Intervention communale, Lausanne, Xavier Company

Sion 2026: et si on parlait des coûts pour Lausanne ?

Interpellation

Nous le savons depuis maintenant plusieurs mois, le Valais, et Sion plus particulièrement, entend soumettre une nouvelle candidature pour accueillir des Jeux Olympiques d’hiver, en 2026. Néanmoins, cette nouvelle candidature ne concernera pas seulement le Valais (malgré son nom), mais une grande partie de la Suisse puisque des épreuves sont prévues notamment à Bienne, Berne, Fribourg et… Lausanne !

Le projet vient de déposer (fin 2017) son analyse de faisabilité et débute actuellement la procédure de consultation en vue d’une décision fédérale.

Si le Conseil fédéral a déjà promis CHF 1 milliard pour ces Jeux Olympiques, le coût final sera immanquablement plus élevé, on parle notamment d’un coût de CHF 2,4 milliards, sans compter les dépassements de budget, qui sont habituels pour des Jeux Olympiques. Une partie des coûts qui n’entrent pas dans « le milliard de la Confédération » a trait à la sécurité hors des enceintes de la manifestation.

En effet, les organisateurs des Jeux Olympiques garantissent la sécurité à l’intérieur des enceintes, par l’engagement d’entreprises de sécurité privées, mais la sécurité à l’extérieur de ces enceintes, dans les villes, aux frontières, aux aéroports, etc. devra être assurée par l’armée, les gardes-frontières, les polices cantonales et municipales, selon les organisateurs eux-mêmes pour un montant qu’ils estiment, pour l’instant à CHF 303 millions.

Il ne fait dès lors aucun doute que la police municipale de Lausanne sera mise à contribution d’une manière dépassant nettement son activité habituelle. En effet, non seulement le nombre de touristes qui viendraient voir les compétitions de patinage artistique, short-track, voire de hockey à Lausanne serait important, mais la Ville accueillerait aussi une partie des délégations nationales et serait un des lieux d’hébergement olympique. De plus, Lausanne étant la capitale olympique, il est prévisible qu’elle soit une des destinations phare pour les spectateurs et les sportifs qui se rendraient à ces Jeux.

L’ensemble de ces éléments impliquera une hausse importante et ponctuelle de la population, des risques liés à ce genre de manifestation, et notamment des risques terroristes qui ne peuvent être ignorés en ces périodes. Il conviendra dès lors de renforcer les effectifs de police lausannois, mais probablement également de les former d’avantage et de manière circonstanciées pour cette occasion, ce qui engendrera nécessairement un financement important de la part de la Ville et du Canton, qui ne rentrera pas dans l’estimation de CHF 303 millions faite par les organisateurs et la Confédération. Toutefois, il n’est pas prévu, pour l’instant, de faire voter la population lausannoise ou vaudoise sur la tenue de ces Jeux Olympiques ou d’événements sur son sol, puisque seule les populations bernoise valaisanne le feront.

Ces prévisions nous amènent, comme cela a été fait au Grand Conseil, à poser les questions suivantes à la Municipalité :

  • La Municipalité a-t-elle été contactée par les organisateurs des Jeux Olympiques Sion 2026 en rapport avec des questions de sécurité ?
  • Combien de personnes seraient attendues à Lausanne en cas de Jeux Olympiques organisés dans la forme prévue actuellement ?
  • Quels sont les risques supplémentaires auxquels devraient faire face les force de l’ordre à Lausanne en cas de tenue de ces Jeux Olympiques ?
  • Quelles mesures spécifiques en terme de sécurité sont prévues par la Municipalité pour le cas où ces Jeux Olympiques seraient organisés dans la forme prévue actuellement, soit avec des activités à Lausanne ?
  • En cas d’engagement de personnel supplémentaire par la police lausannoise, comment la Municipalité entend-elle procédé, par l’engagement de personnel supplémentaire, par l’engagement de personnel de sécurité privé, ou d’une autre manière ?
  • Quels seraient les coûts liés à ces mesures spécifiques et quelle serait la provenance de leur financement ?

Nous remercions par avance la Municipalité pour ses réponses.

Xavier Company

Anna Zangger, Intervention communale, Lausanne

Lausanne capitale olympique

Préavis No 2016/67

Lausanne, capitale olympique. Demande de crédit-cadre

Intervention d’Anna Zangger

Les Verts considèrent qu’il est important de promouvoir Lausanne en tant que capitale olympique.

Toutefois, le Préavis n°2016/67, qui présente le crédit-cadre sollicité, soulève un certain nombre de questions, et ces questions ont d’ailleurs été abordées lors de la séance de Commission.

L’un de ces sujets est particulièrement important pour les Verts : nous avons remarqué à la lecture du rapport que les questions sociales et environnementales sont quelque peu reléguées au deuxième plan, qu’aucun poste du budget ne leur est attribué et que le concept de promotion n’en fait pas état.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Commission a formulé un vœu adressé à la Municipalité et qui devrait guider la promotion de la Ville comme capitale du sport international. La Commission a ainsi souhaité que « la Municipalité promeuve un sport respectueux notamment de l’environnement et du principe d’égalité ».

