Montreux

Montreux – Développer la possibilité du télétravail partiel pour le personnel de la commune

Monsieur le Président, chères et chers collègues,


Le confinement imposé par la crise sanitaire a forcé de nombreux employeurs et employeuses quine le faisaient pas déjà à organiser dans l’urgence le travail à distance de leur personnel. Cette expérience a permis de révéler les possibilités de cette forme de travail. Par ailleurs, la réduction
massive des déplacements a permis d’observer une diminution rapide et conséquente des émissions de gaz à effet de serre, comme de bruit. Elle a révélé également le temps que nous perdons chaque jour en pendulant entre notre lieu de résidence et notre lieu de travail. Développées dans l’urgence, les mesures liées au télétravail ont montré également les limites dont il faut prendre compte pour mettre en place un système équilibré.

L’idée de développer le télétravail au sein du service public semble aujourd’hui acquise au niveau fédéral 1 et cantonal 2 . Le Canton de Vaud a ainsi rédigé une directive en 2011 sur le télétravail, s’adressant à l’ensemble des collaboratrices et collaborateurs de l’Administration cantonale
vaudoise. Cette directive s’adresse à celles et ceux dont le cahier des charges comporte un degré élevé d’autonomie et dont le taux de travail est supérieur à 50%. Il est au minimum d’une demi-journée par semaine et au maximum de deux jours par semaine.

Il est essentiel de développer les mêmes efforts au niveau communal, en offrant la possibilité du télétravail partiel dans toutes les fonctions qui s’y prêtent au sein du personnel de la commune. La formalisation de cette forme de travail doit aussi permettre d’en contourner les risques.

  • Le télétravail partiel consiste à travailler une partie de la semaine dans les locaux de l’employeur et un ou deux jours par semaine à distance, depuis chez soi. Quand il est bien encadré et quand il est volontaire, les avantages du télétravail partiel sont nombreux. J’en cite ici quelques-uns :
  • • une plus grande autonomie du personnel et souvent un plus grand confort de travail
  • • une diminution des déplacements entre le domicile et le lieu de travail, menant à
    – une diminution des gaz à effet de serre liés aux transports
    – une diminution du bruit liés au trafic routier
    – un désengorgement des routes et des transports publics
  • un gain de temps parfois considérable pour les travailleurs à distance
  • enfin, il peut être un axe important de la conciliation entre vie familiale et professionnelle.

Le télétravail mérite ainsi d’être encouragé et développé, moyennant la mise en place d’un cadre clair au sein de notre commune.

Dans l’urgence de la crise sanitaire, notre commune a respectivement imposé, conseillé puis favorisé le télétravail dans le cadre de directives à l’intention de son personnel. Selon les dernières informations dont je dispose, en juin 2020, le télétravail est encore favorisé à Montreux, mais essentiellement lorsque les normes de sécurité de l’OSFP ne peuvent pas être garanties.

Il faut aller plus loin et nous appuyer sur l’expérience récente pour donner la possibilité du télétravail partiel à tous les membres du personnel communal qui le souhaitent et dont les tâches sont compatibles avec cette forme de travail.

Texte de la motion

Pour ces raisons, je demande à la Municipalité de :

  1. Mettre en place un « plan télétravail partiel » au sein de l’administration communale, en dressant la liste des fonctions et des tâches qui se prêtent au télétravail partiel et en donnant
    la possibilité aux personnes concernées – qui le souhaitent – de pratiquer cette forme de travail un ou deux jours par semaine.
  2. Développer le cadre réglementaire spécifique au télétravail, en posant les fondements formels et en s’appuyant pour cela sur l’expérience récente (horaires, organisation des contacts avec la hiérarchie et les collègues, matériel informatique et licences, accès à distance et protection des données notamment).

Gaëtan Cousin

1Conseil fédéral (2016), Conséquences juridiques du télétravail. Rapport du Conseil fédéral en réponse au postulat 12.3166 Meier-Schatz. Berne.

