Prilly

Prilly – Solidarité, circuits courts et économie de proximité

Aussi durable que possible et aussi soutenue que nécessaire

Postulat

Mesdames les Conseillères et Messieurs les Conseillers communaux,
Madame la Municipale, Messieurs les Municipaux,

Nous venons de traverser quatre mois de crise inattendue et sans précédent. Outre la crise sanitaire, c’est quasiment l’ensemble du fonctionnement de notre société qui en a pris un coup. Pour beaucoup, le ralentissement économique que la COVID-19 a provoqué, a augmenté la précarité, la perte d’emploi ou la faillite. Malheureusement, ces effets n’en sont qu’à leur début, les incertitudes financières dureront encore de
nombreux mois pour bon nombre de Suisses/ Suissesses et habitant.e.s de notre pays, sans parler de l’échelle mondiale.

Néanmoins, nous avons vu apparaître une solidarité et une bienveillance nouvelle entre les individus qu’il est bon de souligner et de souhaiter qu’elles perdurent, y compris dans la manière de «consommer».

En effet, le semi-confinement a permis à un grand nombre d’entre-nous de réfléchir au système économique dans lequel nous vivons et à s’essayer aux nombreux et créatifs systèmes de circuits courts. Le succès immédiat et durable durant la crise de la plateforme de soutient et d’achat « de bons de consommation » DireQt en faveur de nombreux.ses indépendant.e.s romand.e.s et le véritable boom de la demande en produits alimentaires de proximité en sont bel et bien quelques preuves. L’invitation aux vacances en Suisse, certes à défaut (pour certain.e.s) de pouvoir voyager plus
loin, permettra également, peut-on l’espérer, de favoriser une manière plus «slow» et locale de dépenser son argent, afin de relancer l’économie globale de notre pays.

Bref, la crise que nous venons de vivre rappelle l’importance d’avoir une économie locale forte, résiliente et résistante aux prochains chocs, particulièrement dans le cadre de la crise climatique à laquelle nous faisons face.

Renforcer ce tissu économique de proximité :
Bien que les marchés aient dû fermer dans nos villes, nos argiculteur.rice.s et paysan.ne.s vaudois.ses ont vu leurs ventes directes (et donc leur chiffre d’affaire) très fortement augmenter 1 et les habitudes de consommation (achats à la ferme, livraison de paniers de légumes, épicerie de produits locaux, achats groupés et partagés, coopératives alimentaires ou ferme participative) sont devenus de nouvelles normes. A l’opposé, la délocalisation de la production de matériel médical (par ex.) ou de
certains produits de première nécessité ont créé des pénuries et/ou des hausses de prix non compatibles avec les besoins et les moyens financiers qu’une telle crise a provoqués.

Promouvoir les circuits courts signifie :
o réduire les distances d’acheminement des produits et en améliorer la
disponibilité,
o encourager une agriculture et/ou production et transformation locale,
o favoriser des emplois locaux (qui, eux-mêmes, consomment et dépensent
localement, améliorant ainsi la circulation financière),
o aider les indépendant.e.s touché.e.s par la crise, renforcer les finances des
commerces et services de proximité,
o améliorer la traçabilité et le respect des normes environnementales,
o renforcer les liens entre agriculteur.rice.s et/ou producteur.rice.s et
consommateur.trices,
o revaloriser et mettre en avant la/les personne.s et le travail qui se cachent
« derrière » un produit,
o permettre aussi aux producteur.rice.s et indépendant.e.s de mieux tirer parti de la valeur ajoutée sur leurs produits.

Dès lors, ce postulat demande à la Municipalité d’étudier les outils pour promouvoir et développer les circuits courts, l’économie de proximité et/ou solidaire, de manière plus proche des besoins réels et actuels de la population de sa commune. Cette étude devra se faire en collaboration avec les acteurs locaux concernés (producteur.rice.s, indépendant.e.s, sociétés, entreprises, associations, commerces, etc..) ainsi que les associations intercommunales et régionales.

