Lausanne

Lausanne, pionnière dans la lutte contre le harcèlement de rue grâce aux impulsions Vertes

Communiqué de presse des Verts lausannois du 20 décembre 2017

Les Verts lausannois saluent les propositions de la Municipalité de Lausanne pour agir contre le harcèlement de rue, en réponse à une résolution et deux postulats déposés au Conseil communal par les Verts. La ville de Lausanne devient donc une pionnière dans la lutte contre ce fléau urbain qui limite l’accès à l’espace public pour la moitié de la population et baisse leur qualité de vie. Les Verts veilleront à une application soutenue de ces décisions, en temps et en moyens financiers et humains pour limiter aussi vite que possible ces actes de sexismes malheureusement devenu ordinaires.

Ces comportements dénigrants, verbaux ou physiques, attaquent de front l’égalité de genre et d’orientation sexuelle dans l’accès à l’espace public, et ont un impact significatif sur la qualité de vie générale des victimes. Une enquête menée à Lausanne, suite à une interpellation verte, fait ressortir des proportions écrasantes de femmes soumises régulièrement à des commentaires, migro-agressions, insultes, gestes déplacés, attouchements et autres actes non sollicités. Les personnes LGBTQI y sont également violemment confrontées. Cette menace permanente affecte durablement et injustement leur rapport à la ville et à l’espace public, puisque celui-ci devient, sans action ou prise de conscience collective, le lieu d’un tourment. Or la rue appartient à toutes et tous !

Ainsi, les Verts espèrent que les actions proposées par la ville, à savoir des campagnes de sensibilisation en milieu scolaire, une meilleure formation des agents de police et une campagne auprès du grand public participeront à juguler ce phénomène. La volonté des Verts d’agir tant dans l’action, voire par la sanction lorsque c’est nécessaire, qu’en amont afin de sensibiliser et d’éviter ces dérives à l’avenir a dès lors été entendue par la Municipalité. La clé est en effet l’éducation à l’égalité et au consentement et les Verts saluent en ce sens l’excellente posture de la Municipalité.

Ces actions sont fondamentales pour faire évoluer les mentalités, et ne pourront porter leurs fruits que si elles sont menées avec volontarisme, des moyens appropriés, et sur une durée suffisante. Les Verts seront particulièrement attentifs à ce que les actes suivent les déclarations de ce jour. Ils demanderont également que ces axes d’actions soient accompagnés scientifiquement et évalués.

La dernière mesure, concernant la création d’un formulaire permettant de signaler des cas ne relevant pas du droit pénal, est positif, même s’il reste bien plus limité que la demande du postulat : une application en ligne pour donner un outil de réponses à celles et ceux qui actuellement ne peuvent que subir. Les cibles et témoins du harcèlement ont besoin de pouvoir dénoncer les actes auxquelles ils sont confrontés, mais aussi de récupérer du contrôle, de recevoir une validation et de l’information. Un formulaire ne répond qu’improprement à ces objectifs, car il lui manque la facilité d’usage, l’instantané et l’interaction. De plus, des barrières à son efficacité existent, notamment l’accès, mais aussi les risques de fiabilité des données récoltées. Les Verts seront très attentifs à la qualité du formulaire et à son accessibilité, ainsi qu’aux informations qui lui seront jointes.

Ce phénomène s’étend bien au-delà des limites communales, et les Verts continuent et continueront de porter le combat contre le harcèlement de rue et le harcèlement sexuel au niveau communal, cantonal et fédéral.

Lausanne

L’OFSP fait obstruction à la recherche de solutions pragmatiques en matière de drogues

La logique des quatre piliers en matière de drogues est en vigueur en Suisse depuis les années 1990. Il est malheureux de constater qu’au-delà de ces grandes notions, la mise sur pied de solutions concrètes, réalistes, ou l’exploration par des études pilotes ou des projets de test, se heurtent encore à un certain dogmatisme de la part des offices fédéraux. La décision de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) de refuser l’ouverture de phases tests de régularisation du marché du cannabis est en cela contre-productive, et les Verts lausannois la regrettent. Les Verts soutiennent les démarches de l’Université de Berne et des villes de Genève, Zurich, Bâle et Bienne qui étaient intéressées par ce projet, et invitent les autorités fédérales à faire preuve d’ouverture.

