La Tour-de-Peilz, Riviera

La Tour-de-Peilz – Les VMCV, la quadrature du cercle ?

Interpellation

La Tour-de-Peilz, tout comme les autres communes dans lesquelles circulent des lignes de bus, devra renforcer considérablement sa participation financière aux VMCV. Pour notre commune, le budget alloué aux VMCV passera de 2 Mios. en 2018 à 3 Mios. en 2019 et augmentera de plus de 30% sans que la COFIN ait pu clarifier les raisons de cette augmentation. Aux dires de certains, le montant budgété en 2019 serait le résultat d’une projection et que le déficit de 2017 ait été sous-évalué.

Les VMCV sont une société anonyme dont le capital appartient entièrement aux communes. La forme juridique d’une telle société limite drastiquement les droits des conseils communaux qui peinent à exercer un contrôle sur une telle entreprise, sauf a posteriori au moment du budget et des comptes et encore. Obtenir des informations, voire proposer des aménagements est la quadrature du cercle. C’est un peu comme si la commune devait accepter de payer les factures les yeux fermés.

A Montreux, une conseillère socialiste a demandé un audit de la direction et du conseil d’administration, qui a été refusée parce qu’elle était contraignante et non incitative. En effet, cette demande a été jugée irrecevable en raison du statut juridique de société anonyme des VMCV.

Suite à ce refus et au rapport de notre COFIN qui disait n’avoir pas pu clarifier les raisons de l’augmentation de la subvention aux VMCV, j’ai rédigé un premier postulat centré sur les compétences du conseil d’administration où 5 des 9 membres sont des municipaux ou syndics de la Riviera. Cette représentation majoritaire des municipaux me semblait justifier un postulat demandant de renforcer les compétences et la surveillance du conseil d’administration notamment en ré-examinant la pertinence de la composition du conseil d’administration et de ses attributions et la mise en place d’indicateurs permettant de vérifier plusieurs fois par an l’état des finances et de la gestion de cette entreprise. De cette façon, me semblait-il, il serait plus aisé de maîtriser les subventions à allouer par la (les) commune(s). Bien mal m’en a pris j’avais lamentablement ignoré la loi sur la participation de l’Etat et des communes à une personne morale (LPECPM).

La présentation de ce premier postulat que j’avais envoyé dans les délais à notre présidente a été différée et transmis au préfet qui l’a estimé irrecevable toujours en raison du statut juridique de cette entreprise.

Le préfet, dans un mail, a « admis qu’un postulat pouvait porter sur une compétence de la Municipalité » et estimé que « notre syndic était compétent pour nous communiquer les objectifs stratégiques et financiers que la commune entend atteindre au moyen de sa participation à une société anonyme «  ainsi que d’autres éléments contenus dans l’art. 15 de la LPECPM».

Au vu de ce qui précède et conformément à l’art. 15 de la LPECM, je demande à la Municipalité et plus particulièrement à notre syndic de nous donner des explications sur:

  • les objectifs stratégiques et financiers pour 2018 et 2019 et leur évolution depuis le début de la crise des VMCV
  • la forme des rapports des représentants de notre commune inscrite dans la lettre de mission, respectivement l’avenant au cahier des charges du syndic
  • les compétences en gestion et finances représentées au sein de ce conseil d’administration sont-elles adaptées à la structure actuelle des VMCV ?
  • pour 2017, à combien s’élève la charge qui a été sous-évaluée et qui a finalement été payée sur 2018 ?
  • pour 2018 et 2019, les charges liées à des problèmes de trésorerie ou de restructuration et les charges liées à l’exploitation des lignes (notamment engagement de chauffeurs supplémentaires et amortissement des nouveaux véhicules) seront-elles comptabilisées dans des comptes différents ?
  • 2019 sera-t-elle la dernière année où les VMCV auront à éponger des problèmes de trésorerie ?

Je souhaite que la Municipalité donne une réponse écrite aux questions de cette interpellation.

Geneviève Pasche

Riviera, Vevey

Vevey – Non au parking souterrain à la Place du Marché

Communiqué

Création d’un groupe citoyen et interpartis d’opposition à l’initiative veveysanne «Pour la création d’un parking souterrain à la Place du Marché»

En fonction de la prochaine décision du Conseil communal sur le préavis de la Municipalité, les Veveysan-ne-s pourraient être appelé-es à voter sur l’initiative pour le parking souterrain. Dans ce cas, les Verts appelleront alors à la création d’un large comité pour lutter contre ce projet qui conduirait la ville dans une impasse urbanistique et financière et ferait perdurer une aberration en termes de mobilité.

Les Verts souhaitent rassembler les divers et nombreux opposant-es qui, comme eux, sont convaincus que cacher les voitures sous le goudron ne résoudra pas la problématique complexe de la circulation au centre-ville de Vevey et son lot de nuisances. Un tel parking pourrait même compliquer la situation. D’autres orientations cohérentes et coordonnées ont déjà fait l’objet d’études avancées, telles que le réaménagement de la Place en surface au travers du projet « d’Amour et d’eau fraîche » (avec le maintien de 200 places de stationnement en surface), les projets de parking derrière la gare et à Entre-deux-Villes, sans oublier l’élaboration d’un Plan directeur du stationnement qui viendra compléter le projet de Plan directeur communal. Ceux-ci définissent (Plan directeur du stationnement et projet de Plan directeur) les orientations stratégiques pour Vevey et son agglomération proche, en offre de stationnement supportable – écologiquement et économiquement – sur le long terme.

