Communiqué 2019

Comptes 2018: Quand sera-t-il enfin tenu compte de l’urgence climatique ?

Après la présentation, ce matin, des comptes 2018 du canton de Vaud, les Verts se félicitent de l’état de la situation financière cantonale qui affiche une stabilité remarquable, témoin de la bonne gestion financière du gouvernement à majorité rose-verte. Ils s’étonnent par contre que la prise de conscience actuelle autour du changement climatique ne se reflète toujours pas dans les comptes. Les Verts interviendront donc avec un catalogue de mesures concrètes lors du budget 2020 pour enfin prendre la mesure du problème et y répondre de manière cohérente et suffisamment financée.

Les Verts se réjouissent que le canton bénéficie toujours d’une excellente santé financière, avec un confortable bénéfice qui lui permet de tenir ses promesses et d’investir dans l’avenir tout en répondant aux besoins actuels. Les Verts saluent les 23 millions supplémentaires investis pour soutenir les communes dans le cadre de l’entrée en vigueur de la RIE III cantonale suite à la motion Mischler, ainsi que la mise en œuvre de l’aide pour le plafond des primes à 10%. Les investissements consentis à la santé également (notamment pour le Centre Ludwig pour le cancer à Epalinges).

Les Verts s’étonnent, toutefois, qu’aucun élément dans les écritures de bouclement ne puisse laisser penser que le moindre argent ne soit désormais enfin mis de côté pour pallier les effets du réchauffement climatique et anticiper encore ce qui peut l’être. Alors même que l’urgence climatique a été votée par le Parlement, et que notre jeunesse se mobilise pour faire bouger les choses, aucun effet visible ne ressort pourtant des comptes (rien dans les préfinancements ne témoigne d’une quelconque volonté de se saisir désormais sérieusement de la problématique). Le large bénéfice fait cette année aurait pourtant permis de donner une orientation dans ce sens. Si les Verts saluent, certes, les 51,3 millions investis dans l’assainissement énergétique des bâtiments, cela reste très largement insuffisant pour répondre à la crise climatique que nous vivons. D’ailleurs, la phrase du communiqué de presse de l’Etat disant que le dépassement de charges de l’Etat de 1,3% par rapport au budget s’expliquerait, notamment, par des subventions accrues dans le domaine énergétique, fait sourire et ressemble à un peu de vernis vert posé sur un fond charbonneux. Il n’est plus tenable aujourd’hui de ne pas prendre réellement en compte le réchauffement climatique et ses effets. Il devrait être le premier facteur de risque identifié et comptabilisé dans toute politique publique. Les Verts reviendront donc avec des mesures fortes et concrètes lors du budget 2020 pour enfin inverser la tendance et que la mesure de l’enjeu soit enfin prise, le financement nécessaire prévu et l’action engagée de manière cohérente.

Enfin, bien que les investissements doivent en priorité être réalisés dans notre canton, une autre manière de renforcer la lutte contre le changement climatique serait aussi d’investir enfin davantage dans les pays en développements car, bien qu’il soit extrêmement difficile d’obtenir des chiffres précis en la matière, le Canton pourrait se montrer bien plus ambitieux. Les Verts interviendront également dans ce sens.