Blonay

Blonay : Groupe «Verts et Ouverts» au Conseil communal du 11 décembre

Lors de la séance du Conseil communal de Blonay du mardi 11 décembre, le groupe « Verts et Ouverts » (VO, 11 élu-e-s) s’est montré à nouveau particulièrement actif posant nombre de questions sur le budget 2019 très déficitaire, finissant même par le refuser. En effet, il est apparu au groupe VO que des éléments d’analyse financiers BDO/UCV n’ont été fournis à la Commission des finances qu’après publication de son rapport.

Le Conseil communal a renvoyé à la Municipalité deux postulats du groupe VO. C’est ainsi qu’Yves François et André Grivel demandent une étude et un rapport complets sur la possibilité de sortir de « la gonfle » en ce qui concerne la location de la Maison de Commune (4,5 millions de francs dépensés en 10 ans, bail de location signé jusqu’en 2028 ; la commune aura alors dépensé près de 9 millions de francs rien qu’en location !).

Quant au postulat de Frédéric Meuwly, il demande à la Municipalité d’étudier toutes synergies et économies possibles en édifiant une nouvelle voirie intercommunale (avec Saint-Légier – La Chiésaz), premier pas concret vers de nouvelles collaborations, voire une fusion, avec la commune voisine.

La Tour-de-Peilz

La Tour-de-Peilz : Le label Ville verte

Conseil communal du 12 décembre

En 2019, un budget de 40’000.- pour un label «Ville Verte» a été adopté de justesse

«Ville verte», un label de la confédération, visant à renforcer les mesures contre le dérèglement du climat la perte de la biodiversité et demandé par le jardinier-chef de La Tour-de-Peilz, a été adopté de justesse grâce à la voix prépondérante de la présidente.

A l’occasion de la discussion sur le budget, le PLR demande de refuser le financement de 40’000.- sur 3 ans pour un label « Ville Verte ». Le PLR redoute une démarche qui ouvre la voie à une une bureaucratie sans rapport avec les bénéfices que le secteur « Parcs et Jardins » pourrait en retirer. Il y voit une débauche de paperasserie et craint un surcroît de travail, voire et une extension des besoins en personnel.

Les Verts, par les voies de Valentine Python dont c’est la première séance de conseil et Geneviève Pasche, s’opposent vigoureusement à cette suppression à la fois pour des raisons écologiques et de motivation au travail du personnel.

Se doter d’un label « Ville Verte », c’est d’abord tout entreprendre pour limiter la hausse de température en ville et la perte de la biodiversité. C’est aussi accepter de questionner ses pratiques et sélectionner celles qui sont les plus appropriées aux objectifs climatiques. Pour la commune, c’est aussi l’occasion de jouer son rôle d’exemplarité.

Le Label « Ville Verte », demandé par le secteur « Parcs et Jardins » montre à l’évidence l’intérêt de ce secteur à améliorer et actualiser ses compétences. Refuser ce label, c’est prendre le risque de démotiver les meilleures bonnes volontés. Une démarche « encadrée » telle que celle de « Ville Verte » permet de centrer la réflexion sur la protection de l’environnement, de profiter de l’expertise de spécialistes en la matière et d’assurer un échange de points de vue pour parvenir à des solutions concrètes.

Si ce label n’offre aucun de retour sur investissement, comme le relève le PLR , il faut admettre que c’est une des caractéristiques de la plupart des investissements dans une commune et que cet argument ne justifie en rien la suppression du label.

C’est à la suite d’un long débat que le conseil communal a finalement refusé de supprimer ce poste au budget et ceci grâce à la voix de la présidente socialiste.

Blonay

Blonay – Notre très « chère » Maison de commune !

Postulat

Monsieur le Président,
Messieurs les Municipaux,
Mesdames les Conseillères, Messieurs les Conseillers,

En date du 31 octobre 2008 la Municipalité de l’époque a signé un bail à loyer pour locaux commerciaux d’une durée de 20 ans. Ces locaux sont dédiés à la Maison de commune. Il est mentionné dans ce document un loyer d’un montant de 432’600/an (plus TVA).

Il ressort de la lecture des comptes 2016, que le loyer annuel est de : Frs 454’363.–. Pour la période de 2008 à 2018, la commune de Blonay a payé la somme de : Frs 4’543’630.–.

Le bail étant prévu pour une durée de 20 ans, la Commune aura payé en finalité la somme totale de : Frs 9’087’260.–. Ceci uniquement en loyers.