2 Etat de Vaud (2010), Directive Technique LPers « Télétravail », SPEV, Lausanne.

Montreux

Montreux – Pour un subventionnement de la pose d’une toiture végétalisée

Motion

Monsieur Le Président, Mesdames et Messieurs les Municipaux·ales, chers et chères collègues et public,

D’après de nombreuses études, la végétalisation des toitures plates ou légèrement pentues est une évidence. Elle permet une meilleure isolation des étages supérieurs, avec des économies d’énergie en périodes froide et chaude. Bien que plus chère à la pose (entre 5 et 20%), sa durée de vie est d’environ 40 ans. C’est le double d’une toiture en gravier ou bitume car la couche végétale absorbe la chaleur qui nuit aux joints d’isolation sur une installation minérale et, dans le même temps, abaisse la température d’environ 1.5° dans la périphérie du toit.

De même, la végétation absorbe une partie de la pollution sonore ainsi qu’une quantité non-négligeable des métaux lourds et autres pesticides présents dans les eaux de pluies.

C’est une démarche éminemment écologique. La présence de différentes essences sur un toit amène
un microcosme (oiseaux, insectes et papillons notamment) qui permet de conserver une biodiversité importante pour le développement de la nature environnante. Elle contribue aussi à une esthétique plus harmonieuse que la « mer minérale » offerte actuellement à la vue depuis certains endroits de la commune.

Importante en cas de fortes intempéries, la toiture végétalisée agit par ailleurs comme une éponge et retient les eaux de pluie. Ce qui évite une surcharge des égouts et un excès d’eaux claires durant ces
épisodes, atténuant ainsi le risque d’inondation.

La végétalisation des toitures permet en outre de lutter contre les îlots de chaleur en ville, et s’inscrirait, à Montreux, dans la pleine logique du postulat d’Anne Saito adopté il y a quelques mois par notre Conseil.

Enfin, il est important de noter que l’on peut coupler les toitures végétalisées à des panneaux solaires, en augmentant ainsi le rendement de ces panneaux de 6 à 8% grâce à la couche de verdure.

Plusieurs villes ont saisi cette opportunité. La Ville de Lausanne, par exemple, soutient ainsi financièrement depuis 2015 les privés qui décident de végétaliser leurs toitures lors de travaux de rénovation ou lors de nouvelles constructions. Un certain montant est octroyé par année, et les
demandes sont traitées par ordre d’arrivée, jusqu’à épuisement du montant dédié.

Je demande à la Municipalité d’adopter une démarche similaire à Montreux et de proposer à notre Conseil un projet de subvention pour la réalisation d’une toiture végétalisée au moment de la rénovation ou de la construction d’un bâtiment.

Béatrice Tisserand

Références:
https://www.hesge.ch/hepia/laboratoire/laboratoire-toitures-vegetalisees
https://www.lausanne.ch/vie-pratique/nature/la-nature-et-vous/bonnes-pratiques-conseils-nature/toitures-vegetalisees.html

Montreux

Montreux – Horaire de la ligne MOB: Retour vers le passé ?

Interpellation

Selon le rapport-préavis 36/2019 « relatif à l’amélioration de la desserte nocturne des trains régionaux en fin de semaine et réponse au postulat pour des transports publics efficaces le week-end et en soirée », il nous est apparu avec stupeur que pas moins de cinq arrêts de la ligne du MOB (Montreux-Collège, Vuarennes, Belmont-sur-Montreux, Châtelard, Planchamp), actuellement desservis toutes les 30 minutes,  ne le seront plus qu’une fois par heure.

Alors que sur la ligne Vevey – Blonay, la cadence est passée au ¼ d’heure, Montreux fait un pas en arrière en revenant à une offre moins étoffée sur les coteaux de la Commune. Cette politique du fait accompli nous paraît inadmissible.Comme précisé dans le postulat auquel ce rapport-préavis répondait, l’offre se doit d’être élargie et non réduite, car les infrastructures sont présentes et le nombre d’habitants proches de ces arrêts est en expansion. Je vous rappelle par ailleurs que la desserte d’une partie de la zone a été réduite suite à modification du tracé de la ligne 204. On a alors fait valoir le fait que Belmont était déjà desservi par le MOB.

