Intervention communale, Ngoc Huy Ho

Désinfecter, mais à quel prix?

Interpellation urgente

Afin de lutter efficacement contre la propagation du coronavirus ou de la grippe saisonnière, l’Office Fédéral de la Santé recommande le nettoyage des objets et des surfaces susceptibles d’être contaminés par la toux et les postillons de personnes infectées.[1]

C’est dans ce sens que la Ville de Lausanne s’est engagée dans la mise en place de toutes les mesures sanitaires nécessaires pour faire face à la pandémie du coronavirus. Que ce soit dans la restauration collective, aux guichets d’information, dans les transports publics, dans les structures d’accueil d’urgence, musées et autres installations sportives et publiques, les surface et objets sont régulièrement nettoyés de manière “adéquate” après leur utilisation, en particulier si plusieurs personnes les touchent. Il s’agit notamment des poignées de porte, les boutons d’ascenseur, les rampes d’escalier, les accoudoirs de chaises, les tables, les WC, etc.[2]

Or l’utilisation de puissants désinfectants peut provoquer de graves problèmes de santé aux personnes qui emploient ces produits en cas de mauvaise utilisation. Troubles respiratoires, irritation de la peau ou lésions oculaires sont les principaux risques que peuvent entraîner un mauvais emploi d’un désinfectant ou en l’absence de protections individuelles comme des gants et lunettes de protection.

De plus, un environnement qui serait trop aseptisé ne stimulerait pas suffisamment le système immunitaire freinant la production des anticorps lui permettant de se défendre. C’est pour cela que l’utilisation de détergents désinfectants est déconseillée dans le cadre privé et notamment pour les personnes ayant une défense immunitaire affaiblie.[3] Les résidus de désinfectants dilués de manière incorrecte sur les surfaces pourraient également favoriser la croissance de bactéries résistantes aux antibiotiques.

Par ailleurs, cette désinfection systématique est utilisée dans les écoles et les crèches. Alors que la Ville s’est engagée dans un plan de réduction des perturbateurs endocriniens dans les crèches, l’utilisation systématique de ces produits désinfectants nous semble encore plus problématique dans le contexte de populations vulnérables que sont les enfants.

Enfin, l’utilisation de produits de désinfection entraîne également le problème de sa répercussion au niveau environnemental car les substances chimiques employées peuvent se retrouver en fin de cycle dans les eaux de surface ou dans les eaux traitées par les STEP.

Reste la question des gels ou solutions hydroalcooliques qui font désormais partie de notre quotidien et dont l’usage excessif n’est pas sans danger. En effet, la composition de ces gels peuvent contenir différents additifs, comme des ingrédients antimicrobiens ou des parfums, ayant un impact néfaste sur la santé.

Au vu de ce qui précède, les interpellatrices et interpellateurs remercient la Municipalité de bien vouloir répondre aux questions suivantes :

  1. Quels sont les différents types de produits de désinfection mise à disposition des employé-e-s de la Ville de Lausanne pour le nettoyage des surfaces et pour la désinfection des mains ?
  2. Est-ce que les employé-e-s de la Ville de Lausanne chargées de nettoyer objets et surfaces ont été informées des dangers de l’utilisation des produits de désinfection et ont-elles reçu une formation ainsi qu’un équipement de protection?
  3. La Ville de Lausanne a-t-elle coordonné la désinfection de ses infrastructures ou a-t-elle délégué aux personnes responsables dans ses différents services ?
  4. Est-ce qu’une attention plus particulière a été prise dans les institutions d’accueil de l’enfance et les établissements scolaires où les enfants peuvent être directement exposés à ces produits soit par contact ou par inhalation?
  5. Est-ce que les parents ont été informés des produits utilisés dans les institutions d’accueil de l’enfance et les établissements scolaires ? Est-ce que ces produits ont été analysés pour être en conformité avec les nouvelles mesures contre les perturbateurs endocriniens ?
  6. Est-ce que le Service de l’eau a effectué un suivi analytique sur une potentielle contamination des eaux lausannoises par des substances provenant des produits de désinfection ?
  7. Comment la Municipalité va-t-elle tenir compte des enseignements et des retours du terrain pour organiser le nettoyage des surfaces sans mettre en danger la santé de ses employé-e-s, de la population et en particulier des enfants ?

