Communiqué 2018

Extraction d’hydrocarbures : il est temps d’agir !

Près d’un an jour pour jour après le dépôt de l’initiative « Pour un canton de Vaud sans extraction d’hydrocarbures », les Verts vaudois souhaitent faire le point sur le traitement de cette initiative et son contre-projet indirect sous forme de Loi sur les ressources naturelles du sous-sol (LRNSS). L’urgence climatique et les dangers sociaux et environnementaux induits par l’extraction d’hydrocarbures nécessitent en effet des réponses rapides et courageuses. Si rien ne bouge, il reviendra au peuple de trancher sur la question.

Le 24 juillet 2017, un comité composé de partis politiques et associations déposait l’initiative populaire cantonale « pour un canton de Vaud sans extraction d’hydrocarbures », munie de près de 15’000 signatures valables.

Une année plus tard, les Verts vaudois s’inquiètent de voir que, pour l’heure, la seule réponse obtenue est celle d’un contre-projet indirect, la LRNSS ne répond pas à la demande formulée clairement par le texte de l’initiative d’interdire sur tout le territoire cantonal toute extraction d’hydrocarbures.

Cela est d’autant plus difficile à comprendre que le Conseil d’État a clairement affiché sa volonté de lutter contre le réchauffement climatique via un « plan climat » et d’autres actions concrètes. Or, la meilleure manière de réduire le réchauffement climatique est de réduire les émissions de CO2 qui émanent de la combustion d’hydrocarbures, ainsi que des autres gaz à effet de serre comme le méthane. Autoriser l’extraction de carburants fossiles, au vu des risques environnementaux et pour la population qu’elle comporte, relève du non-sens, et irait à contrecourant d’une rapide et nécessaire décarbonification de notre économie. Le carbone stocké sous nos pieds sous forme de gaz et d’huiles dans les couches schisteuses et serrées du Plateau Suisse doit donc y rester. L’air, les lacs, rivières et sources et les sols de notre canton, déjà fortement mis sous pression, seront ainsi protégés contre de nouvelles atteintes environnementales.

Les Verts vaudois souhaitent donc réaffirmer aujourd’hui que l’initiative « Pour une canton de Vaud sans hydrocarbures » est plus que jamais nécessaire, et qu’il est pour eux hors de question de retirer ce texte si ses objectifs ne sont pas repris clairement dans la LRNSS.

Ils espèrent également que les travaux parlementaires actuellement en cours pourront se poursuivre et aboutir rapidement. Le vote sur l’initiative initialement prévu pour novembre 2018 risque en effet de n’avoir lieu qu’au printemps ou à l’été 2019.

Quel que soit le calendrier retenu, sans réelle amélioration de la LRNSS, le dernier mot risque fort de revenir à la population vaudoise, qui avait plébiscité le texte d’initiative et qui mérite donc mieux qu’une loi qui ne la protège pas assez contre les dangers de l’extraction d’hydrocarbures.

Communiqué 2017

Une Constitution sans gaz de schiste !

Ça y est. Le délai d’opposition étant échu depuis hier soir, les Verts vaudois ont officiellement lancé, ce matin, la récolte pour leur initiative « Pour un canton de Vaud sans extraction d’hydrocarbures ». Ils ont présenté aux médias le visuel retenu pour la campagne ainsi que leurs principaux arguments. Suite à la conférence de presse, une toute première action de récolte de signatures a eu lieu à Saint-Laurent. Les Verts et leurs alliés ont maintenant jusqu’au 10 juillet pour récolter les 12’000 signatures nécessaires à la validation de leur texte.

L’extraction de gaz de schiste est soumise dans le canton de Vaud à un moratoire instauré par le Conseil d’État en 2011 suite à une interpellation du député Verts Vassilis Venizelos. Mais il s’agit-là d’un simple acte administratif, pouvant être levé à tout instant. C’est insuffisant pour les Verts vaudois qui ont officiellement lancé ce matin la récolte de signatures pour leur initiative visant à interdire toute extraction d’hydrocarbures sur le territoire cantonal.

