Intervention communale, Lausanne, Sophie Michaud Gigon

Pour des rues vivantes

Intervention

Préavis N° 2018/11 : « Rues vivantes » Aménagements urbains, valorisation des espaces publics et modération du trafic – Demande de crédits de réalisation

Comme le rappelait le Syndic dernièrement, on dit parfois des Verts qu’ils ne sont ni de gauche ni de droite mais devant. C’est le cas pour la requalification de l’espace public qui est l’objet de ce préavis. Nos nombreux postulats et interventions faites dans ce Conseil depuis 10 ans attestent parfaitement de notre engagement et cela en continu.

Mais nous préférons ne pas rester tout seuls devant et sommes donc ravis d’être rejoints sur cette thématique par un préavis de la Municipalité. Nous sommes donc fortement favorables à ce préavis et remercions la Municipale en charge de l’avoir concrétisé.

Dans les quartiers de Lausanne, ces mesures bien concrètes permises par le crédit validé, se verront. Comme par ex les zones de rencontres, chères à notre collègue Beaud.

Elles sont l’outil le plus adapté pour permettre le partage de l’espace public entre les différents usagers, pour que les routes deviennent rues et ne soient plus seulement des espaces de circulation mais deviennent de véritables lieux de vie, sécurisés et que les habitants puissent s’approprier.

Il n’y a pas de clivage gauche-droite à avoir sur le bien vivre ensemble ; des enfants aux seniors, en passant par les actifs de notre ville, nous sommes tous gagnants à avoir des bancs, des cheminements sécurisés pour aller à l’école, un centre-ville aux commerces vivants et dynamiques, une rampe ici ou là, des petites choses que la population appelle de ses vœux dans tous les quartiers de la ville et qui ne doivent pas tous passer devant notre Conseil. Vraiment pas. Ces petits aménagements font office de déclencheur et les habitants deviennent acteurs de leur ville et s’y engage ensemble.

Les grandes villes suisses ont élaboré une stratégie et Lausanne emboîte le pas avec ce préavis concret, que les Verts vous invitent à plébisciter.

Sophie Michaud Gigon

Alice Genoud, Intervention communale

Lausanne, pionnière en agriculture urbaine

Intervention sur le R105 – Politique d’agriculture urbaine

Madame la Présidente, Chères et chers collègues,

C’est avec grand plaisir que les Verts ont pu se pencher ce rapport-préavis qui définit, pour la suite de la législature et au delà, les jalons pour une politique d’agriculture urbaine efficace et prenant en compte autant les besoins des agriculteurs que ceux des « consommateurs ». Les Verts sont extrêmement actifs sur cette thématique, en témoigne les trois préavis (sur quatre) auxquels la municipalité répond sont issus de nos rangs. Comme mentionné dans le préavis, l’agriculture urbaine est « Multifonctionnelle, l’agriculture urbaine contribue à la production de denrées alimentaires, au paysage, à la biodiversité, au maintien des ressources », elle est aussi à un facteur de cohésion sociale et de sensibilisation à l’environnement important et c’est ces nombreux bénéfices que les Verts cherchent à mettre en avant depuis de nombreuses années.

Les Verts ne peuvent que saluer une vrai politique d’envergure, pionnière au niveau d’une Ville, qui permettra de consolider la place de choix qu’à déjà Lausanne sur ces questions. Ce rapport-préavis démontre en effet la richesse des acteurs présents sur ces questions à Lausanne, que ce soit bien sûr les agriculteurs et les difféerents services administratifs, mais aussi les nombreuses actives sur le sujet, les professeurs et étudiants de l’UNIL, les vignobles, les écoles de la Ville et j’en passe. Il est important pour tous ces acteurs, de pouvoir bénéficier d’une politique claire et sur la durée, ce à quoi ce rapport-préavis répond.

Ce cadre permettra de consolider mais aussi d’innover, dans un domaine où on sent un engouement important de la population, au vu du nombre de demande et d’associations créées autours de l’agriculture urbaine et de la nature en Ville.