Le groupe de Vert.e.s propose à la Municipalité de Prilly d’étudier les réflexions suivantes :

Agriculture et alimentation de proximité :

  • Informer régulièrement la population (Prilly’hérault et/ou tout ménage et/ou post sur les RS) quant aux divers marchés, aux points de vente directe (à la ferme ou épiceries) et aux producteur.rice.s de la région livrant à domicile (paniers, groupements d’achat, coopératives alimentaires notamment)
  • Promouvoir, soutenir ou mettre en place des lieux de collectes pour des livraisons groupées de produits locaux (paniers par ex.). S’associer avec des agriculteur.rice.s et producteur.rice.s locaux pour mettre en place une telle offre à Prilly.
  • Repenser la tenue des marchés les vendredi matin à Prilly, notamment vis-à-vis des questions de fréquentation, horaires (durant les heures de bureau!) lieu, choix de stands et « ambiance » actuels. Inclure la population dans cette démarche pour mieux connaître ses attentes.
  • Soutenir les projets des sociétés, entreprises, commerces ou associations locales ayant pour but de favoriser les circuits courts et/ou l’agriculture locale.
  • Proposer et promouvoir l’utilisation des produits de la région, ainsi que la mise en valeur de leurs producteur.rice.s, lors de réceptions officielles organisées par la commune, mais aussi auprès des sociétés locales organisant toute manifestation public sur le territoire communal.
  • Apporter des soutiens et offrir des conditions favorables afin de favoriser l’implantation, le démarrage et le développement d’initiatives d’agriculture contractuelle de proximité (type AMAP, « paniers », associations d’agriculture urbaine, etc..)
  • Encourager et soutenir la transformation et distribution de produits de la région.

Economie, solidarité et commerces de proximité :

  • Prévoir un numéro de Prilly’hérault et/ou des posts sur les réseaux sociaux de la ville dans lesquels seront mis en vitrine les commerces de proximité et les indépendant.e.s prilléran.ne.s qui le souhaiteraient (pas simplement de la publicité mais une vraie présentation).
  • Etudier l’opportunité, en collaboration avec les producteur.rice.s et
  • indépendant.e.s de la commune et/ou de la région, de permettre la tenue d’un ou plusieurs stands de présentation/vente sur le domaine communal (par ex. le soir, à l’heure des pendulaires).
  • Promouvoir la mise en place de « troc de biens et services » ou « bon
  • procédé », selon le principe de solidarité.
  • Promouvoir auprès des commerces locaux (et habitants) le système de «Bons suspendus», pour que les personnes précarisées puissent bénéficier à prix réduits des produits/services se trouvant sur la commune, selon le principe de solidarité.
  • Promouvoir auprès des commerces et indépendants de Prilly les monnaies
  • locales (le Léman et éventuellement l’Epi) pour favoriser l’économie circulaire localisée.
  • Réfléchir à l’offre de « bons d’achats » à utiliser auprès des petits
  • commerces/indépendant.e.s de la commune, à disposition des habitant.e.s (à tout le monde ou aux plus nécessiteux).
  • Réfléchir à la mise en vente de « bons d’achat/soutien » aux commerces et indépendant.e.s de notre commune (à l’image de ce que pouvait proposer DireQt, bien qu’à plus petite échelle) afin de faire des promesses de vente certainement bienvenues pour ceux-ci.
  • Collaborer avec les collectivités voisines et les instances régionales pour développer des offres communes que ce soit pour la consommation alimentaire, de biens et services et de loisirs.
  • Favoriser l’appel aux commerces et indépendant.e.s de Prilly lors de
  • l’organisation de réceptions officielles organisées par la commune, mais aussi auprès des sociétés locales organisant toute manifestation public sur le territoire communal.

En vous remerciant pour votre attention.

Magali Russbach

1 D’au moins 30 à 40 % en moyenne sur les trois mois de semi-confinement, selon mes contacts professionnels dans le milieu de l’agriculture biologique local.

Ecublens

Ecublens – Economie de proximité, aussi durable que possible et aussi soutenue que nécessaire !

Vœu déposé au Conseil communal d’Ecublens du 11 juin 2020

Début mars, l’économie s’est brutalement ralentie voire même complètement stoppée dans certains domaines. Au niveau Suisse, le ralentissement économique mondial a plongé une partie de la population dans la précarité.

L’avenir restant incertain, il est nécessaire de soutenir une relocalisation de nos économies, afin de gagner en résilience.

Pourquoi soutenir l’économie de proximité?

Les perspectives économiques des prochains mois se traduiront vraisemblablement par de nombreuses faillites et licenciements.

La présence d’indépendants de notre commune sur les plateformes de soutien comme DireQt et Lausanne Région montre qu’Ecublens ne sera pas épargnée.

Les circuits courts répondent à une demande croissante de la part de la population qui s’est largement tournée vers la vente directe et les producteurs locaux lors de la crise du COVID-19.

D’une manière plus large l’économie de proximité permet de retrouver le sens même de l’économie, qui est de répondre aux besoins humains.

Soyons pragmatiques, un.e habitant.e qui dépense son argent à Ecublens va indirectement contribuer aux revenus fiscaux de la commune (au travers de l’imposition de l’entreprise ou de l’indépendant). La commune a donc doublement intérêt à stimuler une économie de proximité au service de sa population.

