Intervention communale, Lausanne, Sara Gnoni

Urgence climatique

Intervention

Chèr·e·s collègues,

Nous sommes en ce moment deux à la tribune pour vous parler du plus grand défi que l’humanité ait connu mais je souhaiterais que nous soyons TOUTES ET TOUS unis pour y faire face. 

En ce moment je me tiens devant vous non pas comme conseillère ni comme Verte, mais comme terrienne, citoyenne, maman, porte-parole du message scientifique qui nous est communiqué depuis plus de 30 ans, sans que nous l’entendions vraiment. 

Le sujet dont nous traitons ce soir est apolitique, n’est pas partisan et que vous soyez de droite, de gauche ou du centre, vous vous devez tous de répondre à la question “quel genre de futur vous souhaitez pour vous-même vos amis, votre famille, vos proches?” 

Nous sommes face à une crise climatique et écologique sans précédent. Si les rapports du GIEC d’octobre 2018 ou l’extrait du rapport de l’IPBES qui va être présenté cette fin d’année ne vous sont toujours pas familiers, j’aimerais brièvement vous parler de deux rapports récents.

Le premier qui est le Global Risk Report du WEF de 2019 donc la matrice que vous voyez qui montre que les risques qui sont les plus probables et qui ont le plus d’impact – carré en haut à droite, sont des risques liés au climat et à la perte de biodiversité.

Dans ce rapport, une des phrases clé est celle-ci “de tous les risques, c’est en relation avec l’environnement que le monde sombrera le plus clairement dans la catastrophe”. 

Un deuxième rapport récent, une approche par les scénarios (identique au WEF, donc multiplier la probabilité qu’un événement arrive par son impact pour donner le risque) appelé “existential climate-related security risk” dit plusieurs choses essentielles:

1. Historiquement les scientifiques ont été très prudents dans leur communication, et nous le voyons maintenant c’est que la réalité dépasse même les prévisions les plus pessimistes. Comme par exemple les 31°C au cercle arctique le 13 mai passé. Le réchauffement global et la fonte des glaces se fait à un rythme beaucoup plus élevé qu’initialement prévu.

2. Pour réduire les risques que nous venons de mentionner et préserver la civilisation humaine, il est essentiel de mettre en place très rapidement un système industriel à zéro émission. Cela nécessite la mobilisation globale de ressources pour faire face à l’urgence.

3. L’institut qui publie cette étude se déclare incapable, en raison de leur ampleur, de modéliser le niveau de destruction lié au changement climatique en 2050 déjà, pour les scénarios les moins optimistes et 2050, c’est demain

Je ne vais pas vous faire l’inventaire des scénarios films d’horreur auxquels nous devrons faire face si nous n’agissons pas ou pas assez vite, mais plutôt vous dire que c’est une opportunité unique d’agir ensemble et de créer un futur beaucoup plus agréable pour nous tous, avec une société inclusive, des villes plus belles propres et résilientes, respectant les limites de la biosphère.

En effet, la protection du climat et de la biodiversité s’accompagne de nombreuses aubaines en matière d’emplois locaux, que ce soit dans l’agriculture, l’industrie locale ou l’artisanat, en particulier dans le domaine de la réparation. Cela ouvre des perspectives pour résoudre, au moins en partie, les problèmes de socitété auxquels nous faisons face et que personne ne peut nier, comme la précarisation de la population, l’insécurité, les migrations, les pertes d’identité ou les inégalités.

Un autre extrait du WEF dit  Innovative and collaborative approaches may be needed to ensure that action is taken globally before it is too late

Le but de notre postulat est donc de déclarer l’urgence climatique pour donner enfin à la crise climatique et environnementale l’importance qu’elle doit avoir, c’est à dire une situation de crise qui menace la vie humaine.

Nous nous joindrons ainsi au mouvement de pays, de Villes, de Etats et régions qui l’ont fait avant nous et qui couvrent à présent une population de 70 millions de personnes au niveau mondial. Nous pouvons citer comme exemples Le Royaume-Uni qui a été le premier pays au monde à déclarer l’urgence climatique et qui a été suivi par l’Irlande, l’Ecosse ou, plus près de chez nous, Yverdon, Delémont  le canton de Bâle Ville, du Jura ou le canton de Vaud.

Au delà du geste hautement symbolique, le but est double: tout d’abord d’informer, sensibiliser et éduquer la population, les collectivités, les entreprises et créer une large adhésion pour passer à l’action. En effet on a beau lire des rapports, ou des informations scientifiques, rien ne vaut un message clair, transmis par des personnes qui nous sont proches et auxquelles on peut se relier. 

Dans le cadre de ce premier but se trouve également un rôle d’exemplarité: par notre déclaration d’urgence climatique, nous pouvons inspirer d’autres villes à faire de même et créer un cercle vertueux vers l’action.