C’est un message fort, qui devrait toujours être omniprésent dans le cadre de la « publicité » que se fait la ville en matière de sport international.

Ce crédit cadre étant majoritairement destiné à la promotion de « Lausanne, Capitale Olympique », il doit être utilisé pour promouvoir l’image du sport que l’on veut donner à notre ville, et non simplement l’image olympique décidée par le CIO. Il nous appartient, en tant que capitale olympique, d’agir et de promouvoir un sport respectueux des problématiques sociales en environnementale, afin de faire évoluer le sport international et les habitudes olympiques dans la bonne direction.

Les Verts sont donc d’avis qu’il faut continuer de donner les moyens à notre ville d’effectuer cette promotion de manière importante, mais qu’elle ne saurait être dissociée de la mise en avant de ces objectifs de promotion d’un sport sans tricherie et respectueux de l’environnement et du principe d’égalité.

Anna Zangger

 

Intervention de Xavier Company

J’ajouterais au nom du groupe des Verts que le crédit-cadre qui nous est présenté ce soir sert non seulement à la promotion de Lausanne en tant que capitale olympique, mais également à attirer et conserver des associations sportives internationales.

Les problématiques sociales et écologiques liées au sport d’élite, et à l’olympisme tout particulièrement, devraient donc également guider la Ville dans son choix et ses relations avec les fédérations sportives qui ont leur siège ou souhaitent s’installer à Lausanne.

Chers collègues, le budget demandé est conséquent. On a cependant l’impression que la promotion de Lausanne en tant que Capitale du sport international n’implique pas une réflexion en matière de durabilité ou de respect des droits de l’homme. La Ville semble vouloir toutes les fédérations sportives, sous quelques rares réserves, et fait purement et simplement du « marketing ».

Les dernières années ont néanmoins démontré que la population est préoccupée par l’organisation des JO et les impacts environnementaux et sociaux qu’ont les manifestations sportives. Sotchi, Rio, la Coupe du monde de football au Qatar n’en sont que des exemples.

Si la Ville se montrait plus stricte dans sa politique en matière de sport durable, égalitaire et « fair », cela ne ferait pas fuir les fédérations, mais permettrait sûrement d’élever les standards. Il convient donc d’appliquer les standards stricts émis par les vœux de la commission également à la recherche et la préservation des association sportives internationales et ce crédit-cadre permet parfaitement cela. Il incombe à maintenant de la Municipalité de l’utiliser à bon escient, mais les réponses obtenues en commission nous donne confiance dans cette volonté pour l’avenir.

En conclusion, les Verts vont soutenir majoritairement l’adoption du crédit-cadre, en émettant ces quelques réserves, et soutiennent vivement les vœux exprimés par la Commission.

 

Réponse à M. Pierre Conscience

En réponse à mes collègues Conscience et Dolivo et peut-être pour préciser brièvement la position de la majorité de mon groupe.

Si l’on veut pouvoir influencer positivement le sport, dans le sens que nous souhaitons, nous devons faire partie de ce monde et l’influencer de l’intérieur. Comme l’a dit M. Chollet, si ce n’est pas nous, de multiples villes, beaucoup moins à l’écoute de ces valeurs d’égalité, de développement durable ou de l’absence de tricherie, sont prêtes à accueillir ce titre et ces fédérations. Et dans tous les cas, le sport d’élite va toujours exister, qu’il nous plaise ou non.

Profitons donc de notre position actuelle, pour augmenter les standards du sport olympique et professionnel et ne nous déchargeons pas de notre responsabilité en abandonnant ce titre parce que tous les aspects du sport olympique ne nous plaise pas.

Xavier Company

Intervention communale, Lausanne, Marie-Thérèse Sangra

Jeux Olympiques 2026

Question orale au Conseil communal de Lausanne : Jeux Olympiques 2026

Les Lausannois ont appris par les médias que le Conseil d’Etat vaudois a cautionné auprès de Swiss Olympic à hauteur d’un million de francs une candidature de la Suisse occidentale pour les JO d’hiver de 2026.

L’organisation des JO est un sujet éminemment sensible qui requière à l’évidence un large débat de société sur le développement touristique, son évolution pour les prochaines décennies et  éventuellement les changements de paradigmes qu’il faudra mettre en œuvre, en tenant compte par ex. des questions liées au réchauffement climatique, aux économies d’énergie, ou aux questions d’AT et de mobilité. L’expérience que nous avons des JO montre que leur organisation va à l’encontre des principes du développement durable, d’un tourisme qualitatif et limitant ses impacts sur les ressources naturelles, sans parler d’un impact peu maîtrisable sur les finances publiques.

