La Tour-de-Peilz, Riviera

Coronavirus : quid des pistes cyclables ?

Interpellation

Les mesures sanitaires liées à l’épidémie de coronavirus invitent à la précaution quant à l’utilisation des transports publics. Réduire l’affluence dans les transports en commun permet de réduire le risque de transmission du virus pour les personnes qui les fréquentent et notamment pour les personnes âgées qui n’ont que cette option. Heureusement, si les bus se sont en partie vidés, ce sont de vélos que les routes se sont chargées ; la pratique du vélo a augmenté durant cette période, notamment celle du vélo électrique qui peu gourmand en énergie est capable de soulager les efforts surtout sur les pentes raides de notre commune.

Afin de réduire les contaminations dans les transports publics et délester les routes, le canton a dévoilé le 2 juin 2020 un grand plan de pistes cyclables provisoires sur les tronçons hors traversée de localité. Il a mis à disposition des ressources et encouragent les communes à compléter cette dynamique à l’intérieur des localités. Il convient en effet de réserver sur la chaussée de la place pour les cyclistes, afin d’encourager et sécuriser la pratique du vélo, en particulier des pendulaires et des écoliers. Afin de faciliter la démarche, le canton a mis à disposition un document très instructif listant les mesures facilement et rapidement applicables pour les communes.1

À La Tour-de-Peilz, des itinéraires cyclables provisoires permettraient de tester différents parcours allant du bas au haut de la ville et d’Est en Ouest tout en assurant particulièrement la desserte de la gare, de nos écoles et du gymnase de Burier qui verra son nombre d’étudiants augmenter sensiblement du fait de la construction en cours d’un bâtiment supplémentaire de classes.

Notre commune a l’avantage de disposer d’itinéraires cyclistes potentiels déjà identifiés lors d’un mandat d’ingénieur commun avec les communes alentours. La mise en place d’itinéraires cyclistes devrait donc être facilitée non seulement grâce à ce mandat, mais aussi grâce à l’allègement des mesures habituellement requises pour mettre en place des pistes cyclables 

Au vu de ce qui précède, la commune de La-Tour-de-Peilz :

  • La Municipalité a-t-elle connaissance du document mis à disposition sur le site du canton et listant quelles sont les mesures facilement et rapidement applicables pour la réalisation de pistes cyclables par les communes ?
  • Quelles sont les intentions de la commune quant au développement de pistes cyclables provisoires à La Tour-de-Peilz ?
  • Dans quelle mesure la commune pourrait-elle s’appuyer sur l’étude sur les itinéraires piétons et cyclistes réalisé de concert avec St-Légier et Blonay
  • Et dans quel délai serait-elle éventuellement en mesure d’installer des pistes cyclables provisoires ?

Je remercie d’ores et déjà que la Municipalité réponde à ces différentes questions.

Paul Castelain

1 Fiches illustratives de mesures rapidement réalisables dans votre commune, Juin 2020 , DGMR: https://www.vd.ch/fileadmin/user_upload/themes/mobilite/DGMR/offre_mobilite_a_disposition/TIM_Velo_et_marche/20200608_Fiches_amenagements_cyclables_communes.pdf

La Tour-de-Peilz, Riviera

Un pas de géant pour l’énergie solaire à La Tour-de-Peilz !

Postulat

En ces temps touchés par le pandémie de la COVID-19 qui plombe notre économie et par un réchauffement climatique qui s’intensifie année après année, nous pourrions faire d’une pierre deux coups : (s’)investir dans l’énergie solaire (et tout son potentiel encore trop largement sous- exploité) et contribuer au « plan de relance COVID-19 ».

En effet, l’avantage d’investir dans le solaire est à la fois environnemental (réduction des gaz à effets de serre, favoriser la transition énergétique), social (réduction des menaces liées aux changements climatiques) et économique (rentabilité à long terme, relance de l’économie locale et réduction du coût des catastrophes liées aux changements climatiques).