Les Verts soutiennent depuis longtemps une position pragmatique, cohérente et responsable sur la problématique des addictions et des marchés illégaux qui en profitent. Cela signifie:

  • que toutes les addictions doivent être traitées avec les mêmes outils de prévention, de reconnaissance et de lutte;
  • qu’il faut admettre qu’un monde sans drogue est utopique et il faut donc apprendre à la gérer plutôt que l’interdire;
  • qu’il s’agit de prendre des mesures fortes de contrôle du marché en le réglementant et en le taxant, et d’exercer une forte répression du marché illégal résiduel.

Le dispositif prévu par le projet pilote de l’Université de Berne et des villes associées va prudemment dans la même direction.

Les villes suisses sont au premier rang pour constater et agir sur les conséquences sociales, économiques et sanitaires des addictions. Si des solutions peuvent parfois être conçues et proposées par le haut, au niveau fédéral, force est de constater que leurs preuves doivent être faites sur le terrain, dans les villes et les cantons concernés. L’étude proposée par l’Université de Berne offre à la fois un cadre scientifique et une opportunité de mettre au banc d’essai des solutions concrètes de réduction des risques. La recherche de solutions passe forcément par une prise de risque, dans ce cas très mesurée et encadrée. Refuser la proposition de tester l’effet d’une levée de l’interdiction de vente du cannabis, sous prétexte que l’interdiction existe, dénote une prudence excessive et n’est pas digne d’une politique critique et proactive.

Les Verts lausannois soutiennent énergiquement la participation de Lausanne aux projets pilotes des villes citées plus haut et sont donc furieux que Lausanne se retrouve également bloquée dans ses démarches. Les Verts sont convaincus que l’ensemble des outils disponibles doivent être étudiés et déployés avec détermination et pragmatisme et continueront de s’engager dans ce sens.

Lausanne

Repenser la place de la voiture en ville – Parking Day

A l’heure où l’on parle d’heure payante dans les parkings lausannois pendant la pause de midi et d’impact sur le commerce local, il est important de se questionner plus largement sur la réelle place de la voiture en ville. Les Verts lausannois vous invitent donc à en discuter sur une place de parking, reprise à la voiture le temps d’un apéritif.

La place de la voiture en ville est, depuis plusieurs années, au centre de débats nourris à Lausanne. Les Verts réaffirment leur vision sur la place des transports individuels motorisés (TIM), qui sont en partie responsables de la pollution de l’air, néfaste pour la nature et notre santé, mais également pour la cohabitation en ville. Leur impact, notamment au niveau du bruit et relatif à la monopolisation de l’espace public n’est plus à démontrer.

Lausanne est un parfait exemple pour démontrer cela. D’un côté, elle compte de nombreuses « places » ou rues principalement dédiées au stationnement ; on peut citer à titre d’exemple la Place Centrale, La Place du Tunnel, la Place du Château, la Place des Bergières, ou dans une certaine mesure le Boulevard de Grancy. Ces espaces peu conviviaux le sont principalement en raison de la présence marquée des voitures, au détriment de la qualité de vie des habitants et de la cohabitation avec d’autres types de mobilité. De l’autre côté, Lausanne dispose de places et de rues piétonnes, telles que la Rue de l’Ale, le haut de la Rue Marterey, la Place Saint-Laurent ou encore le quartier du Flon, pour ne citer que des emplacements au centre ville, qui sont parmi les plus vivantes, cordiales et qui accueillent le plus de commerces de proximité.

Que serait, par exemple, la Place du Tunnel et les commerces environnants si les voitures n’y étaient plus et que la population pourrait l’utiliser, s’y détendre, s’y rencontrer… bref, s’il s’agissait d’un vrai espace public convivial ? Idem pour le Boulevard de Grancy, les commerces ne se porteraient-ils pas mieux si celui-ci était piéton, permettant d’y accueillir plus de terrasses et d’espaces de détente, plutôt qu’un parking à ciel ouvert près de la gare ?

Les Verts sont convaincus que l’ensemble de la politique de la « voiture individuelle en ville » doit être repensée avec détermination, tout en tenant compte des besoins des habitants en termes de mobilité. Car les exemples montrent que les rues et places où l’on a retiré la voiture sont les plus propices au commerce de proximité et à la cohabitation en ville. Permettons à la population de reprendre possession une partie de la rue par rapport aux voitures !

