Ilias Panchard, Intervention communale, Sara Gnoni

Un permis de polluer l’eau, non mais allô ?

Interpellation

Pesticides, fongicides, antibiotiques ou nanoparticules ; les produits toxiques s’accumulent partout dans l’environnement. Ces substances, d’autant plus lorsque leurs effets s’additionnent (effet cocktail), sont très nocives pour la santé humaine. 

Les pouvoirs publics ont la responsabilité d’oeuvrer à la réduction de leur utilisation afin de contenir leur impact potentiel sur notre santé. Hélas, la Confédération prend parfois des décisions qui vont dans la direction opposée : une révision de l’ordonnance fédérale sur la protection des eaux prévoit en effet une augmentation massive des teneurs maximales autorisées dans l’eau de plusieurs pesticides.

Soumise à consultation publique, la révision de l’ordonnance rehausse massivement les seuils tolérés pour certaines substances chimiques, dont le glyphosate, les principaux pesticides ou les antibiotiques. De plus, comme le dénonce une pétition de l’association ToxicFree, ces nouveaux seuils sont en contradiction avec les limites maximales de pesticides dans l’eau potable définies par l’Ordonnance fédérale sur les Denrées Alimentaires.

À l’heure où la population se saisit de ces thèmes et développe des alternatives moins nocives pour la santé, où de nombreux-ses citoyen-ne-s portent le sujet sur la place publique, où nous voyons se développer une résistance croissante aux antibiotiques et à l’heure où il est devenu inacceptable moralement de polluer davantage nos cours d’eau, ces nouveaux seuils sont incompréhensibles. Il en va de notre santé, de la protection de l’environnement et de la biodiversité. 

Partant de ce constat, les interpellatrices et interpellateurs souhaitent poser les questions suivantes à la Municipalité :

  • La Municipalité a-t-elle répondu à la consultation sur la révision de l’ordonnance fédérale sur la protection des eaux ?
  • Si oui, quelle est la position de la Municipalité ?
  • Que peuvent être les conséquences d’une telle révision sur la qualité des eaux de surface lausannoises et des eaux de boisson fournies par la Ville aux habitant-e-s ?
  • La Municipalité est-elle d’avis que la dite révision risque de porter atteinte à la qualité globale des eaux lausannoises
  • Quelles mesures sont envisagées par la Municipalité pour garantir la qualité des eaux lausannoises ?
  • La Municipalité pense-t-elle plaider pour le maintien au niveau fédéral des seuils actuels et, si la révision entre en vigueur sous sa forme actuelle, envisage-t-elle de continuer à appliquer les anciens seuils de protection des eaux ?

Sara Gnoni

Ilias Panchard