Les Verts lausannois sont  critiques face au bien fondé du dépôt d’une telle candidature, et rappellent que la Ville de Lausanne  a déjà eu l’occasion par le passé de témoigner de son opposition à l’organisation de JO.

Ils demandent à la Municipalité:

Comment Lausanne, en tant que Ville olympique, se positionne-t-elle face à une telle candidature sans consultation publique préalable, et quel regard critique pose-t-elle sur une telle entreprise qui vraisemblablement appellera Lausanne à des contributions financières, voire à la construction de nouvelles infrastructures ?

Marie-Thérèse Sangra

Intervention communale, Lausanne

Jeux Olympiques de la jeunesse 2020 et développement durable

Le postulat de notre collègue vert Ferrari (« Des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) qui intègrent véritablement la durabilité environnementale… un pas de plus vers la société à 2’000 W ») a été transmis directement à la Municipalité en 2014 pour qu’elle établisse un rapport indiquant comment elle entend intégrer la durabilité environnementale :

  1. dans le dossier de candidature pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse 2020 ;

  2. lors du choix des infrastructures ;

  3. lors de leur réalisation ;

  4. durant les festivités des JOJ

  5. dans la pérennité et l’utilité à long terme des infrastructures dans le cadre du développement urbain lausannois

Nous sommes 2.5 ans plus tard et les préparations pour les JOJ avancent, certaines des échéances mentionnées par le postulat sont déjà dépassées. Un tel rapport pouvait et devait servir de guide pour la Municipalité et la direction des JOJ 2020 pour faire de ces jeux de la jeunesses des jeux les plus durables possibles. Repousser le délai de réponse au 31.12.2017 signifie qu’il n’y aura qu’un rapport a posteriori

Le Conseil communal a pourtant exprimé plusieurs fois ses préoccupations quant à l’existence d’une stratégie d’intégration de la durabilité environnementale qui guiderait la mise sur pied des JOJ. Ces inquiétudes sont d’autant plus vives que les premiers travaux, dans d’autres communes, ont été accompagnés de mesures environnementales discutables. Début septembre, la question orale posée par les Verts a été balayée sans que notre inquiétude ne soit apaisée sur l’existence d’une stratégie en la matière. Les Verts se permettent donc de rappeler à l’occasion de ce préavis la demande du Conseil Communal pour une feuille de route pour des JOJ durables.

Sophie Michaud Gigon, 15.11.16

Lausanne

Bravo, Lausanne 2020!

Les Verts lausannois félicitent et remercient toute la délégation partie à Kuala Lumpur, mais aussi toutes celles et tous ceux qui ont contribué à l’obtention de ces Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2020.

Nous sommes particulièrement fiers de notre Syndic Daniel Brélaz et de notre Municipal des Sports Marc Vuilleumier, tout comme du Service des Sports représenté par son chef, Patrice Iseli et sa déléguée au Sport international, Sabrina Attias ainsi que Daniel Décosterd, chef du Service DEVCOM, qui ont œuvré dans le respect des règles en vigueur, afin de promouvoir Lausanne.

Ces Jeux Olympiques de la jeunesse 2020 (JOJ 2020) sont d’une échelle humaine comparable à Gymnaestrada, déjà accueillie à Lausanne, loin des excès des JO classiques. Ils représentent à nos yeux une chance de:

  • montrer que la Suisse, le Canton de Vaud et la Ville de Lausanne peuvent organiser, ensemble, des Jeux Olympiques de la Jeunesse dans une perspective de durabilité. Ce qui permettra notamment de répondre positivement à un postulat Vert déposé au Conseil communal de Lausanne.
  • avoir un projet enthousiasmant pour les jeunes. Projet qui toutefois pourrait faire la part belle à l’intergénérationnel.
  • réaliser des infrastructures pérennes (3 surfaces de glace dont 1 patinoire de 10’000 places ; une piscine avec deux bassins ; une fosse de plongeon, etc.) qui bénéficieront à toute la population locale.
  • créer toute une dynamique autour du sport pour tous et de l’activité physique, tous deux favorables à la santé.

Suivie par les Verts, la candidature de Lausanne aux JOJ 2020 est emprunte du postulat Yves Ferrari demandant que ces Jeux soient exemplaires sur le plan environnemental. Les infrastructures prévues sont nécessaires à notre agglomération et ne seront pas délaissées. Ainsi, à Malley, la patinoire et la piscine profiteront énergétiquement l’une de l’autre pour réduire leur consommation énergétique dans une admirable complémentarité écologique. Elles seront situées au sein d’un nouveau quartier exemplaire en termes de qualités écologique et urbaine.

Les Verts se réjouissent de suivre la mise en œuvre de ces JOJ 2020 et invitent la population à se joindre à cet élan. Ces JOJ 2020 peuvent devenir un symbole fort en réunissant tous les acteurs de la société vaudoise, au-delà de leurs différences, derrière un projet durable.