C’est pourquoi les Verts lausannois occuperont aujourd’hui, dans le cadre du Parking Day, une place de parc sur le boulevard de Grancy. En faisant cela, nous invitons la population à se réapproprier l’espace public, l’instant d’un apéritif entre 17h00 et 18h30, et à réfléchir sur la question plus globale de la voiture en ville. Vous êtes cordialement invités à nous y retrouver et à venir partager un verre de l’amitié !

Lausanne

Les Verts soutiennent le partage du pouvoir, à l’interne comme à l’externe

(manque Feryel Kilani)

Les Verts lausannois ont adopté hier soir en Assemblée générale des modifications statutaires permettant la co-présidence au sein de leur parti. Ils souhaitent ainsi soutenir une répartition du pouvoir la plus horizontale possible. Dans la foulée, l’Assemblée générale a choisi une co-présidence masculine, en élisant à Xavier Company et Benjamin Rudaz, qui succèdent ainsi à Léonore Porchet.

Les modifications statutaires pour prévoir une meilleure répartition du pouvoir au sein du parti préoccupent les Verts lausannois depuis quelques années. C’est ainsi, par exemple, qu’au moins de janvier 2015, les Verts lausannois ont modifié leurs statuts pour interdire le cumul des mandats entre les différents échelons électoraux et établi une limite temporelle de trois législatures. Une nouvelle pierre a été ajoutée hier, afin de permettre une co-présidence de la section lausannoise, ce qui démontre la volonté des Verts de donner la possibilité à un maximum de personnes d’exercer des tâches à responsabilité, sans que le pouvoir ne soit concentré en de rares mains.

Après 3 ans de travail important pour la section, de succès électoraux et d’actions marquantes, Léonore Porchet ne s’est pas représentée au poste de présidente, estimant, dans la lignée des changements statutaires en cours, que le temps était venu de céder sa place. Sous les applaudissements nourris de l’Assemblée générale, elle prend ainsi un nouveau départ vers le Grand Conseil, au sein duquel elle a été élue lors des dernières élections.

Pour la remplacer à ce poste, l’Assemblée générale a élu, par acclamation, le duo composé de Xavier Company et Benjamin Rudaz, démontrant ainsi que le partage des responsabilités est une solution qui doit être envisagée, quelques soient les caractéristiques de la fonction et des personnes qui sont visées. Les deux nouveaux co-présidents ont à cœur de poursuivre le travail de Léonore Porchet, afin de maintenir le parti écologiste à la place qui est la sienne dans la capitale vaudoise, et pour continuer à mettre en avant les préoccupations vertes présentes au sein de la population. L’alternance femmes-hommes si chère aux Verts est ainsi respectée, puisque deux hommes occupent actuellement la place qu’occupait préalablement une femme.

« Le partage du pouvoir doit se faire tant au sein des instances politiques externes, qu’à l’interne même du parti, afin de mener une politique intelligente, issue de la réflexion d’un maximum de personnes et permettre ainsi un débat d’idées fructueux » commente Xavier Company suite à son élection. Quant à Benjamin Rudaz, il explique que « la décision d’aujourd’hui formalise les pratiques actuelles au sein du comité, dans lequel des discussions ouvertes et franches ont lieu entre l’ensemble de ses membres. Le fait de partager ce rôle symbolique et formel de la présidence nous permettra de continuer dans cette voie, tout en offrant deux profils complémentaires à ce poste ».

Afin d’appuyer les nouveaux co-présidents dans les tâches à venir, un nouveau Comité a également été élu. En plus des membres sortants, soit Anne Berguerand, Matthias Bürcher, Sophie Michaud Gigon, Catherine Nicoud et Vincent Rossi, l’Assemblée générale a élu quatre nouveaux membres, à savoir Feryel Kilani, Keko Razzano, la nouvelle députée Séverine Evéquoz et David Raedler, vice-président des Verts vaudois. Ces deux dernières personnes permettront à la section de la capitale de maintenir un lien étroit et essentiel avec les instances cantonales.

Lausanne

Empêchons le saccage de la campagne de Rovéréaz !

Les Verts lausannois souhaitent que la campagne périurbaine de Rovéréaz soit mieux protégée et préservée de nouvelles constructions. Ils ont déposé une interpellation et s’associent au lancement d’une pétition par des riverain-e-s.

