Adèle Thorens Goumaz

Durant la dernière législature, les Verts ont remis les enjeux écologiques au cœur du débat public, avec leurs initiatives « Pour une économie verte », « Pour une sortie programmée du nucléaire » et « Pour des aliments équitables ». Je me suis fortement engagée dans ces campagnes et les résultats en Suisse romande ont été réjouissants. Au Parlement, j’ai défendu une politique climatique crédible lors de la révision de la Loi sur le CO2, et obtenu plusieurs victoires dans mes domaines de prédilection, avec mes interventions pour une sortie progressive du glyphosate, pour une stratégie de gestion durable des plastiques et pour la prise en compte des émissions négatives de CO2.

Je souhaite poursuivre mon engagement à Berne, afin de clore nos travaux sur la révision de la Loi sur le CO2 et obtenir des avancées en matière de finance durable, un thème sur lequel je travaille depuis mes débuts. Je voudrais aussi continuer mon engagement dans le domaine de l’économie circulaire, qui comprend très peu de spécialistes à Berne, et celui de la biodiversité, enjeu émergent où tout reste à faire. Je souhaite en particulier m’engager pour que des contre-projets viables aux deux initiatives contre les pesticides soient développés au Parlement.

Daniel Brélaz

Membre de la commission des Finances depuis 2015, j’ai eu des interventions liées dans beaucoup de domaines de la politique fédérale. J’ai contribué à éviter des coupes financières dans divers domaines qui nous sont chers, ai été rapporteur du controversé budget 2018 et me suis livré à une critique systématique des biais du frein à l’endettement. J’ai déposé une dizaine d’interventions personnelles et j’ai été très actif sur le terrain pour de nombreuses votations populaires, avec une pointe sur le nucléaire et l’énergie.

Je souhaite contribuer, par ma notoriété, à l’obtention d’un troisième siège au National et mettre mes compétences dans le domaine de l’énergie et du climat à l’élaboration de mesures permettant à la Suisse de respecter au minimum ses engagements dans les accords de Paris. Je souhaite également continuer mon travail en vue d’une réforme du frein à l’endettement. Je développe actuellement, avec d’autres, des réflexions sur le financement du système de santé, sur les incohérences du Produit National Brut et sur le fonctionnement de la BNS et de l’émission de monnaie. J’espère amener au niveau parlementaire certaines d’entre elles.

Alberto Mocchi

Si je me porte candidat aujourd’hui, c’est que j’ai envie de mettre toute mon énergie au service de causes qui me sont chères et qui sont celles de notre Mouvement depuis toujours : la protection de l’environnement et la construction d’une société plus juste et équitable. Je pense avoir les compétences, le temps et la détermination nécessaires pour porter avec mes 18 colisiter-e-s nos idées et valeurs partout dans le canton et faire en sorte que nos revendications soient prises avec le sérieux qu’elles méritent. Nous avons une chance unique de renforcer l’écologie politique sous la coupole fédérale pour les années à venir. Il nous appartient de la saisir, et je compte m’engager sans compter avec vous toutes et tous pour que nous y arrivions.

Léonore Porchet

Je m’engage pour les valeurs vertes depuis mon adolescence. Au sein des Jeunes Vert-e-s, j’ai récolté des centaines de signatures pour l’initiative «anti 4×4». Cette première aventure politique a forgé, de manière indélébile et durable, ma passion pour la chose publique, notre système démocratique et l’opportunité offerte à chacun-e de faire la différence afin de construire une société meilleure. Cette conviction me pousse à porter au Conseil national ma force d’engagement, ma motivation et mes capacités de persuasion et de rassemblement, renforcées à chaque étape de mon expérience politique au service des valeurs vertes. Je serais honorée de défendre notre liste et de lui faire profiter de mon large réseau associatif, professionnel et militant pour obtenir ensemble ce troisième siège.