Le 2e but de ce geste symbolique est d’accélérer le traitement des objets en lien direct avec la sauvegarde du climat. La déclaration permettra ainsi de mettre la priorité sur ces objets, par exemple le plan climat qui vient de vous être présenté, que nous avons co-signé et que nous soutenons fortement, pour que le groupe de travail qui se penche dessus puisse y travailler de toute urgence – soit à la hauteur de l’enjeu auquel nous faisons face. Nous avons un peu moins de 11 ans pour agir, pas pour mettre en place un plan mais pour agir concrètement et nous ne pouvons pas accepter les délais usuels de traitements des objets pour un enjeu vital tel que celui-ci, 11 ans c’est demain

En commission il y a évidemment eu des objections telles que le fait que ceci créerait un précédent pour apporter des sujets en urgence de toutes parts, comme le harcèlement par exemple. Vous l’aurez compris et j’en appelle à votre bon sens, qu’il ne s’agit pas du tout du même degré d’urgence, on parle, encore une fois de la survie de notre société. Une autre objection était celle qu’il est difficile objectivement de savoir quels objets sont liés au climat, sur ce point j’en appelle encore une fois au bon sens et à l’expertise du groupe de travail qui se penchera sur la mise en place des mesures concrètes pour nous sortir des énergies fossiles pour déterminer la pertinence ou non de l’urgence.

Je vous rappelle enfin que nous avons une responsabilité morale, en tant que pays riche, d’agir au plus vite et au-delà de ce qui est demandé par le GIEC pour que les pays qui n’ont pas encore accès à l’électricité ou à l’eau courante puissent atteindre un niveau de vie digne. L’urgence n’est donc pas seulement dans notre intérêt de préserver notre climat, nos alpes, nos cultures, mais aussi notre devoir de pays riche.

J’espère que vous l’aurez compris, nous sommes face au plus grand défi de notre espèce et la réponse que vous donnerez ce soir avec votre vote sera déterminante pour assurer un futur à vous ainsi qu’aux personnes que vous aimez.

Sara Gnoni

Références:

Rapport WEF Global Risks Landscape 2019

The year 2018 was another one of storms, fires and floods.19 Of all risks, it is in relation to the environment that the world is most clearly sleepwalking into catastrophe. The Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) bluntly said in October 2018 that we have at most 12 years to make the drastic and unprecedented changes needed to prevent average global temperatures from rising beyond the Paris Agreement’s 1.5oC target. In the United States, the Fourth National Climate Assessment warned in November that without significant reductions in emissions, average global temperatures could rise by 5oC by the end of the century.20 GRPS respondents seem increasingly worried about environmental policy failure: having fallen in the rankings after Paris, “failure of climate-change mitigation and adaptation” jumped back to number two in terms of impact this year. And the most frequently cited risk interconnection was the pairing of “failure of climate-change mitigation and adaptation” and “extreme weather events”. The accelerating pace of biodiversity loss is a particular concern. The Living Planet Index, which tracks more than 4,000 species across the globe, reports a 60% decline in average abundance since 1970.21 Climate change is exacerbating biodiversity loss and the causality goes both ways: many affected ecosystems—such as oceans and forests—are important for absorbing carbon emissions. Increasingly fragile ecosystems also pose risks to societal and economic stability. For example, 200 million people depend on coastal mangrove ecosystems to protect their livelihoods and food security from storm surges and rising sea levels, as discussed in Chapter 5 (Fight or Flight).22 One estimate of the notional economic value of “ecosystem services”—benefits to humans, such as drinking water, pollination or protection against floods—puts it at US$125 trillion per year, around two-thirds higher than global GDP.23

In the human food chain, loss of biodiversity affects health and socio- economic development, with implications for well-being, productivity and even regional security. Micronutrient malnutrition affects as many as 2 billion people. It is typically caused by a lack of access to food of sufficient variety and quality.24 Nearly half the world’s plant-based calories are provided by just three crops: rice, wheat and maize.25 Climate change compounds the risks. In 2017, climate-related disasters caused acute food insecurity for approximately 39 million people across 23 countries.26 Less obviously, increased levels of carbon dioxide in the atmosphere are affecting the nutritional composition of staples such as rice and wheat. Research suggests that by 2050 this could lead to zinc deficiencies for 175 million people, protein deficiencies for 122 million, and loss of dietary iron for 1 billion.

Intervention communale, Sara Gnoni

Plus de bio régional

Intervention

Chèr-e-s collègues,

Le Groupe des Verts est très attentif à la manière dont sont produits les aliments tant pour leur impact sur les sols, la faune et la flore, tant sur la santé. Et d’autant plus qu’il s’agit ici de la santé de nos enfants, ceux qui bénéficient de un ou plusieurs repas par jour servis par une des infrastructure de la ville. Comme je l’avais relevé lors de l’intervention sur les perturbateurs endocriniens, une partie importante de l’absorption se fait par l’alimentation, entre autres en mangeant de la nourriture qui contient des pesticides et les enfants sont une population particulièrement sensible aux effets de ces substances.

