Ilias Panchard, Intervention communale

STEP : des conditions de travail préoccupantes

Intervention

Le chantier de la STEP a débuté en 2015 et se poursuivra jusqu’en 2023. À terme, une nouvelle station d’épuration remplacera ainsi l’actuelle STEP. Notre collègue Calame l’a rappelé, depuis le début du chantier, soit 4 ans, le personnel de la station d’épuration interpelle la hiérarchie de l’usine et la municipalité à propos des conditions de travail sur le chantier de Vidy.

Hélas, les différentes démarches ne semblent pas avoir abouti à quoique ce soit. Les deux revendications principales : une compensation financière vis à vis d’une dureté du travail accrue et la possibilité de compenser en ayant du temps de repos supplémentaire accordé.

Quand des employé-e-s affirment que des températures de 34 degrés ont été mesurés à 1h du matin sur une partie du site, que des produits très nocifs sont utilisés et que les arrêts maladie augmentent, il est de notre responsabilité d’agir. Qui plus est quand le municipal en charge ne semble pas prendre des mesures pour améliorer la situation.

La pénibilité au travail est une question centrale dans les rapports de travail. Présente dans de nombreuses CCT, au coeur des débats suisses et européens – français en particulier – la notion de pénibilité doit être développée et non rabotée pour des raisons apparemment financières, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un employeur public.

Nous sommes nombreux dans cet hémicycle, dans les différents groupes politiques, à fortement nous intéresser à tout ce qui touche à l’eau dans cette ville, son captage, son transport, son utilisation et bien sûr à sa qualité. Je peux dire sans trop présumer que c’est aussi largement le cas du Municipal Hildbrand. C’est à saluer et nous permet d’avancer rapidement sur cette question et de figurer parmi les villes pionnières, ou en tout cas parmi les plus avancées du pays, en ce qui concerne la gestion durable de l’eau.

Cependant, là où les lignes se fracturent hélas, là où l’opposition gauche-droite refait surface, c’est bien souvent lorsque l’on parle des conditions de travail, de la sécurité sur le lieu de travail ou des salaires. L’entretien de ces installations ne se fait pas tout seul. L’approche “technologique”, très en vogue concernant le traitement de l’eau et ses moultes nouvelles techniques présentées comme révolutionnaires, a ses limites et derrière de nombreuses et nombreux employé-e-s sont engagés au quotidien pour assurer ces services. Et, dans le cas qui nous concerne, pour permettre le bon fonctionnement de la STEP et la construction dans les temps de la nouvelle station d’épuration.

Il nous faut reconnaître le travail des employé-e-s de la STEP, son évolution récente et celui prévu ces prochaines années jusqu’à la fin des travaux dans 3 ans au plus tôt.

Selon Monsieur le municipal, la portée des inconvénients n’aurait pas pu être réellement établie lors des différentes rencontres. Le Municipal considère-t-il ainsi que les éléments amenés par le personnes et le syndicat sont donc fausses ou mensongères ?

Nous espérons vivement, comme lui, que les prochaines rencontres, si elles ont lieu, permettront ainsi aux salariés et au syndicat de détailler leurs conditions de travail et leurs revendications, et donc à la Municipalité d’en prendre connaissance.

Ilias Panchard