Café-écolo

Café climat : Le futur sera climatique

Le réchauffement climatique change déjà nos vies, et après ?

Pour répondre à vos questions lors d’un Café Climat, les experts seront réunis à Villeneuve :

Prof. Antoine Guisan, UNIL : Quels effets sur les plantes Alpines ?
Prof. Jaboyedoff, UNIL : Quels risques d’éboulement ?
Pierre Eckert expert scientifique Météosuisse : Quelle météo ?
Dr Dorota Retelska : Quels risques ?

le 9 novembre à 20h
Grande salle du Collège du Lac, à Villeneuve.

Café-écolo

Café écolo du 1e décembre 2015

15 12 01 Café Ecolo

Le dernier Café-écolo de 2015 s’est tenu dans l’aula de l’école professionnelle du Chablais à Aigle. La thématique a traité de l’énergie renouvelable et du chauffage à distance. Plusieurs experts étaient présents pour des présentations et des débats passionnants:

Diane Morattel, inspectrice des forêts, Christophe Simeon, Municipal des bâtiments à Bex, François Schaller, resp. ressources énergétiques(vd) et Patrick Sudan resp. Suisse romande EKZ Contracting

Café-écolo

Café-écolo du 28 mai 2015

cafeecolo_2015Les Verts du Chablais vaudois ont organisé le 28 mai 2015 un nouveau Café-écolo pour tenter de répondre à la question :

« Quelles solutions pour une alimentation équitable & durable ? »

 Le Café-écolo du 28 mai 2015 mit en dialogue la Co-Présidente des Verts Suisses et Conseillère nationale Vaudoise Adèle Thorens, avec Céline Jurik responsable des Paniers de l’Abeille et Lionel Favre, maraîcher bio à Riddes.

La Suisse importe près de la moitié des denrées alimentaires qu’elle consomme. Du coup, nous trouvons sur nos étals des aliments issus de la production industrielle de masse dont les méthodes peuvent s’avérer très problématiques pour l’environnement. De plus, elles sont parfois produites au détriment des humains et des animaux.

Or, il est possible de créer un marché de denrées alimentaires qui respectent l’environnement, les animaux et qui permettent aux producteurs et à leur famille d’obtenir un revenu décent. L’agriculture de proximité en est un exemple. Elle donne un avantage concurrentiel aux produits issus d’exploitations paysannes familiales ou du commerce équitable.

En réunissant la Co-Présidente des Verts suisses, active au niveau national pour valoriser le commerce des produits issus d’une agriculture et d’un commerce durables, une entrepreneuse active dans la distribution de produits agricoles bio et un producteur régional engagé dans l’agriculture bio, ce Café-écolo avait pour but de mettre en évidence quelques pistes de solutions pour une alimentation équitable et durable.

Café-écolo

Café-écolo du 27 novembre 2012

L’avenir des stations de moyenne montagne à l’heure du réchauffement climatique

CAFE_ECOLO_A3_2012-11-27Les Verts du Chablais vaudois sont heureux de proposer un quatrième Café-écolo consacré aux perspectives d’avenir pour les stations de moyenne montagne à l’heure du réchauffement climatique.

La rencontre est agendée au mardi 27 novembre 2012, à 20h00, au Château de la Roche à Ollon.
Martine Rebetez, climatologue, Christophe Clivaz, spécialiste en politique du tourisme et Pierre Besson, directeur des remontées mécaniques Télé-Villars-Gryon dialogueront sur la question de l’impact du réchauffement climatique sur le tourisme des stations du Chablais.

Désormais, le réchauffement climatique n’est plus une question, c’est un fait. Ce constat est très clairement posé dans l’ouvrage de Martine Rebetez : « La Suisse se réchauffe ». Pour les communes de montagne du Chablais, ce constat pourrait bientôt impliquer de grandes mutations lorsqu’on sait que le tourisme joue un rôle d’entraînement sur le commerce local et donc sur la dynamique économique. AigleRégion souligne que 80% du chiffre d’affaire des stations est réalisé en hiver et 67% de ce montant est subordonné aux remontées mécaniques1.

Le changement climatique aura un impact environnemental, des implications économiques et des conséquences sociales. D’un point de vue touristique, cela induira à la fois des défis mais peut-être également des opportunités.
Cette nouvelle perspective pose beaucoup d’interrogations, notamment sur la possibilité d’hivers sans neige, sur la compétitivité des stations (reliées ?) du Chablais ou encore sur l’enneigement artificiel.

Trois invités tenteront de répondre à ces questions dans un échange avec le public :

  • Martine Rebetez, experte de l’étude du climat (Professeure extraordinaire à l’Université de Neuchâtel, titulaire d’une chaire commune de climatologie appliquée avec l’Institut fédéral de recherches WSL)
  • Christophe Clivaz, expert en politique publique touristique (Professeur à l’Institut universitaire Kurt Bösch à Sion)
  • Pierre Besson, Directeur des remontées mécanique Télé-Villars-Gryon et fin connaisseur des enjeux régionaux

Les Verts du Chablais se réjouissent de ce quatrième Café-écolo et invitent cordialement les représentants de la presse à ce rendez-vous.