C’est pour cela qu’en 2014 nous avons accueilli avec enthousiasme le préavis 2014/36 qui présentait un plan d’action de la restauration collective à la hauteur de l’enjeu : porter à 70% la part des produits locaux dans les CVE subventionnées ou non ET privilégier le Bio lorsque ceux-ci sont disponibles dans l’offre locale, donc pour la plupart des produits de saison c’est le cas, ceux-ci étant disponibles en Bio chez les producteurs de la région. Le préavis demandait également de développer des relations directes avec les producteurs de la région, ce qui avait été développé avec la PBL. Ce conseil a donc consenti à un Crédit de CHF 324’500.- par an, prélevées dans le FDD pendant 3 ans, période pendant laquelle la Ville lançait un projet pilote pour mettre en place ces objectifs et couvrir le surcoût de 25ct par repas que pouvait engendrer la préférence pour le Bio Local par rapport au conventionnel.

Nous tenons à souligner que ces objectifs étaient déjà pour la plupart atteints, car l’on s’était basés sur des études de Beelong pour rédiger les objectifs du préavis : à cet effet 6 CVE avaient été analysées et la part du local était déjà de près de 70% et la part du Bio de près de 30%. Or, lors de la présentation du bilan partiel du plan de restauration collective que nous avons retrouvé sur nos tables il y a quelques mois et que nous avons pu découvrir ici en bas au Forum de l’hôtel de Ville nous constatons que la part du local est uniquement de 55% et la part du Bio de 3% uniquement, le 70% de produits locaux étant devenus produits labellisés. De plus, depuis la faillite de la PBL, les cuisiniers se retrouvent à commander chacun dans leur coin, auprès de divers producteurs, sans aucune centralisation, ce qui est totalement inefficace, chronophage, évidemment plus couteux et demandant plus de transports. Pendant la commission, les explications sur la non atteinte des objectifs du préavis sont restées assez floues et en se reposant sur le fait qu’il n’existe pas assez de Bio régional. Comment expliquer alors qu’avant nous y arrivions ?

Il reste beaucoup de questions ouvertes à ce stade à propos de la politique de restauration collective de notre Ville : pourquoi faisons-nous beaucoup moins bien que nous faisions il y 5 ans, alors que nous avons alloué plus de moyens financiers ? Quelles alternatives ont été et sont évaluées pour remplacer la PBL ? A quelle date nous sera remis le bilan des trois ans du projet pilote ? La ferme de Rovéréaz, dont l’équipe de bénévoles commence maintenant à s’essoufler, pourrait remplir ce rôle de centrale de distribution des produits de la région aux CVE de la Ville ? Comment ont été utilisés les crédits significatifs prélevés dans le FDD ? Et encore beaucoup d’autres auxquelles nous aimerions avoir des réponses

Le postulat de Monsieur Dupuis, demande donc de respecter fidèlement les objectifs du préavis et de mettre en place les mesures nécessaires pour ce faire. Nous vous invitons par conséquent à accepter la prise en compte de ce postulat afin que nous mettions enfin en oeuvre notre politique ambitieuse et respectueuse de l’environnement et de la santé de nos enfants  et qui soutienne les agriculteurs locaux et vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre en évitant de faire venir des produits de loin ou en les faisant transformer à l’autre bout de la Suisse.

Sara Gnoni

Intervention communale, Sara Gnoni

Déclaration d’urgence climatique

Intervention

Postulat: Urgence climatique : il est temps d’avancer au rythme exigé par la science

Chers collègues,

L’année 2018, sans surprise, s’est révélée la quatrième plus chaude depuis que l’on mesure la température à la surface du globe, après 2016, 2015 et 2017. Nous avons atteint 1° de température moyenne de plus qu’avant l’époque préindustrielle. Avec la trajectoire actuelle, nous nous dirigeons vers une élévation de 3-4° en moyenne globale, et 5-6° en Suisse. Pour comparaison, lorsque nous avions 5° de moins que la température globale actuelle, il y a 20’000 ans, un glacier d’un km se trouvait là où nous sommes.

D’ici 2050, 2 milliards de personnes, seront exposées à des températures extrêmement élevées. Cela reviendra à vivre la canicule de 2003 chaque été, avec son lot de morts.

Plus de 800 millions de personnes seront vulnérables à l’élévation du niveau des eaux et aux inondations. Ici, à Lausanne, des épisodes comme celui du 11 juin passé sont appelés à se répéter.

650 millions de personnes seront à court d’eau potable. Ici en Suisse, certains glaciers auront totalement disparu d’ici 20 ans, ce qui rendra notre approvisionnement plus incertain.

Des parties entières du globe seront devenues inhabitables, la quasi-totalité des coraux auront disparu, tout comme de nombreuses espèces animales et végétales. Nous compterons des centaines de millions de réfugiés climatiques.

