Communiqué 2020

Protection du climat : les Vert.e.s s’engagent pour promouvoir les alternatives au ciment

Alors qu’un rapport de l’OFEV montrait encore, lundi, combien notre pays est affecté par le réchauffement climatique, il est urgent de réduire notre dépendance au ciment, matériau dont la production génère d’importantes émissions de gaz à effet de serre. Les alternatives existent et les autorités, tant cantonales que communales, doivent faire preuve d’exemplarité en la matière. Les Vert∙e∙s vaudois∙es interviennent donc au Parlement vaudois et dans les conseils communaux pour accélérer cette transition.

La nécessité d’agir pour lutter contre la crise climatique et limiter le réchauffement climatique, comme la Suisse s’y est d’ailleurs engagée notamment en ratifiant l’Accord de Paris, est toujours plus pressante. Un rapport de l’Office fédéral de l’Environnement (OFEV) montrait encore lundi combien la Suisse pâtit, plus que d’autres, de ce réchauffement puisque l’augmentation des températures moyennes a été, dans notre pays, deux fois plus élevée que la moyenne mondiale. Or il se trouve que le ciment est un matériau extrêmement polluant et émetteur de Co₂, pourtant utilisé à tort et à travers alors que des alternatives existent.

La sauvegarde du Mormont – site d’intérêt naturel,  paysager et archéologique majeur, exploité depuis près de 70 ans par le cimentier Holcim – a récemment été remise en lumière par l’occupation du site de la Birette par la première « ZAD » suisse.  Les Vert∙e∙s vaudois∙es s’engagent depuis toujours pour protéger ce site, et sont intervenu-e-s à plusieurs reprises au Grand conseil à ce sujet, réussissant même finalement à faire protéger durablement son sommet dans le Plan Directeur des Carrières (PDCar). Mais notre paysage ne pourra être durablement protégé que si nous nous défaisons collectivement de notre dépendance au ciment qui en est extrait. Il ne ferait, en outre, aucun sens de lutter ici pour ensuite importer de l’autre bout du monde ce même matériau.

C’est pourquoi les Vert∙e∙s vaudois∙es interviennent au Grand conseil ainsi que dans les conseils communaux de notre canton pour promouvoir et recourir davantage aux alternatives existantes en matière de construction : qu’il s’agisse du bois, de la paille, du chanvre ou de la terre crue.

Les communes ont en effet un rôle crucial à jouer dans cette transition, tant comme maîtres d’ouvrage qu’en tant que responsables de la police des constructions. Il n’y a d’ailleurs pas de meilleur moment pour agir alors que de très nombreuses communes sont justement en train de revoir leurs PGA/RPGA.

Quant au Canton, il est lui aussi maître d’ouvrage et ne promeut pourtant pas assez les matériaux alternatifs au ciment. Le postulat déposé vise donc à y remédier en modifiant l’article 90 de la Loi vaudoise sur l’aménagement du territoire (LATC).

Communiqué 2020

Protection du Mormont : il est urgent de promouvoir les alternatives au ciment

Les Vert∙e∙s vaudois∙es sont depuis longtemps engagé-e-s pour la protection du Mormont. En 2015 déjà, le Grand conseil acceptait un vœu demandant de protéger le sommet du Mormont de toute extension de la carrière exploitée par le cimentier Holcim. Aujourd’hui pourtant, le sujet refait l’actualité alors que le recours déposé par les associations de protection de la nature et de l’environnement est toujours pendant. Il devient de plus en plus urgent de favoriser les alternatives au ciment et de réduire notre dépendance à ce matériau grand émetteur de CO₂. Les Vert∙e∙s vaudois∙es interviendront ainsi dès la rentrée au Parlement vaudois et dans les conseils communaux pour accélérer cette transition.

