Bussigny, Ecublens, Feuille Verte, Prilly, Renens

SOIRÉE CINÉ-RENCONTRE

Vendredi 2 octobre à 20h15 à la Buvette de la Salle de spectacles de Renens :

projection du film «Cyclique» en présence de Caroline Christinaz, protagoniste du film, et discus- sion avec HansJörg Haas sur des projets d’économie verte et notamment son dernier projet : la Plateforme Bio locale et la Fonda- tion Local Green Invest

Vélo

Feuille Verte, Prilly

BILAN DE LÉGISLATURE

Durant cette dernière législature, le groupe des Verts a continuellement rappelé que les enjeux énergétiques, de biodiversité, de mobilité douce devaient être au centre des préoccupations communales.

Ainsi, les impulsions des Verts ont par exemple poussé la Commune à se lancer avec succès dans l’obtention du label Cité de l’Energie, à poser d’importantes surfaces de panneaux photovoltaïques ou à installer des ruches urbaines et des prairies fleuries. Dans ces domaines, il reste encore beaucoup de travail à faire, mais la direction est prise.

«Pour le groupe des Verts, il est temps d’avoir une réflexion globale sur la mobilité»

Malheureusement, pour d’autres sujets, les Verts doivent se battre contre l’inaction et des logiques dépassées. Ainsi, malgré les postulats, interpellations et autres interventions lors des conseils communaux, la sécurité de nos enfants sur le chemin de l’école, des piétons en général et des cyclistes n’est toujours pas suffisamment prise en compte. De même, la Municipalité actuelle est réticente à prendre des mesures susceptibles de faire baisser et de ralentir le flot de véhicules qui traverse la commune.

Pour le groupe des Verts, il est temps d’avoir une réflexion globale sur la mobilité : aménagement de trottoirs accueillants, de pistes cyclables à l’écart de la circulation, de zones de rencontre, sécurisation des passages pour piétons, sans oublier l’amélioration des transports publics, En bref, donner envie de se déplacer autrement

pour mieux profiter de la Ville.

Maurizio Mattia

Conseiller communal

M.Mattia

Feuille Verte, Prilly

PETIT COUP DE BLUES D’UNE VERTE LAMBDA

J’ai parfois la singulière impression que les Verts irritent. Que ce soit au Conseil communal ou dans des discussions entre amis ou collègues, c’est un peu comme si on voulait bien des écologistes pour la bonne conscience et nettement moins pour les propositions.

Lesquelles sont d’ailleurs souvent rangées dans quelque tiroir étiqueté «pas réaliste», «trop contraignant», «on ne peut quand même pas revenir en arrière», de trop ceci et pas assez cela. De plus – argument ultime – tout le monde est désormais d’accord pour défendre l’environnement et protéger ce qui nous reste de nature.

Et pourtant.

Au même titre qu’il n’a pas suffi d’inscrire l’égalité hommes-femmes dans la Constitution fédérale pour réaliser l’égalité des salaires à travail égal (et qu’on en est loin encore), «tenir compte» de l’environnement est insuffisant si, à terme, cela ne débouche pas sur des mesures concrètes.

Que ce soit au plan de la mobilité, de la préservation d’espaces naturels, d’alternatives énergétiques, d’urbanisme et, finalement, de tout ce qui contribue à la notion « qualité de vie».

Dans ces domaines–et bien d’autres–qui mieux que les Vert-e-s sont à même d’avancer, formuler et porter des propositions ? Et tant pis si ça se fait parfois avec quelque(s) grincement(s), l’enjeu, notre environnement direct, aujourd’hui et demain, en vaut la peine.

Ruth Pfeiffer

Conseillère communale

R.Pfeiffer

 

Feuille Verte, Ouest

ÉLECTIONS FÉDÉRALES 2015

Préserver les sols, stopper le mitage du territoire, s’engager pour la qualité de vie locale, comme à Malley pour la création de logements, d’espaces publics, et de transports publics au cœur de la zone urbanisée!

Les Verts de l’Ouest lausannois présentent 4 candidats aux élections du 18 octobre sur deux listes sous apparentées, de gauche à droite: Ilias Panchard, Magali Russbach (liste no 10), Tinetta Maystre (liste no 9) et Rebecca Joly (liste no 10).

Pour une Suisse tournée vers l’avenir, écolo- giste et solidaire, nous vous invitons à voter pour les Verts.

En route pour les élections fédérales à Malley entre Prilly et Renens.
EF2015_OUEST

Ecublens, Feuille Verte

ÉCUBLENS DEVIENT CITÉ DE L’ÉNERGIE

En juin dernier, la Commune d’Ecublens a reçu le label «Cité de l’énergie» pour les résultats convaincants et exemplaires dans le développement de sa politique énergétique, la plaçant ainsi parmi les cinq communes du district de l’Ouest lausannois à avoir obtenu cette reconnaissance.

