Intervention communale, Karine Roch

Entretenir les espaces verts en respectant la biodiversité

Postulat

Pour des pratiques d’entretien des espaces verts et des espaces publics réellement respectueuses des insectes et de la biodiversité

Afin d’enrayer la perte de biodiversité de la faune et de la flore et de rétablir la biodiversité dans les milieux bâtis, la Ville de Lausanne a mis en place depuis les années 1990 des modes de gestion plus écologiques des espaces publics et des espaces verts (entretien différencié) et édité un guide de recommandations à l’attention des particuliers et professionnels intéressés ou chargés de l’entretien de ces espaces. De plus, de nombreuses mesures sont prises pour encourager les Lausannois.es à agir de manière à favoriser la restauration des espaces verts et permetttre à la biodiversité de se rétablir en ville.

Il n’en demeure pas moins que certaines pratiques vont à l’encontre de ces efforts, en particulier l’usage de souffleuses à feuilles pour le ramassage des feuilles et autres travaux d’entretien des surfaces végétalisées ou minérales. Bruyantes et polluantes[1], ces machines ne sont pas seulement une nuisance pour le voisinage humain, elles représentent un véritable danger pour les petits animaux et les invertebrés en les détruisant directement ou en endommageant leurs habitats. Le souffle sortant des machines pouvant aller jusqu’à 320 km/h (200 miles/h) éradique sans distinction les insectes logés dans les feuilles ou la couche supérieure du sol.

Le déclin dramatique de certaines espèces d’insectes, comme les papillons, est observé depuis longtemps mais dans un rapport publié en 2017[2], des scientifiques allemands apportent des preuves irréfutables du déclin à grande échelle du nombre et de la diversité des insectes et, plus largement, des arthropodes. Ce rapport a fait l’effet d’une bombe dans les milieux scientifiques, politiques et auprès du large public en révélant l’ampleur du danger pour la survie des sociétés humaines et en qualifiant le phénomène d’ «arrmageddon écologique» pour en faire saisir la gravité.

Au début de l’année 2019, une autre étude, qui constitue le premier rapport mondial sur l’évolution des populations d’insectes, montre qu’au total, 40 % des espèces sont en déclin et que depuis trente ans, la biomasse totale des insectes diminue de 2,5 % par an[3].

En novembre 2019, le gouvernement allemand a déclaré à ses citoyens que les souffleuses à feuilles sont fatales pour les insectes et ne devraient être utilisées qu’en cas d’absolue nécessité.

Les insectes rendent des services essentiels et irremplaçables desquels l’humanité est totalement dépendante pour sa survie. Acteurs de la pollinisation et de la décomposition de la matière organique, base de la pyramide alimentaire et détenteurs de gènes uniques qui pourraient nous manquer pour élaborer de nouvelles substances contre les maladies.

Il est donc temps de raisonner en considérant les insectes comme des hôtes indispensables à notre survie. Les avantages économiques – en termes d’efficience supposée qui reste à prouver en fonction des conditions de la collecte des feuilles – doivent être relativisés en regard des risques liés à la perte de la biodiversité. La justification du gain de temps n’est pas pertinente dès lors que l’on considère le ramassage des feuilles comme une activité incohérente du point de vue du cycle de la matière organique.

Dès lors, par ce postulat nous avons l’honneur de demander à la Municipalité :

  • d’étudier des alternatives à l’utilisation des souffleuses à feuilles pour le ramassage des feuilles au sein de ses propres services d’entretien des espaces verts et des espaces publics,
  • d’étudier l’opportunité d’informer les particuliers et professionnels sur les conséquences de l’utilisation des souffleuses à feuilles sur la biodiversité et sur l’usage de méthodes alternatives,
  • de définir les périodes de l’année pendant lesquelles les insectes et la microfaune ainsi que leurs microhabitats sont les plus vulnérables à l’action des souffleuses à feuilles et de considérer la possibilité d’interdire ces dernières par exemple pendant les périodes de forte activité biologique du printemps et de l’été,
  • d’identifier les installations ou les lieux permettant le compostage des feuilles in situ ou dans un rayon proche des zones entretenues, ou le cas échéant d’étudier la possibilité d’en créer, ceci afin de boucler les cycles de matière dans une démarche « zéro déchet ».

