Communiqué 2018

Un 2ème pas important vers l’abandon du glyphosate

Après le rapport du Conseil d’Etat vaudois, en juillet dernier, suite à la motion du député des Verts Yves Ferrari, demandant que soient prises toutes les mesures possibles pour stopper la vente et l’utilisation de produits à base de glyphosate, le Conseil national accepte aujourd’hui le postulat d’Adèle Thorens Goumaz pour étudier l’opportunité et les modalités d’une sortie progressive du glyphosate. Une tendance qui va dans la bonne direction pour sortir définitivement de ce pesticide dangereux !

Alors que le 20 mars 2015, l’OMS, par le biais du Centre international de recherche sur le cancer, reconnaissait le caractère de « cancérogène probable pour l’Homme » de cette substance, le Conseil national reconnait aujourd’hui, lui aussi, l’importance de chercher des alternatives à ce dangereux pesticide, dont une étude américaine vient en outre de montrer l’impact négatif sur la santé des abeilles.

Les Verts saluent l’acceptation en session du postulat d’Adèle Thorens Goumaz demandant au Conseil fédéral d’étudier l’opportunité et les modalités d’un plan de sortie progressif du glyphosate, en dialogue avec les milieux concernés, en particulier les milieux agricoles.

Il s’agit là d’une décision importante étant donné qu’il est reconnu que cet herbicide peut affecter toutes les cellules vivantes, y compris humaines, et que des résidus ont d’ailleurs été trouvés dans les urines de 37,5% des Suisse récemment par l’émission ABE de la RTS. L’Office fédéral de la sécurité alimentaire (OSAV) en a d’ailleurs également trouvé des traces dans à peu près toutes les catégories de denrées alimentaires testées, dont du miel ou des vins suisses. Cela montre que si l’utilisation du glyphosate est certes mieux cadrée par la politique agricole de notre pays qu’à l’étranger, elle n’empêche pas les problèmes posés par ce produit (à l’embouchure du Boiron le taux de glyphosate était 60 fois supérieur à la norme en 2016). Il devrait donc être remplacé, à chaque fois que c’est possible et, à terme, complètement, par des alternatives plus respectueuses de l’homme et de la nature. La France a annoncé qu’elle comptait s’émanciper du glyphosate dans les années qui viennent. En Suisse, plusieurs cantons et de nombreuses communes sont sur la même voie.

Après cette victoire d’étape, fruit du travail remarquable de leur conseillère nationale, les Verts vaudois vont continuer à s’engager pour une sortie définitive du glyphosate de notre agriculture et de nos assiette.

Interventions communales

La commune de Savigny utilise-t-elle du glyphosate?

Question à la municipalité

Madame la Syndique, Messieurs les Municipaux,

Comme vous le savez peut-être, le glyphosate, molécule herbicide développée par Monsanto, est classé depuis le 20 mars 2015 comme cancérigène probable par le centre international de recherche sur le cancer de l’OMS. De plus, un article, publié dans International Journal of Environmental Research and Public Health, démontre que les co-formulants entrant dans la composition des herbicides à base de glyphosate sont des perturbateurs endocriniens. Des résidus de glyphosate ont d’ores et déjà été retrouvés dans plusieurs rivières du canton dont la Venoge.

Récemment, une carte de recensement de l’utilisation de pesticides dans les communes vaudoises et genevoises a été mise à jour et est disponible sur le site : ma-commune-zero-pesticide.ch.

Je constate qu’à ce jour la commune de Savigny n’a pas répondu à cette enquête. Je serais donc reconnaissante à la municipalité de répondre aux questions suivantes :

1- Utilisons-nous du glyphosate dans la commune?

Par exemple pour l’entretien des espaces verts ou des bords de route. Le glyphosate est vendu sous plusieurs noms commerciaux dont les principaux sont Roundup, Resolva ou Capito.

2- Dans le cas où la commune utilise encore du glyphosate, existe-t-il un plan pour l’arrêt de son utilisation à court terme? Merci dans ce cas de donner des informations concernant ce plan d’arrêt.

3- Utilisons-nous d’autres pesticides ou insecticides? Et si oui, existe-t-il un plan pour l’arrêt de leur utilisation à court terme?

Des alternatives existent et sont déjà utilisées dans plusieurs communes du canton :

http://www.gestiondifferenciee.be/files/outils_de_comm/livret-Jardinez_sans_pesticides.pdf

Dans l’attente de votre réponse, et en vous remerciant vivement de l’attention que vous porterez à cette requête, je vous prie d’agréer, Madame la Syndique, Messieurs les Municipaux, mes sincères salutations.

Lara Graz

Groupe Les Verts de Savigny

Interventions communales

Utilisation des pesticides à Ecublens

Question à la municipalité

Récemment, une carte de recensement de l’utilisation de pesticides dans les communes vaudoises et genevoises a été mise à jour et est disponible sur le site ma-commune-zero-pesticide.ch.

Je constate que la commune d’Écublens est au niveau « orange » c’est-à-dire qu’elle est sur le point d’arrêter l’utilisation de glyphosate (produit par Monsanto), pour entretenir le cimetière.

Par contre, d’autres pesticides sont utilisés et aucun plan de limitation voire d’interdiction n’est prévu.

J’adresse donc trois questions à la municipalité :

Les informations données sur le site sont-elles correctes ?

Quels sont les pesticides utilisés pour l’entretient des terrains communaux comme les vignes, les parcs publics, et les espaces verts divers ?

Quel point de vue adoptez-vous pour l’avenir sur cette question des pesticides ?

Merci de votre attention.

 

Guillaume Leuba, le 19 mai 2016