C’est en 2007 déjà que sous l’impulsion de notre Municipale verte Danièle Petoud, la Municipalité se lançait dans l’aventure. Le projet fut également soutenu par le Conseil communal et c’est un personnel communal acquis à la cause qui a œuvré pour devenir partenaire en processus, puis pour atteindre les objectifs que la commune s’était fixés dans son premier programme de politique énergétique (PPE) pour la période 2011-2015.

Le nouveau PPE adopté par la Municipalité en avril 2015 pour la période 2015-2019 porte l’accent sur les cinq points, résumés ici :

  • réduire la consommation d’énergie
  • assurer un approvisionnement durable en énergie ;
  • augmenter la part des énergies renouvelables ;
  • réduire les impacts sur l’environnement liés à la consommation d’énergie ;
  • informer et sensibiliser les groupes cibles.

    Les principes directeurs qui guident la politique énergétique de notre commune sont :

  • la durabilité;

  • l’exemplarité;’

  • efficacité;

  • la créativité.

Des objectifs sont fixés à long terme et d’autres à l’horizon 2019. Ils portent sur des actions menées sur le patrimoine communal (bâtiments, éclairage public, véhicules de services, etc.) et sur le développement du territoire (plan de quartier, fonds du développement durable, chauffage, déchets, mobilité, communication, etc.).

Ecublens rentre dans la cour des grands et rejoint ainsi les 360 communes suisses ayant obtenu le label « Cité de l’énergie ». Cela démontre que notre commune est plei- nement tournée vers l’avenir, un avenir énergétique efficace et intelligent.

Energi_ecublens

OUI MAIS…

 

Aujourd’hui, les partis politiques intègrent plus ou moins favorablement dans leurs programmes quelques rares mesures écologiques. Mais seuls les Verts soutiennent une action globale pour un développement plus durable. Souvent le compromis suisse fait que les décisions d’aujourd’hui ne seront malheureusement pas les réalisations de demain. ÉPour un futur durable, je souhaite que :

ÉNERGIE

Ma commune prenne en compte la qualité énergétique des bâtiments construits sur son territoire et accompagne les propriétaires pour entreprendre des travaux.

CULTIVER

Ma commune se donne les moyens de faire germer ses idées.

UTILITITÉ

Ma commune cerne et anticipe les besoins fondamentaux de notre population tout en préservant les ressources écologiques de demain.

BÉNÉFIBCES

Ma commune mette en place certaines mesures qui permettent une plus value économique. Par exemple, les partenariats public-privé augmentent les ressources financières tout en gardant le cadre d’un projet.

LONG TERME

Ce que ma commune fait aujourd’hui ne dure pas que pour demain mais soit pensé pour après-demain. Même si plus chers au départ, certains matériaux ont une durée de vie supérieure. Ma commune doit y penser au moment de construire et de rénover.

EPFL

Ma commune sollicite L’EPFL, car se sont dans les labos de l’EPFL que sont développées les technologies de demain.

NOVATRICE

Ma commune ne se contente pas de ce qui existe, mais propose des nouvelles solutions aux problèmes d’aujourd’hui, de demain et d’après-demain.

SAISIR

Ma commune saisisse les chances lorsqu’elles se présentent. La construction  d’un éco-quartier est encore possible dans notre commune.

Je me réjouis de vous retrouver sur la place François Silvant, route du Bois 27, le samedi 3 octobre 2015 de 11h00 à
16h00 pour la manifestation publique pour la labellisation.

Charles Koller

Conseiller communal

Charles Koller

Feuille Verte, Renens

QUALITÉ DE VILLE, QUALITÉ DE VIE : RENENS VIT UNE PÉRIODE CHARNIÈRE

Croisée, Gare de Renens, Entrepôts, Malley, Florissant… Les projets pour Renens sont nombreux et font parfois débat. Il est vrai que notre ville change, et l’Ouest lausannois avec elle, et qu’il faut adapter ses repères.

Renens a gagné un statut de ville avec la construction de la gare il y a plus de 100 ans. Cette première infrastructure ferroviaire a facilité les activités industrielles à ses abords en marge des villages de l’Ouest lau- sannois. Et la main d’œuvre arrivée sur place a donné vie à ces premières traces citadines qui se sont imposées depuis.

Depuis là, la ville se dessine, se créée comme toutes celles de notre canton pour s’adap- ter aux besoins de la société. Faire la ville et moderniser ses infrastructures permet d’adapter les écoles et structures de garde, de faire place à la culture, de travailler, de se déplacer et … d’habiter. La construction en cours du quartier de la Croisée avec 130 ap- partements, une école et un parc public en est un bon exemple.