Karine Roch, Marie-Thérèse Sangra, Valéry Beaud

https://www.bafu.admin.ch/bafu/fr/home/themes/bruit/info-specialistes/mesures-contre-le-bruit/mesures-contre-le-bruit-des-appareils-et-des-machines/ce-qu_il-faut-savoir-sur-les-souffleurs-et-aspirateurs-de-feuill.html

http://www.humanite-biodiversite.fr/article/les-souffleurs-de-feuilles-mortes-qu-en-penser


[1] Ce point avait fait l’objet d’une interpellation de nos collègues vert.es déposée le 19.01.2017: Interpellation de Michaud Gigon Sophie et crts – Les feuilles mortes se ramassent à la pelle et à la souffleuse.

[2] Plos One Journal, More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas, October 18, 2017

[3] Biological Conservation 232, Worldwide decline of the entomofauna: A review of its drivers, January 2019

Intervention communale, Marie-Thérèse Sangra

Parc naturel périurbain lausannois

Intervention

Mesdames et Messieurs, on sait aujourd’hui que la diversité écologique renforce la stabilité, la vitalité et la résilience des forêts. De la lecture du rapport préavis on retiendra que le massif forestier du Jorat joue un rôle écologique de première importance en tant que réservoir faunistique càd qu’elle offre les qualités nécessaires du point de vue de la taille et de la diversité des milieux pour que les communautés animales et végétales puissent y vivre, s’y reproduire et s’y multiplier. C’est donc à partir de ce réservoir faunistique essentiel pour la conservation des espèces que les animaux et les plantes vont ensuite se disperser pour aller coloniser d’autres sites en utilisant les ruisseaux et les cordons forestier comme trames vertes et permettre les échanges génétiques qui sont nécessaire à la survie des espèces à long terme.

Dans le canton de Vaud l’objectif d’améliorer l’intégration et la protection des milieux naturels dans l’aménagement du territoire et en particulier d’augmenter les surfaces réserves forestières n’est pas une idée récente, mais a déjà été énoncé en 2004 par le Conseil d’Etat dans son document la Nature Demain. Dans le plan d’action biodiversité 2019-2030, le canton de Vaud se fixe pour objectif 10% de réserves forestières et prévoit en plus d’ajouter dans chaque région biogéographique une réserve forestière de plus de 500 ha. Ces mêmes objectifs se retrouve dans les priorités de la politique forestière du canton 2006-2015. Fin 2018 il n’y avait que 3 % de la surface forestière vaudoise affectées en réserve.

C’est dire d’une part que ces objectifs de remettre la nature au cœur de nos milieux naturels n’est pas une lubie d’écolo en mal de verdure, mais s’inscrit dans une tendance sociétale de plus en plus marquée qui s’appuie sur des connaissances scientifiques pointues, et une conscience écologique de plus en plus développée au sein de la population qui recherche certes des zones de détente en plein air, mais qui aussi prend conscience de la pression accrue qu’exerce cette fréquentation sur les milieux et des espèces en régression constante.

Les manifestations des jeunes activistes pour le climat rappellent l’importance de la conservation de cette biodiversité à chacune de leurs apparition.

Choisir une zone centrale, ce qui signifie renoncer à toute exploitation forestière pendant 50 ans et en limiter l’accessibilité, c’est s’inscrire dans une perspective temporelle qui se rapproche un peu de celle de la biodiversité. Il est important de prendre conscience que le cycle naturel de la vie d’une forêt se rapproche plus du demi-siècle que des horizons temporels de l’économie humaine. Dans une forêt exploitée, le cycle de vie de la forêt s’interrompt au mieux après 80, voire 100 ans, alors que l’espérance de vie d’un chêne ou d’un hêtre est de l’ordre de 500 ans. L’approche économique de la forêt interrompt le « vie » d’une forêt au stade de sa vie de jeune adulte, privant l’écosystème de toutes les étapes ultérieures d’une forêt naturelle et en particulier faisant renoncer à toutes les étapes du vieillissement de la forêt. Les forêts que nous connaissons ne sont donc pas des forêts équilibrées, mais des forêts dépourvues de vieux arbres, d’ilots de sénescence, de bois mort ou d’arbres habitats, etc. Toutes les espèces dépendantes de ces milieux absents de nos forêts ont donc fortement régressé et se retrouvent sur les listes rouges des espèces menacées de Suisse. On est obligé de rappeler que la Suisse compte davantage d’espèces et de milieux naturels menacés que la plupart des autres pays européens selon les études de l’OCDE ( Le Temps titrait à ce sujet la Suisse bonnet d’âne de la biodiversité et des zones protégées).