Personnellement, j’aurais souhaité un futur différent pour nos enfants. Hélas, c’est ce que nous leur léguons: nous sommes dans un train qui est sur une trajectoire qui nous mène à pleine vitesse contre un mur.

Les tentatives d’accords internationaux, comme les COP, ont tout juste servi, à peine, à se mettre d’accord sur la manière de mesurer les gaz à effet de serre. Même au niveau national, une loi CO2, déjà largement insuffisante a été dénudée de tout sens et de ce fait a été récemment refusée.

Il apparaît donc que c’est aux Villes de s’organiser pour agir, avec des mesures fermes, drastiques et surtout rapides de réduction de GES pour atteindre le scénario 1 du GIECC et mettre en place des mesures d’adaptation au changement climatique.

Ces mesures doivent devenir nos préoccupations premières, car c’est tout simplement de la survie de notre société / civilisation dont il s’agit ici.

Nous avons une toute petite marge de manœuvre pour créer un nouveau projet de société, un avenir pour nos enfants avec un fort engagement civique. Partout des alternatives se créent, à Lausanne aussi, mais il nous faut les développer massivement et les rendre prioritaires.

C’est pour cela qu’avec ce postulat, nous demandons que la Municipalité étudie l’opportunité de déclarer l’urgence climatique, à l’instar de ce qui a été fait dans d’autres villes à travers le monde, comme Londres ou Vancouver et pour répondre à la demande des milliers de personnes qui ont se sont mobilisées cet hiver dans les rues lausannoises et dans d’autres villes de Suisse et ailleurs dans le monde.

Outre la portée symbolique de cette déclaration d’urgence, il y a lieu d’accélérer les procédures permettant d’adopter les mesures qui nous permettrons de faire face à ce qui est, selon les scientifiques, le plus grand défi que l’humanité ait connu. Ainsi, il est nécessaire de faire usage du traitement prioritaire, au sein de l’administration ainsi qu’auprès du Conseil communal, pour tous les objets liés de manière directe à la lutte contre le réchauffement climatique et ses conséquences.

Afin que cet objet soit, justement traité le plus rapidement possible, je demande le renvoi direct à la municipalité.

Sara Gnoni

Intervention communale, Lausanne, Sara Gnoni

Campagne annulée contre le harcèlement de rue

Intervention

Merci Monsieur le Président,

La lutte contre les violences sexuelles en général et le harcèlement de rue notamment sont des thèmes qui sont une priorité dans notre programme politique de sécurité et d’égalité et qui me tiennent, comme vous le savez, particulièrement à coeur.

Ce sont donc des questions légitimes que l’interpellateur a posées, sur le fonds et évidemment pas sur la forme.

L’interpellation demandait en somme, comment a-t-on pu arriver en fin de réalisation de la vidéo, et se rendre compte soudain que le contenu n’était pas digne d’être utilisé pour de la prévention contre les violences à caractère sexuel.

Je pense qu’à ce titre, et même s’il est regrettable que des deniers publics aient été gâchés, la Municipalité nous informe dans  sa réponse qu’elle en a tiré des leçons afin d’éviter qu’un telle situation se reproduise.

La Municipalité nous explique en outre que, comme dans tout projet, il y avait un comité de pilotage mais dont ont fait partie uniquement la police judiciaire, la Fondation vaudoise contre l’alcoolisme et Profa ce qui pourrait expliquer la direction qu’a pris cette campagne, dans le sens que pour ces parties prenantes il s’agit surtout d’éviter que des personnes soient alcoolisées et puissent, dans cet état se mettre en danger.

En revanche, dans le cadre des campagnes de prévention contre le harcèlement de rue, le cercle des parties prenantes a été élargi, ce qui nous réjouit et ce qui permet d’avoir un message plus cohérent par rapport au but que l’on cherche à atteindre, c’est-à-dire le comportement des harceleurs et non pas celui des cibles.

Au delà de ceci, nous ne pouvons que féliciter la Municipalité pour sa décision et ce même, à un stade aussi tardif, et quasiment juste avant le lancement de cette campagne d’avoir réalisé que le message qui aurait été transmis était erroné, contre-productif voire stigmatisant pour les cibles de violences et de harcèlement qui vivent déjà souvent et même sans ce type de message, avec un sentiment  de culpabilité et de honte très prononcé.

Le message transmis aurait encore renforcé l’idée chez certains, qu’une personne sous l’effet de l’alcool peut être consentante du moment que c’est elle qui s’est mise dans cette situation. Il y a par exemple déjà eu des cas où des hommes qui ont violé en groupe une femme qui était sous l’emprise de l’alcool et qui ont dû la déplacer d’un endroit à un autre pour ce faire, ne voyaient pas vraiment où était le problème, donc si on commençait à faire passer ce message dans une campagne de prévention, ce serait vraiment grave.

