Yverdon

Yverdon – Pour une rue de la Plaine attrayante et vivante

Lors du conseil du 5 septembre, le groupe des Vert-e-s a avec succès fait renvoyer en municipalité son postulat “pour une rue de la Plaine attrayante et vivante”. Ce postulat reprend une proposition verte acceptée en… 2006!

Le 7 mars dernier, en acceptant le préavis PR18.26PR, notre Conseil s’est engagé à supprimer 795 places de parc en surface du centre-ville d’Yverdon-les-Bains. Ceci comprend bien entendu l’actuel parking de la Place d’Armes, dont les 376 places seront enterrées, mais également 283 places dans ses abords immédiats et 136 dans le reste du centre, y compris dans la rue de la Plaine.

Texte du postulat

Cet espace libéré permettra d’ouvrir de nouvelles perspectives pour l’espace public, et de valoriser des lieux actuellement occupés par le trafic motorisé.  Un tel bouleversement au niveau de l’urbanisme, mais aussi au niveau de la mobilité de notre ville, ne s’improvise pas. Cette centralisation des zones de stationnement impose quelques corrections au reste de l’infrastructure de transport. Le parking souterrain sera bien adapté au stationnement de moyenne et longue durée, mais certains commerces nécessitent de par leur nature d’avoir un accès en voiture à proximité immédiate, pour diverses livraisons ou chargements par exemple.

D’autres par contre se réjouissent de voir disparaître les véhicules motorisés de leurs abords – notamment certains cafés pour lesquels la cohabitation voitures-piétons-terrasse n’est que peu aisée.  Actuellement la rue de la Plaine se présente comme un parking à ciel ouvert ; l’aspect visuel des rangées de véhicules stationnés est très peu attirant, tandis que les mouvements des voitures et des portières peuvent mettre en danger les autres utilisateurs du domaine public. La suppression de places de stationnement, imposée par la convention avec le partenaire du parking souterrain, est donc une opportunité à saisir pour revivifier ce secteur historique de notre centre-ville.

La rue de la Plaine pourrait offrir une magnifique perspective sur le château, mettant en valeur ses belles maisons colorées et ses jolies fontaines. Elle pourrait offrir un écrin attrayant aux commerces et aux services, ce qui attirerait clients et promeneurs de ce côté du centre historique. Un peu plus de végétaux contribuerait également à la rendre séduisante.

Il faut rappeler que le 2 novembre 2006, ce Conseil adoptait un postulat de M. le Conseiller Vassilis Venizelos « Pour une revitalisation du centre-ville », incluant la mise en valeur du patrimoine. La Municipalité d’alors, par la voix de M. le Municipal Paul-Arthur Treyvaud, notait que « Le Château est un trésor pour la ville d’Yverdon et je crois que tout le monde s’accorde à dire qu’il n’est pas mis en valeur depuis la rue de la Plaine et que des aménagements doivent être faits au niveau de la place qui est en haut de la rue »[1]. Force est de constater que 13 ans plus tard, les perspectives de mise en valeur se font toujours attendre.

Pour éviter les nuisances du trafic, il semble naturel de privilégier l’itinéraire de la rue Haldimand pour rejoindre la gare et le futur parking souterrain. À l’exception des lignes de transports publics et des vélos, il serait judicieux de condamner le véritable goulet d’étranglement qu’est la rue du Casio du coté de la Maison d’Ailleurs (une mesure du concept TIM d’agglomération cofinancée par la Confédération) et d’y limiter le nombre de véhicules à moteur  par un contrôle des accès plus sélectif, par exemple par une limitation de la vitesse de circulation, des sens interdits judicieusement organisés ou des zones de restriction délimitées par des bornes escamotables. Ainsi les personnes qui souhaiteront se rendre dans les commerces de la Plaine pourront toujours le faire, mais le trafic de transit sera entièrement reporté sur l’avenue Haldimand.

Malheureusement, le Plan des Investissements 2019-2028 ne contient aucune autre mesure pour la rue de la Plaine que le renouvellement de conduites souterraines. Le réaménagement de cette rue, pourtant cofinancé par la Confédération par le biais d’AggloY pour CHF 640’000, n’apparaît pas dans les priorités municipales. 

C’est pourquoi nous demandons à la Municipalité d’étudier la possibilité d’une requalification de la rue de la Plaine coordonnée avec l’ouverture du parking souterrain de la Place d’Armes, visant à la rendre plus attrayante et vivante. Ceci en utilisant entre autres les leviers du stationnement de surface, de la restriction de l’accès en transport individuel motorisé, de l’augmentation de l’espace dédié à la mobilité douce et la plantation d’arbres et autres végétaux indigènes.

Voir le texte du postulat en PDF.

Yverdon

Yverdon – Clendy-dessous: trop de questions restent ouvertes

Tant de questions restent ouvertes sur le projet de Clendy-Dessous !
Le Conseil communal d’Yverdon-les-Bains a validé hier soir le plan de quartier de Clendy-Dessous, auquel les Vert•e•s et le PS étaient opposé•e•s. Si le plan en luimême est apprécié, la gouvernance et les aménagements qui l’accompagnent suscitent des inquiétudes. Un apport financier conséquent échappe à la Commune.