Et je m’arrête là dans cette liste des menaces sur la biodiversité pour ne pas chagriner Monsieur Carrel par cette argumentation apocalyptique. Ce qu’il faut bien comprendre dans ce bilan du passé en matière de biodiversité, c’est que les espèces animales et végétales meurent lorsque leurs espaces de vie disparaissent.

C’est à ce constat que veut répondre le projet de parc du Jorat. Laisser la zone centre évoluer au rythme de sa dynamique naturelle sans intervention humaine c’est laisser réapparaître les milieux typiques d’une forêt naturelle où pourront se développer les communautés animales et végétales. On ne contestera pas que des efforts importants ont été fait ces 20 dernières années et l’abandon du concept de la forêt propre en ordre a déjà été une grande victoire pour la nature. On laisse aujourd’hui un peu plus de bois mort, mais les proportions actuelles sont encore insuffisantes : Dans une forêt à l’état naturel il y a 100 à 150 m3/ de bois mort / ha, il en faudrait selon les étude scientifique au moins 40 m3/bois mort / ha, alors qu’actuellement on trouve à peu près 20 m3/bois / ha, voire seulement 15 m3 bois mort / ha dans les endroits facilement accessibles à l’exploitation. 25 % des coléoptères suisses ont besoin de bois mort pour survivre.

Pourquoi faire plus ? je pense avoir déjà expliqué le fonctionnement naturel d’une forêt, mais j’aimerais répondre à la remarque de l’auteur du rapport de minorité qui invoque la forêt saine et productive. De quelle bonne santé parlez-vous ? si vous parlez de la bonne santé d’un écosystème naturel alors non, ce que vous prônez ne correspond pas à la bonne santé de la forêt. Si vous parler de la bonne santé d’une plantation de bois cad du porte-monnaie des propriétaires forestiers qui exploitaient à l’époque leur forêt, alors oui on peut parler d’une bonne santé économique. Vous évoquez aussi la loi forestière de 1902, une époque où il n’y avait simplement plus de forêt en Suisse. Depuis lors les choses ont évolué et une nouvelle loi sur les forêts de 1991 a placé sur pied d’égalité les quatre fonctions prêtées à la forêt : la production, la protection, la biodiversité et le délassement. Dans une forêt naturelle avec des arbres de tous âges et surtout des essences adaptées à la station, les parasites ne prennent pas le dessus. La forêt fait face, se régénère et est résiliente. Il n’y a pas de problème de bostriche dans une forêt naturelle.

Ce sont donc deux conceptions qui s’affrontent : celle de la forêt comme écosystème et celle de la production de matière première. Toutefois tout ne s’oppose pas et ne s’exclut pas. Les Verts sont favorables à l’utilisation du bois comme matériau de construction ou de chauffage, mais dans des proportions raisonnables sans que cela se fasse au détriment de la biodiversité, une nouvelle valeur dont on commence à percevoir l’immense importance pour les sociétés humaines.

Vous dites encore qu’aucune étude sérieuse ne peut prouver qu’il y aura de meilleures conditions pour la biodiversité dans la zone centrale. Vous avez en partie raison, parce qu’actuellement on ne trouve pratiquement plus aucune forêt naturelle en Suisse avec comme corolaire que la faune et la flore se sont tellement appauvries qu’il faudra attendre beaucoup de temps jusqu’à ce qu’elles puissent se rétablir et que les espèces rares qui ont disparu puissent revenir, encore faudra-t-il qu’il y en ait encore quelque part et qu’elles trouvent des voies pour revenir. En ce qui concerne votre appréciation sur le Parc national aux Grisons, je vous fournis volontiers un listing non exhaustif des études naturalistes qui démontreront sans difficulté les succès enregistrés en matière de présence d’espèces rares.

