District de Nyon

Visite guidée et conférence

17h Visite : Musée national suisse, Château de Prangins,
Avenue du Général Guiguer 3, Prangins
18h45 Conférence : Salle des Morettes, Chemin en Purrian 6, Prangins

L’évènement est gratuit, mais en raison des places limitées, l’inscription auprès de egalite(at)verts-vd.ch est obligatoire.

Le port du masque sera nécessaire.

Avec :
Aude FAUVEL,
Institut des humanités en médecine, CHUV-UNIL
Viviane Morey,
co-fondatrice du Festival «La Fête du Slip»
Nicole Staremberg,
Conservatrice au Musée National suisse,
Château de Prangins
Modération : Valérie Mausner et Géraldine Bouchez, co-présidentes du Groupe égalité

dialogue pour le futur
District de Nyon

Forum citoyen – Dialogue pour le Futur

La vie à Nyon: mieux vivre ensemble et construire la ville de demain

 A l’initiative des Verts et en collaboration avec Collaboratio Helvetica qui organise des dialogues pour le Futur dans toute la Suisse, vous êtes invités à une séance participative ouverte à toutes et à tous:

Le Mercredi 9 septembre, de 19h30 à 22h30

Salle du Conseil Communal, Place du Château à Nyon

Les objectifs:

  • écouter et échanger autour des réflexions et propositions des habitants et habitantes de Nyon,
  • enrichir les programmes avec des propositions des citoyens pour la nouvelle législature, 
  • soutenir des initiatives innovantes

…. tous ensemble afin de construire ensemble la ville et l’avenir que nous souhaitons. 

Nous avons prévu pour vous de commencer avec des invités d’honneur:

  • Dominique Bourg, chercheur et professeur à l’Université de Lausanne, philosophe et spécialiste des questions de transition écologique et solidaire
  • Julia Steinberger, professeure à l’Université de Lausanne, experte en économie économie et sciences sociales du climat
  • Noé Tallon, Association AuPotager.ch.

La séance sera ensuite organisée en table rondes interactives et participatives autour des thèmes de l’alimentation et la consommation locale, l’énergie, la mobilité, la nature en ville, l’éducation et bien d’autres thèmes encore.

Inscriptions ouvertes jusqu’à Lundi 5 Septembre 2020 (dans la limite des places disponibles) par ici: https://forms.gle/HVCRoUsmXLaAUKyv9 

dialogue pour le futur
District de Nyon

Nyon – Mettre la 5G avant la santé ? Le principe de précaution face aux enjeux commerciaux

Ces dernières semaines, de nombreux acteurs de la santé ont fait part de leur inquiétude face au déploiement jugé comme précipité de la technologie 5G sur le territoire helvétique. Dans le journal Le Temps du 27 mars 2019, le vice-président de la Fédération des médecins suisses (FMH), Michel Matter, indiquait que « Pour nous, ce qui importe est le principe de précaution, qui seul permet de minimiser les risques liés à la nouvelle technologie. Des groupes d’experts doivent rendre leurs différents rapports ces prochains mois. Il nous est donc évident que ce n’est qu’ensuite que la décision doit être prise, en pleine connaissance de ces avis. […] le principe de précaution nous paraît incontournable malgré la pression colossale de l’industrie devant un tel marché. »

Les médecins pour l’environnement, eux aussi, tirent la sonnette d’alarme depuis plusieurs mois sur ce déploiement massif, car bien qu’il existe déjà quelque 18’500 antennes en Suisse, la 5G nécessiterait l’installation de près de 15’000 antennes supplémentaires.

Alors que l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) a mandaté un groupe de travail d’étudier les conséquences de cette technologie, l’Office fédéral des télécommunications (OFCOM) s’est précipité pour vendre les licences en la matière aux trois plus grands opérateurs de téléphonie mobile pour 380 millions de francs suisses.