Le Mormont, dont le sommet est classé à l’Inventaire Fédéral des Paysages (IFP), fait partie du patrimoine vaudois par son importance géologique, naturelle mais aussi historique et paysagère. Utilisé depuis les années 1950 comme carrière par le cimentier Holcim, le Mormont est affecté par les extensions successives de cette exploitation, qui vont jusqu’à menacer son sommet. Les Vert∙e∙s vaudois∙es s’engagent depuis toujours pour protéger ce site d’importance paysagère et naturelle indéniable et sont intervenu-e-s à plusieurs reprises au Grand conseil à ce sujet, réunissant même finalement à faire protéger durablement son sommet dans le Plan Directeur des Carrières (PDCar).

Aujourd’hui, alors que l’exploitation du site se poursuit, la première ZAD suisse récemment installée permet de remettre sous le feu des projecteurs la question du Mormont et de sa protection.

La question qui se pose est plus généralement celle de la dépendance de notre société au ciment, matériau dont la production est extrêmement polluante et émettrice de CO₂.

Ainsi, les Vert∙e∙s interviendront dès la rentrée des vacances d’automne au plan cantonal (au Grand conseil) et local (dans les conseils communaux) par voie de postulat pour réfléchir à des solutions permettant de réduire cette dépendance en recourant, par exemple, là où c’est possible, à des alternatives moins polluantes, telles que le bois.

Les pouvoirs publics ont un rôle à jouer, tant de par leur devoir d’exemplarité que par leur pouvoir en matière de règlementation des constructions, et il est grand temps qu’ils pèsent de tout leur poids dans cette problématique.

Actes Verts

Tout savoir sur la Loi sur le CO2

A l’issue d’un processus parlementaire chaotique, la révision de la loi sur le CO₂ a enfin abouti. Elle vise à définir les objectifs et instruments de la politique climatique suisse pour la période allant de 2022 (date prévue pour son entrée en vigueur) à 2030. Alors qu’elle est déjà attaquée en referendum notamment par la grève du climat vaudoise qui la trouve insuffisante, pourquoi la soutenir ?

Qu’apporte la révision de la Loi sur le CO2 ?

Le premier mérite de la révision de la Loi sur le CO₂ est d’inscrire dans nos bases légales l’objectif de l’accord de Paris, à savoir le fait de ne pas dépasser un réchauffement de plus de 2 degrés, idéalement même de se maintenir en dessous d’un réchauffement de 1,5 degré. Pour ce faire, la Suisse prévoit de réduire ses émissions de moitié d’ici 2030, en réalisant les trois quarts de cette réduction sur son propre territoire. L’objectif visé est la neutralité climatique d’ici à 2050.

La loi définit également les mesures à prendre pour atteindre ces objectifs. Pour la première fois, ces mesures recouvrent l’ensemble des domaines émetteurs de CO₂ dans notre pays (à l’exception de l’agriculture, qui reste traitée dans le cadre de la politique agricole). Jusqu’ici, aucune mesure n’était prévue pour réduire l’impact climatique de l’aviation et du secteur financier. C’était une lacune importante. Par ailleurs, la loi prolonge, renforce et complète les mesures qui étaient déjà en vigueur jusqu’ici dans le domaine de la mobilité et du bâtiment.

Avancées en matière de mobilité :

Notre politique climatique est actuellement en échec dans le domaine de la mobilité, dont les émissions augmentent alors qu’elles devraient reculer. Il est dès lors particulièrement important d’agir dans ce secteur. Voici les principales mesures prévues par la révision de la loi (automobile, aviation, transports publics et rail) :