Quant au stockage du CO2, là aussi votre argumentation est incomplète. Certes un arbre jeune en croissance capte beaucoup de CO2, mais un vieil arbre au feuillage bien plus dense capte davantage de CO2 et stocke dans son tronc et dans ses branches bien davantage de CO2 qu’un jeune arbre. Cela plaide aussi pour la conservation des grands arbres âgés.

Alors 10 % de réserves forestières dans nos forêts cela semble raisonnable. Aujourd’hui dans le canton de Vaud nous ne sommes qu’à 3 % de réserves forestière. La commune de Lausanne donne l’exemple et nous pouvons en être fier.

D’expérience on sait que toutes les opérations favorisant la renaturation des milieux naturels suscitent toujours beaucoup de débats et d’inquiétude au début mais qu’au fil du temps et des résultats ces démarches sont plébiscitées par la population heureuse de retrouver des milieux riches en biodiversité. Pas de doutes que les communes qui nous ont momentanément abandonnées nous rejoindront prochainement sur demande de leur population.

Marie-Thérèse Sangra

Alice Genoud, Anne Berguerand, Benjamin Rudaz, Daniel Dubas, Intervention communale, Vincent Rossi, Xavier Company

Des alternatives au barreau routier respectueuses du climat

Interpellation

Le barreau routier Vigie-Gonin retardant encore le tram, il est temps de proposer des alternatives respectueuses du climat et de la biodiversité

Depuis 2011, tout en soutenant fermement le projet de tram Renens-Gare – Lausanne-Flon (t1), les Verts lausannois, ainsi qu’Ensemble à Gauche, ont régulièrement critiqué la mesure d’accompagnement consistant à construire un barreau routier entre la Rue de la Vigie et l’Avenue Jules-Gonin au travers et au détriment de la forêt du Flon. Au fil des années, nous sommes intervenus à plusieurs reprises au sein du Conseil communal de Lausanne (question écrite, interpellations, postulat et débats dans le cadre des préavis) pour tenter de ramener les autorités à la raison, proposer des alternatives à la construction de cette nouvelle route en plein centre-ville et demander que ces alternatives soient sérieusement étudiées afin de trouver une solution réfléchie plutôt qu’imposée par manque d’information. Malheureusement, tant la Municipalité que le Conseil communal ne nous ont pas suivis, estimant notamment, à tort, qu’examiner des alternatives allait entraîner un retard des travaux et de la mise en service du tram.

Il y a un peu plus d’une année, les Verts lausannois et Ensemble à gauche s’étaient par contre félicités1 de l’arrêt du Tribunal administratif fédéral (TAF) du 2 février 20182, par lequel, en substance, le TAF validait l’autorisation de construire pour le tram et le bus à haut niveau de service (BHNS) attendus depuis de nombreuses années et indispensables pour notre politique de mobilité, tout en renvoyant le projet routier du barreau Vigie-Gonin à une procédure ad hoc, estimant que l’Office fédéral des transports (OFT) n’était pas compétent pour valider cette mesure d’accompagnement, faute de lien suffisamment étroit entre les deux infrastructures (ferroviaire et routière).

Les transports publics lausannois (tl) ont fait recours au Tribunal fédéral (TF) contre cette décision du TAF, retardant d’autant le début des travaux du tram. Là encore, lors du débat, les Verts lausannois et Ensemble à Gauche ont regretté cette volonté des tl de recourir, portant ainsi préjudice à leur propre projet de tram. La décision du TF est tombée le 8 mai 2019 et, par 3 juges contre 2, il a annulé la décision du TAF et renvoyé le dossier à cette autorité pour examiner la validité des plans routiers du barreau Vigie-Gonin. Nous accueillons cette dernière décision avec un certain regret, car elle est la pire qui pouvait arriver : celle qui retarde encore le plus le projet. Avec encore au minimum un temps de traitement de 18 mois devant le TAF, puis à nouveau une douzaine devant le TF en cas de nouveau recours, suivi de 4 à 5 ans de travaux, le tram n’arrivera donc vraisemblablement pas avant 2027 à la Place de l’Europe.