Quant à notre Municipalité, elle a entrepris de nombreux efforts ces dernières années afin d’installer des panneaux photovoltaïques sur une parties des toits qu’elle possède. Et c’est une excellente chose ! Mais malheureusement, le développement de cette énergie par les particuliers fait encore figure d’exception.

Partageant le même constat, de plus en plus de communes ont décidé de mettre en place une action auprès des citoyens afin de les informer et de les encourager dans une démarche participative (voir, entre autres, les exemples de Daillens, Prilly et Lausanne (dont la démarche est disponible sur le site http://www.solanne.ch/ee/).

C’est une démarche win-win qui fait ses preuves et qui permet d’exploiter l’énorme potentiel de l’énergie solaire. Par conséquent, nous pensons qu’il est grand temps, à La Tour-de-Peilz, de passer au niveau supérieur et de faire un pas de géant pour l’énergie solaire !

Nous demandons donc à ce que notre commune s’engage à (s’)investir dans la mise en œuvre d’installations photovoltaïques sur le territoire communal :

  1. En faisant preuve d’exemplarité par la pose de panneaux solaires sur les bâtiments communaux actuels et futurs, ce qui complétera les efforts déjà effectués au cours de ces dernières années.
  2. En développant un plan d’action afin d’encourager les propriétaires de la commune à investir dans des installations photovoltaïques sur les surfaces qui s’y prêtent en:
    … soutenant leurs citoyen(ne)s propriétaires fonciers dans leurs démarches à titre privé.
    … proposant une solution d’investissement participatif pour du solaire aux citoyen(ne)s qui n’ont pas la possibilité d’investir directement chez eux (par ex. locataires, propriétaires d’un bâtiment inadapté ou personnes aux moyens limités).
    … communiquant à plus large échelle sur les actions menées.

Comment financer ?

La commune s’est dotée d’une taxe communale spécifique pour l’encouragement aux énergies renouvelables, elle pourrait donc prélever – moyennant une modification de son règlement – sur le fonds affecté aux énergies renouvelables pour participer au financement des panneaux photovoltaïques sur certains toits. Loin d’être un impôt supplémentaire, cette taxe minime est prélevée sur l’ensemble des consommateurs d’électricité de la Tour-de-Peilz et il semble cohérent qu’une partie de celle-ci soit restituée à ses habitants sous forme d’incitation aux énergies renouvelables.

A cela s’ajoute la possibilité de toucher des subventions fédérales.

Y a-t-il d’autres communes en Suisse qui ont entrepris une démarche similaire ?

Oui, et il suffit de voir l’exemple de SuisseEnergie et sa démarche globale pour encourager la mise en oeuvre d’installations photovoltaïques sur le territoire communal.
Voir également : https://www.local-energy.swiss/fr/programme/projektfoerderung-fuer- energiestaedte.html#/ ).

Avons-nous vraiment besoin d’investir pour du solaire ?

Oui car avec la fin annoncée du nucléaire, nous devons commencer à trouver d’autres sources de production d’énergie afin de ne pas créer une forte dépendance énergétique avec les pays étrangers.

Oui car c’est une énergie renouvelable, et donc gratuite et dont le potentiel est clairement sous- exploité en Suisse.

Oui car le retour sur investissement (15-20 ans en moyenne) est intéressant et offrira des revenus supplémentaires à notre commune et à tous les investisseurs.

Le solaire, n’est-ce pas une énergie chère ?

Non, plus maintenant, le prix de l’énergie solaire a baissé de 70% en 7 ans.

Qu’en est-il de l’aspect esthétique ?

Il existe aujourd’hui des panneaux de toutes les couleurs et pour tous les goûts. Certains modèles passent même totalement inaperçus.

La Suisse est-elle vraiment faite pour investir dans le solaire ?

