Lausanne

Park(ing) Day 2018 à Lausanne : de la lecture à la place de la voiture

Au centre-ville, chaque mètre carré compte ! Affectons l’espace aux humains et à la vie plutôt qu’à des masses dormantes d’acier.

Dans le cadre de Park(ing) Day 2018, journée internationale de prise de conscience et d’action sur l’emprise du stationnement de véhicules individuels motorisé dans les espaces publics, les Verts lausannois, l’ATE-Vaud et actif-trafiC ont symboliquement reconquis une place de parking au cœur de Lausanne.

Pendant deux heures, une place de parc de la Place Centrale a hébergé une terrasse éphémère, une place de lecture et un bar improvisé. Tout en s’acquittant de l’émolument de stationnement.

Chaque place de parc représente 12 mètres carrés d’espace inutilement réservé à des voitures immobilisés. Ce sont donc des milliers de mètres carrés qui méritent une meilleure vie : des terrasses, des lieux d’échange, des places de jeu, des carrés d’herbe, des rues piétonnes, bref, de vrais espaces publics, accessibles au plus grand nombre. Ces places réaffectées cesseraient également d’attirer du trafic polluant et bruyant au cœur de la ville. Bénéfice : une circulation des transports publics et de la mobilité douce fluidifiée et donc une meilleure qualité de vie en ville pour toutes et tous.

L’action de ce jour a fait la démonstration de ce que devraient devenir ces espaces mangés par le stationnement, avec une politique active et volontariste que les associations participantes appellent de leurs vœux.


Benjamin Rudaz, co-président des Verts lausannois
Léonore Porchet, membre du comité national d’actif-trafiC

Intervention communale, Lausanne, Xavier Company

Lutter plus efficacement contre les pratiques abusives

Intervention

R70 – Postulat de Conscience Pierre et crts – Lutter plus efficacement contre les pratiques abusives : pour l’instauration d’un reçu à l’occasion de chaque interpellation de police

Le Groupe des Verts soutiendra majoritairement ce postulat pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, le sentiment de discrimination d’une partie de la population dont a fait état M. Conscience doit être entendu. En effet, il n’est pas anodin d’être contrôle par les forces de l’ordre  et chacun a le droit d’être informé de ses droits en cas d’interpellation et de contrôle. Il s’agit là de la défense des droits les plus élémentaires des justiciables et on peut s’étonner que le PLR s’y oppose. De plus, ce postulat pourrait permettre de limiter les interpellations inutiles ou disproportionnées, tel semble être le cas dans les villes qui utilisent ce procédé en tout cas. Finalement, un tel reçu permettrait un meilleur contrôle et suivi des interpellations.

Il ne s’agit dès lors pas d’une défiance envers le corps de police, bien au contraire, cet outil permettrait une amélioration du système de police et surtout une transparence de son action. C’est, pour le Groupe des Verts, une façon aussi de légitimer le travail de la police en la rendant transparente et en permettant ainsi à la Municipalité de mettre en avant ses pratiques.

Par contre, il est sûr que nos craintes pour une surcharge du corps de police sont importantes, mais nous sommes sûrs que la Municipalité, en cas d’acceptation de ce postulat, saura mettre en place un système efficace permettant de ménager les forces policières tout en garantissant la transparence nécessaire à son travail et une défense adéquate des droits des personnes contrôlées.

Dès lors, afin de pouvoir notamment examiner ce qu’il se fait dans d’autres villes suisses et européennes, et compte tenu de la prise de position nuancée de M. Conscience ce soir visant à donner une large marge de manœuvre à la Municipalité pour la mise en place de son postulat, notre groupe le renverra majoritairement à la Municipalité, avec quelques abstentions.

Xavier Company

Intervention communale, Lausanne, Sophie Michaud Gigon

Pour des rues vivantes

Intervention

Préavis N° 2018/11 : « Rues vivantes » Aménagements urbains, valorisation des espaces publics et modération du trafic – Demande de crédits de réalisation

Comme le rappelait le Syndic dernièrement, on dit parfois des Verts qu’ils ne sont ni de gauche ni de droite mais devant. C’est le cas pour la requalification de l’espace public qui est l’objet de ce préavis. Nos nombreux postulats et interventions faites dans ce Conseil depuis 10 ans attestent parfaitement de notre engagement et cela en continu.

Mais nous préférons ne pas rester tout seuls devant et sommes donc ravis d’être rejoints sur cette thématique par un préavis de la Municipalité. Nous sommes donc fortement favorables à ce préavis et remercions la Municipale en charge de l’avoir concrétisé.

Dans les quartiers de Lausanne, ces mesures bien concrètes permises par le crédit validé, se verront. Comme par ex les zones de rencontres, chères à notre collègue Beaud.

Elles sont l’outil le plus adapté pour permettre le partage de l’espace public entre les différents usagers, pour que les routes deviennent rues et ne soient plus seulement des espaces de circulation mais deviennent de véritables lieux de vie, sécurisés et que les habitants puissent s’approprier.

Il n’y a pas de clivage gauche-droite à avoir sur le bien vivre ensemble ; des enfants aux seniors, en passant par les actifs de notre ville, nous sommes tous gagnants à avoir des bancs, des cheminements sécurisés pour aller à l’école, un centre-ville aux commerces vivants et dynamiques, une rampe ici ou là, des petites choses que la population appelle de ses vœux dans tous les quartiers de la ville et qui ne doivent pas tous passer devant notre Conseil. Vraiment pas. Ces petits aménagements font office de déclencheur et les habitants deviennent acteurs de leur ville et s’y engage ensemble.

Les grandes villes suisses ont élaboré une stratégie et Lausanne emboîte le pas avec ce préavis concret, que les Verts vous invitent à plébisciter.

Sophie Michaud Gigon

Intervention communale, Lausanne, Xavier Company

Réponse au postulat de M. Matthieu Carrel «Pour la création d’un recueil systématique en ligne du droit lausannois».

Intervention

Rapport-préavis No 2017/33

Je serai presque aussi bref que le rapport de commission de notre collègue Piccard que je remercie pour ce précieux travail.

En tant qu’avocat pouvant passer parfois de longs moments sur les sites de certaines communes vaudoises à fouiller pour trouver le règlement des constructions, ou le PGA, je ne peux qu’applaudir le postulat de notre collègue Carrel, et la réponse de la Municipalité qui semble déjà bien avancée dans sa réalisation.

On peut seulement regretter qu’il ait fallu 4 ans pour rendre ce rapport préavis… mais au vu du travail conséquent qui a été réalisé par l’administration et du fait que le recueil a presque précédé la reddition de ce rapport, on ne peut finalement que se réjouir de la situation actuel.

Je souhaite donc féliciter le postulant et la Municipalité pour cette démocratisation des règlements communaux, dès lors parfaitement accessibles à la population et vous inviter à accepter ce rapport préavis.

Xavier Company