La honte doit être placée vers ceux qui sont les auteurs d’actes de violences de tout genre et non pas du côté de la cible et je pense que ceci a bien été intégré dans le préavis sur la lutte contre le harcèlement de rue ainsi que dans la vidéo sur le musée du harcèlement de rue, ce qui me réjouis.

En conclusion, et malgré la perte encourue suite à l’annulation de cette campagne, nous soutenons le fait que mieux vaut une campagne annulée plutôt qu’elle eût été publiée avec des conséquences considérables sur le message partagé. Nous remercions donc la municipalité pour la réponse qu’elle a apportées à ces questions et que la lutte contre les violences sexuelles et sexistes continue.

Sara Gnoni

Intervention communale, Sara Gnoni

Urgence climatique : il est temps d’avancer au rythme exigé par la science

Postulat

Le 8 octobre 2018, le GIEC publiait son dernier rapport¹ et celui-ci est sans équivoque : “Pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C, il faut modifier rapidement, radicalement et de manière inédite tous les aspects de la société”. Les conséquences d’un réchauffement supérieur à 1.5°C seraient catastrophiques pour l’humanité en général et en particulier pour les pays et populations les plus vulnérables. Des écosystèmes entiers seraient détruits, par exemple 99% des récifs coralliens seraient anéantis avec une augmentation de 2°C, toujours selon ce rapport.

Quelques semaines plus tard, le Living Planet Report 2018 du WWF² était publié et ses conclusions sont sans appel, au même titre que des nombreux scientifiques le relèvent depuis des années³: nous sommes entrés dans la 6ème extinction de masse, et l’homme en est la cause. Depuis les années 1970, les populations de vertébrés ont été réduites de 60%. Ceci est un fait dont l’importance se situe au niveau géologique.

Encore plus récemment, le 13 novembre 2018, étaient publiés les scénarios climatiques suisses4 qui montrent des scénarios de sécheresse prolongée, des précipitations extrêmes, des températures tropicales de plus en plus fréquentes et peu d’enneigement l’hiver, sauf si des mesures drastiques sont prises pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

Malgré toutes ces nouvelles qui confirment ce que la communauté scientifique répète depuis longtemps, à savoir que la survie même de notre civilisation est en danger si nous n’agissons pas rapidement, les transports en véhicules motorisés privés ne cessent d’augmenter5, et ceci de manière encore plus accrue pour les vols en avion. De même, on continue d’importer de la nourriture de l’autre bout de la planète, de produire des déchets et de consommer démesurément.

Il est évident qu’il y a un décalage entre la réalité scientifique et la compréhension de la population, du danger auquel l’humanité fait face.

L’histoire nous a montré que les accords et les engagements globaux ont du mal à se matérialiser en mesures concrètes (cas récent de la loi sur le CO2 en Suisse) et que les villes s’organisent indépendamment pour atteindre des objectifs du GIEC, viser une décarbonisation de l’énergie, créer une économie inclusive et des communautés durables à l’instar de Los Angeles, Paris, New York ou Amsterdam6. Un sommet sur l’action climatique7, une sorte de COP non étatique, regroupant des villes, régions, entreprises et ONG, a même été organisée en septembre 2018.

Quelques jours avant ce sommet, Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, déclarait que si nous ne changeons pas d’orientation d’ici 2020, nous risquons des conséquences désastreuses pour les humains et les systèmes naturels qui nous soutiennent.

Or nous constatons, qu’au sein de notre ville, pour traiter un objet, entre son dépôt, son traitement en commission, la rédaction d’un préavis et la mise en place effective, il peut se passer plusieurs années. Nous n’avons pas ce temps en ce qui concerne les actions liées au climat.

Ce postulat demande donc à la Municipalité d’étudier l’opportunité de déclarer l’urgence climatique, à l’instar de ce qu’a fait en début d’année Sadiq Kahn, maire de Londres, ou comme vient de le voter le conseil communal de Vancouver et de faire usage du traitement prioritaire, au sein de l’administration ainsi qu’auprès du Conseil communal, pour tous les objets liés de manière directe à la lutte contre le réchauffement climatique et ses conséquences.

La population doit être informée de l’urgence écologique au sens large afin de susciter une vaste adhésion de sa part à ce défi, probablement le plus grand que notre espèce ait connu.