Ce rapport-préavis est néanmoins pour une part non négligeable un rapport d’intention et les Verts resteront attentifs à ce qu’ils puissent être concrétisés rapidement et de façon pérenne, notamment quand des crédits seront nécessaires à sa réalisation.

Les Verts ne peuvent que vous inviter à accepter ce rapport-préavis et à continuer à défendre Lausanne comme ville pionnière dans ce domaine.

Alice Genoud

Intervention communale, Sophie Michaud Gigon

Aménagement de l’avenue du Grey

Question écrite

L’aménagement de l’avenue du Grey fait l’objet de discussions depuis des années au sein de notre Conseil et avec l’administration communale lors du développement de projets dans le Nord-Ouest lausannois (Plaine-du-Loup, Bergières). Durant plusieurs années, autant les habitants que les associations et les politiques soulignaient l’importance de prévoir un aménagement plus adapté et humain de cette artère sectionnant le quartier en deux. La Municipalité a même reçu des propositions concrètes pour le quartier.

Les Verts ont rappelé la nécessité de faire rimer l’évolution du quartier des Bergières avec le réaménagement de cette pénétrante urbaine et donc de prévoir le financement public idoine puisqu’il s’agit d’un espace public aux mains de la Ville.

Jusqu’à maintenant, le plan des investissements intégrait ces travaux pour 2021. La Municipalité a d’ailleurs répondu en détails à l’interpellation déposée par les Verts sur le réaménagement de l’avenue du Grey : « En ce qui concerne l’aménagement de l’avenue du Grey et de ses abords, des réflexions sont en cours afin d’assurer la bonne coordination entre le projet immobilier précité et le projet de réaménagement des espaces ouverts. Tenant compte de la situation financière de la Ville, la Municipalité prévoit, à l’heure actuelle, de réaménager l’avenue du Grey en 2021. Elle a inscrit cet objet au plan des investissements. » (21 avril 2016)

Aujourd’hui, le plan des investissements 2018-2021 ne fait cependant plus mention de ces travaux.

Qu’en est-il et quel est le budget qui assurera ces travaux? Faut-il compter avec des retards et un atermoiement de ces travaux pourtant longtemps attendus ?

Sophie Michaud Gigon

Intervention communale, Karine Roch

De meilleurs horaires pour la distribution des kits pour la Fête des voisins

Question orale

Je salue l’initiative de la Ville d’avoir installé pendant 1 mois le bureau de la Fête des voisins au Barbare afin de distribuer les kits de matériel pour la fête qui a lieu fin mai. L’idée d’y avoir joint des semences et des plantons à faire pousser au pied des immeubles est excellente. Les espaces cultivés en ville ont un potentiel extraordinaire pour développer les liens de voisinage.

Toutefois, je trouve qu’un petit effort aurait pu être fait pour les horaires d’ouverture au public.  C’est toujours l’horaire habituel 8h00 à 11h30 et de 12h30 à 16h30.  Certes un petit moment est ouvert sur la période de midi mais il y a de fortes chances que beaucoup de gens arrivent à midi pile… lorsque c’est déjà fermé. Quant à la fermeture à 16h30, c’est vraiment dommage.

Je pose la question à Madame la Directrice du LEA: le bureau de la Fête des voisins pourrait-il avoir des horaires un peu mieux adaptés?

Karine Roch

Intervention communale, Valéry Beaud

Plaines-du-Loup : maison du projet et développement du parc

Intervention
R88 – Préavis 2018/01 – Projet Métamorphose

Voici encore un moment important pour le projet Métamorphose et plus spécifiquement pour le projet d’écoquartier des Plaines-du-Loup, qui entre cette fois-ci en phase de concrétisation. Onze ans après le premier préavis d’intention, les travaux ont débuté le mois passé.

Le crédit d’investissement de près de 13 millions de francs qui nous est demandé ce soir pour les écoquartiers des Plaines-du-Loup et des Près-de-Vidy peut paraître important, d’autant qu’il concerne essentiellement des travaux préparatoires et d’équipements peu visibles : des démolitions, des pistes de chantier, des réseaux et des pré-aménagements d’espaces publics. A première vue, je comprends que cela puisse paraître cher, mais c’est un passage obligé pour développer un tel nouveau morceau de ville, car c’est bien de cela dont il s’agit.

