Echos du Conseil communal de Morges

Echos du Conseil du 21 juin 2016

par Philippe Beck, conseiller communal Vert.

Dernière séance de la législature ! Et comme chaque année, la séance de mi-juin est dédiée essentiellement au rapport de gestion et aux voeux qu’il a suscité de la part de la Commission de gestion (Cogest) et de la Commission des finances (CoFin).

Démission – élection – démission…

C’est l’inénarrable groupe UDC qui mène cette valse malsaine :

  • Il y a quelques mois, son ancien chef de groupe Rémy Delalande démissionne du groupe et du Conseil, jugeant l’UDC morgienne trop tiède, selon ce que nous avons entendu. C’est son droit.
  • Il est donc remplacé au Conseil.
  • Mais l’UDC réinscrit le démissionnaire sur sa liste électorale communale (avec son accord évidemment). Diable, on ne va quand même pas négliger de faire voter pour quelqu’un d’un brin connu, même s’il ne veut plus de nous !
  • L’homme est en effet réélu. Mais n’a toujours pas l’intention de siéger parmi nous…
  • Alors ce 11 juin, il fallait enregistrer sa «re-démission»… pour nommer quelqu’un à sa place.

Vous trouvez ce procédé démocratique, vous ? Ah… bon ?

Politique culturelle 2016-2020

Fin en queue de poisson pour le débat sur la politique culturelle 2011-2016, dont le PLR avait fait voter un «2e débat» le mois dernier (cf. notre écho du 11 mai): la Municipalité s’étant entre-temps engagée «à soutenir, si c’est le souhait de la Commission culturelle, le fait que cette instance soit consultée sur les subventions annuelles en plus des subventions extraordinaires», la minorité a retiré son rapport qui demandait le renvoi de tout le dossier sous ce menu prétexte.

C’est finalement avec juste 3 abstentions que le préavis municipal a été définitivement voté. Tout est bien qui finit… comme ça aurait dû être dès le début.

Rapport de gestion

Or donc, discussion du gros rapport de gestion rédigé par la Municipalité.

Long rituel, un peu trop rituel justement, j’en ai déjà parlé l’an dernier. Mais certains points abordés sont évidemment d’importance.

Par exemple, ces voeux réclamant que des mesures soient prises au Centre de vie enfantine de la Gracieuse, où des problèmes de direction, d’effectifs et de climatisation sont en effet apparus. Problèmes «dénoncés de toute part» selon un conseiller PLR soutenu par la droite unanime, alors que d’autres conseillers témoignaient d’une satisfaction des parents… Etrange quand même, qu’une telle problématique finisse par un bête vote «gauche contre droite». Bref: la Municipalité est «invitée à y réfléchir». Voilà qui va loin…

Autres rapports de commission

Le Conseil a aussi pris rapidement des décisions sur les derniers préavis de la législature :

  • pour le remplacement de l’orgue du Temple – accepté sans opposition;
  • pour la réalisation d’une place de rebroussement et de places de dépose-minute au ch. des Philosophes – idem
  • pour adopter les statuts du Groupement forestier de Ballens-Mollens – carrément à l’unanimité !
  • pour adopter la convention modifiée entre les communes partenaires des TPM – acceptée malgré quelques récriminations relatives à la quote-part, jugée trop élevée, de la contribution de Morges par rapport à celle des communes avoisinantes. Reproche endémique, le problème concernant également la piscine, la patinoire, la bibliothèque, Couvaloup 12, Beausobre, etc. etc.

Il est vrai que les 46% payés par les contribuables morgiens peuvent sembler élevés. Il est vrai que notre représentation au sein de l’organisme directeur n’est que de 25%. Ca s’appelle «faire de la place aux petits», ou «écouter la voix de tous». Un principe clé de la démocratie, qui n’est pas, qui ne doit jamais être, faut-il le rappeler, une simple dictature des majorités de passage !

Au final, «ça passe», mais avec 50 voix seulement.

Soutenir l’intégration des migrants de la misère

Christine Dubochet a déposé une interpellation demandant que la Municipalité informe le Conseil sur les mesures prises par la commune pour faciliter l’intégration des migrants.

Au-revoir !

3 Municipaux s’en vont: Denis Pittet et Yves Paccaud pour raison d’âge, et Daniel Buache, non réélu. Les discours d’adieu étaient donc de rigueur.

Enfin, le soussigné ne s’étant pas représenté aux élections communales, ceci est son dernier “écho du Conseil”. Et probablement sa dernière contribution au présent site.

Si vous voulez savoir pourquoi j’arrête «la politique» comme on dit, sachez simplement que je désire me concentrer sur les activités de l’association «Ecojardins Morges» d’une part, de l’Association vaudoise pour la médiation de voisinage (AsMéd-VD) d’autre part. On ne peut pas tout (bien) faire !…

Au-revoir tout le monde, donc, et merci de votre intérêt pour les Verts d’une part, et pour le Conseil communal morgien d’autre part !