Sara Gnoni
Vincent Rossi
Daniel Dubas

1 http://www.ipcc.ch/pdf/session48/pr_181008_P48_spm_fr.pdf
2 http://wwf.panda.org/knowledge_hub/all_publications/living_planet_report_2018/
3 Accelerated modern human–induced species losses: Entering the sixth mass extinction, Ceballos G, Ehrlich P. et al, Science Advances  19 Jun 2015: Vol. 1, no. 5, e1400253
4 https://www.nccs.admin.ch/nccs/fr/home/changement-climatique-et-impacts/scenarios-climatiques-suisses.html
5 https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/mobilite-transports/transport-personnes/prestations.html
6 https://www.amsterdam.nl/bestuur-organisatie/organisatie/ruimte-economie/ruimte-duurzaamheid/making-amsterdam/amsterdam-outlines/ et Sustainability Agenda Amsterdam
7 Global Climate Action Summit (GCAS), https://globalclimateactionsummit.org/fr/

Intervention communale, Sara Gnoni

Budget 2019 : bonnes surprises et économies indispensables

Intervention

Le budget présente certes un déficit de 42 mio mais nous relevons que celui-ci est dû non à une mauvaise maîtrise des charges, qui baissent de 24 mio par rapport au budget précédent et de 46 mio par rapport aux comptes 2017, mais à une baisse des revenus de 79 mio par rapport aux comptes 2017 et de 36 mio par rapport au budget 2018.Ces revenus sont évidemment difficiles à estimer, mais ce qui est indéniable, c’est que la RIE III aura un impact négatif sur ceux-ci, on estime la perte fiscale à 42 mio : si l’impact est moindre que prévu, nous aurons finalement une bonne surprise dans les comptes 2019, ou pas dans le cas contraire. Historiquement, sauf une exception, le résultat effectif a toujours été meilleur que le budget et donc nous avons bon espoir que grâce à un budget prudent, ce sera le cas cette année encore.

Les charges sont donc bien maîtrisées et en baisse, ou stables, à part les domaines prioritaires de la législature, notamment le développement de l’accueil de la petite enfance, le parascolaire et le renforcement de la sécurité publique où respectivement 1 mio et 0,8 mio sont alloués, sur un total des 3,8 mio, de budget pour ces thèmes prioritaires justement.

Nous pouvons donc par exemple compter, cette année, sur la création de 85 nouvelles places d’accueil pour le préscolaire, 72 places pour le parascolaire, soit un total de 157 nouvelles places en 2019 en sus de la pérennisation des 180 places APEMS de la rentrée 2017-2018. Ceci est réjouissant, d’autant plus que l’offre pour l’accueil dès les trotteurs pourra répondre à la demande en 2019 déjà (ou enfin). Pareillement, et même si cela a un impact moindre sur le budget, je tenais à citer la pérennisation de la Halte-Jeu de la Grenette qui a pu être inscrite au budget et qui est un excellent exemple des valeurs que cette Ville défend: la solidarité, l’entraide, la durabilité et le vivre ensemble.

Comme chaque année, d’aucuns trouveront qu’il s’agit là d’un budget d’austérité, d’autres que la Ville vit au dessus de ses moyens. A notre sens, il s’agit d’un budget prudent et qui représente un compromis entre le besoin d’assurer des prestations à la population et la nécessité d’agir dans un cadre de finances fragiles, tel que nous le connaissons, ainsi que notre responsabilité envers les générations futures de ne pas leur laisser les vestiges de nos dépenses qui iraient au-delà de l’acceptable.

Ces finances fragiles sont liées tout d’abord comme déjà dit à l’incertitude qui règne autour de la baisse des recettes fiscales, liées à la RIE III et l’impact effectif ne sera connu qu’avec un délai significatif et ceci pourrait encore pèjorer le déficit. Liées à ceci, les recettes fiscales sont toujours tributaires des va et viens des contribuables ou du départ d’un grand contribuable, qu’il s’agisse d’une personne physique ou morale et elles créent donc un aléa dans la préparation du budget. Est-ce qu’une baisse d’impôts aurait un impact positif sur les finances ou est-ce plutôt une hausse qu’il faudrait? nous aurons l’occasion d’en débattre le moment venu au sein de cet hémicycle.

Un autre point qui rend les finances fragiles est qu’un tel budget montre une insuffisance d’auto-financement de 148 mio et par conséquent une augmentation de la dette d’autant. On s’endette pour de nouveaux projets: Métamorphose, PALM, l’entretien des réseaux mais aussi pour entretenir les écoles lausannoises qui, nous le savons, ont souvent peu l’air d’être des écoles de nos contrées lorsque l’on voit leur état désuet.

Par conséquent, nous vivons toujours avec l’épée de Damoclès de l’augmentation des taux d’intérêts qui serait catastrophique pour notre budget, car dans ce cas, de vraies mesures drastiques d’austérité devraient être prises, ce qui n’est pas souhaitable ni aujourd’hui, ni pour celles et ceux qui viendront après nous.

Finalement, les finances seront de plus en plus impactées dans le futur par les coûts des changements climatiques. Les intempéries du 11 juin 2018 nous ont donné un aperçu des conséquences de ces dérèglements et du manque d’adaptation à celui-ci. Ces coûts ne sont pas directement prévus dans le budget, ce qui rend donc celui-ci d’autant plus précaire.