Les Verts sont donc déterminés à ancrer cette interdiction dans la Constitution, car :
-L’extraction d’hydrocarbures est polluante et dangereuse. Les méthodes employées menacent de polluer les nappes phréatiques, de créer des boues toxiques et de défigurer les paysages.
– Ces ressources sont inutiles. L’avenir est aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique. Admettre que l’on puisse un jour, peut-être, avoir besoin d’extraire du gaz qui se trouve sous nos pieds, c’est de facto renoncer à se passer d’énergie fossile. Sans compter le coût financier important de cette extraction, qui serait mieux investi dans les énergies renouvelables.
– Partout dans le monde, en Suisse y compris, on légifère pour interdire ces pratiques dangereuses : la France a ainsi interdit en 2011 le fracking, le canton de Berne (suite à une initiative des Verts) a interdit l’extraction via des méthodes non conventionnelles, et le canton de Genève étudie actuellement une loi qui interdirait l’extraction d’hydrocarbures sur son sol. Vaud ne saurait rester à la traîne !

Les Verts seront appuyés dans la récolte par plusieurs associations et partis, tels que Pro Natura, le WWF, Greepeace, l’ATE, Grands-parents pour le climat, Halte aux forages, le Parti socialiste ou encore solidaritéS. Ils ont maintenant jusqu’au 10 juillet pour récolter les 12’000 signatures valables nécessaires à l’aboutissement de l’initiative.

Plus d’information sur le site de l’initiative

Interventions communales

Droit de manifester à Villeneuve

Entre mai et septembre 2016, les Municipalités de Villeneuve et de Noville ont dénié au collectif « halte aux forages Vaud » le droit de manifester contre le forage gazier de Noville.

Le syndic de Noville s’était distingué par sa manière malpolie (… euphémisme) de répondre aux organisateurs. Le ton déplacé du syndic de Noville et les raisons grotesques de refuser l’autorisation de manifester avait suscité un tollé bien couvert par la presse. Les députés vaudois Martial de Montmollin puis Jean-Michel Dolivo ont interpellé le Conseil d’État au sujet de la violation apparemment flagrante des droits fondamentaux et constitutionnels, à savoir l’exercice des libertés d’opinion et de manifester.

Des recours contre les décisions des Municipalités de Noville et de Villeneuve ont été déposés au Tribunal cantonal vaudois devant la Cour de droit administratif et public (CDAP). Le jugement de fond est toujours attendu.

Le 1er septembre, le conseiller communal de Villeneuve Léonard Studer (PS & Verts) avait déposé l’interpellation « Quels critères pour autoriser les rassemblements dans l’espace public ? ».

Lire la réponse de la municipalité

Lire l’intervention de Léonard Studer

Lire l’intervention de Elisabeth Bastide

Lire l’intervention de Thibaut Cornet

Communiqué 2016

Gaz de schiste et autres hydrocarbures, c’est toujours NON !

Dans leur réponse à la consultation menée par le Département du territoire et de l’environnement (DTE) sur le projet de loi sur les ressources naturelles du sous-sol (LRNSS), les Verts vaudois ont réitéré leur soutien à la géothermie profonde et leur opposition déterminée à l’extraction d’hydrocarbures dans le canton.

Après analyse approfondie du projet de LRNSS, les Verts vaudois restent convaincus que le principe de cette loi et plusieurs des outils qu’elle met en place sont à saluer, car ils pourront permettre à terme le développement cadré et réfléchi dans notre canton, répondant ainsi à une de leurs demandes de longue date.

Les Verts sont par contre fermement opposés à toute extraction d’hydrocarbures dans le canton, et ont demandé dans leur réponse à la consultation l’interdiction de ces procédés. Ils ne sauraient se satisfaire d’un simple moratoire, pouvant être levé par une décision administrative.

À l’heure de l’économie verte et de la lutte contre le réchauffement climatique, c’est vers les énergies renouvelables que le canton doit se tourner, et non vers des sources polluantes et appartenant résolument au passé.

Comme déjà indiqué au début de la consultation, les Verts vaudois pourraient, s’ils ne sont pas écoutés, recourir à d’autres moyens pour proscrire à jamais l’exploitation du gaz de schiste et d’autres hydrocarbures dans notre canton.

Alberto Mocchi, président des Verts vaudois

Alexis Bally, responsable GT aménagement du territoire