Comment soutenir et stimuler l’économie de proximité ?

Dans le contexte d’après COVID, nous souhaitons que le Municipalité intervienne afin de sauvegarder et stimuler notre économie de proximité.

L’édition de bon d’achat à utiliser sur le territoire d’Ecublens serait une excellente idée. Malheureusement l’absence d’une société de commerçants et d’artisans rend cette idée fastidieuse.

Voilà quelques propositions afin de promouvoir l’économie de proximité à travers une valorisation de nos indépendants :

  • Soutenir la création d’une société des commerçants et artisans d’Ecublens
  • Prévoir un numéro d’Ecublens’info dans lequel seront mis en vitrine nos commerces et nos indépendants
  • Étudier l’opportunité, en collaboration avec les producteurs, artisans et indépendants d’Ecublens, de permettre la tenue d’un ou plusieurs stands de présentation à la population
  • Étudier les outils pour promouvoir et développer les circuits courts en collaborations avec les acteurs locaux, comme par exemple la Ferme des Huttins et de Bassenges
  • Favoriser l’appel aux indépendants de la commune lors de réceptions officielles
  • Privilégier les produits de la région (périmètre à définir) dans la restauration collective (cantines scolaires, crèches)
  • Soutenir et favoriser les initiatives privées telles que notamment la ferme de Bassenges, et action Climat Ecublens

Pour le groupe de Vert.e.s d’Ecublens

Charles Koller,
Conseiller communal

Communes, Prilly

Prilly – Nouveau contresens cycliste sur le chemin de Bel-Orne

Les choses qui semblent les plus simples sont parfois ardues à mettre en place, mais au final, grâce notamment au travail de notre Conseiller Municipal Vert de Prilly, Maurizio Mattia, il a été possible d’obtenir un contresens cycliste à Bel-Orne. C’est un chemin magnifique, qui permet d’éviter la montée de la route des Flumeaux, un des axes routiers les plus fréquentés de Prilly. Dangereux par son étroitesse, son dénivelé qui nous ralentit à vélo, et son absence de piste cyclable, la route des Flumeaux est évitée par de nombreux cyclistes, à raison. Cette alternative passant devant le « mythique » chemin des chalets a d’ores et déjà trouvé ses adeptes.

Contresens cycliste à Bel-Orne

Le simple ajout d’une exception cycliste, ici composée d’un panneau “cycliste excepté”, d’un vélo et d’une flèche peinte au sol, demande parfois un travail acharné. Pourtant, fournir des chemins sûrs pour les vélos est un point essentiel de toutes politiques de promotion de la mobilité douce. C’est pourquoi il est important d’avoir des élus concernés et engagés sur ce thème dans toutes les communes.

https://goo.gl/maps/DBUvpQehes9RFoNk6

Oliver Amblet, conseiller communal à Prilly

Renens

Renens – mise en place d’un « plan climat » communal

Postulat déposé le 11 avril 2019 au Conseil communal de Renens

Alors que le climat se dérègle toujours plus sous le poids des activités humaines et qu’une prise de conscience sans précédent a lieu auprès de la population, notamment chez les jeunes ; des progrès et des actions concrètes peinent à se réaliser. Les décisions prises ne sont pas à la hauteur de l’enjeu.

La Suisse a souscrit aux accords de Paris sur le climat, et s’est engagée à réduire de moitié ses émissions d’ici à 2030, par rapport aux chiffres de 1990. Cet objectif, loin d’être ambitieux au vu des enjeux et des risques que le réchauffement fait encourir à notre qualité de vie, ne pourra être atteint que si nous tirons toutes et tous à la même corde.

Le canton de Vaud a décidé de faire sa part, en mettant en route l’élaboration d’un plan climat.

Et nous, commune ? Nous pouvons et nous devons agir maintenant et répondre aux inquiétudes et questionnement de nos concitoyens qui le crient haut et fort. Chaque action, même la plus basique, est utile. La moitié de la législature est passée et nous souhaitons que la Municipalité se penche sur ce qui a été fait et sur ce qui peut et doit encore être fait en matière de développement durable et de réchauffement climatique. Nous souhaitons que notre commune soit ambitieuse et avant-gardiste dans la transition écologique.

De ce fait, nous demandons à la Municipalité, par le biais de ce postulat, de mettre sur place un « plan climat » qui donnera l’opportunité à la Municipalité d’établir un état des lieux des émissions de CO2 de la commune, de mettre en place des objectifs chiffrés afin de réduire nos émissions ainsi que de proposer les moyens d’y parvenir. De plus, nous demandons que dans les prochains préavis que l’aspect « Développement durable » soit intégré systématiquement.