En conclusion, tout en ayant des difficultés à nous montrer excessivement enthousiaste pour un budget qui présente un déficit significatif et une dette en augmentation, nous réitérons néanmoins notre soutien à la Municipalité pour ce budget, en reconnaissance des efforts menés pour maîtriser ses charges tout en assurant des prestations nécessaires à une Ville de notre taille. Le Groupe des Verts approuvera ce Budget 2019 et vous invite donc à en faire de même.

Sara Gnoni

Intervention communale, Lausanne, Sara Gnoni, Vincent Rossi

Sécheresse, quelles mesures d’adaptation à cette nouvelle donne ?

Interpellation

La Suisse a toujours été appelée “le château d’eau de l’Europe” 1, les Alpes Suisses étant la source et la ligne de partage des eaux continentales. Les ressources en eau ont donc paru longtemps inépuisables dans notre pays. La consommation d’eau, ou le manque de celle-ci n’a par conséquent jamais été une vraie préoccupation pour notre pays.

Cependant, la canicule de cet été, la continuation de celui-ci jusqu’à fin octobre, ainsi que la grande sécheresse qui a touché tout le pays nous montrent que cette situation pourrait changer. La tempête du 11 juin renforce ce sentiment d’insécurité climatique. Le dernier rapport du GIEC nous demande de contenir l’augmentation de la température moyenne mondiale à 1.5 C° pour éviter des catastrophes incommensurables. Or, avec l’inaction actuelle, on se dirige vers des scénarios de plus de 4 C°, en sachant que la Suisse sera touchée en moyenne de 2 C° supplémentaires par rapport à la moyenne mondiale.

Sachant que les glaciers suisses fondent à toute allure – 20% sur les dix dernières années – et que nous devrons faire face à des pénuries d’eau de plus en plus fréquentes, il nous semble opportun de poser les questions suivantes à la Municipalité, afin que nous puissions agir, à notre niveau, pour la préservation de la ressource essentielle qu’est l’eau. Ces questions viennent en complément du préavis 2017/35 et les réponses pourraient être intégrées dans “la stratégie de l’usage de l’eau dans la ville en préparation” (préavis 2017/28, conclusion 2)

  1. Quelle est la situation de l’eau de la Ville de Lausanne, suite à la sécheresse 2018 : quelles ont été les activités impactées (p. ex. agricoles, parcs) et il y a-t-il eu un plan d’action pour y pallier ?
  2. Quels effets la sécheresse de cette année a-t-elle eues sur les ressources en eaux souterraines de la Ville de Lausanne ?
  3. Malgré la grande sécheresse qui a sévi cet été jusqu’à fin octobre, il ne nous semble pas avoir vu de directives pour la préservation de l’eau, comme par exemple, éviter d’arroser son jardin, de laver ses voitures, éviter les bains, et d’autres activités non essentielles qui sont grandes consommatrices d’eau. Est-ce que de telles recommandations ont été émises et sinon pourquoi ?
  4. Est-ce que la Ville possède des réservoirs d’eau qui collectent l’eau de pluie ?
  5. Si non, est-ce qu’il serait envisageable d’en construire par exemple dans des parcs ou dans d’autres zones qui s’y prêtent ? Ou d’utiliser des tunneliers actuellement enterrés pour creuser des galeries de stockage d’eau ?
    Nous remercions la Municipalité pour ses réponses.
    Sara Gnoni
    Vincent Rossi

    1Bien que ne couvrant que 0,4% de la surface de l’Europe, la Suisse recèle 6% des réserves d’eau de celle-ci.
Intervention communale, Sara Gnoni

De mesures contre les perturbateurs endocriniens

Intervention

Je déclare mes intérêts je suis présidente de Toxic Free Suisse, association qui a pour but la sensibilisation et l’information aux effets sur la santé et l’environnement des pesticides et perturbateurs endocriniens (PE), mais c’est ce soir au nom de mon groupe que je m’exprime, groupe des Verts qui est évidemment très préoccupé par ces problèmes de toxification qui ont un impact tant sur l’environnement que sur la santé, les deux étant indissociables.

Les perturbateurs endocriniens, sont des substances chimiques omniprésentes, qui ont la capacité d’imiter les hormones, hormones dont la fonction est de réguler toutes les fonctions de notre corps, par exemple la croissance, le sommeil, le développement sexuel et par conséquent une information erronée reçue par ces faux messagers peut avoir des effets non désirés sur ces fonctions.

Ces effets sont visibles sur le court, moyen, long voir très long terme (effets transgenerationnels, donc une exposition pendant ma grossesse à une substance qui imite les oestrogènes, comme le BPA, pourrait donner lieu à un cancer du sein de ma petite-fille).