Nous remercions la Municipalité pour ses réponses.

Ngoc Huy Ho, Sara Gnoni, Anne Berguerand, Sima Dakkus, Sara Soto,       Ilias Panchard


[1] https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/hygiene-pandemiefall/gegenstaende-oberflaechen-reinigen.html

[2] https://www.lausanne-tourisme.ch/fr/coronavirus-situation-a-lausanne/

[3] https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/gesund-leben/umwelt-und-gesundheit/chemikalien/chemikalien-im-alltag/desinfektionsmittel.html

Intervention communale, Lausanne, Ngoc Huy Ho

Pictogramme des biodéchets

Question orale

Depuis le 1er janvier 2018, les bio-déchets, c’est-à-dire les déchets végétaux crus et cuits ainsi que les restes de repas comme les poissons et déchets carnés, sont récupérés dans les conteneurs en bas des immeubles. Les biodéchets sont identifiables par un pictogramme représentant une arête de poisson juxtaposée d’une feuille morte.

Or la majorité des conteneurs abordent encore l’ancien pictogramme pour la collecte des “Déchets végétaux crus” qui peut nous induire en erreur lors du tri du compost.

Ainsi pour une meilleure information aux citoyens et une meilleure récolte de ces déchets, est-ce que la mise à jour des autocollants biodéchets et une coordination avec les propriétaires de ces conteneurs seront effectuées prochainement ?

Ngoc Huy Ho

Intervention communale, Ngoc Huy Ho

Accord-cadre avec l’UE, quel impact sur la commune?

R39 : Postulat – Accord-cadre avec l’UE, quel impact sur la commune?

Les Vert·e·s soulignent la pertinence de ce postulat et des conséquences de l’impact de l’accord cadre sur l’administration communale.

Bien que les lignes autour de cet accord ne sont pas encore clairement définies, il est important d’anticiper de manière transversale en terme de stratégie et d’organisation. Nous pouvons notamment relever que les SIL ont déjà pu en partie se conformer aux exigences européennes par les récentes réorganisations en séparant par exemple ses activités de réseau de ses activités commerciales.

Le groupe des Verts vous invite donc à soutenir ce postulat.

Ngoc Huy Ho

Intervention communale, Lausanne, Ngoc Huy Ho

Statut des food trucks

Rapport-préavis No 2018/06 : Réponse au postulat de M. Claude-Alain Voiblet « Food Truck, quel statut pour ces restaurants sur roulettes ? »

Malgré les explications du rapport préavis sur le cadre légal entourant l’exploitation d’un food truck sur la commune de Lausanne, il reste des zones d’ombre à éclaircir. En effet, il semblerait qu’il n’existe à l’heure actuelle aucune base légale au sujet des food trucks sur le domaine public lausannois. Dès lors, certains problèmes d’égalité de traitement pourraient apparaître notamment lors des appels d’offres.  Par exemple, si un candidat, pour une raison ou une autre, n’est pas retenu, il pourrait faire opposition à cette décision et obtenir gain de cause car les critères de sélection ne sont pas inscrits dans un règlement spécifique. 

Ce vide juridique pourrait notamment être comblé par un complément au règlement des marchés alimentaires “classiques”.

Néanmoins, le groupe des Verts acceptera la réponse de la Municipalité à ce postulat, mais souhaiterait qu’un cadre juridique clair et précis soit donné aux food trucks sur le domaine public, avec une prise en compte des critères de durabilité pour la gestion des déchets et l’utilisation de produits, si possible, locaux et de saison.

Ngoc Huy Ho

Intervention communale, Lausanne, Ngoc Huy Ho

Bellerive-Plage : rénovation

Préavis Nº 2019 / 05 : Bellerive-Plage – rénovation du bassin «nageurs» et de la fosse de plongeon – demande de crédit d’ouvrage

En tant que commissaire, je souhaite remercier le Service des Sports pour la visite des installations de la piscine de Bellerive et pour les explications détaillées concernant la rénovation des bassins. Le groupe des Vert·e·s vous invite également à accepter les conclusions de ce rapport-préavis afin de garantir la sécurité et le confort des utilisateurs du bassin nageur et de la fosse de plongeon.