Il existe une voie qui permettrait de mettre fin à ces procédures judiciaires dommageables, qui ne font que retarder la mise en service du tram : démarrer les travaux du tram et des BHNS sans délai, puisqu’ils semblent maintenant validés par les instances judiciaires, et rechercher une alternative concertée avec les opposants au barreau Vigie-Gonin plutôt que de porter à nouveau le même dossier devant les tribunaux, raccourcirait possiblement la mise en service du tram.

En effet, le nouveau jugement à venir devant le TAF est relativement imprévisible. Etant donné qu’il impacte la forêt, le projet de barreau doit être conforme à l’article 5 de la Loi fédérale sur les forêts (LFo), qui part du principe que tout défrichement est interdit. Pour qu’une autorisation puisse être accordée à titre exceptionnel, il faut répondre à deux conditions impératives : un intérêt prépondérant, ce qui semble être accordé par le récent jugement du TF qui lie le projet routier à celui du tram, mais aussi la preuve que l’ouvrage pour lequel le défrichement est sollicité soit indispensable et ne puisse être réalisé qu’à l’endroit prévu. Cette démonstration ne sera pas des plus faciles à faire pour les porteurs de projet, car comment démontrer en 2019 que le barreau Vigie-Gonin est nécessaire et qu’aucune alternative ne soit possible hors de l’aire forestière?

Il est utile de rappeler que lors de la demande de concession ferroviaire du 15 mars 2010 pour le tram t1, la liaison routière Vigie-Gonin ne figurait pas dans le projet. Les études de trafic avaient alors démontré que le tram était réalisable sans elle. Ce n’est que le 16 décembre 2010 qu’il a été ajouté, parce qu’il constituait l’accès à un futur tunnel routier imaginé sous Saint-François. L’ajout du barreau Vigie-Gonin dans le projet de tram a alors été imposé aux tl. De nouvelles études de trafic ont été réalisées, démontrant cette fois-ci l’utilité de cette liaison.

Mais aujourd’hui, les choses ont changé, nous sommes en 2019! D’une part, le Plan directeur communal (PDCom) a fort heureusement supprimé toute référence à un éventuel futur tunnel sous Saint-François dans sa version finale. D’autre part, plus le temps passe, moins le barreau Vigie-Gonin ne sera nécessaire. En effet, le taux de motorisation des lausannois continue sa décroissance et les parts modales des transports publics et de la mobilité douce continuent à augmenter. Les études de trafic ayant conclu à la nécessité du barreau Vigie-Gonin sont de surcroît trop vieilles et ne prenaient même pas en compte les développements futurs de l’offre en transport public, comme le métro m3, qui, les années passant, va finalement se réaliser très peu de temps après le tram t1, diminuant significativement le trafic au carrefour Chauderon Sud. De nouvelles études doivent donc être réalisées sur la base des données actuelles et du retour d’expérience très positif des monitorings réalisés lors de récentes fermetures provisoires de tronçons routiers (Pont Chauderon et Vieux-Moulin), qui ont montrés un intéressant phénomène d’évaporation du trafic. Tout cela devrait naturellement conduire à renoncer au barreau routier Vigie-Gonin, économisant des millions de francs et sauvant un poumon vert du centre-ville.

Il est aussi utile de rappeler que l’arrêt du TAF de l’an dernier avait débouté des opposants sur toute la ligne à propos de la diminution de l’accès routier au centre-ville et du nombre de places de stationnement.

Enfin, il faut encore relever que la réalisation du barreau Vigie-Gonin est contraire avec la politique de mobilité durable que les autorités cantonales et communales ont elles-mêmes inscrits dans le Plan directeur cantonal (PDCn), le Projet d’agglomération Lausanne-Morges (PALM), le nouveau Plan des mesures OPair 2019 de l’agglomération Lausanne-Morges ou le Plan directeur communal (PDCom) de Lausanne.