Par ce postulat, nous invitons la Municipalité à étudier toutes les pistes afin de sortir de ce gouffre financier.

André Grivel

Yves François
Groupe Verts et Ouverts

Blonay

Blonay – Déménagement de la voirie : des synergies à envisager et de potentielles économies à étudier

Postulat

Monsieur le Président, Messieurs les membres de la Municipalité, Mesdames et Messieurs, chers collègues,

Comme on le sait, le service de voirie de Blonay doit prendre prochainement ses quartiers provisoires dans le secteur du stand de tir, après abandon de ses installations actuelles condamnées par l’octroi d’un droit de superficie en faveur de la Fondation Equitim (préavis 14/17).
Il est prévu que de nouvelles installations pour notre voirie communale puissent trouver place, dans un délai estimé de 3 à 5 ans, dans un secteur d’activités à légaliser « En Forestallaz », non loin de l’autoroute A9 (et à proximité immédiate de la commune de Saint-Légier – La Chiésaz), comme cela vient d’être publiquement annoncé dans le
« Comm’une Info » du mois de novembre
.

Or, il se trouve que la commune voisine se trouve également à l’étroit et qu’elle devra songer dans un futur proche à trouver un nouveau site en dehors du centre du village pour ses installations de voirie.

Dès lors, notre Municipalité ne devrait pas manquer, à nos yeux, cette occasion assez unique et historique d’étudier, de concert avec la Municipalité de Saint-Légier, toutes les pistes imaginables afin de réaliser de nouvelles installations en commun. Un potentiel sans doute important de synergies et de bienvenues économies d’échelle, démarche qui s’inscrit parfaitement dans l’esprit tout récemment exprimé par nos municipalités de préparer un projet de fusion de nos deux communes.

C’est pourquoi nous invitons notre Municipalité à étudier toutes les pistes possibles et imaginables afin de réaliser un projet de rapprochement / fusion des deux voiries sur un seul site et de nous présenter un rapport sur ces possibilités.

Frédéric Meuwly
Groupe Verts et Ouverts

La Tour-de-Peilz

La Tour-de-Peilz: Renforcer la biodiversité

Renforcer la biodiversité sur les terrains entourant les immeubles de la commune

Postulat

(déposé le 5 septembre 2018 et renvoyé directement à la municipalité)

La biodiversité continue de se dégrader de manière inquiétante partout dans le monde, y compris en Suisse.  80% des insectes ont disparu en 20 ans, ce qui a des conséquences sur la population d’oiseaux qui a perdu env. 30% de son effectif selon un article du Temps du vendredi 13 avril. Si cette disparition continue à ce rythme-là, nos économies et surtout notre sécurité alimentaire et notre qualité de vie en souffriront. Toute action aussi petite soit-elle doit être entreprise pour renforcer la biodiversité.

Une solution simple consisterait à transformer les gazons ou une partie d’entre eux en prairies fleuries. C’est une solution peu coûteuse : il suffit de planter des graines pour prairies fleuries qui contiennent des mélanges de fleures sauvages indigènes et de ne faucher l’herbe qu’1-2 fois par an pour que les graines de fleurs puissent essaimer. Ainsi, on réduirait les heures de tonte des jardiniers et l’énergie utilisée par les tondeuses.

Par ailleurs, la vie des petits animaux de jardin tels les mulots, insectes, escargots, grenouilles et lézards est elle aussi menacée. Une solution simple existe. Il suffirait d’installer des micro-biotopes tels qu’un tas de bois, des écorces pour satisfaire les exigences des hôtes de nos jardins. Ainsi, ces petits animaux pourraient se déplacer et trouver de quoi vivre: de la nourriture, des sites de repos et de reproduction.

Pour faciliter l’acceptation des prairies fleuries et des tas de bois par les habitants, il serait souhaitable d’accompagner cette action d’une communication adaptée. La Municipalité pourrait aussi créer et distribuer une brochure aux propriétaires pour les encourager à faire de même. A Lausanne, la commune organise même des séances d’information à l’attention des gérances et concierges.

