Interventions communales

Impact de l’abattage des arbres sur les oiseaux

Interpellation

Nous connaissons tous la valeur et l’importance (enfin…j’espère) des arbres en milieu urbain qui améliorent notre qualité de vie en absorbant le CO2, qui purifient et dépoussièrent l’air, atténuent les bruits de la ville, et bien entendu en plus d’autres bienfaits contribuent à l’équilibre de la biodiversité et servent d’abri à de nombreux oiseaux et autres petits mammifères.

·         J’aimerai savoir si lors d’abattage ou de l’entretien des arbres communaux et afin de réduire l’impact de ces travaux sur la faune, il est tenu compte des périodes de nidification des oiseaux et des risquent qu’ils encourent lors de ces travaux?

·         Lors d’abattage organisé et effectué par des propriétaires privés, des périodes sont-elles recommandées voir obligatoires afin de respecter les périodes de nidifications ou cela se fait-il à n’importe quel moment de l’année, tout particulièrement lorsque un arbre ne représente pas un danger immédiat ?

·         Est-ce que, tant, lors d’abattages effectués par les services communaux ou par des privés, un examen attentif de l’arbre à abattre est préconisé afin de recenser s’il y a des cavités qui serviraient d’abri ou de lieu de nidification et/ou un recensement des nids ?

·         Existe-t-il un manuel ou un guide sur les comportements à adopter  pour la préservation de la faune et des oiseaux? Avec par exemple un catalogue de mesures et précautions à avoir lors de découvertes ou de destructions de nids ?

Enfin, paradoxalement, la 2ème partie de mon intervention se concentre sur les corneilles qui selon certaines études et articles de presse connaîtraient une croissance élevée dans les villes et se rapprocheraient de plus en plus des habitations créant ainsi des nuisances, mettraient en péril un certain équilibre de la biodiversité, provoqueraient craintes et cohabitation difficile entre elles et les citoyens.

Qu’en est-il à Renens ? Est-ce que les services communaux ont constaté une recrudescence des corneilles ? Est-ce que des incidents ou problèmes avec elles ont été signalés ? Si oui quelles mesures ont été entreprises ?

Des mesures sont-elles mises en place ou en passe de l’être pour garantir un bon équilibre et contenir leur présence ?

Avez-vous observé et constaté que leur présence effrayait  et chassait merles, mésanges, geais, rouge queues, hirondelles et autres ?

Nathalie Jaccard-Kocher, le 19 mai 2016

Interventions communales

Pour des potagers collectifs dans les quartiers d’Epalinges

Conseil Communal d’Epalinges
Motion : Pour des potagers collectifs dans les quartiers d’Epalinges

Jardins familiaux et jardins ouvriers sont des réalités bien connues et appréciées des citadin- ne-s, qui s’y ressourcent le weekend et y produisent fruits et légumes de qualité à bas prix.

Ces structures sont par contre souvent peu esthétiques avec leurs cabanons et autres installations rigides, et peuvent aussi être une source de nuisance pour les voisins à cause des habitudes de certains usagers d’y organiser des grillades et autres activités de loisirs, sans oublier la tendance présente à certaine endroit à utiliser des produits phytosanitaire peu écologiques. C’est aussi pour cette raison que ces structures sont souvent localisées en marge des villes.

Depuis quelques années on voit fleurir partout dans le monde et aussi à plusieurs endroits en Suisse romande des versions de ces jardins plus écologiques, plus conviviales, plus respectueuses du paysage et plus proches des usagers, permettant ainsi de créer des espaces de rencontre, de loisir et d’activité physique à proximité des habitations : les potagers collectifs ou potagers urbains. On entend par là des petites parcelles potagères situées au coeur des quartiers
d’habitation. Réalisées aux abords des immeubles, ils occupent des espaces jusque là peu ou pas utilisés, et deviennent rapidement des lieux de vie et de rencontre, où chacun peut se rendre tranquillement à pieds depuis chez soi pour jardiner une heure ou deux. Ces jardins se caractérisent aussi par la mise en place d’une charte du jardinage écologique, et par le partage des outils de jardinage, permettant ainsi de limiter l’installation de structure de stockage au stricte minimum.

Par le biais de cette motion, et au vu de ce qui précède, il est donc demandé à la Municipalité de présenter une étude sur les possibilités d’implantation de potagers urbains sur le territoire communal, en considérant aussi bien des terrains de propriété de la commune que des terrains privés qui pourraient être valorisés en partenariat avec des propriétaires d’immeubles.

Enea Rezzonico, le 16 février 2016