Possibilité est donnée de poser des questions après la présentation des intervenants ou dans le prolongement de la soirée, un verre de l’amitié à la main. Entrée libre et collation offerte.

Date : mardi 27novembre 2012 à 20 heures

Lieu: Château de la Roche à Ollon (consultez le plan d’accès)

Liens et documents utiles:

Faites connaitre le Café-écolo ! Une affiche A3 et le communiqué de presse sont à votre disposition.

Café-écolo

Café-écolo du 19 septembre 2012

Le 3ème Café-écolo s’est déroulé à Aigle dans le cadre de la Semaine de la mobilité

cafeecolo19092012Les Verts continuent sur la lancée des Cafés-écolo du Chablais, avec un troisième rendez-vous consacré à la mobilité alternative.

Encouragés par l’accueil favorable du public et des médias lors de leurs deux premiers Café-écolo consacrés à l’économie verte et à la problématique du développement démographique de la région, les Verts du Chablais poursuivent l’expérience en proposant une réflexion sur les solutions de mobilité alternative.

La rencontre est agendée au 19 septembre 2012, à 19h00, au Bar 118, à Aigle. Monsieur Nicolas Babey, concepteur du fameux tricycle solaire «Magic Turtle», échangera en public sa vision de la mobilité alternative avec Monsieur Lucas Girardet, directeur de velopass, le réseau suisse des vélos en libre service.

Le but des Cafés-écolo est de réunir les acteurs concernés par une thématique et de les mettre en contact avec le public. L’esprit souhaité n’est pas celui du débat, mais plutôt celui de l’agora, lieu d’échange d’idées et de rencontre. A chacun de ces événements, les habitants de la région pourront découvrir une thématique et en discuter librement. Fidèles à leur volonté de «penser globalement et d’agir localement», les Verts du Chablais seront attentifs à mettre en valeur les projets et sujets abordés en les mettant en lien avec les préoccupations des habitants de la région.

Lors du dernier Café-écolo de juin 2013, Frédéric Borloz, Syndic d’Aigle faisait le constat que l’espace urbain avait été «colonisé» par les voitures. «Lorsque j’étais enfant, je pouvais encore jouer sur la route dans la rue, essayez maintenant !» ironisait-il. Dans cette perspective, des inventeurs géniaux tels que Nicolas Babey et son «Magic Turtle» et Lucas
Girardet, entrepreneur visionnaire et cycliste rebelle nous proposeront leurs solutions pour une mobilité soutenable.
Les Verts du Chablais participent au «Groupe Mobilité du Chablais» et sont actifs dans la recherche de solutions durables relatives aux problèmes de mobilité de leur région.

Les représentants de la presse sont cordialement invités à ce troisième rendez-vous.

Possibilité est donnée de poser des questions après la présentation des intervenants ou dans le prolongement, un verre de l’amitié à la main.

Entrée libre et collation offerte.

Liens utiles

Café-écolo

Café-écolo du 13 juin 2012

cafeecolo13062012Les Verts continuent sur la lancée des Cafés-écolo du Chablais, avec un deuxième rendez-vous consacré à l’arrivée des nombreux nouveaux habitants dans le Chablais.

Encouragés par l’accueil favorable du public et des médias lors de leur premier Café-écolo consacré à l’économie verte, les Verts du Chablais poursuivent l’expérience en proposant une réflexion sur la problématique du développement démographique de la région. La rencontre est agendée au 13 juin 2012, à 20h00, à la Salle Frédéric Rouge, à Aigle.

Monsieur Philippe Gmür, Chef du Service du développement territorial du Canton de Vaud, présentera les aspects légaux et réglementaires et les objectifs du Plan directeur cantonal. Messieurs Frédéric Borloz et Jean-Luc Chollet, syndics des Communes d’Aigle et d’Ollon, exposeront les problèmes d’infrastructures et d’intégration des nouveaux habitants rencontrés dans leurs localités

Le but des Cafés-écolo est de réunir les acteurs concernés par une thématique et de les mettre en contact avec le public. L’esprit souhaité n’est pas celui du débat, mais plutôt celui de l’agora, lieu d’échange d’idées et de rencontre. A chacun de ces événements, les habitants de la région pourront découvrir une thématique et en discuter librement. Fidèles à leur volonté de « penser global et d’agir local », les Verts du Chablais seront attentifs à mettre en valeur les projets et sujets abordés en les mettant en lien avec les préoccupations des habitants de la région.

Le deuxième Café-écolo du 13 juin 2012 mettra ainsi en dialogue Monsieur Philippe Gmür, Chef du Service du développement territorial du Canton de Vaud avec deux syndics de la région, Messieurs Frédéric Borloz (Aigle) et Jean-Luc Chollet (Ollon).

