Intervention communale

Réalisation de l’écoquartier des Plaines-du-Loup

Avec ce premier Plan partiel d’affectation (PPA), les Verts saluent une nouvelle étape importante vers la réalisation de l’écoquartier des Plaines-du-Loup, projet d’écoquartier qui est né rappelons-le suite à un postulat de notre collègue vert Giampiero Trezzini déposé le 21 mars 2006, il y a maintenant plus de 10 ans.
Nous franchissons donc une étape, mais une étape parmi d’autres aurions-nous envie de préciser, car ce n’est pas ce seul préavis et PPA qui fera la qualité de l’écoquartier des Plaines-du-Loup, mais bien l’ensemble de ce que nous avons déjà eu l’occasion de proposer, discuter, amender ou voter, à savoir notamment le Plan directeur localisé (PDL), les critères et modalités d’attribution des lots, le soutien aux coopératives d’habitants ou le choix des investisseurs, ainsi que ce qui viendra encore par la suite, car beaucoup reste à faire pour atteindre l’écoquartier exemplaire qui est souhaité et attendu.
Pour revenir précisément sur l’objet de ce soir, nous relevons notre satisfaction générale envers ce préavis et ce premier PPA, qui constituent des documents de grande qualité, comme l’ont été les réponses apportées par le Syndic et les représentants de l’administration lors de la séance de commission. Ces documents correspondent dans l’ensemble aux principes d’urbanisme durable définis dans le PDL. Nous saluons également l’intégration d’éléments qualitatifs dans le Règlement du PPA, chose qu’on nous disait encore impossible il y a peu, tant du côté de la Ville que du Canton. On voit ainsi apparaître ici des dispositions intéressantes concernant les aménagements extérieurs, les plantations et la biodiversité, la gestion des sols, la gestion des eaux de surface ou l’énergie. Nous espérons désormais retrouver ces dispositions dans la plupart des planifications lausannoises et y veilleront.
Nous aurions préféré que ce PPA soit parfois plus ambitieux ou plus précis sur certains aspects. Mais nous comprenons aussi bien les limites de l’outil, le PPA ne peut pas tout régler. Et c’est ici qu’il est primordial que la collectivité soit propriétaire des terrains, afin qu’elle puisse fixer des exigences qualitatives supplémentaires aux investisseurs, notamment dans le cadre des droits de superficie (DDP) ou dans le cas présent du Cahier des principes d’aménagement urbanistique et paysager qui est lié à ce premier PPA.
Concernant les éléments urbanistiques, je citerais quatre points sur lesquels les Verts seront particulièrement attentifs dans la suite du projet:
– qu’un maximum de rez-de-chaussée soient occupés par des affectations autres que le logement et qu’un nombre suffisant d’angles commerciaux soient réalisés, afin de répondre aux objectifs ambitieux de mixité fonctionnelle et de vie de quartier ;
– que la construction de locaux en souterrain soit la plus limitée possible, notamment pour réduire l’énergie grise du projet, mais également pour éviter que poussettes ou vélos se retrouvent relégués au sous-sol ;
– que la sortie du parking centralisé soit localisée au plus proche du giratoire sur l’Avenue du Grey, afin de limiter la circulation automobile au coeur du quartier ;
– que l’arborisation existante soit mieux prise en considération, en essayant de préserver autant d’arbres que possible. Pour avoir visité passablement d’écoquartiers à travers l’Europe, je peux témoigner ici de la différence marquante ressentie entre un quartier neuf de grande ampleur s’il y avait une arborisation préexistante, apportant ombre, bien-être, identité et biodiversité, et un quartier neuf de grande ampleur parsemé d’arbres fraîchement plantés, qui mettent de nombreuses années avant de remplir leurs fonctions.
Ces différents points ayant été précisés, c’est unanime et enthousiaste que les Verts accepteront ce préavis et qu’ils vous recommandent de faire de même.
Conseiller communal Les Verts