Ngoc Huy Ho

Alice Genoud, Benjamin Rudaz, Intervention communale, Lausanne, Ngoc Huy Ho, Sophie Michaud Gigon

De quelle couleur doit être une terrasse ?

Interpellation

Récemment les Verts ont posé une question orale concernant la terrasse du Great Escape. Une pétition réunissait des milliers de signatures et s’insurgeait contre le traitement municipal imposé au mobilier de la terrasse. Elle y faisait mention des différences de traitement entre établissements, de l’arbitraire qui semblait sous-tendre les décisions. Depuis, plusieurs cas similaires sont sortis dans la presse.

Les Verts sont favorables à un espace public de qualité et convaincus que l’harmonie et la beauté contribuent à la qualité de vie. C’est dans ce sens notamment qu’ils plaident pour une diminution de la publicité sur l’espace public. Convaincus aussi que les terrasses sont un moyen de rendre la rue et la ville joyeuses et dynamiques, ils soutiennent la mise sur pied de celles-ci et sont ravis qu’elles soient de plus en plus demandées par les Lausannois-es. Il semble ainsi couler de source que le matériel offert aux usagers soit de bonne qualité.

En parallèle, sensibles à la diversité dans l’espace public et à l’esprit d’initiative des cafetiers qui cherchent à se démarquer avec une identité visuelle ou un style de mobilier, les Verts saluent les initiatives qui éclosent et contribuent à dynamiser une rue, à surprendre les promeneurs et à les inviter à s’asseoir.

Ainsi, nous profitons de cette interpellation pour exprimer une certaine incompréhension face à la démarche de la Ville et avons l’avantage de poser les questions suivantes à la Municipalité :

  • Sur quelle stratégie de fond se base la volonté de la Municipalité d’uniformiser les terrasses en terme de couleurs et de matériaux ?
  • Une pesée d’intérêts a-t-elle été faite entre carcan administratif et tentative d’harmoniser l’espace public ?
  • La Municipalité ne craint-elle pas de décourager les cafetiers avec des contraintes peu compréhensibles en les obligeant à changer un mobilier encore en bon état et leur imposant ainsi des frais?
  • Quels sont les critères auxquels doivent répondre les cafetiers-restaurateurs ?
  • Imposer un certain style de mobiliers pourrait priver certains établissements, moins rentables, de toute terrasse. La Ville ne craint-elle pas de diminuer la diversité des enseignes en imposant un style de mobilier plus onéreux ?
  • Sur quelle base légale et règlementaire la Municipalité se base-t-elle pour valider ou interdire certains mobiliers ?
  • Applique-t-elle le même traitement à toutes les enseignes ?
  • L’esthétisme des terrasses étant des compétences de la Direction du logement, de l’environnement et de l’architecture et les autorisations de la Direction de la sécurité et de l’économie, quelle est la gouvernance des terrasses dans l’administration ?
  • La Municipalité n’est-elle pas mal à l’aise de pousser à jeter du mobilier en bon état sous prétexte qu’il n’est pas de la bonne couleur et comment assume-t-elle ce gaspillage potentiel ?
  • Uniformiser une rue en imposant le gris dans toute un espace n’est-il pas contraire à la volonté de la Ville de dynamiser le centre, rien que visuellement ?

Sophie Michaud Gigon

Ngoc Huy Ho

Alice Genoud

Benjamin Rudaz

Intervention communale, Ngoc Huy Ho

Un m2 à l’heure de son temps

Intervention

Rapport-préavis N° 2017/53 : Réponse au postulat de M. Stéphane Wyssa et consorts « Un m2 à l’heure de son temps »

Sur le principe, l’agglomération lausannoise se doit d’offrir d’excellentes prestations de transports publics, avec des horaires attractifs et adaptés aux besoins de la population. Une prolongation des horaires d’exploitation semble donc être une option intéressante à plus long terme, raison pour laquelle les Verts avaient soutenu le renvoi de ce postulat à la Municipalité.
Cependant, les différentes explications du rapport-préavis sur les contraintes liées à la maintenance du réseau pendant la nuit et sur les questions financières nous paraissent convaincantes. De plus, ce serait un très mauvais signal politique de devoir revenir en arrière sur l’extension des horaires en raison des travaux sur le m2 et le m3 dans un an ou deux. L’effet pour un report modal ne serait donc pour ainsi pas pérenne.