Si l’on prend l’exemple des travaux préparatoires et d’équipements de la première étape de l’écoquartier des Plaines-du-Loup, un investissement de Fr. 7’777’000.- selon le préavis, et qu’on le rapporte aux 2’180 habitants et 1’100 emplois qui rejoindront ce périmètre dès 2021, cela ne représente plus que 2’371.- par personne. Vous reconnaitrez que cela semble tout de suite beaucoup plus raisonnable.

Pour ma part, au delà de ces aspects techniques et financiers, je tiens ce soir à mettre en évidence deux points particulièrement importants à nos yeux, qui figurent de manière assez discrète dans ce préavis :

  • tout d’abord, l’apparition d’une maison du projet, première étape de la permanence de quartier proposée par l’Association écoquartier en 2015 et relayée dans mon postulat intitulé « Une gouvernance participative pour l’écoquartier des Plaines-du-Loup » le 16 juin 2015 ; lieu d’expositions, de rencontres et de débats, ouvert aux riverains, aux acteurs locaux, aux investisseurs et aux futurs habitants, cette maison du projet est un outil indispensable en soutien du développement du projet et des démarches participatives et citoyennes à venir ;
  • deuxième aspect que je souhaite mettre en évidence, le pré-aménagement d’espaces publics au sein de l’écoquartier des Plaines-du-Loup, particulièrement le développement du Parc du Loup, qui doit permettre de préserver un espace de délassement et une perméabilité piétonne pour les habitants des quartiers voisins pendant la construction de la première étape ; au cours du projet Métamorphose, différentes étapes de démarche participative se sont succédées, avec plus ou moins de réussite, mais celle-ci est incontestablement la plus aboutie ; en effet, le parc a non seulement été conçu de façon participative avec les habitants actuels et futurs, mais il est également réalisé avec les habitants, dans une phase de co-construction en cours ; j’ai eu la chance d’assister à la soirée participative du 19 janvier dernier et aux chantiers participatifs d’il y a 10 jours ; pour l’avoir vu de mes propres yeux, je peux vous assurer que la démarche a été un véritable succès ; si nous donnons l’opportunité aux habitants de co-construire, ils la saisissent ; c’est un enseignement à retenir pour la suite, car nous attendons naturellement le même degré de participation citoyenne dans la suite du projet, particulièrement pour la conception et la réalisation des espaces publics situés dans la première étape de l’écoquartier.

Vous l’aurez compris, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que les Verts lausannois vous recommandent d’accepter les différentes conclusions de ce rapport-préavis.

Valéry Beaud

Intervention communale, Sophie Michaud Gigon

La maison de la Vallombreuse 8 est en vente, la Ville saisira-t-elle l’opportunité ?

Interpellation urgente

En 2016, la conseillère communale écologiste Séverine Evéquoz se penchait sur les opportunités de valoriser le site de la Vallombreuse. Ce vaste domaine est en quasi-totalité en main de la Ville, à l’exception d’une maison de maître et de son jardin qui sont encore en mains privées; le potentiel de valorisation du site est important pour des projets attractifs dans un quartier par ailleurs majoritairement résidentiel. Le postulat « Quel avenir pour le Pavillon Rousseau et l’herbier vivant de Rosalie de Constant au domaine de la Chablière ? » proposait donc à la Ville d’acheter ce bien dans le but de permettre une exploitation globale du site. En acquérant la maison de maître de la Vallombreuse 8, la Ville pourra ainsi réfléchir sur l’ensemble. Le délai de réponse au postulat a été prolongé au 31 mars 2018.

Depuis 3 semaines, la maison de la Vallombreuse est en vente publique pour un montant de 2’750’000.- CHF. C’est un montant de départ élevé mais l’objet est de belle valeur. Si nous attendons, la vente risque de se faire sans que Lausanne puisse y participer et nous perdrons l’opportunité d’avoir tout le site à disposition d’un beau projet.

