Communiqué 2020

Un soutien financier nécessaire pour avancer vers la transformation de notre économie

Les Vert∙e∙s vaudois∙es saluent l’annonce, ce matin, du Conseil d’Etat d’injecter une centaine de millions de francs pour soutenir les secteurs les plus impactés par la crise sanitaire actuelle. Ils et elles se réjouissent tout particulièrement de l’aide destinée aux milieux culturels, qui ont été fortement fragilisés ces derniers mois. Cela ne doit toutefois pas être le dernier pas financier consenti, et tous les efforts nécessaires devront être entrepris pour le sauvetage des entreprises et des emplois. Car la crise du coronavirus a aussi violemment mis en lumière les limites de notre système économique et social. Il s’agit donc également de tirer dès maintenant les leçons de cette crise sanitaire pour anticiper la prochaine, celle climatique qui est d’ores et déjà en marche , et d’investir sur la durée dans une économie plus résiliente et respectueuse de l’environnement. Dans ce sens, l’initiative populaire cantonale « de renouveau » sur laquelle planchent les Vert∙e∙s reste cruciale.

Les Vert∙e∙s vaudois∙es saluent les soutiens financiers annoncés ce matin par le Conseil d’Etat vaudois pour venir en aide aux secteurs économiques tels que les cafés-restaurants, PME, les cas de rigueur et le milieu culturel, particulièrement impactés par les décisions sanitaires prises pour tenter de stopper la propagation du coronavirus. Les milieux culturels, particulièrement soumis même en temps normal au risque de précarité et aux aléas du mécénat et de l’engagement bénévole, avaient vraiment besoin d’un soutien pour limiter la catastrophe.

Il ne s’agit-là, d’ailleurs, pour les Vert∙e∙s, sans doute pas de la dernière offensive financière nécessaire de la part du Canton. Car il faut dès maintenant tirer les premières leçons de cette crise et répondre à la déstabilisation de notre modèle économique actuel par un renouvellement de ce dernier. Il faut ainsi non seulement investir pour aider les secteurs porteurs d’avenir et créateurs d’emploi, mais également offrir à toutes les personnes touchées par des pertes salariales ou le chômage de nouvelles perspectives en réorientant progressivement notre économie et en investissant dans l’évitement de la prochaine crise, d’ores et déjà engagée, climatique cette fois. La mise en place, comme le propose le postulat déposé au Grand Conseil ce printemps par  la députée verte Rebecca Joly, d’un « revenu de transition écologique » visant à aider cette transition et garantir des revenus dignes à toutes et tous mérite particulièrement d’être étudiée et développée.

Les Vert∙e∙s avaient salué la politique anticyclique amorcée par le budget 2021 de l’Etat de Vaud ; il s’agira de la poursuivre encore plusieurs années pour investir massivement dans la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique. Comme le demande, par exemple, l’initiative parlementaire Vassilis Venizelos demandant l’injection de 300 millions de francs dans le Fonds sur l’énergie. Il est donc nécessaire de dès maintenant voir plus loin que l’urgence et d’orienter les aides financières selon des critères désormais détachés de  la production, de la consommation ou du PIB et orientés vers des valeurs sociales et environnementales.

Dans ce sens, l’initiative populaire cantonale sur laquelle planchent les Vert∙e∙s est plus cruciale que jamais. Notre modèle économique et certaines de nos habitudes de vie doivent être urgemment revisités, dans l’intérêt de notre qualité de vie et pour préserver celle des générations futures.

Communiqué 2020

Faire de la crise une opportunité de transformation

La crise du coronavirus a violemment mis en lumière les limites de notre système économique et social. Il s’agit désormais d’en tirer les leçons pour anticiper la prochaine crise, d’ores et déjà en marche : celle climatique. Pour transformer ces derniers mois en une opportunité de transformation qualitative et durable de notre société, les Vert.e.s interviendront dès le mois de mai dans les conseils communaux et au Grand conseil pour poser les jalons de ce revirement économique et social nécessaire. Ils annoncent, en outre, le lancement d’une initiative populaire « de renouveau » pour la fin de l’année allant dans le même sens. Au lieu de cimenter les structures actuelles, un nouveau départ est possible.

La crise du COVID-19 de ce printemps a engendré une catastrophe sociale et économique sans précédent qui a mis crûment en lumière certains dysfonctionnements de notre société. Elle a mis nombre de personnes, notamment les indépendant-e-s, dans une situation très délicate. Les Vert.e.s vaudois.es souhaitent que tout soit mis en œuvre pour soutenir celles et ceux qui sont durement frappé-e-s par cette crise, et veilleront à ce que les aides prévues par les pouvoirs publics soient suffisantes et réparties de manière équitable.

Au-delà de l’indispensable réponse à l’urgence, il s’agit pour les Vert.e.s de voir dans cette crise une opportunité à saisir pour remédier à ces dysfonctionnements et construire une société plus durable et résiliente. Notre modèle actuel s’est en effet révélé vulnérable et notre économie, en particulier, est peu résistante aux chocs car construite sur une volonté de profit à court terme plutôt que de qualité de vie à long terme. C’est d’autant plus préoccupant que la prochaine crise qui nous attend (et qui a déjà commencé) liée aux dérèglements climatiques, aura des effets bien plus néfastes et étendus sur le long terme.

Il faut donc apprendre de nos erreurs et profiter de l’arrêt forcé que nous avons vécu pour repartir sur de nouvelles et meilleures bases. Et ce dès maintenant ! Il est donc urgent de changer notre rapport au monde et à l’économie, et de réformer cette dernière pour sortir d’indicateurs tels que la production, la consommation et le PIB, et nous orienter vers des valeurs sociales et environnementales.

Pour ce faire, les Vert.e.s interviendront dès le mois de mai dans les conseils communaux de nombreuses communes ainsi qu’au Parlement cantonal pour réformer notre modèle économique et certaines de nos habitudes de vie, dans l’intérêt de notre qualité de vie et pour préserver de celle des générations futures.

Il s’agira, notamment :

  • de développer et d’ancrer le télétravail dans le monde professionnel. Ayant fait ses preuves pendant la crise, il représente une excellente opportunité de repenser notre rapport à la mobilité, mais aussi à notre travail et plus généralement à notre gestion du temps. Il doit donc être développé, moyennant la mise en place d’un cadre évitant de potentielles dérives.
  • promouvoir les circuits d’approvisionnements courts, mettant en contact directement consommatrices et consommateurs et productrices et producteurs.
  • réorienter la promotion économique vers plus de durabilité, le long terme, qui tienne compte des limites planétaires en termes de ressources.
  • instaurer un revenu de transition écologique.
  • prioriser la transition énergétique et la protection de l’environnement dans la politique d’investissements étatiques.
  • remplacer le PIB par des indicateurs plus qualitatifs pour quantifier le bien-être d’une société.

Pour accompagner cet effort de transformation de notre économie, les Vert.e.s envisagent de lancer en outre une initiative populaire cantonale d’ici la fin de l’année.