Intervention communale, Lausanne

Pour une lutte contre le harcèlement de rue fondée sur l’éducation

Postulat

Les résultats de l’étude sur la harcèlement de rue faisant suite à l’interpellation « Hey mad’moiselle… il se passe quoi avec le harcèlement de rue à Lausanne » montrent des chiffres graves, mais pas très surprenants pour celles, et ceux, qui subissent régulièrement le phénomène. Rappelons les chiffres : 63% des femmes interrogées disent avoir été victime de harcèlement de rue (72% des 16 – 25 ans), dont la moitié une fois par mois, avec des actes allant jusqu’à l’insulte (42%) et l’agression sexuelle (32%).

La Municipalité a présenté ces chiffres en annonçant des mesures variées, mais principalement basées sur une sur-sécurisation de la rue, ce qui dénote d’abord d’une méconnaissance du phénomène, mais aussi d’importantes lacunes dans la volonté de lutter contre ce fléau en amont.

Tout d’abord, il n’y a aucun lien entre une plus grande présence policière et le harcèlement de rue. Les policiers ne peuvent légalement souvent rien faire face au harcèlement de rue, mais surtout il ne se passe jamais sous leur nez. Ils ne sont de plus bien souvent au bénéfice d’aucune formation spécifique concernant les violences sexistes. Ensuite, l’amélioration de l’éclairage public, qui est par ailleurs déjà réfléchie sous l’aspect sécuritaire à Lausanne, n’aura pas d’impact sur les actes, mais sur le seul sentiment de sécurité. Pour terminer, l’idée de trajets nocturnes sécurisés est particulièrement inquiétante, car elle risque de cantonner les femmes à des lieux spécifiques, tout en les excluant du reste de l’espace public et en justifiant en quelques sorte les actes qui se passeraient ailleurs.

Or le harcèlement de rue (comme de manière générale les violences sexistes) a des causes, le sexisme et le patriarcat, et c’est contre ces causes qu’il faut lutter d’abord, par l’éducation de toutes et tous au consentement et à l’égalité : ni la lumière, ni la présence policière ne sont efficaces contre un système ancré ainsi dans les mœurs.

Dans ce cadre, la Ville de Lausanne pourrait, notamment :

  • mettre en place rapidement une campagne de sensibilisation contre le harcèlement et mieux faire connaître les sanctions contre ses formes pénalement répréhensibles ;
  • proposer des cours pour aider les victimes de harcèlement à réagir et les témoins à intervenir ;
  • en collaboration avec le canton, améliorer et moderniser les cours d’éducation sexuelle dispensés dans ses classes pour en axer une partie du contenu sur le consentement et le harcèlement ;
  • former la police aux problématiques spécifiques des violences sexistes ;
  • donner aux femmes et aux personnes LGBT(I) les moyens de lutter elles-mêmes contre le harcèlement de rue notamment en facilitant le dépôt de plainte et l’identification des harceleurs dans la mesure du possible (par une application par exemple) ;
  • encourager la population à parler des cas de harcèlement pour dissiper le tabou qui existe autour de ses actes ;
  • participer à la semaine internationale contre le harcèlement de rue ;
  • etc.

La lutte contre le harcèlement de rue passe d’abord par un travail de changement des mentalités et de l’imaginaire collectif. Les Verts demandent donc que la Municipalité étudie les moyens pour mener la lutte contre le harcèlement de rue grâce à une éducation scolaire et populaire.
Léonore Porchet