Au nom du groupe des Verts,

Jonas Kocher

Communes, Ecublens

Ecublens, Climat : un engagement local pour pallier l’immobilisme global. Quel engagement pour notre commune ?

Voeu deposé le 8 février au Conseil communal d’Ecublens

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux et communaux,

Alors que le climat se dérègle toujours plus sous le poids des activités humaines et qu’une prise de conscience sans précédent a lieu auprès de la jeune génération, des progrès et des actions concrètes peinent à se réaliser. Les décisions prises ne sont pas à la hauteur de l’enjeu. Et pourtant, le temps presse !

Nous souhaitons que notre commune soit ambitieuse dans la transition écologique.

La moitié de la législature est passée et nous souhaitons que la Municipalité se penche sur ce qui a été fait et sur ce qui peut et doit encore être fait en matière de développement durable.

Notre commune va être ré-auditée cette année en vue du renouvellement du label Cité de l’énergie. Dans cet objectif, elle va préparer et présenter son nouveau programme de politique énergétique pour les 4 prochaines années. Nous émettons le vœu que ce programme soit ambitieux et vise le label Gold.

De nombreuses subventions sont proposées à la population grâce au fonds d’encouragement pour le développement durable. Nous soutenons la Municipalité dans la poursuite de la recherche d’actions qui nous permettront toujours plus de prendre le tournant d’un changement d’habitude.

Nous émettons également le vœu que dans les prochains préavis un chapitre « Développement durable » soit intégré prenant en compte le développement durable.

Les Verts espèrent que les mesures déjà prises et les changements à venir seront désormais implémentés au cœur de notre commune, sans couleur politique et sans risque d’être chamboulés lors des prochaines législatures.

Merci de votre attention.

                                              Pour le groupe des Verts d’Ecublens

                                                                  Charles Koller                                                    

Ecublens, Ouest

Ecublens : Projet de suppression du goulet d’étranglement de Crissier

Prise de position et voeu

Prise de position et vœu des Verts d’Ecublens concernant le projet de suppression du goulet d’étranglement de Crissier

Ecublens, le 7 décembre 2018

Les Verts vaudois déposeront lundi leur opposition aux projets d’augmentation de capacité autoroutière de l’OFROU dans la région Lausanne-Morges. Le canton de Vaud mérite mieux comme politique de la mobilité. A l’heure d’une crise climatique de plus en plus sévère et pressante, la solution ne peut être de construire davantage de voies, de sorties et de contournements. Pour un canton qui ait de l’avenir, il est temps d’investir dans le transfert modal et la mobilité douce : pour notre santé et notre planète.

Mais que dit le palm en matière de Mobilité multimodale ?

Sur le site du Palm, nous pouvons lire :

« Fort du constat qu’un système de déplacement entièrement tourné vers les transports individuels engendre un engorgement accru des réseaux routiers et est contradictoire avec des objectifs de développement durable, le PALM a opté pour une politique volontariste qui promeut activement transports publics et mobilités douces (piétons, vélos). »

 Ne sommes-nous pas en total contradiction avec ce projet ?

Le Palm nous parle aussi de la mobilité douce.

La mobilité douce

« Potentiel considérable dans les déplacements urbains quotidiens, la mobilité douce est destinée à devenir le 3ème pilier des modes de déplacement dans l’agglomération. Principalement financée par les communes et encouragée par la Confédération, la mobilité douce est prise en considération dès la première étape d’un projet de construction ou de réaménagement ».

Source site du PALM http://www.lausanne-morges.ch/index.php?aid=27

Actuellement nous sommes à la première étape du projet de suppression du goulet d’étranglement de Crissier, soit à la mise à l’enquête publique. Les mesures d’accompagnement sont floues. Comment les infrastructures nécessaires vont-elles se développer autour du projet ? Les communes auront-elles les moyens et la majorité politique nécessaire pour faire les investissements au bon moment ?

Le Palm et le canton nous confirment bien qu’il y aura des aménagements prévus, mais pour l’instant les seuls aménagements prévus, sont les sorties et les entrées d’autoroutes.

Il faut plus que jamais penser la mobilité de manière globale et déterminée et, d’une part, utiliser les leviers mis à disposition par l’aménagement du territoire pour mieux penser les zones de travail, d’habitat et de loisirs et ainsi réduire les besoins en déplacement.

Quelques remarques pour la commune d’Ecublens

 Dans le programme de législature de la Municipalité 2016-2021, figurent quelques mesures qui doivent être misent en rapport direct avec le projet.