Le 26 mars dernier, des députés de tous bords ont déposé une résolution qui demande au Conseil d’Etat vaudois de bien vouloir prononcer un moratoire sur le déploiement de la 5G dans le canton en attendant le résultat de l’étude de l’OFEV.

Dès lors, les soussigné.s ont l’honneur d’interpeller la Municipalité avec les questions suivantes :

  1. Est-ce que la Municipalité a d’ores et déjà été saisie de demandes d’opérateurs de téléphonie pour installer des émetteurs pour la 5G ?
  2. Le cas échéant, a-t-elle déjà octroyé de telles autorisations ? Si oui combien et où ?
  3. Comment la Municipalité s’y prend-elle pour éviter à l’avenir un développement anarchique, et non coordonné entre les différents opérateurs, des éventuelles futures antennes? La commune ne pense-t-elle pas qu’une planification spécifique permettant d’éviter un tel développement serait utile et décréter ainsi une sorte de moratoire ?
  4. La Municipalité va-t-elle par ailleurs prévoir d’éventuelles « zones blanches » sur son territoire ?

Yvan Rytz

District de Nyon

Nyon – Marchés publics : la commune de Nyon utilise-t-elle toutes ses marges de manœuvre ?

Interpellation

Depuis 1994, un accord de l’OMC règle la passation des marchés publics et cela s’est traduit en droit par de nombreuses dispositions, et en particulier, en ce qui concerne le canton de Vaud, par l’Accord intercantonal sur les marchés publics (AIMP) ainsi qu’une loi et son règlement d’application vaudois. Cela étant, ces vingt dernières années, le cadre de référence pour les marchés publics n’a de cesse d’évoluer en fonction notamment de la volumineuse jurisprudence en la matière.

Si les seuils et les procédures (gré à gré, sur invitation, sélective, ouverte) varient de manière automatique en fonction du type de marché (fournitures, services, construction), il n’en reste pas moins qu’une bonne préparation des dossiers en amont, ainsi que l’utilisation de toutes les marges de manœuvre existantes au moment de l’adjudication permettent d’éviter certains écueils et de valoriser, quand cela est possible, les entreprises locales et/ou celles qui se montrent respectueuses des principes en matière de développement durable.

D’ailleurs, la loi vaudoise du 24 juin 1996 sur les marchés publics (LMP-VD ; RSV 726.01) prévoit explicitement que les principes suivants doivent notamment être respectés lors d’une adjudication : respect des dispositions relatives à la protection des travailleurs et aux conditions de travail, égalité de traitement entre hommes et femmes, respect des principes du développement durable ou encore respect des conditions de récusation des personnes concernées.

Dans son rapport sur la gestion de l’exercice 2016, la COGES avait précisé la chose suivante :

« Depuis le 1er janvier 2017, un fichier de l’ensemble des adjudications à l’usage exclusif de la Municipalité. Ce système permet de maintenir un équilibre dans l’attribution des marchés publics et donne aux directions des Services des délégations de compétences étendues, quelle que soit la procédure appliquée (gré à gré, sur invitation, sélective et ouverte). […] Les adjudications qui sont proposées à la Municipalité ont fait l’objet d’une analyse détaillée et méticuleuse par un comité d’évaluation sur la base de critères clairs et précis. La notation des critères d’adjudication définie par les comités d’évaluation est strictement respectée pour les appels d’offre en procédure ouverte. »

Dès lors, j’ai l’honneur de poser les questions suivantes à la Municipalité :

1) Est-ce que le comité d’évaluation mentionné dans le rapport de la COGES s’occupe de toutes les passations de marchés publics pour l’ensemble des services ou uniquement ceux d’Architecture & Bâtiments ? Intervient-il seulement au moment de l’adjudication ou également en amont de la définition d’un tel marché, en appui aux services concernés ?