Les prévisions démographiques tablent sur une croissance de la population de quelques 14’000 habitants à l’horizon 2025 dans le périmètre du projet d’agglomération Aigle-Monthey. Le plan directeur cantonal vaudois exige une densification urbanistique sans extension des zones à bâtir. Quels sont les défis liés à cette densification ? Les communes sont responsables de l’adaptation du dimensionnement des infrastructures collectives (réseau de desserte, bâtiments scolaires, stations d’épuration, etc.). Quel en sera le coût ?

Certaines localités pourraient perdre leur caractère villageois ou voir leur centre de gravité se déplacer vers les nouveaux quartiers par la venue de citadins en mal de logements à prix abordable et d’air de la campagne. Pour éviter que le Chablais ne devienne une région-dortoir, comment créer des emplois régionaux ?

En résumé, comment concilier développement démographique et qualité de vie dans une région comme le Chablais ?

Après la présentation de Monsieur Philippe Gmür sur les objectifs et exigences cantonales, les représentants des Autorités locales nous feront part de leur point de vue et des stratégies adoptées par les Communes en réponse à cette évolution.

Les représentants de la presse sont cordialement invités à ce deuxième rendez-vous. Possibilité est donnée de poser des questions après la présentation des intervenants ou dans le prolongement, un verre de l’amitié à la main.

Entrée libre et boissons offertes.

Liens utiles

Revue de presse

Quelques articles en relation avec la thématique de ce Café-écolo:

Café-écolo

Café-écolo du 22 février 2012

_cafeecolo22022012La première rencontre a eu lieu le 22 février, à 20h00, à l’Espace socio-culturel « Les Moulins », à Aigle. Elle était consacrée à l’économie verte. La Conseillère nationale verte vaudoise Adèle Thorens a décrit les enjeux de la réforme écologique de notre économie au niveau fédéral en compagnie de Benoît Charrière, de l’entreprise Sofies, qui a présenté la démarche pilote d’écologie industrielle dans la région du Chablais, portée par AigleRégion et le Canton de Vaud.

Aujourd’hui, l’économie suisse fonctionne comme si nous disposions des ressources de trois planètes. Or, nous n’en avons qu’une. L’esprit de l’économie verte est de réduire notre empreinte écologique notamment en transformant notre économie du tout-jetable en une économie circulaire qui revalorise ses émissions et ses déchets et réduit drastiquement le gaspillage.

L’économie du tout jetable ne se soucie guère de l’environnement. Elle est notamment responsable des changements climatiques, principale menace du 21esiècle. Elle génère des montagnes de déchets et empoisonne la biosphère avec des produits chimiques toxiques qui portent atteinte à notre santé. La surexploitation de la planète compromet l’avenir de l’humanité tout entière : les prochaines générations en paieront le prix. Le modèle économique actuel fonctionne selon le principe du self-service : on se sert sans se préoccuper du renouvellement des stocks, alors que la pénurie se fait déjà sentir dans certains secteurs. En conséquence, les prix flambent. Des guerres éclatent pour le contrôle du pétrole et d’autres matières premières précieuses. Dans ces conditions, une répartition équitable des richesses n’est pas possible. Une économie qui dévore les ressources dont elle est dépendante ne peut pas assurer notre bien-être à long terme. Au contraire, elle va rapidement se retourner contre nous et mettre en danger notre survie sur la Terre.

L’économie verte est une économie circulaire. Elle préserve les ressources de la planète grâce à trois principes fondamentaux :

1. Fermer les cycles
La revalorisation des matériaux est au coeur de l’économie circulaire. Plutôt que de les jeter, on les recycle, on les répare ou on les transforme. Les cycles se succèdent sans produire de déchets.

2. Économiser les matières premières
Des procédés particulièrement efficients permettent de réduire drastiquement la quantité de matières premières utilisée. Les objets sont conçus pour durer plus longtemps et peuvent être réparés. Les sous-produits et les déchets sont réutilisés. La chaleur émise par les moteurs industriels est par exemple récupérée pour le chauffage.

3. Utiliser des matériaux renouvelables et biodégradables
Les déchets biodégradables s’intègrent sans dommage aux cycles de la nature. Des matériaux renouvelables et écologiques remplacent les matériaux de synthèse et les produits chimiques polluants. Les substances particulièrement nocives pour l’environnement sont retirées du marché.

L’une des applications pratiques de l’économie verte est l’écologie industrielle. Il s’agit d’une approche novatrice qui cherche à minimiser les pertes de matières dans les processus de consommation et de production. Elle s’inspire de la manière dont la biosphère fonctionne pour essayer de faire évoluer le système industriel afin qu’il devienne viable.
L’objectif de l’écologie industrielle est de favoriser l’émergence de synergies entre les entreprises de sorte qu’elles réutilisent entre elles, ou avec les collectivités, leurs résidus de production (vapeurs, eau, déchets…). Cette approche permet ainsi d’optimiser l’utilisation des matières premières et de l’énergie dans les processus industriels.