Epalinges, Gros-de-Vaud

Epalinges – En finir avec les voyages d’études en avion

Motion

Le 19 février, le groupe des Verts d’Epalinges, a déposé une motion au Conseil communal visant à ne plus soutenir financièrement les voyages d’étude en avion dès 2020. La Commune d’Epalinges soutient, en effet, financièrement les voyages d’étude en dernière année de la scolarité obligatoire. Environ 20’000 francs figurent annuellement au budget de cette commune. Aujourd’hui, certains de ces voyages se font en avion, par des vols low cost. Or, nous savons tous que l’avion est un très important émetteur de CO2.

Favorisons résolument les voyages d’étude en train qui sont souvent très appréciés par les élèves. Ils sont conviviaux, et pour beaucoup de nos jeunes, hélas, bien plus exotiques qu’un voyage en avion. Cette proposition n’a nullement comme but d’économiser sur le dos des adolescents, ni de les priver de leur voyage qui est toujours une expérience forte dans leur parcours. Il s’agit simplement de privilégier les voyages en train.

Epalinges, Gros-de-Vaud

Epalinges – Un fonds d’efficacité énergétique redynamisé

Motion

Depuis le 1er octobre 2017, les habitants d’Epalinges peuvent se targuer d’avoir un Fonds d’efficacité énergétique et de développement durable (FEEDD). Celui-ci finance des actions privées et publiques en faveur du développement durable, des énergies renouvelables, des économies d’énergie et de la diminution des émissions de CO2. Depuis un peu plus d’une année, il a permis, entre autres, de soutenir financièrement l’installation de panneaux solaires, des chaudières à bois, des isolations de bâtiments ainsi que l’achat de vélos électriques.

Lors du Conseil communal du 19 février, le groupe des Verts d’Epalinges a déposé une motion. Celle-ci propose que ce Fonds soit non seulement financé par l’indemnité communale liée à l’usage du sol, comme cela se fait actuellement, mais également par une taxe spécifique supplémentaire prélevée sur la facture d’électricité des ménages. Si cette taxe s’élevait à 0,7 centime le kWh, comme c’est le cas à Lausanne, la charge financière pour les ménages serait alors de 20.- à 30.- par an. Cette augmentation des ressources permettrait de financer davantage de projets, d’encourager la population à se tourner vers les énergies renouvelables et les économies d’énergie.