Lausanne

52 candidates et candidats verts pour Lausanne

Les Verts lausannois ont désigné leurs candidates et candidats au Conseil communal. Une liste de 52 Vertes et Verts engagés pour leur ville et leurs quartiers a été constituée, sous la bannière «penser global, agir local».

52 candidates et candidats briguent le poste de conseiller communal pour les Verts lausannois, ils et elles ont été désignés hier soir en assemblée générale. La liste se compose d’une majorité de femme (27 candidates pour 25 hommes), de 20% d’étrangers ou bi-nationaux et d’une grande diversité d’âges (de 21 à 68 ans), de professions et d’engagements associatifs.

Vous pouvez les retrouver sur notre page Elections communales, où vous découvrirez une carte interactive des candidates et candidats verts, leurs engagements, leurs envies et les moyens de les contacter sur les réseaux sociaux.

L’échelle du quartier pour penser la ville

La liste verte montre une belle répartition des candidates et candidats au travers des quartiers lausannois. Ancrés dans la vie locale et désireux de répondre aux enjeux environnementaux mondiaux, les prétendants verts au Conseil communal se font fort de faire cohabiter ces échelons au législatif de la ville de Lausanne, mettant ainsi en application une valeur verte fondamentale: «penser global, agir local».

En choisissant d’axer leur programme 2016-2021 sur les quartiers lausannois, les Verts mettent en effet l’accent sur l’action locale. Notre but est de focaliser nos efforts sur le lieu de vie le plus naturel et le plus proche des Lausannoises et des Lausannois. Le quartier constitue la bonne échelle pour penser la ville : on y dort, on y travaille, on y va à l’école, on y fait ses courses, on s’y amuse, on s’y ressource, etc. Toutes ces activités ont un lien avec des politiques pour lesquelles la Ville a des compétences et donc à propos desquels nos candidates et candidats peuvent amener leur expertise au Conseil communal.

La question des alliances confiée au Comité

Les Verts lausannois tirent un bilan globalement positif de leur alliance avec la gauche lausannoise, tant au Conseil communal qu’à la Municipalité, mais ne sont pas dogmatique quant à sa reconduction. La question des apparentements n’a pas soulevé d’opposition et la question d’une alliance au premier tour pour la Municipalité avec le PS et le POP a été discutée. La décision finale a été laissée au Comité, sur la base des propos tenus en AG. Il en est de même d’une éventuelle intégration de candidat-e-s du Parti Pirates, qui a été évoquée.

Intervention communale

LEB : passons aux actes !

Un nouvel accident a eu lieu le 23 novembre 2015 sur l’avenue d’Echallens, en raison de la cohabitation dangereuse du trafic non ferroviaire avec le LEB. Le problème de la surcharge de trafic et du stress que cela engendre sur ce tronçon devient patent.

Il est malheureux de rédiger deux interpellations sur un sujet similaire à deux mois d’intervalle. Il semble néanmoins que les problèmes persistent à l’avenue d’Echallens, mettant en danger la population. Nous posons donc les questions suivantes à la Municipalité:

  1. La Municipalité peut-elle rappeler ce qui a été mis en place depuis le dernier accident?
  2. En quoi le dispositif mis en place n’a pas fonctionné dans le cas de l’accident du 23 novembre?
  3. La Municipalité envisage-t-elle des mesures exceptionnelles dans l’immédiat?
  4. La Municipalité va-t-elle réexaminer certaines des propositions faites par les Verts en septembre de cette année pour modérer le trafic TIM d’une manière ou d’une autre sur cette artère ? Notamment la création d’une boucle en sens unique TIM impliquant l’axe avenue Recordon – avenue de Morges ?

Vincent Rossi le 24 novembre 2015

Intervention communale, Lausanne

Qualité de vie en ville : pour une vraie place des Bergières (intervention au Conseil communal)

Rapport-préavis N°2014/43
Réponse au postulat de Mme Sophie Michaud Gigon « Qualité de vie en ville : pour une vraie place des Bergières »

La place des Bergières est une relique de l’urbanisme des années 60-70, du tout à la voiture et d’une vision de l’espace public où l’être humain, la rencontre, la détente et le vivre ensemble n’existent pas. C’est un vide, purement fonctionnel, où les gens passent pour aller faire leurs courses.

C’est justement parce qu’il y a de nombreux commerces de première nécessité et des services qu’autant de gens viennent aux Bergières.

Ainsi depuis une décennie, différents Conseillers communaux, dont j’espère être la digne héritière, ont demandé à la Municipalité de réaménager cet endroit pour en faire une vraie place de quartier en l’habillant d’un manteau moderne, humain et harmonieux.

Les acteurs et associations du quartier aussi sont actifs depuis plusieurs années, ils cherchent à diminuer l’impact de l’avenue du Grey, à rendre l’espace partagé convivial et à encourager les habitants à s’approprier cet espace. Dans ce sens, Les Verts et l’Espace 44 ont lancé un concours de dessin auquel la population a participé et dont l’exposition se termine le 30 novembre. Elle a vu être primés les dessins des enfants, des adolescents et des adultes les plus inspirants.

En lisant la réponse de la Municipalité à mon postulat, je ne vous cache pas avoir été déçue : on ne lit aucune réelle volonté de faire aboutir un projet de place et on ne voit pas si des négociations ont réellement eu lieu avec les propriétaires du terrain ; il est dit que le carrefour sera réaménagé mais on ne comprend pas en quoi un carrefour, même réaménagé, pourrait remplir une fonction de place. En bref, on percevait l’expression d’une certaine impuissance dans le rapport-préavis et le Municipal des Travaux a été franc avec nous à ce sujet. En outre, en voyant le plan des investissements reléguer à plusieurs reprises les travaux du bas de l’avenue du Grey à des jours meilleurs, nous étions nombreux à regretter le peu d’engagement de la Municipalité in corpore dans ce coin de ville.

Tout ceci explique l’amendement adopté par la commission dans la conclusion : rajouter « partielle » à « réponse » obligera la Municipalité à revenir sur le dossier.

Aujourd’hui, un plan de quartier a été ouvert par la Municipalité sur la demande de la Migros. C’est une belle nouvelle qui permet d’entrevoir l’aménagement d’une place. Je continuerai avec les Verts à m’engager dans ce sens.

Après mûres réflexions, il me semble opportun de soutenir la conclusion de ce rapport telle qu’amendée pour les raisons suivantes :

Premièrement, si le plan de quartier était retiré par la Municipalité ultérieurement comme cela a été le cas avec le projet de la campagne des Bergières sous la pression populaire, on se retrouverait au stade zéro.

Deuxièmement, et ceci dans une perspective à long terme, si Axa avec qui la Ville est actuellement en litige suite à la suspension dudit projet de la campagne des Bergières pouvait collaborer aussi à l’amélioration de l’espace public, alors toute la surface bétonnée par le parking pourrait avoir un autre visage et ce serait un beau pas en avant vers davantage de qualité de vie.

Pour finir, en maintenant cet amendement, cela permettra à la Municipalité de répondre à mon postulat pour une véritable place des Bergières lors du futur rapport-préavis sur le plan de quartier nouvellement ouvert.