  • Les importateurs de carburant devront compenser une part de plus en plus importante des émissions liées à leurs importations (jusqu’à 90 %), ce qui va générer, conformément au principe constitutionnel du pollueur-payeur, une hausse du prix de l’essence de 10 à 12 centimes au maximum (12 centimes dès 2025).
  • La révision permet de reprendre les normes européennes qui limitent de manière de plus en plus stricte la moyenne des émissions de CO₂ des nouveaux véhicules importés en Suisse. D’ici à 2030, ces véhicules devront réduire de moitié leurs émissions de CO₂ par rapport à la situation actuelle, ce qui permettra d’offrir aux automobiliste un vaste choix de véhicules moins polluants et de consommer beaucoup moins d’essence. En cas de non-respect de ces moyennes d’émission, des amendes seront imposées aux importateurs d’automobiles, dont les recettes seront en partie utilisées pour financer des mesures favorables au climat et à l’adaptation au changement climatique.
  • Le remplacement des bus diesel par des modèles électriques sera aussi encouragé dès 2025 pour les bus urbains et 2030 pour les bus interurbains.
  • La révision de la loi prévoit en outre d’investir 30 millions de francs par an pour promouvoir les trains de nuits et les trains rapides à destination des villes européennes, comme alternative aux trajets en avion.
  • Comme c’est le cas dans la plupart des pays qui nous entourent, une taxe sur les tickets d’avion de 30 à 120 francs sera désormais prélevée. Elle sera modulée en fonction de la longueur du trajet et de la classe du ticket. Les recettes de cette taxe seront, via le fonds pour le climat, à moitié redistribuées directement à la population (par le bais d’une ristourne sur la facture d’assurance maladie obligatoire) et aux entreprises (par le biais de la caisse de compensation AVS), et à moitié redistribuées de manière ciblée, entre autres pour financer les 30 millions de francs alloués chaque année aux trains rapides et de nuit.
  • Les vols en avion privés seront également taxés, avec des montant bien plus élevés allant de 500 à 3’000 francs par trajet.

Avancées dans le domaine du bâtiment :

Notre politique climatique a été plus fructueuse jusqu’ici en matière de bâtiment, un domaine où les cantons sont aussi très actifs. Les mesures prévues dans le domaine du bâtiment par la révision de la Loi sur le CO₂ sont les suivantes :

  • Une taxe incitative est déjà prélevée actuellement sur le mazout. Si les objectifs intermédiaires de réduction des émissions de CO₂ prévus ne sont pas atteints, elle pourra être augmentée de 120 à 210 CHF la tonne au maximum. Comme c’était déjà le cas jusqu’ici, deux tiers des recettes seront remboursées directement à la population (via une ristourne sur la facture d’assurance maladie obligatoire) et aux entreprises (via la caisse de compensation AVS). Le tiers restant sera, comme aujourd’hui déjà, redistribué de manière ciblée, en étant investi pour soutenir la transition énergétique dans le bâtiment (soutiens aux travaux d’isolation et au changement de système de chauffage). Cette procédure passera par le fonds pour le climat, comme pour les moyens issus de la taxe incitative sur l’aviation.
  • Des exigences lors des changements de système de chauffage (limite maximale de 20kg d’émissions de CO₂ par m2 chauffés) vont être imposées progressivement dans les cantons (dernier délai dès 2026) et rendre vraiment difficile l’installation de nouveaux chauffages à mazout.

Avancées dans le secteur financier :

Enfin, pour la première fois, le secteur financier est cité dans la Loi sur le CO₂ grâce à la révision. Alors que les investissements de notre banque centrale et de notre place financière représentent un impact sur le climat qui dépasse de loin celui du reste de nos émissions dans l’ensemble du pays, il est essentiel que des mesures soient enfin prises :

  • Dès l’entrée en vigueur de la révision de la loi, la BNS et la FINMA devront analyser et tenir compte des risques climatiques auxquels la place financière suisse est exposée dans le cadre de leurs tâches de surveillance et de garantie de la stabilité de la place financière suisse.
  • Elles devront en outre en faire rapport régulièrement au Conseil fédéral et rendre ce rapport public, ce qui permettra un suivi régulier de l’évolution de la prise en compte des risques climatiques par notre place financière.

Quel sera l’impact de la révision de la loi sur le CO₂ d’un point de vue social ?

Evidemment, la politique climatique a un coût. On sait cependant depuis le rapport de l’économiste Nicholas Stern, datant de 2006 déjà, que le fait de ne pas agir pour réduire nos émissions implique des coûts bien plus importants que le fait de prendre des mesures efficaces et rapides en faveur du climat.