  • Garantir la certification de nos forêts en maintenant le suivi des mesures respectueuses de l’environnement.
  • Etudier la requalification des chemins du Dévent et de la Motte afin de décharger la route de la Pierre et la rue du Villars avant l’ouverture de la nouvelle jonction autoroutière d’Ecublens et y créer une piste cyclable.
  • Promouvoir la mobilité douce en favorisant le développement des réseaux dans les projets d’urbanisme et d’infrastructures.
  • Développer les transports publics en renforçant le transfert modal.
  • -Accompagner le projet de la jonction autoroutière d’Ecublens et prévoir les aménagements des infrastructures nécessaires au développement et à l’accessibilité du territoire communal.

Dans le cas où la mise à l’enquête devait conduire à la confirmation du projet, nous émettons le vœu que la Municipalité présente au Conseil communal son plan de mesures d’accompagnements. Il serait pertinent qu’il intègre les points suivants :

  • Une vision à la fois à court, moyen et long terme des mesures à mettre en place
  • Une estimation des coûts avec son mode de financement
  • Le plan de développement de la mobilité douce
  • La continuité des aménagements et leur intégration cohérente sur le territoire de notre commune et au-delà.
  • L’aménagement d’une voie express sécurisée et non de loisirs pour les vélos
  • Le renforcement des transports publics
  •  La signalisation des chemins pédestres
  • La construction et l’entretien des chemins pédestres
  • La promotion de la mobilité douce

Merci de votre attention

                                    Pour le groupe des Verts d’Ecublens

Charles Koller

Ouest, Prilly

Prilly : Le 1er août : une belle fête populaire et moins polluante? – Suite

Interpellation

En date du 25 septembre 2017, les soussignées ont déposé une interpellation au Conseil communal sur l’opportunité d’utiliser des verres en plastique réutilisables lors de la manifestation patriotique organisée chaque 31 juillet par la Ville de Prilly. Les réponses qu’y a apportées la Municipalité en date du 9 avril 2018 ont suscité de nouvelles questions de la part des interpellatrices. La Municipalité les a alors invitées à les poser dans le cadre d’une nouvelle interpellation.

Pour faire suite à la «  Réponse municipale à l’interpellation des Conseillères Rebecca Joly et Johanna Monney ” Le 1er août : une belle fête populaire et moins polluante?” », nous posons donc les questions complémentaires suivantes à la Municipalité :

  • À la question « pourquoi, lors de manifestations publiques, la Commune ne propose-t-elle pas, voire n’impose-t-elle pas l’utilisation de gobelets et vaisselles réutilisables? », la Municipalité explique qu’un système de verres réutilisables n’a pas été mis en place pour la manifestation du 31 juillet parce que « cela complexifie l’organisation de la buvette et nécessite des ressources supplémentaires en personnel bénévole ». Selon la Municipalité, dans quelles proportions la mise en place d’un tel système complexifierait-elle l’organisation et demanderait-elle des ressources supplémentaires en personnel bénévole ?

  • La Municipalité communique ensuite le montant qu’il s’agirait d’investir pour la location de verres en plastique réutilisables personnalisés pour la manifestation du 31 juillet (CHF 2’950.-). Quel est le montant investi aujourd’hui pour l’achat de verres en plastique jetables, le débarrassage des tables et la gestion des déchets (voirie, engagement de jeunes dans le cadre de l’opération Coupd’pouce) ?

  • Les chiffres communiqués par la Municipalité pour l’achat de verres en plastiques réutilisables se basent sur une offre de la société SwissEcology. La Municipalité a-t-elle envisagé de demander une offre auprès d’autres entreprises, qui pourraient être moins chères (Ecomanif, Infini Printing, par exemple) ?

  • À la question « existe-il, au niveau de la commune, une directive concernant la gestion des déchets lors des manifestations ou, de manière plus générale, un guide pour des manifestations plus “durables” », la Municipalité répond qu’ « un tel projet avait été lancé par le Service Energie & Environnement, il y a quelque temps de cela, sur le modèle de celui de Renens ; il n’a finalement pas été mis en œuvre pour des questions de coût ». Quels coûts exacts la mise en œuvre d’un tel projet aurait-elle impliqués ? Une solution plus économique (par exemple, en mettant uniquement le guide sur le site Internet de la Ville) a-t-elle été envisagée ? Renens étant entrée dans une même démarche, la Municipalité a-t-elle envisagé de chercher synergies entre les deux communes ?

Nous remercions d’avance la Municipalité pour sa réponse à cette interpellation.

Rebecca Joly et Johanna Monney