Raphaël Mahaim

Fort de 12 ans d’expérience au sein du Grand Conseil, j’ai acquis la conviction que le parlement est un lieu privilégié où faire progresser notre projet écologiste, là où se fixent les règles de vie en société et là où se façonne, à notre modeste niveau, l’avenir de la planète. C’est dans les nuances d’un article de loi, dans les injonctions données au gouvernement ou encore dans la mise à l’agenda d’un sujet que l’on peut marquer des points pour l’écologie politique. Mon engagement de longue date chez les Verts, ma double formation universitaire en droit et en sciences de l’environnement, mon énergie débordante et mon inébranlable aspiration à un monde meilleur me permettent de penser que je pourrai, si je suis élu à Berne, contribuer concrètement à faire avancer nos idées et nos combats.

Sophie Michaud Gigon

Je veux porter les idées vertes à Berne, car :
• j’en suis capable : mon réseau, ma maîtrise de l’allemand et du suisse-allemand ainsi que des codes du monde fédéral me rendront efficace auprès des autres partis et des Alémaniques également
• j’en ai envie : faire entendre ma voix verte pour davantage de solidarité et d’écologie, plus de qualité et de transparence, me motive ; m’engager pour un investissement intelligent et durable de nos ressources naturelles et financières m’est nécessaire
• c’est le moment : après plus de 15 ans d’engagement vert, militant et politique, et 10 ans de lobbying pour la protection de la nature et la cause des consommateurs responsables, c’est au sein du Parlement que je vois la suite de mon travail politique et que je donnerai le meilleur de moi-même.

Carmen Tanner

Comme ma tache de naissance sur mon genou gauche, la défense de l’écologie et de la justice sociale fait partie intrinsèquement de mes gênes. Tout mon univers est imprégné de cet engagement, sans être une mission ou un devoir, mais allant de soi. L’actuel entrain à préserver notre planète amène avec lui un vent d’espoir et d’action. Nous avons des raisons d’espérer, nous pouvons être confiants, et c’est ce qui porte ma candidature : faire partie d’un collectif, galvanisée à entrer dans la mêlée.

Maurice Mischler

Mathématicien, syndic, député, marié, heureux père de trois enfants adultes, j’ai consacré une grande partie de ma vie à défendre les causes vertes. Je sais conclure des alliances pour nos idées. Comme député, citons l’initiative parlementaire pour taxer les billets d’avion que j’ai déposée et qui a été prise en considération immédiatement par le Grand Conseil. Comme syndic, j’ai notamment élaboré un congé paternité de 20 jours. Dynamique et enthousiaste, je saurai représenter les Verts à Berne.

Sylvie Podio

D’un côté des jeunes qui revendiquent des actions rapides et fortes en faveur du climat; des femmes et des hommes en attente de plus d’égalité; des citoyennes et des citoyens qui s’engagent au quotidien dans des mouvements zéro déchets. De l’autre un Parlement qui vit encore comme au XIXème siècle.
Il est temps que ça change ! Les Verts s’engagent pour une société inclusive, égalitaire et respectueuse de notre planète. Moi aussi, ma candidature soutiendra ce mouvement.

Xavier Company

Cette nouvelle campagne est une opportunité de défendre, sur le terrain, les valeurs vertes qui
sont les miennes depuis près de 10 ans et d’apporter à la liste mon énergie, mon expérience et ma
volonté de faire évoluer notre société. Mes activités professionnelles et électives m’ont porté vers des thématiques variées, telles que les questions
climatiques, égalitaires, économiques, sécuritaires et migratoires, qui se décident majoritairement à Berne, d’où mon intérêt de les empoigner
à leur source.

Léa Romanens

La culture se situe au centre de ma vie tant au niveau professionnel que personnel. Convaincue qu’elle amène une plus-value essentielle à notre société de plus en plus individualiste, je m’engage à la rendre accessible à tou.te.s. Elle favorise la cohésion sociale et nous permet de développer une ouverture d’esprit nécessaire aujourd’hui. La culture n’échappe pas à la globalisation et les acteurs culturels suisses en subissent les conséquences. Ils ont besoin de notre soutien.