Enfin, nous avions par préavis 12/2014 relatif à l’assainissement de différents passages à niveau investi plus de 200’000 frs pour que les accès à la halte de Belmont soient conservés (il s’agit ici de la part communale, l’investissement total est de quelque 600’000 francs) ; il serait dès lors absurde de ne pas utiliser pleinement notre investissement.Dès lors, notre devoir n’est-il pas de faciliter la vie de nos habitants des hauts de notre commune également, en leur permettant aussi d’accéder à une offre de transports publics fournie et régulière?

Mes questions sont donc les suivantes :

  1. La Municipalité a-t-elle tenté de négocier le statu quo quant aux horaires à la demi-heure pour les arrêts Montreux-Collège, Vuarennes, Belmont-sur-Montreux, Châtelard et Planchamp avec le MOB ?
  • Si ce n’est pas le cas, a-t-elle l’intention de le faire avant l’arrêt définitif de l’horaire 2021 ?
  • Si la réponse du MOB est négative, la Municipalité envisage-t-elle de négocier un compromis intermédiaire (soit une desserte de non pas l’intégralité des 5 haltes, mais de seulement par exemple, deux arrêts entre Collège et Planchamp ) ?
  • Cas échéant, la Municipalité va-t-elle suivre le dossier pour revenir à terme à une desserte semi-horaire ?

D’avance, je vous remercie de vos réponses.

Béatrice Tisserand


Résolution :

« Le Conseil communal soutient toutes les démarches que la Municipalité pourrait entreprendre pour sauvegarder la desserte semi-horaire du MOB entre Montreux et Planchamp ».

Béatrice Tisserand

Montreux

Montreux – COVID-19 : relance de l’économie local et urbanisme tactique

La crise sanitaire que nous vivons actuellement est sans précédent et a des répercussions tangibles sur notre société et sur notre modèle économique. Alors que les premières mesures de déconfinement ont été mises en place et que les activités reprennent peu à peu, la distanciation sociale reste un geste barrière fondamental pour contenir la propagation du virus et ainsi préserver la santé des personnes les plus vulnérables.

Les collectivités publiques ont un rôle primordial à jouer pour accompagner les acteurs économiques locaux dans le redémarrage de leurs activités, et ce de manière plus humaniste, locale et durable au sens de l’appel du 4 mai. A ce titre, il convient de prendre des mesures pour encourager tant la population que les visiteurs à (re)fréquenter nos centres villes et villageois, ainsi que nos commerces, et ce dans le respect des recommandations de l’OFSP. En effet, sans amélioration des conditions-cadres permettant la distanciation sociale, notamment par la libération d’espace public supplémentaire, la reprise économique semble extrêmement compliquée à opérer.

Dans ce cadre, nous apprenons dans une communication reçue ce lundi 11 mai que la Municipalité prévoit des mesures dans les domaines de l’économie, de la culture et du tourisme. Elle indique à ce titre envisager des aménagements de l’espace public en termes de circulation, de terrasses, d’accès au lac, etc. Ce type de démarche s’inscrit clairement dans ce qui s’appelle de l’urbanisme tactique, c’est-à-dire dans la mise en place d’aménagements provisoires permettant de tester des solutions pour l’avenir.

L’exemple des exploitants de bars et de restaurants est à ce titre le plus parlant : ces derniers ont perdu une grande partie de leur capacité d’accueil pour respecter la distanciation sociale et les consignes de la Confédération. Ainsi, à l’image de plusieurs villes romandes, la mise en place d’une procédure facilitant les démarches pour la création et l’extension des terrasses permettrait d’offrir un soutien non négligeable à bon nombre de petits indépendants qui font la richesse du tissu économique montreusien. Cela impose toutefois d’assouplir, temporairement du moins, les règles relatives aux terrasses, de libérer de l’espace public affecté à d’autres usages, voire de renoncer aux émoluments liés à l’occupation du domaine public.