La campagne de Rovéréaz est un lieu de délassement que les Lausannoises et Lausannois apprécient grandement. Elle est propriété communale affectée en zone agricole, à l’exception du Château Fallot et des terrains qui l’entourent restés en mains privées. Un Plan partiel d’affectation (PPA), entré en vigueur en 2004, a affecté une surface d’environ 6’000m2 en zone constructible. Au regard de la nouvelle Loi fédérale sur l’aménagement du territoire (LAT), les Verts dénoncent le risque encouru par cet ensemble naturel et paysager.

Une campagne périurbaine à protéger

Ce périmètre constructible se situe à la rupture de pente du plateau et s’inscrit dans le prolongement naturel de la zone agricole de la campagne de Rovéréaz. Cette surface fait partie intégrante d’une unité paysagère exceptionnelle de grande taille, formée d’une clairière et bordée d’une forêt abritant de vieux arbres.

Pour les Verts, la construction de bâtiments comme le permet l’actuel PPA dénaturerait ce lieu de verdure. L’harmonie et la beauté exceptionnelle des lieux reposent avant tout sur l’absence de bâtiment, qui ne survivraient pas à un projet de développement immobilier, même bien cadré. L’échappée visuelle n’aura plus la même ampleur une fois des constructions érigées, l’ambiance champêtre et délassante du site sera profondément perturbée dès lors que le mitage des lieux aura irréversiblement détruit le site et le paysage.

Dépôt d’une interpellation et soutien à une pétition

Face à ces risques, les Verts lausannois ont déposé en avril dernier une interpellation demandant à la Municipalité des précisions sur les éventuels projets de développement prévus dans la zone. Nous voulons aussi savoir comment, après l’adoption récente de la LAT, une telle zone peut être encore constructible !

De plus, les Verts s’associent à la pétition que lancent des riverain-e-s et utilisateur/trices de la campagne de Rovéréaz. Les pétitionnaires demandent une préservation intégrale de la zone par la mise en place de mesures conservatoires permettant d’affecter le périmètre du plan partiel d’affectation « Château Fallot » en zone non constructible. Cette démarche permettra aussi d’échanger et de donner la parole aux utilisatrices et utilisateurs de cette précieuse campagne lausannoise. Les Verts se sont engagés à participer à la récolte de signatures.

Marie-Thérèse Sangra, conseillère communale
Léonore Porchet, conseillère communale, présidente des Verts lausannois
Et les pétitionnaires :
Christiane Pilet, Isabelle Veillon, Stéphane Morey

Signez la pétition en ligne

Lausanne

Les Verts lausannois s’approprient les bâtiments publics

Photos@EtienneRaess (libres de droit)

 

Les Verts lausannois ont choisi comme action de campagne de repeindre plusieurs monuments lausannois en vert pour indiquer l’importance des politiques urbaines à leurs yeux.

Dans le cadre de la campagne au Grand Conseil vaudois, les Verts lausannois ont choisi de s’approprier temporairement des repères urbanistiques de la ville. En effet, il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire de rendre la présence des Verts un peu plus concrète pour les Lausannoises et Lausannois.

Ce travail a été effectué avec de la peinture biodégradable et temporaire. La peinture ne causera donc aucun dégât à l’environnement et n’altérera pas les bâtiments plus d’une journée.

Fidèles à leurs valeurs, les Verts lausannois rappellent par cette action que même en ville il est essentiel de développer une politique verte si l’on entend améliorer la qualité de vie en ville.

Yves Ferrari, député

Etienne Raess, député

Lausanne

La forêt du Flon sacrifiée !

Les Verts lausannois déplorent le sacrifice de la forêt du Flon par la Conseil communal !

Les Verts lausannois regrettent le rejet du postulat de Léonore Porchet demandant l’étude d’alternatives au Barreau Vigie-Gonin. Ils regrettent encore plus la non-considération de la pétition signée par plus de 6000 Lausannoises et Lausannois ! La forêt du Flon est plus que jamais menacée.

Le Conseil communal de Lausanne a rejeté la proposition des Verts d’étudier des alternatives à la construction du Barreau Vigie-Gonin hier soir au Conseil communal. Ce dernier a donc avalisé la destruction de la forêt du Flon, véritable poumon vert urbain du centre de Lausanne pour y construire, au XXIème siècle, une nouvelle route ! Un nombre important de Lausannoises et Lausannois se sont pourtant exprimés contre la destruction de cette forêt en déposant une pétition de 6619 signatures, qui a été débattue en même temps que le postulat vert. Elle demande la préservation et la sauvegarde de la forêt, si importante pour le quartier et la ville. Il n’en a rien été !

