Conseil communal, Orbe

Pour de la vaisselle réutilisable lors des manifestations à Orbe

Motion

Le plastique, et particulièrement le plastique à usage unique, est un fléau. La Suisse génère chaque année 100 kilos de déchets plastiques par habitant, et ce qui n’est pas recyclé est incinéré 1 . Des déchets qui finissent donc dans l’air que nous respirons s’il est collecté, et sous forme de microparticules polluant l’air, les sols et les eaux (et la santé) s’il ne l’est pas.

Depuis 2016, Orbe propose aux organisateurs de manifestations et de stands un guide pour l’organisation de manifestations respectant le principe de développement durable2. Ce guide a pour vocation d’inciter les organisateurs à plus d’écologie, notamment en leur proposant « d’utiliser de la vaisselle réutilisable avec un système de consigne »3. Certaines manifestations organisées par notre Commune, comme par exemple la Fête de la saucisse aux choux, sont déjà avec succès passée à la vaisselle réutilisable consignée.

Cela ne suffit malheureusement pas. L’utilisation de vaisselle réutilisable n’étant pas une condition contraignante à l’utilisation du domaine public, nombre de manifestations laissent derrière elles une montagne de poubelles remplies de vaisselle jetable, ainsi que des déchets plastiques jetés n’importe où et que les services de voirie devront ramasser.

Plusieurs communes romandes ont déjà fait le pas d’interdire l’utilisation de la vaisselle jetable dans les manifestations sur leur territoire : Montreux, Genève, Saint-Sulpice pour ne citer que celles-là. En effet, la vaisselle réutilisable contribue considérablement à la réduction des déchets (jusqu’à 70 %), à l’amélioration de la propreté du site, à la réduction des frais de nettoyage et d’élimination des déchets, et à l’amélioration de l’image de la manifestation 4 .

Cette motion demande que la Municipalité : pose comme condition à l’utilisation du domaine public communal la mise en place d’un
système de vaisselle réutilisable.

Eva Mladinic

1 Swissinfo : comment les Suisses peuvent-ils utiliser tant de plastique et en recycler si peu – mai 2018.

2 Guide de l’organisation de manifestations à Orbe

3 Idem, chapitre 4 – gestion des déchets

4Guide des manifestations de la ville de Lausanne.

Conseil communal, Orbe

Orbe – Pour un développement du jardinage en milieu urbain dans le respect de l’environnement

Postulat

A Orbe, le jardinage urbain se limite à la forme des jardins familiaux. Ils se situent sur trois sites : le Pré de l’Ile, les Granges-St-Germain et Montchoisi. Ces jardins, que l’on appelait aussi parfois jardins ouvriers, se caractérisent par des parcelles suffisamment grandes pour permettre une culture visant à l’autosuffisance alimentaire. Avec le temps, ces jardins sont aussi devenus des lieux de vie et de socialisation. Les cabanes qui servaient initialement au rangement des outils se sont transformées peu à peu en petites maisonnettes autour desquelles se développe une vie sociale riche et multiculturelle.

Les familles urbigènes vivant en habitat collectif et qui souhaitent cultiver leurs fruits et légumes peuvent donc bénéficier d’une parcelle. Mais, actuellement, nombre de demandes ne peuvent être satisfaites rapidement et la liste d’attente s’allonge.

Avec le développement de l’urbanisation et le renforcement du degré de protection des terres agricoles, les possibilités de développer de tels jardins sont de plus en plus réduites. La demande est pourtant de plus en plus forte et l’intérêt pour le jardinage de plus en plus important. Les jardins familiaux seront de plus en plus convoités.

Compte tenu de la rareté des terrains cultivables, il conviendrait d’élargir et de diversifier les possibilités de jardinage en milieu urbain, notamment en développant des « potagers urbains ». Ils se définissent par de petites parcelles, l’absence de cabanon, et leur situation en pied d’immeuble. Ce type de jardin, moins gourmand en surface (par exemple, entre 6 et 48 m2 à Lausanne) permet donc de satisfaire un plus grand nombre d’habitants.

Les potagers urbains ont d’autres vertus :

  • implantés au pied du domicile des utilisateurs, ils contribuent à leur mesure à la diminution des déplacements motorisés (par rapport à la localisation des jardins familiaux en frange urbaine) ;
  • par leur accès facilité à pied ou à vélo (mobilité douce), ils favorisent l’exercice physique ;
  • ils contribuent à l’animation du quartier en devenant des lieux de rencontre et d’échanges entre générations et cultures ;
  • les aménagements sont conçus de façon modeste, ce qui sous-entend une installation à faible coût ; à Lausanne, par exemple, seule la présence d’un coffre de rangement et d’un compost, si possible collectif, est autorisée.

Ainsi, ce postulat demande à la Municipalité d’étudier la possibilité de développer de nouvelles formes de « jardinage en milieu urbain » en explorant les pistes suivantes :

  • intégrer de manière systématique la thématique du « jardinage urbain » dans les documents de planification contraignants (plans d’affectation, par exemple). Le quartier OPL de Gruvatiez donne l’exemple en intégrant les jardins dès les origines du projet ;
  • dans les quartiers déjà construits, promouvoir la pratique du jardinage urbain sur le domaine privé en invitant les gérances immobilières et les propriétaires à mettre à la disposition de leurs locataires de tels espaces lorsque cela est possible.