Cette recherche d’espace supplémentaire peut par exemple se concrétiser par la  limitation de la circulation dans certaines rues ou la création de zones de rencontre, comme proposé en 2016 dans le postulat de M. Florian Chiaradia intitulé « Pour un centre-ville convivial », qui demande la mise en place d’un espace public pensé pour les piétons sur la rue de la Paix et la rue de l’Eglise catholique. Ce type de réflexion pourrait par exemple être étendu à la rue du Pont et à de nombreux autres quartiers de Clarens et de nos villages. La période de déconfinement peut être l’occasion d’accélérer, ou du moins de tester, la mise en œuvre de projets d’urbanisme et de mobilité actuellement étudiés.

Par ailleurs, la distanciation sociale risque d’engendrer des effets pervers dans le domaine de la mobilité en sapant des efforts entrepris depuis des années pour encourager le report modal. L’utilisation des transports publics étant déconseillée pour les personnes à risque, il est à prévoir une utilisation accrue des transports individuels motorisés, entrainant son lot de nuisances, comme la congestion des axes routiers ou une augmentation de la pollution de l’air. Il s’agit donc d’anticiper cet effet et de continuer les efforts entrepris dans le but d’encourager le report modal, notamment sur la mobilité douce et le vélo qui constituent de formidables alternatives pour les trajets courts.

Plusieurs mesures sont dans ce cadre envisageables et sont notamment recommandées par l’association PRO VELO Riviera, soit :

  • le renforcement du réseau cyclable actuel par l’attribution de nouveaux tronçons ou l’élargissement de voies de circulations préexistantes ;
  • la sécurisation physique temporaire par l’installation de signalisation spécifique ;
  • la fermeture d’axes à la circulation routière pour l’attribuer temporairement à la mobilité douce ;
  • la mise en place d’une campagne de communication et de sensibilisation encourageant le report modal.

A nouveau, dans l’optique d’un urbanisme tactique, il s’agirait d’appliquer les premiers jalons du plan des mobilités douces actuellement en cours d’élaboration par la Municipalité. De nombreuses autres mesures peuvent être dans ce cadre envisagées et implémentées. La pandémie que nous vivons actuellement constitue une véritable opportunité en termes de stratégie d’aménagement du territoire.

Pour résumer, cette motion demande à la Municipalité :

  • de mettre en œuvre des mesures urgentes en terme d’aménagements urbains compatibles avec la distanciation sociale dans le but de favoriser la reprise de l’économie locale et le report modal ;
  • de considérer la pérennisation de ces aménagements temporaires selon les résultats observés.

Ces quelques mesures permettraient d’offrir un soutien précieux à nos acteurs économiques locaux en encourageant un retour des habitants et visiteurs dans le strict respect de la distanciation sociale.

Je demande que cette motion soit envoyée en commission.

En vous remerciant de votre attention.

Jessica Ruedin

Montreux, Riviera

Franz Weber : un hommage officiel sera rendu par Montreux

Les Verts de Montreux se réjouissent de l’acceptation par le Conseil communal dans sa séance du 13 novembre de la motion de leur collègue Florian Chiaradia «Pour un hommage à Franz Weber» ainsi que de la pétition lancée par un comité de soutien, qui a réuni 856 signatures ce printemps.

La Municipalité de Montreux est désormais chargée de prendre des dispositions pour, par exemple, nommer un parc ou une rue en son honneur.

Sensible au patrimoine au sens large du terme – naturel et bâti – , ce visionnaire établi depuis 1974 à Montreux méritait d’être reconnu à sa juste valeur. Au delà des divergences qui peuvent persister sur tel ou tel combat, les conseillers communaux rendent ainsi hommage à l’homme, à celui qui s’est battu avec toute son énergie pour préserver son pays, ses paysages, les milieux naturels et la faune sauvage.

