Intervention communale, Valéry Beaud

Interpellation urgente sur le tram et résolution acceptée par le Conseil communal

Intervention

En préambule, il est utile de préciser que les Verts lausannois sont extrêmement satisfaits de l’arrêt du Tribunal administratif fédéral (TAF) du 2 février 2018, qui valide l’autorisation de construire du tram t1 Renens-Gare – Lausanne-Flon, du bus à haut niveau de service (BHNS) Prélaz-les-Roses – Saint-François et du garage atelier (GAT), et qui renvoie le projet routier du barreau Vigie-Gonin à une procédure ad hoc.

Le tram t1, que nous avons toujours soutenu avec fermeté et que les populations lausannoises, de l’ouest lausannois et plus généralement de l’ensemble de l’agglomération attendent depuis de nombreuses années, peut donc aller de l’avant. Concernant le barreau routier entre la Rue de la Vigie et l’Avenue Jules-Gonin au travers de la forêt du Flon, que les Verts lausannois ont régulièrement critiqués, le TAF ne fait finalement que confirmer ce que nous avons dit à plusieurs reprises ici même, soit que cette liaison routière ne devait pas faire partie de la procédure d’approbation des plans ferroviaires, car elle ne présente pas un rapport nécessaire et étroit avec l’exploitation du tram.

Fort de ces décisions, nous souhaitons que les travaux du tram et du BHNS débutent sans attendre et que des alternatives soient rapidement étudiées pour le barreau Vigie-Gonin et pour la Maison du livre et du patrimoine qui devait prendre place sous celui-ci.

Aujourd’hui, nous regrettons donc fortement la décision des transports publics lausannois (tl) de faire recours au Tribunal fédéral (TF) contre la décision du TAF. Nous sommes également déçus de la réponse de la Municipalité à notre interpellation urgente ainsi qu’à celle de M. Dupuis, réponses qui illustrent un entêtement à vouloir réaliser à tout prix le barreau routier Vigie-Gonin.

Je sais que la situation des Municipaux en place aujourd’hui est difficile et j’en suis désolé pour eux, qui ont hérité d’un dossier bricolé par leurs prédécesseurs. Mais la décision du TAF est historique, elle permet au tram de se réaliser sans le barreau Vigie-Gonin. La Municipalité a donc aujourd’hui une magnifique opportunité de corriger les erreurs du passé.

En ce sens, le manque d’anticipation dont elle fait preuve est incompréhensible. A la réponse à la question 6, elle dit ne pas vouloir étudier la nouvelle procédure exigée par le TAF pour le barreau Vigie-Gonin avant l’issue du traitement du recours des tl au TF. Voilà une première année de perdue. On peut par ailleurs raisonnablement penser que la nouvelle procédure requise retarderait la mise en service du tram au minimum de 3 à 5 ans supplémentaires.

Je crois qu’on peut l’affirmer aujourd’hui, si le TF confirme la décision du TAF, le barreau Vigie-Gonin est à 99% mort. Seul dans une nouvelle procédure routière, il n’a en effet que peu de chance face à l’article 5 de la Loi fédérale sur les forêts et encore moins de chance devant la population lausannoise, qui pourrait être amenée à voter lors d’un référendum, que cette liaison routière soit une route communale ou une route cantonale en traversée de localité́. Ce n’est donc pas d’une nouvelle procédure pour le barreau Vigie-Gonin que le tram à besoin, mais d’alternatives crédibles à celui-ci.

Aujourd’hui, comme leur autorise la décision du TAF, les autorités cantonales et communales doivent avoir le courage de débuter les travaux de ce tram tant attendu depuis de nombreuses années, sans réaliser le barreau Vigie-Gonin, mettant ainsi en œuvre la politique de mobilité durable qu’elles ont elles-mêmes inscrits dans le Plan directeur cantonal (PDCn), le Projet d’agglomération Lausanne-Morges (PALM), le Plan des mesures OPair de l’agglomération Lausanne-Morges ou le Plan directeur communal (PDCom) de Lausanne.

Valéry Beaud

——–

Compléments

Comme les années passent et que tout le monde semble l’avoir oublié, il est peut-être utile de rappeler ce soir l’origine du barreau routier Vigie-Gonin. En effet, comme l’explique l’arrêt du TAF, lors de la demande de concession ferroviaire du 15 mars 2010 pour le tram t1, cette liaison routière ne figurait pas dans le projet. Les études de trafic avaient alors démontré que le tram était réalisable sans elle. Ce n’est que le 16 décembre 2010 qu’il a été ajouté. Pourquoi ? C’est une secret de polichinelle, on peut le dire : parce qu’il constituait l’accès au tunnel routier sous Saint-François tant voulu par l’ancien Municipal des Travaux. Celui-ci réussit alors à imposer aux autorités et aux tl l’ajout de son barreau Vigie-Gonin dans le projet de tram. De nouvelles études de trafic sont alors réalisées, démontrant cette fois-ci l’utilité de cette liaison. Comme vous le voyez, le barreau Vigie-Gonin est une pure invention de l’ancienne Municipalité de Lausanne, qui a par là-même pris en otage l’ensemble de l’agglomération. Aujourd’hui, c’est donc à la nouvelle Municipalité d’assumer ses responsabilités et de trouver des alternatives pour se passer de cette liaison routière qui ne fait aucun sens et n’est pas nécessaire, le tunnel sous Saint-François ayant par ailleurs été définitivement abandonné entre temps.

Par ailleurs, la Municipalité mentionne dans sa réponse à notre interpellation que le TAF ne remet pas en question le bien-fondé du barreau routier Vigie-Gonin. Il est toutefois utile de préciser que celui-ci n’a à ce jour pas jugé du fond mais uniquement de la forme. Or plus le temps passe, moins le barreau Vigie-Gonin ne sera nécessaire. En effet, le taux de motorisation des lausannois continue sa décroissance et les parts modales des transports publics et de la mobilité douce continuent à augmenter. De plus, les études de trafic ayant conclu à la nécessité du barreau Vigie-Gonin ne prenaient même pas en compte les développements futurs de l’offre en transport public, comme le métro m3, qui, les années passant, va finalement se réaliser très peu de temps après le tram t1, diminuant significativement le trafic au carrefour Chauderon Sud. De nouvelles études doivent donc être réalisées sur la base des données actuelles et du retour d’expérience très positif des monitorings réalisés lors de récentes fermetures provisoires de tronçons routiers (Pont Chauderon et Vieux-Moulin), qui ont montrés un intéressant phénomène d’évaporation du trafic. Tout cela conduira naturellement à renoncer au barreau routier Vigie-Gonin.

——–

Résolution

 

Le Conseil communal souhaite :
 
que la Municipalité intervienne auprès du Canton et des tl pour que débutent sans attendre les travaux du tram Renens-Gare – Lausanne-Flon (t1), du bus à haut niveau de service (BHNS) Prélaz-les-Roses – Saint-François et du garage atelier (GAT).