Requalifier ou densifier n’est pas un objec- tif en soi auquel il faut sacrifier toutes ses valeurs. Il faut à chaque fois effectuer la pe- sée d’intérêt entre répondre à de nouveaux besoins comme accueillir de nouveaux ha- bitants et l’envie compréhensible de ne pas trop changer. Le tout sans charger la balance environnementale. Il convient dès lors de répondre à ces besoins en veillant à la qualité des espaces et des constructions.

Les espaces verts, en particulier, et leur biodiversité en font partie, que ce soit à l’échelle des maisons, de la rue, des jardins et parcs que de l’agglomération.

La qualité de vie, patrimoine collectif, est primordiale pour bien vivre ensemble.

Tinetta Maystre

Municipale, Renens

T.Maystre

Feuille Verte, Renens

PLUS DE NATURE EN VILLE MOINS DE BÉTON À LA CAMPAGNE

La ville : on y vit, on y travaille, on s’y déplace et y développe ses loisirs. Nous l’expérimentons toutes et tous au quotidien. Mais si on vous disait qu’on peut aussi y cultiver de quoi se nourrir ?

À l’heure de la mondialisation et des scan- dales alimentaires à répétition, les Verts sont convaincus qu’il est possible d’offrir une alimentation de proximité et de qualité aux habitants de la campagne comme à ceux des villes. Cela passe notamment par le dé- veloppement d’une agriculture urbaine, per- mettant aux habitants des agglomérations de produire eux-mêmes, au rythme des sai- sons, une partie des fruits et légumes qu’ils consomment.

Pour cela, les Verts de Renens ont déposé ces dernières années au Conseil communal un certain nombre d’interpellations et pos- tulats.

C’est ainsi grâce à leur action que des pota- gers urbains – à disposition des habitants du quartier – ont été créés lors de la rénovation du Parc des Paudex, que des variétés an- ciennes d’arbres fruitiers ont été plantées à divers endroits et des ruches placées à l’avenue de la Piscine, produisant un déli- cieux miel «made in Renens». Les Verts ont également demandé que des légumes bio et locaux soient servis dans les cantines de la commune.

QUALITÉ DE VILLE, QUALITÉ DE VIE : RENENS VIT UNE PÉRIODE CHARNIÈRE

Les choses bougent, mais il reste encore beaucoup à faire pour développer une vraie agriculture urbaine, gage de bodiversité et de qualité de vie, dans notre commune. Les Verts vont continuer à s’y employer avec passion, mais nous avons besoin de votre soutien !

Tinetta Maystre

Conseillère Municipale

T.Maystre

vote-vert

Feuille Verte, Prilly

RATÉ URBANISTIQUE

En janvier 2010, le Parti Libéral Radical orga- nisait une grande rencontre pour «imaginer le réaménagement» du centre-ville. La popu- lation, pensant pouvoir apporter sa pierre à l’édifice avait répondu avec enthousiasme.

5 ans plus tard, déception et désillusion sont de la partie : la majorité municipale de droite n’a finalement dessiné qu’un désastre urbain.

Cette place n’a jamais été une grande réus- site architecturale, mais sa rénovation a réussi à en faire un désert d’asphalte au point que certains la surnomme la Riponne de Prilly.

Le marché du vendredi a vu plusieurs de ses commerçants partir vers des endroits plus accueillants (et certainement plus ren- tables). Notre exécutif saura-t-il être inspiré de compenser son absence de vision urba- nistique par l’organisation d’animations ?

Quant aux autres projets de dynamisation du centre, ils semblent renvoyés aux calen- des grecques, la Municipalité étant trop oc- cupée à… A quoi en fait ?

Pour le groupe des Verts, il est temps que des animations régulières soient organisées sur la place du Marché. Il est également néces- saire de lancer une réflexion sur les heures de marché en le déplaçant par exemple au vendredi en fin de journée afin de toucher davantage de personnes. De même, il est temps de valoriser le Pré

Bournoud: un tel espace mérite mieux que d’être un terrain vague.

Maurizio Mattia

Conseiller communal

 

M.Mattia

marche_prilly

La nouvelle place du marché, vue du chemin du Centenaire.

Feuille Verte, Prilly

BUS À PRILLY : ÉTAT DES LIEUX

A Prilly, l’environnement est résolument urbain. Nous avons la chance d’avoir beaucoup de services à proximité de notre domicile (commerces, loisirs, sports, etc.). Pourtant cet environnement manque cruellement d’un élément essentiel au confort de tous : une bonne desserte en transports publics.

e bus est le moyen de déplacement idéal dans les villes, afin d’éviter embouteillages et problèmes de parking. Mais, dans ce do-

maine, nous pouvons encore nous améliorer.