Très actif également sur le plan international, ses actions lui ont valu de nombreuses distinctions à l’étranger, comme la citoyenneté d’honneur de Delphes, le prix allemand de la protection de la nature et le prix européen pour l’aménagement du territoire.

Montreux, Riviera

Montreux – De la vaisselle réutilisable dans les manifestations

Acceptation par le Conseil communal de Montreux de la motion de M. Gaëtan Cousin et de Mme Jessica Ruedin pour la promotion de la vaisselle réutilisable dans les manifestations

C’est une victoire d’étape. Les Vert-e-s montreusien-ne-s ont fait accepter hier soir par le Conseil communal la motion de Gaëtan Cousin et Jessica Ruedin visant à promouvoir l’usage de vaisselle réutilisable dans les manifestations sur le territoire de la commune de Montreux. Par là, ce sont des tonnes de déchets incinérables que l’on peut espérer éviter chaque année.

Chaque année en effet, durant les grandes manifestations (Montreux Jazz, Montreux Noël, Polymanga, etc.) des tonnes de vaisselle en plastique ou en carton n’ayant servi qu’une fois sont incinérés, générant stupidement et inutilement du CO2. Une solution existe pourtant : celle de la vaisselle réutilisable. Gobelets, verres, assiettes, barquettes et même couverts peuvent être livrés le jour de la manifestation, consignés puis rapportés par les festivaliers, avant d’être lavés, sur place ou dans une entreprise locale, puis réutilisés. De toutes les options existant actuellement (vaisselle en carton, vaisselle compostable, vaisselle jetable,…), c’est celle dont l’éco-bilan est le meilleur.

Les plastiques à usage uniques seront interdits dans l’Union européenne dès 2021. La Suisse est en retard. Mais plusieurs villes se sont attaquées au problème du tout-jetable lors des manifestations culturelles et sportives. Berne a été pionnière dans l’obligation d’utiliser de la vaisselle réutilisable. A Fribourg, depuis 2013, toute manifestation attendant plus de 200 personnes doit y avoir recours. C’est le cas également à Vevey, pour toute manifestation dépassant 500 personnes. La Fête des Vignerons a ainsi fait le pari de n’utiliser que de la vaisselle réutilisable, malgré la taille de la manifestation et l’implication de plusieurs dizaines de sous-traitants.

Les expériences faites par ces villes montrent que malgré les peurs initiales que suscitent généralement le passage vers la vaisselle réutilisable, celui-ci convainc rapidement les organisateurs de manifestations, comme les usagers. Les villes n’observent pas de diminution du nombre de petites et moyennes manifestations – contrairement à une peur exprimée par certains. L’espace public est beaucoup plus propre, puisque la vaisselle réutilisable et consignée réduit drastiquement l’abandon de déchets sur la voie publique (littering). Enfin, des économies substantielles sont faites dans la vidange des poubelles. Le volume des déchets du Cully Jazz, par exemple, a été réduit de près des deux tiers après l’abandon du tout-jetable. Alors que des camions étaient nécessaires par le passé pour déplacer les déchets, désormais de simples remorques tirées par des vélos suffisent !

La Municipalité de Montreux a maintenant une année pour revenir avec un projet de décision crédible. Une piste possible serait une augmentation substantielle du stock communal de vaisselle réutilisable (gobelets, verres, assiettes, barquettes, couverts), que l’on pourrait mettre à disposition des organisateurs de manifestations. Une autre possibilité suggérée par les motionnaires serait simplement l’inscription dans le Règlement des déchets de la commune de l’exigence d’utiliser la vaisselle réutilisable dans les manifestations montreusiennes, en particulier lorsque celles-ci dépassent une certaine taille.

Au vu de l’importance, de la taille et de la renommée des festivals organisés à Montreux chaque année, c’est un pas important dans la lutte contre les plastiques à usage unique qui vient d’être franchi.