Par ailleurs, la révision de la loi tient compte des exigences sociales et d’équité, en particulier du fait de sa dimension incitative et des encouragements qu’elle offre pour rendre les alternatives écologiques plus abordables. Il faut en particulier tenir compte des points suivants :

  • Ce sont les pollueurs qui doivent supporter les coûts de la politique climatique, selon le principe du pollueur-payeur inscrit dans notre Constitution. La révision de la loi permet de mieux appliquer ce principe. Si l’on ne fait pas payer les pollueurs, c’est l’ensemble de la population qui passe à la caisse, y compris celles et ceux qui font des efforts pour adapter leurs pratiques, ainsi que les générations à venir. Ce n’est ni correct, ni équitable. Celles et ceux qui polluent doivent payer.
  • Il se trouve que celles et ceux qui polluent le plus, et qui doivent donc payer le plus, ont les moyens de payer. En effet, plusieurs études montrent que même si le revenu n’est pas le seul paramètre définissant l’empreinte écologique, ce sont quand même les classes les plus aisées de la population qui émettent le plus de CO₂ et qui ont le plus gros impact environnemental, via leurs modes de vie et habitudes de consommation.
  • La révision de la loi a un fort effet incitatif. Cela signifie qu’elle permet à celles et ceux qui ne souhaitent pas payer les taxes de les éviter en changeant de comportement : le but n’est pas que l’Etat se remplisse les poches sur le dos de la population, mais que la population adapte ses pratiques de manière écologique, échappant ainsi au surcoût lié aux pratiques et technologies polluantes. Pour que ces adaptations des pratiques soient possibles, il faut que des alternatives existent et qu’elles soient accessibles pour la population. La révision de la loi va dans ce sens en encourageant financièrement l’assainissement énergétique des bâtiments, le passage à l’électromobilité ou les trains nuit.
  • Les recettes des taxes retournent intégralement à la population, que ce soit par le biais des mesures de soutien ou des subventions aux pratiques et technologies écologiques, ou par le biais des versements directs aux entreprises (via la caisse de compensation AVS) et à la population (via la ristourne sur les factures d’assurances maladie obligatoire).
  • Ce mécanisme de redistribution a pour effet que celles et ceux qui adoptent des comportements et des pratiques responsables sont gagnants financièrement. Il fonctionne de facto comme un système de bonus-malus.

Et si la Loi sur le CO₂ était refusée ?

Certains militant-e-s du climat sont tentés de refuser la Loi sur le CO₂, considérant qu’elle ne va pas assez loin. S’il est vrai qu’elle est insuffisante et devra être complétée, un refus ne représenterait cependant pas un progrès. Ce serait au contraire un bel autogoal, pour les raisons suivantes :