Cette situation nous mène à poser les questions suivantes à la Municipalité:

  • La Municipalité a-t-elle mené une réflexion sur les opportunités de ce site, et si oui, qu’elles en sont les conclusions ?
  • A-t-elle effectué une estimation immobilière du bien ?
  • A-t-elle fait une offre pour l’achat de la maison de Maître actuellement en vente? Et si non, compte-t-elle le faire rapidement?

Nous remercions par avance la Municipalité de ses réponses.

Sophie Michaud Gigon

Intervention communale, Lausanne, Sara Gnoni

Pour une journée des piétons

Postulat

Pour une journée des piétons dans certaines zones de la Ville à intervalles réguliers

Lors de certaines manifestations sportives ou culturelles certains lieux de la Ville (quartier de la Cité, Quais d’Ouchy,…) sont fermés au trafic et les rues sont, au grand plaisir de tous, reconquises par les piétons. Les rues étaient autrefois également fermées pendant une journée entière lors des fameux dimanches sans voitures, événements qui ont disparus malheureusement depuis la fin des années ‘70.

A Paris, depuis mai 2016, chaque 1 er dimanche du mois l’avenue des Champs-Elysées est laissée libre aux piétons et l’opération est un succès.

Ces moments sont extrêmement importants et apportent beaucoup de bien-être à la population qui peut marcher librement sur la route, aller à vélo ou en rollers, sans bruits ni désagréments que les voitures engendrent. Quel plaisir, en effet, de pouvoir se balader sans se préoccuper des voitures, sur des surfaces immenses et hostiles aux piétons le reste du temps. Les rues sans voitures, au lieu de séparer des lieux de vie, permettent de les relier, et d’être le lieu d’activités de rassemblement entre les immeubles. Les enfants peuvent circuler sans risques, jouer, faire du vélo, du roller, ou en hiver des batailles de boules de neige (si le climat du XXIème siècle le permet). Il serait également possible d’organiser des événements par exemple organisés par les associations de quartier, ou la fête des voisins, sur un espace plane parfaitement adapté à mettre des tables, des chaises ou une scène.

Un adage dit qu’on sait ce que l’on a lorsqu’on le perd. Ainsi, ces journées sans trafic permettent de mesurer à quel point le silence d’un jour sans trafic manque, une fois celui-ci revenu. Ce bruit, accepté avec fatalité par les habitantes et habitants, est continu, néfaste et suivant les axes dangereux pour la santé de la population. Une fois l’expérience faite d’une journée entière sans cette nuisance, la prise de conscience sera très probablement plus large.

Le but de ce postulat est de demander à la Municipalité d’étudier la possibilité de laisser certains lieux ou rues de la Ville aux piétons, un dimanche par mois au début, ou d’établir une procédure facilitée de fermeture de tronçons de rues de manière ponctuelle , en fonction des demandes de groupes d’habitants, de sociétés locales, ou d’associations de quartier.

Sara Gnoni

Gaëlle Lapique, Intervention communale, Lausanne

Pérenniser les correspondants de nuit

Les Verts saluent ce rapport-préavis visant d’une part à pérenniser les correspondants de nuit (CN), et d’autre part à élargir leur mandat – tant au niveau de leur domaine d’intervention, que de leur zone d’action.

Les Verts saluent cet soutiendront largement ce rapport-préavis et ses conclusions amendées pour plusieurs raisons :

  • Les CN ont fait leur preuve – plusieurs évaluations externes le prouvent
  • Les CN ont su trouver leur place au Flon et gagné la confiance des multiples acteurs qui se côtoyaient déjà sur cet îlot de la vie nocturne
  • Les CN ont su convaincre du bien-fondé de leur travail, qui se situe entre la médiation, la réduction des risques et un rôle plus policier et régulateur
  • Les CN sont une équipe compétente, au bénéfice de parcours professionnels variés et complémentaires – sécurité, social, sanitaire – ce qui les rend d’autant plus pertinents

Pour finir ce concert de louanges, je souhaiterais poser 3 questions à la Municipalité – dans l’ordre d’importance => argent, politique des quartiers et des toilettes