Gaëtan Cousin

Montreux

Décès de Franz Weber: les Verts de Montreux demandent que la commune lui rende hommage

Après une vie de combat, Monsieur Franz Weber a rendu les armes et s’est éteint mardi 2 avril dernier. Les Verts de Montreux tiennent à rendre hommage à cet homme de conviction, qui n’hésitait pas à partir au combat pour les causes qu’il estimait justes, souvent seul contre tous, pour la préservation du paysage, de la faune et de la nature. On rappellera notamment ses combats contre le commerce de l’ivoire, pour Lavaux, en Engadine, contre la défiguration par les autoroutes ainsi qu’à Montreux, pour la préservation des Villas Dubochet.

Sensible au patrimoine au sens large du terme – naturel et bâti – , ce visionnaire mérite aujourd’hui d’être reconnu à sa juste valeur. Les Verts constatent que Montreux a la chance d’avoir eu depuis 1974 une personnalité de cette envergure sur son territoire, célèbre dans toute la Suisse et à l’international : la commune se doit de lui rendre honneur.

A l’occasion du prochain Conseil communal du 22 mai, ils déposeront dès lors un texte dans ce sens, demandant à la Municipalité de lui dédier une rue, une plaque commémorative ou tout autre monument lui rendant hommage.

Au nom des Verts Montreux

Florian Chiaradia, président

Montreux

Annulation du scrutin sur le projet de rénovation du Centre des congrès de Montreux (2m2c) : position des Verts

Communiqué de presse

Le 20 mars dernier, le Conseil d’État vaudois a annoncé l’annulation du scrutin du 10 février sur le Centre des congrès de Montreux.

Les Verts déplorent la gestion calamiteuse du scrutin par les autorités municipales, qui donne une image déplorable de notre ville à la Suisse. En effet, il est de la responsabilité de la Municipalité d’assurer les conditions-cadre qui permettent l’exercice des droits démocratiques. Les Verts invitent donc la Commission de gestion à enquêter sur les mécanismes qui ont conduit à ce que la Municipalité qualifie de « bug informatique » et veilleront à ce que tout soit mis en œuvre afin que ces problèmes ne se reproduisent plus à l’avenir.

Cette défaillance a eu pour conséquence qu’une partie des citoyens a été privée de ses droits politiques. Puisque les mesures mises en place par la Municipalité pour rattraper ce dysfonctionnement n’ont pas été suffisantes, Les Verts ne feront pas recours contre la décision du Conseil d’État. Toutefois, une décision d’annulation de scrutin reste un geste inédit, qui nécessairement heurte chaque citoyen qui s’est exprimé dans les urnes : en vertu de la Loi sur l’exercice des droits politiques (LEDP), n’importe quel citoyen a le droit de faire recours.

Quant à l’avenir du 2m2c, les Verts prennent note des déclarations de M. le Syndic Laurent Wehrli, qui serait désormais ouvert à modifier sensiblement le projet. Une interpellation de notre part questionnera la Municipalité en ce sens lors du prochain Conseil communal.

Au vu du résultat serré (94 voix de différence), les Verts estiment que la Municipalité doit revenir avec un projet remanié qui puisse rencontrer une majorité claire. Il est désormais nécessaire que ce concept repose sur une large assise populaire, et que les besoins et vœux de la population montreusienne soient pris en compte. Dès lors, les Verts appellent de leurs vœux l’organisation d’une véritable démarche participative.

Des rénovations raisonnables se concentrant sur la remise au norme, un montage financier qui ne focalise pas tous les risques sur la commune, une réflexion sur l’affectation des surfaces au profit d’institutions culturelles montreusiennes : ce n’est qu’à ce prix que l’avenir du 2m2c pourra être sereinement envisagé.

Florian Chiaradia, président des Verts de Montreux

Géraldine Torchio, membre du comité

Montreux, Riviera

Référendum sur le Centre des Congrès de Montreux : et maintenant ?

Communiqué de presse

Saluant le refus par la population du projet présenté le 10 février, soucieux de leur responsabilité, Les Verts exposent leur vision d’avenir pour le 2m2c.

Le refus de la population du projet présenté est basé sur deux points problématiques principaux: les coûts eu égard aux perspectives économiques et le concept de développement du centre.