Une forêt sacrifiée au profit du trafic

« Vous préférez supprimer une forêt plutôt que de modérer le trafic sur le pont Chauderon ! », a déclaré Léonore Porchet lors du débat. Il était pourtant encore temps pour la ville de proposer une mise à l’enquête complémentaire, afin d’aboutir à un meilleur projet. Un projet qui préserverait la forêt du Flon devenue le symbole d’une ville verte et proactive quant à la surcharge du trafic de transit, ce trafic qui encombre nos routes et nos poumons. « Lorsque la biodiversité est réduite à un moyen de satisfaire les besoins humains, on perd de vue que ces petits bouts de forêt apportent, par leurs singularités, du bien-être à la population » selon Séverine Evéquoz.

Un paquet trompeur

Le programme tel que présenté en 2016 (préavis 2016/16 ; 2016/17 ; 2016/18) et voté par le Conseil le 24 mai 2016, lie différents projets entre eux – le tram, les bus à haut niveau de services, la Maison du livre, tous votés par les Verts. Mais ils sont liés dans un « paquet » si bien ficelé que la remise en question d’une – mauvaise – partie du projet revient à faire face à un chantage. Les Verts souhaitent le tram, les bus et la Maison du livre, c’est une évidence. Mais la mobilité changera véritablement seulement lorsqu’on ne considérera plus que préserver la voiture est plus important que protéger une forêt. Nous souhaitons la réalisation des projets, mais d’une façon qui prend mieux en compte les valeurs paysagères et naturelles du centre-ville. Au-delà de ces atouts paysagers, dont la suppression sera un choc pour la population, cette forêt est le symbole d’un projet d’agglomération qui peut se construire avec, et non contre, la nature.

La majorité du Conseil communal n’a pas souhaité soutenir la proposition des Verts lausannois de permettre de nouvelles études qui auraient potentiellement permis la sauvegarde de ce poumon vert urbain. Hier soir, la biodiversité, le bien-être et la santé des Lausannoises et Lausannois ont donc été sacrifiés au trafic individuel motorisé.

 

Léonore Porchet, conseillère communale, présidente des Verts lausannois

 

Séverine Evéquoz, coprésidente de groupe

 

Alice Genoud, conseillère communale, membre de la commission des pétitions

Lausanne

Une liste ambitieuse et rassembleuse

bandeau-ecvd2017

(manque le portrait de Natalia Aravana)

Communiqué de presse des Verts lausannois du 6 décembre 2016

 

Les Verts lausannois ont désigné en Assemblée générale extraordinaire leurs candidates et candidats au Grand Conseil. Une liste placée sous le signe de la solidarité et de l’engagement pour rendre le canton plus vert.

« Une équipe forte et solidaire » c’est par ces mots que la liste proposée hier à l’Assemblée générale des Verts lausannois a été présentée. 26 personnes, dont une majorité de femmes (15 candidates pour 11 hommes) représentant une diversité d’âges, de métiers et d’engagements pour la communauté qui vont se battre et tenter de gagner un cinquième siège vert et lausannois au Grand Conseil vaudois.

Des députés sortants et des candidats mis en évidence en tête de liste pour gagner un 5ème siège

La liste verte fait la part belle aux député-e-s sortant-e-s ayant exprimé-e-s le souhait de se voir à nouveau confier un mandat. Anne Baehler Bech ainsi que Yves Ferrari et Etienne Räss sont en tête de liste. Reconnu-e-s pour l’ensemble du travail fourni et surtout dans l’intérêt du parti de les compter comme candidat-e, une dérogation statutaire personnelle a été accordée aussi bien à Yves Ferrari qu’à Anne Baehler Bech.

La volonté affichée des Verts de conquérir un 5ème siège a aussi poussé le comité à proposer une liste donnant une place avancée à certain-e-s candidat-e-s. Léonore Porchet, Séverine Evéquoz, Daniel Dubas et Claude Nicole Grin se retrouvent ainsi juste derrière les sortant-e-s. Ils et elles ont été listé-e-s en fonction de leurs résultats aux élections communales de février 2016.