Si le Conseil communal de Vevey suit les conclusions de la Municipalité et rejette l’initiative, le texte sera soumis au vote des Veveysan-ne-s, accompagné d’une recommandation de rejet par la Municipalité. Au contraire, si le Conseil communal approuve l’initiative, celle-ci ne sera pas mise en votation mais les élu-e-s de Vevey seront tenus, dans les 15 mois qui suivent, d’approuver toutes décisions utiles à la mise en œuvre du projet de parking enterré.

Dans tous les cas, les Verts œuvreront pour des solutions écologiquement, socialement et économiquement responsables, n’oubliant pas de proposer des solutions alternatives (qui ont fait leurs preuves en d’autres lieux) afin d’aller à la rencontre des attentes des commerçants.

Geneviève Pasche, présidente honoraire des Verts-Riviera

Antoine Dormond, Conseiller communal, Vevey

Riviera

Hôpital Riviera-Chablais et transports publics “sous perfusion”

A 15 mois de l’ouverture du nouvel hôpital à Rennaz et 2 semaines après la votation populaire qui a vu le refus du passage des trolleybus VMCV à travers Villeneuve, les députés verts interrogent le Conseil d’Etat car il y a bien urgence. Ils souhaitent que le Conseil d’Etat apporte des garanties quant à la recherche de nouvelles solutions pour des transports publics efficaces et efficients à destination de l’Hôpital de Rennaz et cela dès sa mise en service prévue le 1er juillet 2019.

Lire la suite

Riviera

Marcher et pédaler sur des espaces sécurisés et qui incitent à la mobilité douce

Renforcer la mobilité douce et proposer des itinéraires sécurisés et attrayants donne le maximum de chances de se maintenir en santé.

L’ensemble des Verts de Riviera ont déposé différentes motions ou postulats dans les conseils pour renforcer la mobilité sur la Riviera avec l’idée d’une concertation entre les communes de la région. A La Tour-de-Peilz, c’est en janvier 2016 qu’un postulat a été déposé pour demander que soit établi un plan de mobilité pour les piétons et les cyclistes.

A la suite d’un préavis de la Municipalité, le conseil a voté positivement pour que des itinéraires cyclables et de piétons soient concrétisés sur des cartes. Les chemins piétonniers déjà existants et ceux à créer y seront inscrits. Une carte semblable sera créée pour les parcours cyclistes recensant l’existant, à savoir les bandes et pistes cyclables en site propre, mais aussi les espaces partagés entre les vélos et les piétons comme c’est déjà le cas sur le trottoir devant la poste ou près du manège. Les tronçons à développer pour assurer les déplacements à vélo d’un bout de la commune à l’autre y figureront aussi.

De tels itinéraires seront aussi bienvenus pour sécuriser les déplacements des piétons et des cyclistes dans la commune. Il s’agit aussi de les rendre attrayants pour donner envie à la population de se déplacer à pied et à vélo.

Développer de tels itinéraires, en favorisant la mobilité douce, augmenteront les chances de la population à garder la forme, se maintenir en santé et éviter les maladies, ce que ne cessent de répéter les professionnels de la santé qui, chaque jour, constatent le manque d’activité de nombreuses personnes.

 

Riviera

Projet de réfection d’une route intercommunale, sur les hauts de Vevey : vives critiques des Verts

Les Verts de la section Riviera – Pays-d’Enhaut, et plus précisément leurs élu-e-s au sein des conseils communaux de La Tour-de-Peilz, Blonay et Saint-Légier – La Chiésaz, sont intervenus avec détermination, ces derniers jours au sein des organes délibérants, pour déplorer les graves lacunes d’un projet de réfection d’une route intercommunale et plus particulièrement l’oubli de la sécurisation des cyclistes.

Il s’agit d’un tronçon de l’ancienne piste de chantier de l’autoroute A9 qui longe, sur près de 1 km, le domaine du Château d’Hauteville (Saint-Légier) et qui permet de relier, à l’horizontale, les hauts de Vevey aux hauts de La Tour-de-Peilz. Cette dévestiture, mieux connue sous le nom de “Chemin des Boulingrins”, verrait la construction d’un giratoire à ses deux extrémités, d’un trottoir et, partiellement, d’une piste équestre. Sans oublier un éclairage nocturne (!) alors que la route se trouve totalement hors agglomération.

Par contre, ce projet intercommunal, à hauteur de plus de 3,2 millions CHF, ne prévoit pas de sécuriser les cyclistes autrement que par une “bande cyclable” peinte en jaune, et seulement dans les montées… Un projet digne des années 1960-70, du temps du « tout-à-la-voiture », hélas !

Les Verts de La Riviera déplorent vivement cette lacune – et pour tout dire ce manque de volonté et de vision politique – alors que l’occasion aurait été bonne de réaliser le premier maillon d’une vraie piste cyclable à l’horizontale et à mi-pente reliant, à terme, les hauts de Vevey et les hauts de Montreux, sachant que la route cantonale “du bas” (au bord du lac) ne permet pas du tout, pour le moment, pareille réalisation.

A Saint-Légier, la Municipalité n’est pas restée sourde à l’intervention des Verts et Ouverts puisqu’elle s’engage à intervenir auprès du canton pour qu’une partie du projet soit modifiée en vue d’améliorer la sécurité des cyclistes. A Blonay, le groupe « Verts et Ouverts » allié au groupe socialiste a obtenu le report de la décision, le temps d’en faire un examen plus approfondi (la commission des finances ayant même proposé de supprimer… le trottoir !).

Grâce à leur action concertée, les élu-e-s vert-e-s des trois communes ont réussi à faire comprendre aux municipalité et conseils communaux concernés que la mobilité douce – dans son ensemble – devait être prise en compte au même titre que les autres types de mobilité. Et que ce type de projet méritait davantage de consultation et de démarche participative « en amont », durant toute phase de préparation.