2) Les critères clairs et précis utilisés par ce comité d’évaluation (selon le rapport de la COGES) sont-ils revus en fonction de la jurisprudence et des évolutions plus générales des pratiques en la matière ? Reflètent-ils l’ensemble des modifications apportées régulièrement au « Guide romand pour les marchés publics » ? Faut-il par ailleurs comprendre du rapport de la COGES que les critères ne sont pas strictement respectés pour les appels d’offre n’étant pas en procédure ouverte ?

3) La Municipalité fait-elle un usage systématique de clauses relatives au respect des droits sociaux dans leurs appels d’offre (clauses relatives à l’annonce des sous-traitants, à la peine conventionnelle et au système de contrôle par carte) ? Le cas échéant, quel(s) suivi(s) les services font-ils du respect des différentes clauses respectivement avant l’adjudication des travaux, avant la conclusion du contrat et avant la fin des travaux ?

4) De manière plus générale, est-ce que des engagements sur l’honneur des soumissionnaires à respecter différents aspects sociaux et  environnementaux sont-ils inclus dans l’appel d’offre (notamment en matière d’égalité salariale entre hommes et femmes) ?

5) S’agissant de l’évaluation du critère du prix, la Municipalité applique-t-elle la méthode de notation « linéaire » comme le fait Lausanne et le Canton (ce qui permet de moins pénaliser une offre qui arriverait en 2 e ou 3 e position selon ce critère) ? Ou utilise-t-elle la seule méthode de notation « au carré » ou « au cube » ?

6) Lorsqu’il ne s’agit pas de procédures soumises aux traités internationaux, la formation d’apprentis est-elle également retenue comme un critère d’évaluation ?

7) La Municipalité s’assure-t-elle de la contribution du candidat/soumissionnaire s’agissant des aspects environnementaux du développement durable (notamment en matière de gestion de l’énergie, des déchets ou encore plan de mobilité) lors de l’examen des dossiers ? Reconnait-elle par exemple le label « Eco-Entreprise » ?

8) La Municipalité fait-elle en outre usage de la procédure dit du gré à gré comparatif ?

Yvan Rytz

#vd2017, District de Nyon, Elections cantonales 2017

Les Verts, Maintenant!

“Il y a bien sûr à chaque fois des explications contextuelles cantonales, mais il y a un trend plus général autour de notre parti. Que ce soit en Valais par les Verts Valais il y a quelques semaines ou maintenant à Neuchâtel par les Verts Neuchâtel , les Verts ont su créer une dynamique positive en présentant des candidats jeunes, avec des profils très diversifiés,” commentait Lisa Mazzonne, la vice-présidente des Verts suisse, le lendemain du succès de son parti aux élections cantonales à Neuchâtel.

Maintenant, c’est aux Verts vaudois et à ses différentes sections de suivre l’exemple.

“Les Verts ont toujours été porteurs d’une vision avant-gardiste” expliquait le co-président Pierre Wahlen lors de la conférence de presse du lancement de la campagne des Verts La Côte en mars. “Il est possible et nécessaire de construire une société basée sur des valeurs écologistes, solidaires et de paix”.

“Depuis plus de trente ans, nous nous battons pour renforcer la qualité de vie des habitants sans compromettre celles des générations futures, et cela à l’échelle du globe”, ajoutait Alice Durgnat Levi, co-présidente de la section du district de Nyon. “Nos douze priorités pour cette campagne électorale pour notre région et le canton reflètent cet engagement.”

Les 10 candidates et 9 candidats des Verts La Côte se voient pragmatiques tout en étant attentifs aux besoins sur le long terme et ainsi constituent une force de propositions indispensables dans le paysage politique actuel de la région et du canton, marqués par une régression dans la préservation du bien commun.

En envoyant des élus Verts au Grand Conseil vaudois, vous faites le choix du courage de l’avenir et de la politique au service de toutes et tous!

Suivez les actualités de notre campagne électorale #vd2017 sur la page Facebook des Verts La Côte.