Communiqué 2020

Une nouvelle victoire pour l’économie verte

Un nouveau succès aujourd’hui pour l’économie verte, en commission de l’environnement du Conseil des Etats: une large majorité de la commission a accepté une motion d’Adèle Thorens Goumaz visant à favoriser des partenariats publics-privés (« Green Innovation Deals ») pour promouvoir l’économie circulaire. Ce succès intervient après la reprise de plusieurs points du contre-projet à l’initiative « Pour une économie verte » sous forme d’initiative parlementaire. Alors que l’Union européenne a récemment annoncé son propre plan de relance verte et qu’une étude montre quelle chance l’économie circulaire représente pour la relance post-COVID, la vague verte permet enfin de donner les impulsions nécessaires à la transformation de notre économie vers plus de durabilité et de résilience.

Les Vert.e.s vaudois.es se réjouissent que la commission de l’environnement du Conseil des Etats (CEATE-E) ait aujourd’hui accepté, contre l’avis du Conseil fédéral, la motion de leur conseillère aux Etats Adèle Thorens Goumaz pour des « Innovation Green Deals »[1]. Elle vise à encourager des projets d’économie circulaire via des accords conclus entre la Confédération et des entreprises, acteurs publics, associations ou hautes écoles. Ces accords peuvent impliquer des facilitations réglementaires, une simplification des démarches administratives, des aides au développement de nouveaux marchés, des engagements à des achats circulaires, une assistance à l’innovation ou la mise en réseau. Cet instrument est déjà utilisé aux Pays-Bas, en France, en Belgique, en Finlande et au Royaume-Uni.

Ce succès suit celui de l’initiative parlementaire « Développer l’économie circulaire en Suisse », portée par une coalition d’élus des Vert.e.s, des vert’ libéraux, du PS, du PBD et du PDC, qui reprend les principaux points du contre-projet à l’initiative populaire des Vert.e.s « Pour une économie verte ». Elle est actuellement débattue dans une sous-commission de la CEATE-N[2]. Il s’agit notamment de favoriser la revalorisation des matériaux et de réduire le gaspillage des ressources, par exemple dans le domaine des emballages.

Le nouveau pas fait aujourd’hui à la commission de l’environnement des Etats va dans le même sens que le  Pacte vert pour l’Europe et son plan d’action pour l’économie circulaire, qui visent à relancer notre économie sur des bases durables. Alors qu’une récente étude menée par Material economics vient de faire la Une des médias[3] car elle montre combien l’économie circulaire représente une chance pour la relance post-COVID[4], les Vert.e.s sont satisfait-e-s de voir enfin avancer, chez nous aussi, les principes d’une économie ménageant les ressources et plus résiliente, 10 ans après le lancement de leur initiative populaire fédérale « Pour une économie verte ». La vague verte, ainsi que le travail de vulgarisation et de diffusion réalisé par des mouvements comme Circular Economy Switzerland au sein du monde économique, permettent enfin de faire avancer une autre vision de l’économie, qui respecte davantage l’environnement et offre des opportunités d’emplois et de plus-value localement ancrés.

Les Vert.e.s espèrent que ce succès d’étape sera confirmé en plénum à la session de décembre.


[1] https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20203667
[2] https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20200433
[3] https://www.rts.ch/play/radio/redirect/detail/11677533
[4] https://materialeconomics.com/publications/publication/circular-recov

Interventions parlementaires

Comment répondre à la contamination de nos eaux potables liée au chlorothalonil et comment financer les assainissements nécessaires ?

Conseil des Etats – Postulat 

Le chlorothalonil est interdit en Suisse depuis le 1er janvier 2020. Les problèmes liés à l’utilisation de ce fongicide ne sont pas pour autant résolus. En effet, des métabolites problématiques ont été détectés dans les eaux potables des cantons de Vaud, Fribourg, Berne, Argovie, Soleure, Schaffhouse et Zurich. La situation est particulièrement préoccupante dans le canton de Soleure, où plus de la moitié des habitants boivent une eau désormais qualifiée de non conforme.