Si notre commune est très bien reliée vers l’est, à la capitale cantonale, les liaisons nord-sud ainsi que vers l’ouest sont encore chancelantes et discrètes, voire inexis- tantes. Or, les trajets, par exemple vers Renens ou Malley, gagnent en importance au fur et à mesure du développement de ces sites stratégiques. Il faut résolument amé- liorer cette desserte.

les Verts s’engagent à ce que
les aménagements des transports publics soient plus pratiques et mieux harmonisés.

Prenons la ligne 33, qui traverse notre ville du nord au sud. Elle est très fréquentée et sa cadence a été récemment augmentée aux heures de pointe, durant lesquelles les bus sont pleins. Cette augmentation n’était vraisemblablement pas suffisante au vu de l’utilisation de la ligne, la cadence doit donc être améliorée à ces heures critiques pour passer à 10 voire 7 minutes. Le reste de la journée, la cadence doit passer à 15 minutes.

En outre, il faut absolument que les ho- raires soient harmonisés entre les jours de semaine et de week-end. Ceux qui prennent la ligne savent bien comme il est pénible d’avoir un bus la semaine à 20h16, le samedi à 20h19, le dimanche à 20h13 et à 20h18 pen- dant les vacances ! Cela doit changer, afin de faciliter la vie des usagers. De plus, la ponc- tualité doit être améliorée sur la ligne !

Il y a aussi la ligne 38, desservant notre com- mune; elle va désormais jusqu’à la gare de Renens. Vous ne la connaissez pas? C’est que cette ligne se termine et repart de l’arrêt Prilly-église, tout à l’ouest de la commune. Et c’est précisément le problème ! Il faut abso- lument que cette ligne arrive au centre-ville de Prilly pour nous relier au reste de l’Ouest. Pour être plus proche, plus souvent et plus rapidement, les Verts s’engagent à ce que les aménagements des

transports publics soient plus pratiques et mieux harmonisés.

Rebecca Joly

Conseillère communale

RJOLY

Ecublens, Feuille Verte

DÉVELOPPEMENT DURABLE : RENENS DEVANT, ÉCUBLENS TARDE À S’Y METTRE

Depuis douze ans, Berne encourage les com- munes suisses à s’engager dans le dévelop- pement durable – un nouveau cap indispen- sable et même peut-être insuffisant pour préserver notre avenir sur cette planète.

Des outils stimulants sont à disposition, comme l’agenda 21 ou le label Cité de l’énergie. Mais beaucoup de municipalités se sentent peu concernées. Selon l’Office fédéral du développement territorial (ARE), seulement un tiers de la population suisse vit dans une commune engagée dans une démarche de développement durable.

Que font Renens, Prilly et Écublens ? Toutes trois disposent d’un Fonds (dont le nom va- rie) pour encourager les économies d’énergie et le recours aux énergies renouvelables, alimenté par une taxe sur l’électricité vari- ant de 0,1 (Renens) à 0,3 (plafond prévu à Écublens) centimes par kWh. Pour le reste, l’engagement est bien variable.

À Renens, le développement durable est l’un des onze chapitres du programme de législature. On y trouve des objectifs qui concernent non seulement la mobi- lité douce, l’énergie ou les espaces verts, mais aussi l’intégration ou l’échange entre générations – ce qui correspond à la dimen- sion sociale du développement durable. Au Service Environnement-Maintenance, un «responsable environnemental» veille à ce que (toutes) les activités de la Ville se fas- sent selon les engagements communaux en matière de développement durable.

Renens a le label Cité de l’énergie depuis 2005; Prilly l’a reçu en 2012, six ans après s’être lancée dans ce projet. La commune dispose aussi d’un agenda 21, qui vise à une «amélioration de la qualité de vie» et se concrétise par des évaluations qualitatives.

Un tiers de la population suisse seulement vit dans une commune engagée dans une démarche
de développement durable

Écublens est la seule des trois qui ne figure pas sur le site de l’ARE rassemblant les démar- ches communales en Suisse. Elle a déposé sa candidature au label Cité de l’énergie et les démarches avancent grâce à notre munici- pale verte. Le programme de législature 2011- 2016 prévoit par ailleurs «d’étudier et mettre en place un agenda 21», mais ça ne figure plus dans le bilan intermédiaire présenté par la Municipalité en septembre 2014. C’est l’un des rares objectifs qui ne seront pas réalisés, faute de moyens engagés pour y parvenir.

Les Verts s’engagent naturellement à re- lancer ce projet, et soutenir toutes les dé- marches pour que nos
communes contribuent au

bien-être sur notre Terre à tous.

Alain Maillard

Conseiller communal

A.Maillard