Hier soir, le PS et les Vert•e•s ont cherché à éclaircir les zones d’ombre du Plan de Quartier Clendy-Dessous. L’adoption de ce PQ fera passer le quartier de la Zone de Ville ancienne, pratiquement inconstructible, à une zone de densification assez forte et amènera une plusvalue importante pour les propriétaires : certains terrains auraient été achetés à un prix moyen de fr 75.-/m2 et pourront être vendus près de 10 fois plus cher

Pourtant la Municipalité souhaite introduire une taxe de participation aux frais des équipements communautaires (écoles, transports publics, accueil para-scolaire, etc.), destinée à solliciter les propriétaires bénéficiant de plus-values dues à des mesures d’aménagement. Mais voilà…ce sera pour après l’adoption de ce PQ ! Et c’est donc un montant d’environ 1.6 million dont la collectivité se voit privée, alors que l’état des finances communales est inquiétant. Le PS et les Vert•e•s peinent à comprendre les motifs pour lesquels la Municipalité a soumis à l’adoption du Conseil le seul Plan de Quartier de la législature, juste avant l’introduction de cette taxe sur les équipements communautaires

Il est difficile de comprendre que la Ville ne fasse pas participer les promoteurs aux frais de la création du passage sous-voies du quartier. Le promoteur de la Tour Invictus doit assumer une partie conséquente de ces frais conformément à la pratique de la Municipalité. Pourquoi donc ce traitement inéquitable ?

Gloria Capt, Municipale de l’Urbanisme, lors du Conseil communal, a reconnu que M. JeanDaniel Carrard avait dirigé le SAF, comme membre de son Comité de direction (organe exécutif). Participer comme représentant des propriétaires à un SAF présidé par la Municipale de l’Urbanisme, dans les faits, consiste à “être l’interlocuteur de la Ville”, dans un rapport très ambigu entre les fonctions publiques et l’intérêt privé.

Les réponses apportées par la Municipalité aux questions soulevées en commission par les conseiller•e•s socialistes et vert•e•s, n’ont pas permis d’éclaircir cette situation. Le Conseil s’est passé sous l’œil du Syndic, qui n’a pas considéré nécessaire de se retirer du Conseil, malgré son intérêt personnel dans l’affaire.

Le PS et les Vert•e•s continueront à œuvrer pour une démocratie transparente et dans l’intérêt des citoyen•ne•s yverdonnois•e•s.

Personnes de contact
Benoist Guillard, conseiller communal Vert yverdonnois – 078 643 00 33
Pascale Fischer, conseillère communale et co-présidente PSY – 079 842 12 10

Lire le CP en PDF

Yverdon

Yverdon – Nouvelle coprésidence

À la suite de l’élection de Céline Ehrwein, cheffe de groupe des Vert•e•s d’Yverdon de 2017 à 2019, à la deuxième vice-présidence du conseil communal, les Vert•e•s ont élu Mathilde Marendaz et Younes Seghrouchni à la coprésidence du groupe.

Mathilde Marendaz sera en charge de la gestion des activités et des événements des Vert•e•s hors conseil communal et Younes Seghrouchni officiera quant à lui comme chef de groupe dans le cadre du conseil communal et sera le représentant des Vert•e•s vis-à-vis du bureau du conseil.

Mathilde Marendaz a 22 ans. Après avoir co-fondé le festival écologique AlternatYv en 2015, elle s’implique au comité d’associations yverdonnoises comme les Incroyables Comestibles ou l’association PAIRES, en poursuivant des études de géographie, de littérature française et de droit à l’Université de Neuchâtel. Elle travaille comme secrétaire politique au bureau exécutif des Jeunes Vert-e-s suisse depuis janvier 2019 et s’implique dans les grèves du climat et la grève des femmes.

Younes Seghrouchni a 29 ans, il a suivi une formation en ingénierie de l’environnement à l’EPFL et travaille actuellement dans le domaine du traitement de l’eau. Membre des Verts depuis 2010, il siège au conseil communal d’Yverdon-les-Bains depuis 2018. Il est également membre des Jeunes Vert•e•s, où il a occupé les postes de vice-président, puis de coprésident de la section cantonale.

Mathilde Marendaz et Younes Seghrouchni souhaitent poursuivre l’engagement des Vert•e•s dans l’espoir d’une ville conviviale et durable, où il fait bon vivre et où l’on respecte la nature. Au sein du conseil communal, la nouvelle coprésidence souhaite travailler en bonne intelligence avec les autres formations politiques pour défendre les intérêts de la commune et des Yverdonnois•es, tout en promouvant les principes sociaux et environnementaux qui leur tiennent à cœur. Outre les projets portés au conseil communal, les nouveaux coprésident•e•s souhaitent développer des événements culturels (projections, conférences, atelier) pour entrer en contact avec la population et permettre aux membres du groupe de s’impliquer de multiples manières en faveur d’une ville verte et sympathique!

Nouveaux contacts
Mathilde Marendaz, coprésidente:
078 704 02 17
mathilde.marendaz@jeunesverts.ch
Younes Seghrouchni, coprésident et chef de groupe au Conseil communal:
076 450 28 12
younes.segh@hotmail.com

Voir le communiqué en PDF