Intervention communale, Lausanne

Aménagements provisoires sur la place du Tunnel

Intervention

«La ville, comme l’affirme le géographe Jacques Lévy, est encore ce que l’on a inventé de mieux pour se rencontrer. Et au sein de la ville, ce sont les places qui font le meilleur accueil à ces rencontres». (ATE Magazine/Septembre 2015)

Les Verts sont les premiers à œuvrer pour que la Ville favorise les places, ces espaces publics privilégiés de rencontre et de détente dans la ville. Nos différentes initiatives en la matière confirment notre engagement pour un urbanisme qui favorise la qualité de vie.

Nous sommes donc heureux qu’après plus de 10 ans d’attente, une nouvelle perspective, même éphémère, soit offerte aux habitants et usagers du Tunnel. Des terrasses, une place de jeu, des arbres, etc. : il y a de quoi renforcer l’attractivité de cette place naturelle située à deux pas du Centre ville dans un quartier qui ne dispose pas de nombreux parcs. En lisant ce préavis, j’ai plusieurs fois pensé que l’endroit serait peut-être propice pour réaliser un café-jeux couvert à destination des enfants comme des adultes les accompagnant, demande que j’ai décrite dans un postulat récent et qui répondrait à une réelle demande des familles lausannoises.

Les Verts voteront donc en faveur de ce rapport-préavis.

Tout en dosant notre enthousiasme.

La question du faible lien entre cet îlot entouré par les véhicules de passage et les nouvelles terrasses du quartier, la question de la cohabitation entre activités de quartier et grandes manifestations ou plus exactement de la coordination des événements sur cette place sont certes des défis qui nécessiteraient des solutions plus ambitieuses. Et plus onéreuses. La Municipalité a pris ici le parti d’un réaménagement modeste afin qu’il ait lieu dans un futur proche.

Nous espérons tous que la «sauce prenne», que les différents usages cohabitent bien et, de manière plus générale, que Lausanne puisse à l’avenir investir davantage dans les places qui favorisent la qualité de vie en ville.

Sophie Michaud Gigon, le 10 mai 2016