Ils ont des effets non seulement individuellement mais en se cumulant entre eux, ce que l’on nomme l’effet cocktail, se cumulent dans le temps par bioaccumulation et certains persistent longtemps dans l’environnement. (Comme par exemple des PCB dans le lait maternel, interdit depuis 30 ans)

Leur particularité est également, que, contrairement au principe qui a toujours prévalu en toxicologie,  “la dose fait le poison”, ces substances agissent, elles, à des doses infiniment petites. Par exemple, le tristement célèbre herbicide Roundup est un perturbateur endocrinien à des doses bien plus basses que les doses autorisées.

Les populations les plus à risque sont les femmes enceintes, puisqu’une exposition à des substances problématiques peut avoir des effets irréversibles sur le foetus, les enfants en bas âge et les adolescents. En somme toutes les périodes où le travail hormonal est le plus actif et déterminant.

Les perturbateurs endocriniens sont comme l’éléphant dans la pièce; nous vivons tous en permanence cette soupe chimique et en même temps peu est fait pour les éviter alors que des mesures simples, peu coûteuses, à la portée de tous et donc de la Ville permettent non pas de supprimer les expositions, ce qui est impossible mais de limiter celles-ci surtout pour les populations les plus à risque.

En effet en diminuant l’absorption des PE au travers de la nourriture (les pesticides), ce que l’on met sur la peau (cosmétiques) et  en préférant les matériaux inertes au plastique l’on réduit déjà passablement les expositions.

La Ville a donc une marge de manoeuvre très importante étant donné qu’elle a sous sa responsabilité des petits enfants, qui sont justement dans ces populations à risque, enfants dont on s’occupe tous les jours avec des produits de soin, à qui l’on donne à manger, avec qui on joue avec toutes sortes d’objets et qui respirent un air intérieur qui peut abriter des substances problématiques.

Un levier d’action important pour réduire les expositions au travers de l’alimentation avec moins de pesticides chez les petits enfants. Dans l’exposition ici à côté au forum de l’HV vous pouvez voir que 97% de la nourriture servie dans la restauration collective, donc y compris pour les tous petits, contient des pesticides et donc la Ville a encore une marge d’amélioration importante de ce point de vue.

Par ailleurs par le biais de sa centrale d’achat, la Ville pourrait émettre des recommandations pour l’achat de meubles, produits de nettoyage, de produits de soin, de couches et faire donc des achats groupés qui répondent à certains critères et limitent les expositions des populations à risque.

D’autres mesures devraient également être simples à implémenter et nous nous réjouissons que la Ville ait, encore une fois un rôle de pionnier, comme souvent, sur ce sujet sérieux et important.

Nous vous invitons par conséquent à voter pour la prise en compte de ce postulat comme mon groupe, car comme d’habitude, chez les Verts, nous soutenons les bonnes idées, d’où qu’elles viennent.

Sara Gnoni

Intervention communale, Sara Gnoni

Quelles règles pour les avantages aux élus communaux ?

Interpellation

La loi cantonale sur les communes stipule à l’article 100a que « Les membres du conseil général ou communal, de la municipalité́ et de l’administration communale ne doivent ni accepter, ni solliciter, ni se faire promettre des libéralités ou d’autres avantages directement ou indirectement liés à l’exercice de leur fonction, que ce soit pour eux-mêmes ou pour des tiers. Font exception les libéralités ou les avantages usuels et de faible valeur ».

Les médias ont récemment révélé un certain nombre de cas potentiellement problématiques concernant des élus romands, dont certains pourraient même relever du domaine pénal.

Pour pouvoir remplir leur mission avec diligence, les élus doivent avoir une indépendance totale, dans les faits et en apparence. C’est pour cette raison que les conseillers communaux doivent par exemple remplir un registre des intérêts.

Par ailleurs, dans l’exercice de leur fonction, les élus peuvent recevoir des avantages matériels, des invitations à des événements, des entrées gratuites, voire des voyages ou d’autres cadeaux. Certains avantages peuvent être considérés comme minimes et d’autres plus importants.

Ces questions et exigences s’appliquent également aux membres du Conseil communal.

Nous proposons au bureau du Conseil communal de se saisir de cette question et de proposer un certain nombre de règles dans le cadre d’une directive ou d’une recommandation, en attendant la révision du Règlement du Conseil communal.

Dès lors, nous posons les questions suivantes à la Municipalité:
1. Existe-t-il des directives ou règles en vigueur sur les avantages que les membres de la Municipalité et les membres de l’administration peuvent accepter ?
2. Si, oui, lesquelles ? Si non, quelle est la pratique et que faut-il entendre par « avantages usuels et de faible valeur » ?
3. Quelle est la procédure en cas de soupçon d’un avantage illicite ou potentiellement problématique ?
4. Quels sont les voyages réalisés ces deux dernières années par les membres de la municipalité liés à leur fonction, quels en étaient les buts et comment ont-ils été financés ?

Nous remercions la Municipalité pour ses réponses.

Sara Gnoni

La réponse de la municipalité (21 novembre 2018)