La pratique du jardinage n’est pas toujours suffisamment respectueuse de l’environnement, en particulier dans l’usage d’insecticides, fongicides, herbicides et autres produits. Ainsi, pour sensibiliser les jardiniers actuels et futurs à la protection de l’environnement et de la biodiversité, le postulat demande que soit étudiée :

  • la mise en place d’actions d’information, de formation et d’accompagnement auprès des jardiniers (par exemple, compostage, gestion des arrosages, paillage et non-labour des sols) ;
  • la possibilité de faire signer une charte orientant les locataires vers des pratiques de préservation de l’environnement, de la biodiversité et une utilisation responsable des ressources. Cet engagement pourrait reprendre les principes suivants :
  1. utiliser l’eau de façon économe (utilisation des eaux de pluie pour arroser par exemple) ;
  2. considérer le sol comme un organisme vivant à nourrir et à protéger ; développer la biodiversité végétale et animale par un entretien peu interventionniste ;
  3. viser un jardinage utilisant zéro produit de synthèse (engrais chimiques, pesticides) et zéro OGM ;
  4. favoriser des variétés de fruits et légumes de la région, plus adaptées à notre climat ;
  5. réduire le bruit et la pollution de l’air dus aux machines en favorisant des pratiques manuelles.

En résumé, nous souhaitons que la Municipalité étudie :

  1. les opportunités de créer des potagers urbains ;
  2. la mise en place de pratiques du jardinage respectueuses de l’environnement.

Corinne Authouart Piguet, Christophe Hunziker, Eva Mladinic, Natacha Mahaim Sidorenko

Conseil communal, Orbe

Orbe – Pour une optimisation des correspondances en gare de Chavornay

Interpellation

Depuis 2016, les trains venant de Lausanne et Yverdon ne se croisent plus en gare de Chavornay, ce qui complique la gestion des correspondances, avec des attentes importantes pour les voyageurs à destination ou venant d’Yverdon.

Un soutien financier du Canton a permis d’assurer une desserte au quart d’heure pour les pendulaires. Cette mesure montre qu’en offrant de bonnes conditions les usagers répondent présents, puisque ces courses se sont vues gratifiées d’une augmentation de 9 % de la fréquentation, en baisse par ailleurs dans les autres créneaux horaires (moins 20 à 30 % en journée, moins 38 % le week-end).

En semaine, pour rallier Yverdon par le train, le temps de parcours varie de 35 à 45 min en dehors des heures de pointe. Pendant le week-end, tous les trajets ont cette durée. Si les usagers à destination de Lausanne sont mieux desservis en tant que pendulaires, pendant la journée ils ne bénéficient que d’un train par heure. Cette situation n’est pas destinée à changer : à l’horizon 2030, un seul RER est prévu dans les heures creuses à destination d’Orbe. *

Par ailleurs, une optimisation des cadences profiterait à toutes les personnes ayant des horaires non standards, aux usagers des EHNV, CINOV et autres lieux médicalisés, aux étudiants, élèves de différents cours, etc. ainsi qu’aux usagers des grandes lignes qui choisissent bien souvent le P&R d’Yverdon à défaut de correspondances. D’autre part, fin 2020, plus de 500 personnes s’installeront à Gruvatiez et seront fortement encouragées à utiliser les transports publics, le concept même du quartier en étant le garant.

Actuellement, personne ne conteste la nécessité de développer des modes de déplacement peu polluants. La Commune d’Orbe s’y est par ailleurs engagée, en signant la «Charte d’engagement pour une mobilité durable» de l’ADEOC (23.08.2012).

En 2017, Corinne Authouart Piguet et Renaud Stern avaient déposé une interpellation concernant les prestations des transports publics de la ligne Orbe-Chavornay.

Dans sa réponse, la Municipalité évoquait :

  • un croisement des trains venant de Lausanne et Yverdon à Chavornay à l’horizon 2020 ;
  • une introduction d’une cadence à 30 minutes, au lieu de 60 minutes aux heures creuses en semaine.

La Municipalité a-t-elle de nouvelles informations sur ces deux points ?

Une offre en transports publics répondant aux besoins des usagers anticiperait de futurs problèmes d’engorgement et de parcage en ville d’Orbe, augmenterait la satisfaction des habitants et répondrait à la demande en transports publics de qualité, souhaitée par les habitants et déjà relevée dans l’étude de la HEIG-VD.

Nous demandons à la Municipalité d’étudier cette problématique pour trouver des solutions innovantes et de s’approcher des différents prestataires pour aménager des horaires plus efficients pour les usagers de la ligne, dans les heures creuses en semaine, mais également sur le week-end.

Marie-Claire Dutoit, Natacha Mahaim Sidorenko, Corinne Authouart Piguet, Charlotte Deslarzes, Blaise Tissot

* Développement de métros automatiques M2, M3, mai 2019, page 15 sur www. axes-forts.ch, consultés le 25.02.2020