La Tour-de-Peilz a la chance d’avoir un parc immobilier et locatif relativement important. Je souhaiterais donc que :

  • la Municipalité fasse un inventaire des espaces où une prairie fleurie ou des micro-biotopes pourraient être implantés tout en réservant pour les habitants des immeubles des immeubles de la commune et leurs enfants des surfaces récréatifs, voire des plantages
  • la Municipalité examine la possibilité de planter des prairies fleuries et installe des micro-biotopes sur les surfaces non récréatives en communiquant les bienfaits de telles mesures aux habitants des immeubles de la commune

De ce fait, je propose que ce postulat soit renvoyé à une commission ad hoc pour sa prise en considération.

La canicule de cet été aggrave encore la perte de biodiversité indispensable à la nature, mais aussi à notre agriculture et finalement à notre alimentation.

3e mois de juin le plus chaud, 4e printemps le plus chaud, !

 

Geneviève Pasche

Plus d’informations:

https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home/environnement/climat/videos-sur-la-politique-climatique.html

http://www.ville-geneve.ch/actualites/dossiers-information/changement-climatique-geneve/comprendre/effets-suisse-geneve/

La Tour-de-Peilz

La Tour de Peilz – Des thèmes verts au Conseil communal

Conseil communal de La Tour-de-Peilz du mercredi 26 juin 2017

Quelques-uns des thèmes abordés lors de ce conseil font particulièrement écho aux préoccupations des Verts

Viticulture

En 2017, un postulat vert avait demandé que les vignes passent en culture biologique et bio-dynamique. La commission qui avait examiné ce sujet s’est dite favorable à l’environnement et plus particulièrement à la diminution des pesticides par étapes et la Municipalité prête à informer chaque année la commission de gestion de l’évolution des quantités de pesticides dans les vignes. Cette année, les différents pesticides traditionnels et certains pesticides alternatifs utilisés ont été passés en revue avec leurs effets positifs et négatifs contre les différentes maladies de la vigne. Un test de fauchage manuel d’une parcelle de vigne a été fait pour supprimer l’usage de désherbant et une comparaison des coûts et des incidences de celui-ci est en cours. Enfin, des contacts seront pris en cours d’année avec des viticulteurs qui ont franchi le pas vers une culture biologique seront pris pour examiner les possibilités de cette forme de viticulture.

Energie

Le rapport de la commission de gestion nous a donné pour la première fois des éléments intéressants sur la gestion de la commune. Entre autres, le secteur durabilité a installé du photovoltaïque sur différents toits des bâtiments de la commune produisant davantage d’électricité qu’anticipé. Des postulats et motions des Verts sont souhaités pour consolider ce secteur. Au niveau des séparatifs et du PGEE de manière plus générale, les données semblent lacunaires du moins dans certains quartiers. La mise en séparatif si elle est prévue sur 56 ans, elle s’étendra probablement sur une période plus longue ce qui est regrettable au vu du projet de construction d’une nouvelle STEP qui, du fait de ce délai, devra certainement être surdimensionnée.

Rénovation du temple

Enfin, les Verts se réjouissent de la belle rénovation du temple dont la façade chaulée a remplacé une façade en pierres apparentes et dont la réfection de l’intérieur offrira davantage de place pour des manifestations telles que des concerts et dont le chauffage est devenu nettement plus performant.

Geneviève Pasche, conseillère communale

Blonay

Blonay – Conseil communal du 26 avril

Le Conseil communal de Blonay a débattu, mardi 26 avril, autour de la réponse municipale à l’interpellation de Jean-Marc Nicolet intitulée « Aménagement du territoire communal : plus on attend, plus on remplit, plus on hypothèque l’avenir ! ».

Débat qui s’est conclu par l’adoption d’une résolution demandant que la Municipalité organise une soirée publique d’information autour de l’élaboration d’un nouveau Plan général d’affectation (PGA) et des conséquences de l’application de la Loi fédérale sur l’aménagement du territoire (LAT), à Blonay.

Jean-Marc Nicolet a développé une nouvelle interpellation intitulée « PPA du Taux : symbole de l’échec de la politique communale d’urbanisme et incompréhensible gaspillage des deniers publics ». En effet, le Tribunal cantonal a annulé, dans un jugement de janvier 2016, deux décisions du Conseil communal de Blonay de 2010 et de 2013 – et dans le droit fil une décision du Département cantonal du territoire et de l’environnement (DTE) de 2014 – au sujet de la prétendue constructibilité d’une zone d’attente assimilée par les juges à une zone intermédiaire, désormais inconstructible par les effets de la LAT. La Municipalité répondra lors de la prochaine séance du mois de mai.