Felix Stürner

En 2019, 40 ans après l’élection du premier écologiste au Parlement fédéral, il est plus que temps de renforcer notre présence sous la coupole. En effet, bien que la plupart des partis n’osent plus nier les effets du changement climatique, les résultats des délibérations fédérales sont souvent très timorés, voire inexistants. Pour cette raison, les Verts doivent être plus nombreuses et nombreux pour qu’une véritable et courageuse politique soucieuse du climat et des humains soit mise en application.

Valentine Python

Climatologue et docteure en sciences de l’environnement, je mesure parfaitement l’urgence d’agir pour préserver le vivant et un environnement viable. M’étant consacrée à la transmission du savoir et à l’introduction de l’écologie dans les programmes scolaires, je m’investis aujourd’hui en politique bien décidée à exploiter mes compétences auprès du parti qui partage ces objectifs et afin de les concrétiser pour le bien des jeunes générations.

Pascal Gemperli

J’ai pris beaucoup goût à la politique ces dernières années. Les débats contradictoires ne me font plus peur, bien au contraire ! La guerre d’Irak de 2003, mon service civil dans le développement durable en 2005/2006 et l’interdiction des minarets en 2009 m’ont fortement politisé. 3 événements, une seule réponse : les Verts. Certaines aberrations sont tellement graves que la passivité devient une complicité. Oui, nous devons, oui, nous pouvons transformer notre société à travers la politique.

Valérie Mausner

Notre civilisation est en péril et nous avons entre 10 et 20 ans pour réagir : réchauffement climatique, perte considérable de biodiversité, pollution généralisée, etc. Les Verts ont intégré le nécessaire changement de modèle économique. L’impact de l’action locale étant limité, il est nécessaire de modifier le cadre légal fédéral afin de bannir radicalement les pratiques destructrices, favoriser les pratiques vertueuses et accompagner les acteurs de cette transition. En avant toute.

Andreas Wüthrich

Les valeurs des Verts, que je considère comme les plus nobles pour l’humanité et la planète, doivent gagner en importance dans les politiques publiques. Il y a urgence. Mon activité professionnelle et ma vie, tout court, en accord avec le pouls de la nature me permettent d’amener un élément intéressant à cette liste des candidats. Je tiens à ce que la politique agricole soit orientée contre l’industrialisation galopante de l’agriculture. Je veux contribuer à augmenter la force décisive en figurant comme candidat sur la liste.

Nathalie Jaccard

Je me présente pour permettre et soutenir : un environnement sain qui préserve et développe la biodiversité et une agriculture responsable, biologique ou intégrée ; des mesures fortes et efficaces pour lutter contre le gaspillage et l’obsolescence programmée ; une fiscalité équitable, une meilleure prévention de la pauvreté ; une meilleure mixité intergénérationnelle, culturelle et sociale ; une économie forte et équitable qui tient compte des enjeux climatiques et qui favorise le développement durable.

Léonard Studer

Plutôt que me désoler du saccage de notre planète, de la persistance des inégalités sociales et du mépris des étrangers et des plus faibles d’entre nous, je préfère m’engager pour un projet de capteurs solaires sur un toit de mon village, pour un repair shop convivial, pour la suppression des obstacles pour les PMR, pour l’instruction qui développe l’intelligence individuelle et collective, pour l’égalité entre toutes et tous, entre ceux d’ici et ceux d’ailleurs.

Sabine Glauser Krug

Je pense que mon profil original, mais cohérent, peut apporter à la liste des Verts une diversité appréciable, ainsi que des voix issues du milieu abstentionniste. Naturopathe de formation, je fais l’école à la maison avec mes enfants. Actuellement députée, habitante de la campagne nord-vaudoise, mes réseaux touchent également les milieux de l’agriculture, permaculture, communication non violente, sensibles aux rayonnements électromagnétiques, avec une orientation vers un monde en transition.