Lausanne

De la mobilité douce entre le parc de Tivoli et quartier de Sévelin

IMG_0287 IMG_0299

La conseillère communale verte Sophie Michaud Gigon a déposé en 2010 un postulat visant à décloisonner Sévelin et à offrir une continuité dans les trajets en mobilité douce.

Sévelin n’était accessible que par l’Ouest pour les personnes à mobilité réduite, soit par l’avenue de Sévelin, celle où passent aussi les camions. Une étape importante a été franchie début juillet. En effet, la Municipalité de Lausanne a inauguré le passage Tivoli-Sévelin, rendant ainsi possible l’accès par le Sud. Un ascenseur et une rampe en pente douce permettent désormais aux poussettes, aux personnes à mobilité réduite et même aux vélos de passer sous le m1 du quartier de Tivoli à celui de Sévelin. Les gens sont ainsi encouragés à se déplacer à pied ou à vélo.

La motion avait aussi pour but de penser Sévelin comme un quartier cohérent et accueillant. Pour y répondre, le Conseil communal a adopté début 2015 un rapport-préavis proposant un véritable projet de quartier pour Sévelin.

Avec ces deux étapes, les Verts sont heureux d’avoir pu donner une impulsion au développement de cette partie de la Ville.

L’intervention de Sophie Michaud Gigon en réponse au préavis de la municipalité (20 janvier 2015)

Non classé

Taxis lausannois : oui à l’évolution, non à la loi de la jungle

L’arrivée de la société Uber dans la région lausannoise a suscité des craintes, des débats et aussi un certain engouement. La particularité des services qu’elle offre est d’être, de prime abord, difficile à classer et à appréhender dans les cadres habituels. Cette modernité semble parfois lui assurer une large sympathie… Pourtant, la jolie étiquette d’économie du partage est trompeuse : loin de promouvoir la mise en commun, Uber ne fait qu’introduire par les interstices des règlements une concurrence brutale à côté de laquelle les cas de sous-enchère salariale qui défraient la chronique dans le secteur de la construction font pâle figure.
Les Verts ne veulent pas défendre aveuglement une corporation, car ils estiment que le système actuel des taxs doit impérativement se moderniser et font des propositions en ce sens. Ils refusent cependant que Uber ne suive pas les règles qui protègent les travailleurs et l’environnement.

Lire la prise de position