Intervention communale, Lausanne

Une centrale photovoltaïque au Chalet à Gobet

Intervention

Les Verts se prononcent avec enthousiasme en faveur de ce projet, si l’analyse d’opportunité démontre l’intérêt et la faisabilité de cette centrale photovoltaïque au Chalet à Gobet.

De toutes les énergies renouvelables, l’énergie photovoltaïque est celle qui soulève le moins de conflits et qui génère le plus d’adhésion au sein de la population. Malheureusement en Suisse, la progression de cette énergie renouvelable reste encore timide, trop timide, malgré des prix de production qui ont fortement chuté.

L’emplacement du parking du Chalet à Gobet est de prime abord un excellent choix. Pour les Verts seuls les sites bâtis -et en tout premier les toitures et/ ou les façades – sont les supports les plus adéquats pour accueillir des panneaux photovoltaïques. Il n’en demeure pas moins que, comme le relève le rapport de commission, ces toits à la bonne inclinaison se raréfient. Les parkings en dur offrent ainsi de bonnes alternatives pour y implanter des centrales solaires.

Le Chalet à Gobet est un lieu de sport et de loisirs très apprécié des Lausannois qui s’y rendent fréquemment. La construction d’une centrale photovoltaïque serait un signe fort et visible de la volonté de Lausanne de développer ces nouvelles énergies renouvelables qui sont les ressources de notre approvisionnement énergétique à venir. La production photovoltaïque du Chalet à Gobet viendrait compléter la production du projet EolSud, le photovoltaïque étant davantage productif en été et l’éolien en hiver. Elle serait aussi un clin d’œil à la production de neige de culture pour les skieurs en herbe de la piste de ski du Chalet à Gobet.

Aucune atteinte paysagère n’est à craindre si la construction de la centrale photovoltaïque se limite au parking du Chalet à Gobet qui est déjà entièrement bétonné, car il borde la très fréquentée route de Berne et bien entendu aucun empiètement sur la très belle plaine agricole de Mauvernay ne doit se faire. En tant que porte d’entrée à Lausanne, la Ville offrirait avec ce projet une belle image de son projet énergétique.

Alors que la Suisse présente de meilleures conditions d’ensoleillement que l’Allemagne, elle n’est pas à ce jour un pays du solaire, alors qu’elle possède une grande expérience dans la recherche, et dans la mise en œuvre de cette technologie En comparaison européenne, la Suisse est l’un des pays qui produit le moins d’énergie verte (exception faite de l’hydraulique). Environ 2% des besoins annuels par personne proviennent des nouvelles énergies renouvelables, selon la Fondation suisse de l’énergie (SES). Retard dommageable pour notre indépendance énergétique tout comme pour le potentiel de création de places de travail dans ce secteur, alors que le prix du solaire a chuter de 80% entre 2009 et 2015. A Lausanne, notre électricité est à peine composée par 1% de photovoltaïque (exactement 0.75%). La marge de progression du photovoltaïque en Suisse est immense, sa compétitivité n’est plus à démontrer et son potentiel dans notre approvisionnement énergétique est très grand.

25 % du courant suisse pourrait être produit dans le pays, sur le toit des maisons, des bâtiments industriel, des murs antibruits et des parkings. Nous souhaitons que Lausanne, ville olympique, se profile comme ville modèle et pionnière dans ce domaine.

Marie-Thérèse Sangra