Alors que la quasi-totalité des partis politiques a fait de la protection du climat et de la biodiversité leur priorité en cette année électorale, il est temps de passer à l’action et de prouver que ce ne sont pas là que des mots, mais que des actes concrets et locaux doivent suivre, à commencer par la préservation de la forêt du Flon et le renoncement à une route supplémentaire en plein centre ville. L’urgence climatique décrétée par le Canton de Vaud, ainsi que les prochains postulats qui passeront devant le Conseil communal de Lausanne, concernant le Plan climat demandé à la Municipalité, ainsi que l’urgence climatique, permettront aussi de fixer des exigences claires en terme de protection du climat pour la Ville de Lausanne.

Etant toujours dans l’attente de l’arrêt motivé du TF, cet objet n’a pas été déposée sous la forme d’une interpellation urgente, mais l’urgence sera demandée dès la publication de cet arrêt.

Sur la base des éléments présentés ci-dessus, l’objet de cette interpellation est de poser les questions suivantes à la Municipalité :

  1. La Municipalité peut-elle préciser les prochaines étapes prévisibles de la procédure et le calendrier indicatif associé ?
  2. Est-ce que dans l’attente du récent jugement du TF et du futur jugement du TAF, de nouvelles études de trafic ont été ou vont être réalisées, notamment en tenant compte du M3 et sans le barreau Vigie-Gonin ?
  3. Est-ce que dans l’attente du récent jugement du TF et du futur jugement du TAF, des alternatives au barreau routier Vigie-Gonin ont été ou vont être étudiées ?
  4. En fonction du résultat de ces études, la Municipalité est-elle prête, le cas échéant, à renoncer à la réalisation du barreau Vigie-Gonin et à la destruction de la forêt du Flon ?
  5. Existe-t-il un « plan B » au cas où le TAF devait refuser la réalisation du barreau Vigie-Gonin au travers de l’aire forestière ?
  6. Comment la Municipalité explique-t-elle les différences ressortant des deux études de trafic de 2010 relatives aux mesures d’accompagnement du tram ?
  7. Au vu des années qui passent et de l’évolution constatée de la mobilité à Lausanne, la Municipalité n’estime-t-elle pas que l’étude qui a été réalisée pour démontrer l’utilité de la liaison routier Vigie-Gonin est dépassée et qu’il serait pertinent de mettre à jour les études de trafic qui ont abouti au choix du barreau Vigie-Gonin, d’autant que le tram ne devrait pas être mis en service avant 2027 ?
  8. La Municipalité est-elle prête à tout faire pour que la réalisation du tram tram Renens-Gare – Lausanne-Flon (t1) démarre dès que possible et ne soit pas retardée davantage ?
  9. La Municipalité est-elle prête à tout faire pour que la du bus à haut niveau de service (BHNS) Prélaz-les-Roses – Saint-François démarre dès que possible et ne soit pas retardée davantage ?
  10. La Municipalité n’est-elle pas d’avis, compte tenu de la longueur des procédures judiciaires vers lesquelles on se dirige encore, que la proposition et la mise à l’enquête dès que possible d’une alternative au barreau Vigie-Gonin pourrait potentiellement permettre une réalisation plus rapide du tram dont l’agglomération lausannoise a besoin ?

Xavier Company, Benjamin Rudaz, Alice Genoud, Daniel Dubas, Vincent Rossi, Anne Berguerand

1 Interpellation urgente de Valéry Beaud et crts « Le tram passe, la rampe trépasse ! » du 6 mars 2018 ; Interpellation urgente de Johann Dupuis et crts «  Le barreau Vigie-Gonin : quel plan B pour cette liaison routière ayant échappé à tout contrôle démocratique ? » du 6 mars 2018

2 A-2465/2016, https://www.bvger.ch/dam/bvger/fr/dokumente/2018/01/Arrêt%20A-2465-2016.pdf.download.pdf/A-2465-2016_WEB.pdf