Oui, car nous n’utilisons que 5% environ de notre potentiel. De plus, « selon une étude publiée par l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), le potentiel d’énergie solaire qui peut être exploité sur les bâtiments suisses est de 67 milliards de kilowattheures par an. Cela correspond à 110% de la consommation d’électricité en Suisse. (…) Le photovoltaïque peut ainsi fournir la majeure partie de l’électricité dont la Suisse a besoin pour éliminer progressivement l’énergie nucléaire et se passer des combustibles fossiles. » (Source : https://www.swissolar.ch/fr/services/medias/news/ detail/n-n/bfe-studie-schweizer-solarpotenzial-groesser-als-benoetigt/).

Par conséquent, nous souhaitons que ce postulat soit soumis à une commission ad hoc pour examen.

Vincent Bonvin

Riviera, Vevey

Les Vert∙e∙s réitèrent leur soutien à Yvan Luccarini

Les Vert∙e∙s réitèrent leur soutien à Yvan Luccarini pour le 2ème tour de l’élection complémentaire à la Municipalité de Vevey du 12 juillet 2020

Les Vert∙e∙s de Vevey réitèrent leur soutien à Yvan Luccarini et appellent l’ensemble de la gauche veveysanne à s’unir pour soutenir le candidat de Décroissance‐Alternatives. Le score serré du premier tour (38 voix d’écart) montre que la victoire au second tour est possible mais dépendra d’une mobilisation forte de l’électorat.

Yvan Luccarini a présenté des propositions et des intentions très claires qui mettent au centre l’écologie, le lien social et l’égalité. De ce fait, le candidat de Décroissance‐Alternatives a été et reste le candidat avec les valeurs les plus proches de celles des Vert∙e∙s . De plus, nos deux groupes collaborent étroitement et régulièrement pour la rédaction et le dépôt d’objets allant dans le sens de nos valeurs communes au conseil communal.

Les Vert∙e∙s de Vevey sont convaincus en la capacité d’Yvan Luccarini à rassembler mais aussi à défendre une politique communale dynamique, écologique, solidaire et humaniste.

Alors avant de partir en vacances, nous invitons la population veveysanne à donner un signal clair en soutenant la candidature de M. Luccarini le 12 juillet prochain.

La Tour-de-Peilz, Riviera

La Tour-de-Peilz – Un plan climat pour répondre à l’urgence climatique

Postulat

Le dérèglement climatique n’est plus à démontrer tant ses effets se font sentir : augmentation du nombre d’intempéries, canicules répétées, fonte des glaciers, mort d’arbres dans les forêts,… mais aussi problèmes de santé. Il y a donc bien lieu de décréter l’urgence climatique, mais encore faut-il développer des mesures pour y parer. C’est la raison de ce postulat en vue de l’élaboration à la commune d’un plan climatique.

Un inventaire des gaz à effet de serre montre que chaque habitant en émet 5,5 tonnes de CO2_éq/ an, et que l’ensemble du canton en émet 4,2 Mios de t./an si l’on inclut les émissions indirectes, dont nos importations alimentaires sont un exemple. 41% de ces émissions proviennent des carburants et 37% des combustibles (www.vd.ch/fileadmin/user_upload/themes/environnement/climat/fichiers_pdf/InventaireGES_20180425.pdf).

Pour s’adapter au changement climatique, le canton a élaboré une feuille de route du climat et a chargé un de ses services (unité du développement durable) à assister les communes à développer un agenda 2030. En effet, les communes ont une large part de responsabilité dans la mise en œuvre de mesures pour réduire les émissions de CO2 et en atténuer les effets.

Notre Municipalité a déjà pris les devants en mettant en place certaines mesures : elle a mandaté une étude en vue d’une planification énergétique territoriale, a mis au concours un poste d’ingénieur en énergie et environnement pour réduire la consommation de carburants et implanter un agenda 2030.

