David Raedler, Intervention communale

Promouvoir le vélo par des aménagements nécessaires en ces temps de pandémie

Question écrite

Parmi toutes les conséquences liées à la crise actuelle du Coronavirus, la réduction du trafic automobile en ville et à l’échelle de l’agglomération a été particulièrement marquée. Alors que de très nombreuses entreprises ont promu le télétravail ou ont dû fermé en raison de la pandémie, le nombre de personnes empruntant les routes de la Commune s’est fortement réduit. Un constat similaire peut être tiré s’agissant de l’utilisation des transports publics.

A l’inverse, le nombre de vélo en circulation semble être en tout cas resté stable malgré les circonstances, voire s’être accru en raison de la réduction du trafic automobile. Les lausannoises et lausannois sont ainsi nombreuses et nombreux à avoir choisi ce mode de transport sûr et sécurisé – a fortiori en temps de pandémie et en l’absence de trafic automobile – pour faire les trajets nécessaires à leurs courses ou leur vie professionnelle.

De nombreuses villes à l’étranger ont profité de la réduction du trafic automobile pour redonner une partie de la route aux usagers de la mobilité douce (piétons et vélos), par des aménagements temporaires adaptés. En particulier, la création de pistes cyclables séparées du trafic par des poteaux mous a entraîné un regain de popularité du vélo et assuré que les utilisatrices et utilisateurs puissent circuler en toute sécurité. Ces aménagements permettent par ailleurs d’entrevoir le potentiel du vélo en ville, dans l’optique possible de les rendre permanents. Enfin, ils assurent à chacune et chacun une alternative nécessaire aux transports publics en heure de pointe.

Or, aucun aménagement de ce type n’a pu être vu à Lausanne.

Notre question est dans ce cadre la suivante : pourquoi la Commune de Lausanne n’a-t-elle pas mis en place de tels aménagements temporaires et, cas échéant, pense-t-elle y procéder en vue de la reprise du trafic en période de pandémie, temporairement et possiblement à long terme ?

David Raedler