Une majorité du groupe des Verts va accepter la réponse de la Municipalité, une minorité s’abstiendra. Nous attendons cependant de la Municipalité qu’elle ré-étudie la question dès que les chantiers du m3 seront terminés.

Ngoc Huy Ho

Intervention communale, Ngoc Huy Ho

Terrasse du Great Escape

Question orale

Le Great Escape, qui est un des bars les plus fréquentés et animés de Lausanne, a reçu en août dernier l’autorisation communale d’étendre sa terrasse sur la Place de la Madeleine, passant de 72 à 134 m2. Cette extension entendait également libérer une portion de la Place pour les usagers non-clients de l’établissement voulant profiter de l’espace public et notamment de son point de vue.

Or depuis cette décision, le Great Escape n’a toujours pas pu bénéficier/profiter pleinement de l’agrandissement de sa terrasse sous prétexte que la Ville souhaiterait désormais que le mobilier (càd tables, chaises et parasols) soit uniformisé notamment dans leur couleur. Récemment, des pétitions en ligne et papier visant à soutenir le Great Escape dans la sauvegarde de son identité et ses valeurs, qui se rapprochent de l’esprit des biergarten à la berlinoise avec du mobilier bigarré, ont reçu près de 2000 signatures en seulement 5 jours.
Ma question est la suivante : Comment expliquer, si cela est vrai, la différence de traitement de la Municipalité concernant cette décision d’avoir une terrasse de couleur unie avec d’autres décisions où le caractère bigarré et surtout la liberté du commerçant ont été autorisées (par exemple à la nouvelle Auberge de Beaulieu et sur d’autres terrasses de la ville) et sur quelle base légale se fonde cette décision?

Ngoc Huy Ho

Intervention communale, Lausanne, Ngoc Huy Ho

Nouvelle usine de production d’eau potable de Saint-Sulpice

Intervention

Préavis N° 2018/48 – Construction de la nouvelle usine de production d’eau potable de Saint-Sulpice II – Demande de crédit

Les Verts saluent les moyens entrepris par la Ville de Lausanne pour le remplacement de l’actuelle station de traitement de St Sulpice datant de 1971, qui malgré sa filière simple d’exploitation et sa faible consommation électrique, n’est plus efficace contre le traitement de nombreux polluant tels que les algues ou les micropolluants se trouvant dans le Lac Léman.
En effet, malgré la bonne qualité de l’eau brute, il devient urgent d’adapter les équipements aux normes actuelles en terme de traitement de l’eau potable face à l’émergence de nombreuses familles de contaminants comme par ex. les micro-voire nano-plastiques ou encore les micropolluants. Pour cela, les essais pilotes menés par le Service de l’Eau depuis 2014 par le test de différentes combinaisons de techniques de purification comme la filtration membranaire, ozonation ou adsorption sur charbon actif, ont permis de trouver un “compromis” par une chaîne de traitement efficace contre la plupart de ces contaminants.
De plus, la construction de ce nouveau bâtiment se veut “au coeur de son environnement” : soit par la préservation des ressources du site, par un chantier à faible impact environnemental ou par la mise en place d’énergie renouvelable sur le bâtiment.
Ainsi, les Verts ne peuvent que vous recommander d’accepter les conclusions de ce rapport préavis.

Ngoc Huy Ho

Intervention communale, Lausanne, Ngoc Huy Ho

Nouvelle cuve au réservoir des Dailles

Intervention

Préavis N° 2018/25 – Construction d’une nouvelle cuve au réservoir des Dailles – Demande de crédit
Les Verts soutiendront ce préavis sollicitant un crédit pour le remplacement de la cuve n°1 identifiée comme vétuste et datant de 1953, ainsi que pour la mise en conformité de la cuve n°2.
De plus, nous relevons de manière favorable que le projet de construction ait été élaboré de manière à limiter l’impact sur les emplacements utilisés lors des travaux, et qu’un projet de valorisation de l’ensemble du site ait été prévu entre les communes de Lausanne et d’Epalinges.
Ainsi, ces deux cuves et leurs installations permettront de répondre à la forte demande de consommation d’eau du Nord lausannois dans les années à venir.

Ngoc Huy Ho