Si la mise en place de cet agenda est importante, se focaliser dans un premier temps sur un plan climat nous semble prioritaire. Un tel plan, pour être efficace, devrait comporter, à partir d’une évaluation de la situation de départ, un cadre d’action clair et opérationnel des objectifs chiffrables de la diminution de CO2 à viser, un laps de temps défini pour y parvenir ainsi que des mesures concrètes et un financement y relatif.

Les mesures qui ont le plus de chances de diminuer les émissions à effet de serre dans une commune comme la nôtre sont les suivantes :

  1. Réduire les gaz à effet de serre et plus particulièrement le CO2
  • En diminuant les carburants et les combustibles par exemple en remplaçant les chauffages à énergie fossile par des chauffages à énergie renouvelable (ex : pompes à chaleur, raccordement de davantage de bâtiments au système de chauffage par l’eau du lac ou les pompes à chaleur, géothermie,…) dans les bâtiments communaux et en incitant les propriétaires privés par des mesures d’accompagnement et/ ou une assistance financière
  • en isolant des bâtiments communaux et encourager pour les propriétaires privés par exemple en offrant une assistance technique aux propriétaires pour obtenir les subventions fédérales existantes et des conseils
  • en diminuant la consommation énergétique des bâtiments communaux et en incitant par des mesures d’accompagnement les propriétaires à en faire de même
  • en renforçant le report modal vers une intermodalité (création d’itinéraires piétons et cyclistes attractifs sur la base de l’étude de la Municipalité à ce sujet et renforcement de la performance des transports publics).
  1. Intensifier la production d’énergie renouvelable et locale
  2. S’adapter au climat en évitant les îlots de chaleur par exemple en:
  • planifiant sur l’ensemble de la commune la plantation d’arbres aussi bien sur le domaine public que privé
  • en développant une stratégie afin de promouvoir activement la végétalisation des toits activement la végétalisation des toits

Quant au financement, il serait nécessaire d’allouer des crédits soit en étudiant des modes de financement qui visent un certain retour d’investissement et qui soit supportable pour l’ensemble des contribuables.

Je demande donc à la Municipalité d’étudier un plan climat pour la commune et au conseil de transmettre ce postulat à une commission ad hoc pour examen.

Geneviève Pasche

La Tour-de-Peilz, Riviera

La Tour-de-Peilz – Pendant le COVID-19, renforçons les circuits courts !

Postulat

(déposé lors de la séance du 20 mai 2020)

La crise du COVID-19 a rappelé une nouvelle fois l’importance d’avoir une économie locale forte, résiliente et résistante aux chocs. Renforcer ce tissu économique de proximité nous permet de nous préparer ensemble aux prochaines crises qui nous frapperont, qu’elles soient sanitaires, économiques, climatiques ou tout cela à la fois.

En réduisant significativement les émissions de gaz à effet de serre dus au transport, les circuits courts entre agricultrices et consommatrices contribuent à lutter contre les changements climatiques. Ces circuits renforcent la cohésion sociale et donnent un accès facile à une agriculture locale attentive au respect de l’environnement et au goût des aliments. Ils favorisent aussi les emplois locaux et apportent davantage de valeur ajoutée sur les produits vendus.

Depuis le début de la crise du coronavirus, la population a plébiscité les circuits courts en optant largement pour la vente directe et nombre de productrices locales ont vu augmenter le volume de leurs ventes 1. Cette pandémie a fait prendre conscience à nombre d’entre nous de la nécessité de relocaliser notre alimentation. Notre commune se doit de contribuer à l’effort en accompagnant ces modes de consommation sains socialement, économiquement et environnementalement.

Le présent postulat demande à la Municipalité d’étudier les outils pour promouvoir et développer les circuits courts. Cette étude devra se faire en collaboration avec les acteurs locaux concernés ainsi que les associations intercommunales et régionales.

Les axes et pistes suivantes pourraient être étudiées.

