole

R39U P 2019/38 : Intervention

Le Cinéma Capitole est la dernière des grandes de cinéma en Suisse restée intacte, sans transformations majeures. A travers le rachat et la restauration du bâtiment, en préservant au maximum sa substance historique de 1959, les travaux prévus permettront de mettre en valeur un patrimoine construit important, et nous nous en réjouissons. Le projet sur lequel nous nous prononçons ce soir est à la fois cohérent, utile et pertinent. En termes énergétiques, la restauration permettra d’améliorer considérablement la situation actuelle, même si la valeur-cible de la norme SIA 380/1 pour les bâtiments restaurés ne sera malheureusement pas atteinte.

La Ville de Lausanne se donne les moyens d’une politique culturelle ambitieuse, et ceci est une bonne nouvelle pour toute la population. La nouvelle « Maison du Cinéma » sera dans l’avenir l’une de ses pièces maîtresses. Elle permettra – entre autres avec une nouvelle salle au sous-sol – de regrouper toutes les activités publiques de la Cinémathèque suisse et de garantir ainsi à la population une offre variée et de qualité en matière cinématographique. L’ouverture d’un café-bar dans le foyer, accessible également aux non-clients et en dehors des horaires d’ouverture, rendra plus attractif ce lieu emblématique du centre-ville.

Le montage financier et l’opération immobilière sont équilibrés. La parcelle reste propriété de la Ville, qui octroie un droit distinct et permanent de superficie gratuit pour une durée de 30 ans à la Fondation Capitole, qui reprendra gratuitement le bâtiment et qui sera responsable de sa gestion. L’exploitation du cinéma est confiée à la Fondation de la Cinémathèque suisse. La création d’une fondation privée offre la possibilité d’un financement complémentaire de la part de la Confédération, du canton et de sponsors et mécènes privés. Il est cependant dommage que les communes avoisinantes ne paient pas de contribution financière, ce qui risque d’alourdir encore davantage la charge de Lausanne en tant que ville-centre. Le montant provenant du Fonds intercommunal de soutien aux institutions culturelles lausannoises reste en effet inchangé.

J’aimerais tout de même formuler un petit bémol, le fait que 80% du montant investi par la Ville de Lausanne provienne du Fonds pour le développement durable (FDD). Sans remettre en cause la conformité du projet avec les critères du règlement, dont notamment ceux de « l’intégration sociale par l’accès à la culture » et de la « restauration du patrimoine construit – pour autant qu’il contribue au développement durable et au développement de nouveaux espaces verts », le groupe des Verts estime que ce fonds devrait surtout financer des projets particulièrement exemplaires, innovants et qui ne pourraient pas se réaliser autrement. Nous allons par conséquent nous abstenir sur la conclusion 3 de ce préavis, sans pour autant remettre en cause la pertinence du projet ou le montant d’investissement en jeu.

Le groupe des Verts approuvera avec détermination les autres conclusions à l’unanimité. Nous remercions sincèrement la Municipalité pour son engagement et nous nous réjouissons de voir ce projet emblématique se réaliser dans un avenir proche.

Daniel Dubas