Soucieux de leur responsabilité, Les Verts proposent de procéder rapidement à une remise aux normes du bâtiment, permettant de conserver la capacité de la salle Stravinski. Cette remise aux normes doit se faire de manière sobre et bon marché, sans développements inutiles. Retravailler l’enveloppe du bâtiment ne doit pas constituer une priorité.

Dans un second temps, les Verts proposent à la Municipalité de réaffecter la partie sud-est du 2m2c (MC1). Cet espace, notamment consacré aux congrès, est aujourd’hui surdimensionné par rapport aux besoins et aux perspectives du marché. On rappellera que l’ensemble du bâtiment avait été dimensionné pour le Symposium de télévision, une manifestation aujourd’hui disparue et dont la taille était excessive pour Montreux.

S’inspirant de la réussite de la Maison de quartier Jaman 8 à Clarens, il s’agirait d’y créer un vrai pôle de la culture, regroupant plusieurs partenaires culturels permettant de rendre ce bâtiment aux Montreusiens. Il est donc proposé de créer un espace culturel, intégrant, par exemple, le Conservatoire de musique et école de jazz, la bibliothèque Montreux-Veytaux, la salle de concert du NED, un espace d’exposition, etc. Le programme de ce lieu transversal gagnerait à s’appuyer sur une démarche participative pour prendre en compte les besoins et envies de la population.

Ce concept a l’avantage de résoudre à la fois des problèmes de locaux, souvent vétustes et exigus, des institutions culturelles régionales et de rendre attractif et accessible le 2m2c à la population, permettant de faire profiter chacun de cet environnement privilégié. Véritable lieu de vie, il concourra également à améliorer globalement l’intégration et la qualité d’accueil du 2m2c.

En revanche, les Verts ne défendent pas l’idée d’un nouveau parking pour les visiteurs. Une telle réalisation serait très onéreuse et ne s’inscrirait pas dans la politique actuelle de promotion des transports publics.

Pour Les Verts Montreux :
Florian Chiaradia, président des Verts Montreux
Yves Laurent Kundert, chef de groupe

Montreux

Centre des Congrès de Montreux : Les Verts saluent la sagesse de la décision des Montreusiennes et Montreusiens.

Référendum du 10 février 2019 à Montreux

Communiqué de presse

Au terme d’une campagne exacerbée, les Verts de Montreux prennent acte avec satisfaction du résultat du référendum soumis aux Montreusiennes et Montreusiens ce dimanche. Ils saluent le fait que la population ait pu se prononcer sur un projet d’une telle importance pour l’avenir de la commune, impliquant des moyens financiers considérables. Ils constatent qu’une majorité de la population reste sceptique face au projet présenté, ne partage pas l’optimisme de l’investissement financier par la commune et a de sérieux doutes quant à la viabilité du développement de la partie congrès du 2m2c.

Par ailleurs, Les Verts sont heureux de constater que la population n’a pas été dupe des moyens extraordinaires déployés par les partisans face au modeste budget des opposants (7000 CHF pour les Verts). Cette décision sage permettra d’éviter la perception de nouvelles taxes antisociales ou de couper dans les prestations dispensées aux habitants et en faveur du développement durable.

Les Verts soulignent toutefois qu’il faut aussi écouter les votants ayant glissé un « oui » dans l’urne. Avec eux, ils estiment en effet que le 2m2c demeure un outil important pour la commune de Montreux et que tout doit être mis en œuvre pour que rapidement puissent se faire les remises aux normes nécessaires.

Les Verts invitent dès lors la Municipalité à revenir rapidement auprès du Conseil communal avec un projet simplifié se cantonnant à la sécurisation. Ils appellent par ailleurs à ce qu’un climat de confiance soit rétabli entre les partis et la Municipalité, et que les prochaines étapes puissent se dérouler dans la sérénité.

Pour Les Verts Montreux :

Florian Chiaradia, président

Géraldine Torchio, conseillère communale