Informer

  • Informer régulièrement la population quant aux offres des productrices de la région : marchés, points de vente directe ou services de livraison à domicile.
  •  Organiser des visites de productrices de la région pour les enfants afin de les initier à l’agriculture locale et à la culture de plantes.
  • Editer et transmettre à la population du contenu d’information sur les aliments de saisons produits localement.

Soutenir

  • Encourager et soutenir la distribution de produits locaux :
    o Offrir un espace de vente aux productrices de la région.
    o Apporter des soutiens logistiques et offrir des conditions à l’implantation, au démarrage et au développement d’initiatives d’agriculture contractuelle de proximité (type AMAP, « paniers »).
  • Privilégier systématiquement les produits de la région (périmètre à définir) dans la restauration collective (cantines scolaires, crèches, EMS) et dans les manifestations de la commune.

Collaborer

  • Collaborer avec les collectivités voisines et les instances régionales pour développer les mesures sus-citées.
  • En raison de la chute du prix du vin en vrac préexistante à la crise du coronavirus et à la chute de la demande au vu de la fermeture des restaurants, étudier les alternatives à la culture de la vigne sur les parcelles communales.
  • Étudier la mise en culture, temporaire ou permanente, des parcelles communales actuellement non construites en partenariat avec des agricultrices ou des groupes de riveraines.

Je souhaite que ce postulat soit renvoyé à une commission ad hoc pour examen.

Paul Castelain

Note : Dans le présent postulat, le genre féminin est utilisé dans le seul but d’alléger le texte ; il inclut les deux genres.

1 Erard, L., Duruz, C. (2020, 19 mars). Le coronavirus dope la vente directe. Terre & Nature. Consulté le 05.05.2020 sur https://www.terrenature.ch/face-au-coronavirus-la-vente-directe-cartonne/

Riviera, Vevey

Election complémentaire à la Municipalité de Vevey: Les Vert·e·s soutiennent la candidature de Yvan Luccarini

Communiqué

Le groupe des Vert∙e∙s de Vevey ainsi que le comité régional des Vert∙e∙s du district Riviera‐Pays‐d’Enhaut, a décidé d’apporter officiellement son soutien à la candidature de M. Yvan Luccarini (décroissance alternatives) pour l’élection complémentaire à la Municipalité de Vevey du 21 juin 2020.

M. Luccarini propose des intentions et défend des idées qui correspondent aux valeurs des Vert∙e∙s. Nous nous rejoignons sur de nombreux thèmes, que ce soit en matière d’écologie, de lutte contre les inégalités ou dans des domaines comme le logement, l’urbanisme, l’énergie, le social et le commerce de proximité.

Sur le plan communal, nos deux groupes politiques collaborent régulièrement. Au Conseil communal, nous déposons des postulats, motions et/ou interpellations conjointes ou soutenues mutuellement en tant que cosignataires. Plusieurs de nos membres ont participé de manière étroite et active aux comités qui ont combattu avec succès le projet de PPA Cour aux Marchandises (février 2017) et le parking sous la place du Marché (mai 2019).

Le groupe des Vert∙e∙s de Vevey tient à poursuivre ces collaborations fructueuses et constructives avec le groupe décroissance alternatives. Nous sommes convaincus que M. Luccarini, par son expérience politique, sa capacité de dialogue et son engagement saura apporter à la Municipalité un élan positif pour la dernière année de cette législature.

Afin de défendre une politique communale dynamique, écologique, solidaire et humaniste nous invitons la population veveysanne à soutenir la candidature de M. Luccarini le 21 juin prochain.

Riviera

Forum vert

Chers et chères membres et sympathisant·e·s,

Les élections communales de 2021 approchent et nous aimerions vous convier à participer à l’élaboration de nos programmes communaux au travers d’un Forum abordant différents thèmes comme

  • « Renforcer le tri des déchets »
  • « Entretien des espaces verts »
  • « Renforcer l’économie locale »,
  • « Thèmes post-confinement »
  • et bien d’autres !

Suivez le lien pour nous rejoindre !