Pour protéger la santé de la population, les communes doivent détourner certains captages d’eau potable, se raccorder à d’autres réseaux ou mélanger les eaux de plusieurs sources, afin de diluer les concentrations de métabolites. Cependant, il n’y a pas toujours de captages d’eau potable conforme disponible. Dans de tels cas, l’eau contaminée devrait subir un traitement complexe de filtration pour être assainie, impliquant des coûts financiers et énergétiques importants. AvenirSuisse évalue dans sa dernière publication les coûts liés à l’usage des pesticides à 100 millions de francs par année, notamment du fait des frais liés à la réhabilitation des captages d’eau potable, qui alourdissent considérablement la facture.

La Confédération porte une responsabilité particulière dans cette situation, dans la mesure où elle est l’autorité qui a homologué le chlorothalonil et qui en a autorisé l’utilisation pendant plusieurs décennies, en se portant garante de son inocuité. Elle n’a visiblement pas respecté le principe de précaution. On pourrait aussi se poser la question de la responsabilité des producteurs du chlorothalonil, qui l’ont développé, mis sur le marché et vendu pendant toute cette période.

Aujourd’hui, ce sont en tous les cas les communes, qui doivent faire face à des coûts élevés. Cette situation est-elle vraiment conforme au principe de causalité ?

Je demande dès lors au Conseil fédéral de fournir un rapport qui :

  • estime et décrive l’étendue de la contamination de l’eau potable par les résidus du chlorothalonil ;
  • estime et décrive les mesures que les communes sont à même de prendre pour répondre à cette contamination, dont les cas où une filtration des eaux pourrait être nécessaire ;
  • évalue le délai nécessaire pour réaliser les travaux d’assainissement ;
  • évalue le risque qu’une partie de la population continue à être exposée à de l’eau potable contaminée pendant cette période et propose des mesures pour minimiser ce risque et accélérer les travaux d’assainissement ;
  • évalue les coûts qui seront générés par les mesures et travaux devant être réalisés par les communes ;
  • propose des solutions de financement permettant de soutenir les communes dans ces tâches, en tenant compte du principe de causalité ;
  • propose des solutions permettant d’éviter qu’à l’avenir les communes se retrouvent face à une telle situation.

Adèle Thorens Goumaz

Communiqué 2019

Pour un Conseil des Etats plus féminin, écologiste et progressiste

L’assemblée générale des Vert∙e∙s vaudois∙es réunie ce soir a confirmé son soutien au duo Adèle Thorens Goumaz, arrivée en tête du 1er tour, et sa colistière socialiste Ada Marra pour le second tour du 10 novembre. Une chance unique de répondre aux attentes de la population pour une égalité enfin réelle et vécue et plus de protection du climat et de la biodiversité, tant qu’il est encore temps. Les Vert∙e∙s restent donc entièrement mobilisé-e-s pour faire passer ces deux candidates de talent qui permettront enfin d’avoir un Conseil des Etats qui ressemble un peu plus à notre canton et à ses aspirations.

Les Vert∙e∙s vaudois∙es se réjouissent vivement du résultat sorti des urnes hier soir, dimanche 20 octobre, à l’issue du premier tour du Conseil des Etats. Leur candidate, la conseillère nationale Adèle Thorens Goumaz, et sa colistière socialiste, Ada Marra, finissent en tête de classement. Les chances sont donc bonnes de retrouver deux sièges vert-rose aux Etats. Les aspirations de la population se sont clairement exprimées : plus de femmes, une égalité réelle visiblement représentée au Palais, et davantage de protection du climat et de la biodiversité avec des mesures fortes et urgentes.

Ce sont ces aspirations qui sont au cœur du programme des deux candidates.

Les sections des Vert∙e∙s restent donc mobilisées pour que soit enfin relevé le défi écologique de notre siècle et que, grâce à deux voix compétentes et constructives, des solutions fortes soient trouvées, et que l’immobilisme de droite vécu au cours des quatre dernières années appartienne enfin au passé.