Financement : qu’en-est-il d’une éventuelle participation du canton (notamment au vu du rôle des CN en termes de RR), des autres communes, de Mobimo – ces questions ont été soulevées en commission, sans que des réponses n’aient pu être apportées au moment de la commission.
2 constats factuels : Les CN seront amenés à travailler de plus en plus en périphérie + il y aura à l’avenir 10 CN et 4 TSHM.
Mes questions : comment compte-t-elle faire collaborer CN et les autres structures qui interviennent ds les Q et qui potentiellement travailleront avec les mêmes population– comme les TSHM, les centres de loisirs, la brigade de la jeunesse, etc.

Et entend-elle renforcer les équipes de TSHM dans les quartiers ou estime-t-elle que l’extension des mandats des CN suffira à combler la faible dotation en TSHM ? (pour info : Genève peut compter sur 13 TSHM, Yverdon 4) – en gros, des jeunes qui font du bruit au pied d’un immeuble – > il est juste et pertinent que les CN interviennent et fassent de la médiation. Mais ce bruit peut être avant-coureur d’autres problématiques plus profondes, qui ne peuvent être abordées dans l’ici et le maintenant

L’absence de WC publics au Flon est de plus en plus problématique pour les usagers. Des WC publics contribueraient à davantage de propreté de l’espace public, à allouer les ressources policières vers des problèmes plus pressants. La Municipalité a-t-elle relayé auprès de Mobimo cette demande et, si oui, où en est le dossier ?

Gaëlle Lapique

Intervention communale, Lausanne, Xavier Company

Une deuxième vie pour nos livres

Tant le postulat que la réponse de la Municipalité proposent une politique soutenue par les Verts, de recyclage, de partage et de sensibilisation citoyenne, puisque ce ne sont pas les employés communaux qui travaillent pour cette mise à disposition gratuite de livres, mais bien une association citoyenne qui n’est que faiblement soutenue par la ville.

Les Verts soutiennent donc la réponse de la Municipalité et encouragent la Municipalité à continuer son soutien à la «Voie des arts», en se réjouissant de la prochaine ouverture de cinq nouvelles cabines téléphoniques réaffectées en «boîte d’échange» pour livres.

Xavier Company

Intervention communale, Lausanne, Valéry Beaud

Démolition – reconstruction à la Rue des Fontenailles 21 et 23

Intervention

En décembre dernier, les Verts lausannois avaient fait opposition à l’enquête publique du projet de démolition de 2 maisons pour la construction d’un bâtiment de 20 logements à la Rue des Fontenailles 21 et 23.

Les raisons de notre opposition étaient notamment les suivantes :

  • les deux maisons soumises à la démolition forment avec les quatre situées directement au Sud ainsi que d’autres dans les environs un ensemble bâti digne d’intérêt ;
  • le projet fait disparaître des valeurs qui font l’identité de la rue et du quartier, à savoir les murets, les jardins, ainsi qu’une dizaine d’arbres ;
  • la hauteur du bâtiment projeté est exagérée et dépasserait nettement les gabarits actuels des bâtiments avoisinants, dénaturant ainsi la valeur d’ensemble du quartier ;
  • la position de la façade Nord viendrait rompre l’alignement de la Rue des Fontenailles ;
  • etc.

Depuis lors, la Municipalité a refusé la délivrance du permis de construire. Nous souhaitons la remercier pour sa décision et lui témoigner notre soutien. Nous l’encourageons à poursuivre également ce combat, sachant que les propriétaires ont malheureusement décidé de faire recours contre cette décision. Avec la jurisprudence récente, nous pouvons toutefois être assez confiant sur le résultat à venir devant les tribunaux. Mais ce projet constitue une exemple de plus qu’il est urgent d’entamer la révision du Plan général d’affectation (PGA), afin de donner aux ensembles bâtis dignes d’intérêt la protection qu’ils méritent.

Cela dit, les Verts vous recommandent de renvoyer les 2 pétitions à la Municipalité pour étude et communication.

Valéry Beaud