Globalement, les Verts saluent la volonté de la ville de mettre en avant le sport et l’activité sportive, piliers fondamentaux pour une vie saine et une population en bonne santé. Ils craignent néanmoins que cet aspect hautement médiatique ne prenne le pas sur les autres pans du projet Métamorphose, dont l’importance n’est pas moindre. Plus particulièrement, ils veilleront à ce que le sport populaire et familial ne soit pas éclipsé par l’aura des grandes manifestations que Lausanne a la chance d’accueillir.

Notamment, nous estimons que la possibilité doit être donnée aux futurs habitants des écoquartiers de pratiquer le sport le plus directement à portée de semelle : la course à pied, via l’utilisation d’un parcours santé dont nous demandons la création au cœur même des Plaines-du-Loup.

(Lire le postulat de Sophie Michaud Gigon et Valéry Beaud, Doter le Nord-ouest lausannois d’un parcours santé)

Nos remarques quant aux récentes modifications du projet des infrastructures sportives :

Les Verts saluent le déplacement du stade de football à La Tuilière, choix cohérent avec le développement du centre de football sur la partie Nord du site ; et le déplacement de la piscine olympique à Malley, site qui bénéficie d’une excellente desserte en transports publics (RER, t1, m1), et qui offre des possibilités de synergies avec la patinoire, notamment au niveau énergétique. Nous espérons que cette réalisation pourra devenir un projet modèle de politique régionale.

Concernant le stade d’athlétisme, si la transformation du stade de Coubertin est probablement la moins mauvaise solution, les Verts demandent que l’intervention soit la plus limitée possible, dans le respect de ce site d’exception. Nous insistons pour que cet aspect soit un critère déterminant dans le choix du projet définitif.

Les Verts sont surpris de constater que l’emplacement du centre de tennis est toujours projeté au cœur de l’écoquartier des Plaines-du-Loup, alors que le jury du concours d’urbanisme avait déjà relevé cette problématique en 2010 et conseillé de le déplacer. Si nous sommes ouverts à la présence des quelques terrains de tennis nécessaires aux besoins du quartier, nous sommes par contre fortement opposés à la création d’un centre de tennis tel qu’imaginé aujourd’hui, qui privatiserait un espace public, qui serait entouré de grillage et qui ferait subir des nuisances sonores importantes aux riverains. Et l’hiver, qu’offrirait-il d’autre qu’un espace mort et sans âme ? Nous demandons donc qu’une implantation alternative soit étudiée.

Pour terminer, les Verts souhaitent ajouter quelques considérations plus globales sur la politique lausannoise en matière de sport : dans le cadre du projet Métamorphose, on parle beaucoup d’infrastructures sportives, mais ce n’est qu’un des volets de cette politique. Nous regrettons que les autres ne soient pas plus abordés. Il serait temps à notre avis de réviser le Plan directeur du sport, qui a maintenant 12 ans.

Léonore Porchet, présidente et Valéry Beaud, conseiller communal