Et la suite de la liste n’est pas en reste ! L’esprit d’équipe et le souhait de voir les couleurs vertes portées haut au Grand Conseil donneront à l’ensemble des candidat-e-s une belle place dans la campagne, que nous voulons conviviale et rassembleuse. Les membres présent-e-s à l’AG ont désigné Natalia Aravena, Jean Ceppi, Véronique Beetschen, Xavier Company, Sylvianne Bergmann, Stéphane Morey, Anne Berguerand, Ilias Panchard, Géraldine Bouchez, David Raedler, Elisabeth Garbar, Keko Razzano, Alice Genoud, Vincent Rossi, Sara Gnoni, Benjamin Rudaz, Ximena Kaiser Morris, Isabelle Mayor et Claude Aline Zryd comme candidat-e-s au Grand Conseil.

 

Géraldine Bouchez, vice-présidente, conseillère communale
Benoît Biéler, président du comité stratégique
Léonore Porchet, présidente, conseillère communale

Vers la liste

Lausanne

La qualité de vie au cœur des dicastères verts

Les Verts lausannois sont satisfaits de la nouvelle répartition des dicastères au sein de la Municipalité de Lausanne. Ils suivront avec attention la mise en œuvre des politiques de l’espace public.

Les Verts considèrent que les domaines dont les Municipaux écologistes auront la charge cette législature 2016-2021 correspondent très bien à leurs valeurs. Ils leur permettront de travailler sur les dossiers chers aux écologistes et synonymes de qualité de vie pour les Lausannoises et les Lausannois.

L’attribution du logement et du patrimoine vert à Natacha Litzistorf est source de satisfaction. Avec l’actuelle pénurie de logements et le prix des loyers, cette charge est un beau défi. Les Verts espèrent aussi voir accélérer les travaux pour l’efficience énergétique des bâtiments. Surtout, nous nous réjouissons de voir réunis la qualité du logement pour toutes et tous et la nature en ville. Cela promet de belles synergies en faveur de l’environnement quotidien des Lausannoises et Lausannois.

Par ailleurs, les Verts apprécient particulièrement de voir la nouvelle Municipale prendre en charge l’Unité de développement durable, ainsi que le service d’architecture. De plus, à l’ère du numérique, le service transversal de l’informatique devient particulièrement stratégique.

Nous nous réjouissons également que Jean-Yves Pidoux, dont l’excellent bilan n’a jamais été contesté, continue à mettre ses convictions et compétences au service de la politique énergétique de la Ville. Les Services industriels sont un des liens les plus concrets des Lausannoises et des Lausannois avec leur ville et contribuent donc directement à leur qualité de vie. En pleine transition énergétique, il est heureux qu’un vert garde la main sur la gestion de réseaux urbains stratégiques ainsi, évidemment, que sur les grands projets de production énergétique (éolien, solaire, biomasse et géothermie, tant dans le domaine de l’électricité que de la chaleur).

Les Verts estiment par contre qu’un manque de cohérence se dégage de cette répartition. Particulièrement, nous regrettons la séparation de l’urbanisme et des transports. Dans ce cadre, il est heureux que les délégations aient été renforcées et mieux formalisées. Ce besoin accru en coordination devient ainsi une chance plutôt qu’un risque. Nous serons dès lors attentifs à ce que les espaces publics chers aux Verts bénéficient de la réflexion conjointe des nouvelles directrices des espaces verts et du logement, des transports et du nouveau directeur de l’urbanisme.

Lausanne

Les Verts récupèrent et recyclent

Les Verts lausannois distribuent deux « give-away » recyclés de leurs anciennes campagnes.

Afin de préserver nos ressources, les Verts ont recyclé des boîtes de bonbon et des allumettes restées en nombre après les campagnes pour la LAT et sur la TVA et diminuent ainsi le bilan écologique de leur campagne. Un code QR redirige les curieux sur une page de notre site internet pour les en informer.
Cette démarche fait écho à nos efforts constants pour diminuer le plus possible l’impact environnemental de cette campagne: matériel (stands et protège-selles par exemple) en produits recyclés, fabriqué en Suisse ou en Europe si cela n’était pas possible, fruits et légumes bio et locaux, chocolat fair trade, papier 100% recyclé, bière lausannoise artisanale et bio, etc.
Ces boîtes de bonbons et allumettes seront distribuées dès ce soir lors d’une tournée dans les bars. C’est aussi l’occasion pour les Verts lausannois de participer à la vie festive de Lausanne, un atout pour notre ville avant d’être un problème de sécurité. Retrouvez-nous donc dès 18h30 au centre ville, pour rappeler de voter aux jeunes et moins jeunes qui commencent le weekend!