  • La loi actuelle ne couvre que la période allant de 2013 à 2020. La révision de loi permet de fixer un objectif pour 2030 et de prendre les mesures nécessaires pour les atteindre. Tant cet objectif que ces mesures seraient jetées à la poubelle en cas de rejet de la révision de la loi.
  • Si la révision était rejetée, il faudrait recommencer complètement ce processus, sur la base d’une interprétation des résultats du vote. Dans l’intervalle, il faudrait prolonger la loi actuelle, encore bien plus insuffisante que la loi révisée, de plusieurs années.
  • Le processus législatif prendrait à nouveau plusieurs années et rien ne garantit que le résultat ne serait pas à nouveau attaqué en référendum. Cela signifie un retard important pour la politique climatique suisse, alors que nous sommes dans une situation d’urgence climatique et qu’il est vital de prendre des mesures très rapidement.
  • Dans l’intervalle, la loi actuelle ne permettrait pas de prendre des mesures dans le domaine de la finance ou de l’aviation, alors que ces domaines sont centraux pour la réduction de nos émissions et pour la justice climatique. Les prescriptions dans le domaine de la mobilité (nouvelles voitures moins polluantes) ainsi que dans le domaine du bâtiment (barrage à l’installation de nouvelles centrales à mazout), ne seraient plus applicables. Les soutiens à la transition vers l’électromobilité ainsi qu’aux trains de nuit ne pourraient plus se faire. Le seul domaine où nous aurions une marge de manœuvre (mais moindre), serait éventuellement de réhausser la taxe CO₂ sur le mazout.
  • Outre le retard dans la mise en œuvre de mesures efficaces, rien ne garantit qu’une nouvelle révision de la loi serait plus progressiste, bien au contraire. Les résultats du vote seront interprétés sur la base des arguments qui seront majoritairement échangés pendant la campagne. Le référendum sera mené par l’UDC, dont l’objectif est non pas d’obtenir plus de politique climatique, mais d’en avoir beaucoup moins, indépendamment des instruments. C’est ce qui restera du vote.
  • La majorité de droite du parlement profitera dès lors de la situation pour proposer une nouvelle version au rabais de la loi. Plusieurs mesures n’ont pu passer la rampe que de justesse et qu’au prix d’efforts considérables des milieux progressistes, partis politiques, associations environnementales et scientifiques, travaillant depuis des années main dans la main. Ce serait un gâchis considérable.
  • Nous avons au contraire besoin d’obtenir un bon résultat devant le peuple pour pouvoir aller vers les étapes suivantes. Un bon résultat nous renforcera face à la majorité de droite et nous permettra de venir avec des mesures supplémentaires avec des chances optimales de les faire passer. Dans l’intervalle, les mesures prévues par la révision, qui constituent déjà indiscutablement un pas en avant, pourront déjà être mises en œuvre et amorceront la transition.
  • Enfin, contrairement à ce que pensent certains, l’accord de Paris n’est pas contraignant, si ce n’est dans le sens où il engage ses signataires à se fixer des objectifs allant dans le sens de la neutralité climatique en 2050, à définir des mesures pour les atteindre et à en informer régulièrement les autres signataires. Si un pays ne suit pas correctement cette procédure, le fait en retard, se fixe des objectifs insuffisants, ne prend pas des mesures adaptées pour les atteindre ou n’informe pas correctement les autres signataires, il n’y a pas de sanction. Il ne faut donc pas attendre des miracles qui viendraient de l’extérieur et changeraient soudainement la donne dans le sens d’objectifs plus élevés ou de mesures plus efficaces. Nous ne pouvons compter que sur notre propre engagement et sur nos propres processus décisionnels et démocratiques.
  • En un mot comme en cent, ce n’est pas en refusant de faire le premier pas que nous avancerons plus vite. Faisons au contraire ce premier pas de manière ferme, rapide et décidée, et continuons ensemble jusqu’à ce que nous ayons atteint notre but. 

Adèle Thorens Goumaz

L’article complet ici : https://blogs.letemps.ch/adele-thorens/2020/09/28/tout-ce-que-vous-devez-savoir-sur-la-loi-sur-le-co2/

Interventions parlementaires

Les billets d’avions se sont-ils envolés ?

En février 2019, c’est-à-dire il y a une année et demie, j’ai eu le plaisir de déposer une initiative pour proposer une taxe sur les billets d’avion. A ma grande satisfaction, cette initiative a été accepté par le plenum avec une prise en considération immédiate.

Je m’y étais pourtant pris à l’avance dans le but de donner un signal fort à la confédération et surtout pour parlement à propos de la nouvelle loi sur le C02. qui est en discussion actuellement aux chambres fédérales. De plus, il me semble que cette initiative ne devrait pas donner un travail insurmontable aux services : il suffit essentiellement de transmettre le message suivant à la confédération :

L’Assemblée fédérale édicte une taxe sur les billets d’avion afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre dues à ce moyen de transport et favoriser le transfert de ce mode de déplacement à d’autres avec un impact moins fort sur l’environnement.

Je demande donc au conseil d’Etat de bien vouloir nous donner des nouvelles sur le traitement de cette initiative

Maurice Mischler

Communiqué 2020

Plan climat vaudois : des objectifs nécessaires et ambitieux qu’il faudra financer

Les Vert∙e∙s vaudois∙es saluent le « Plan climat » présenté aujourd’hui par le Conseil d’Etat. Ils soutiennent ses objectifs ambitieux et la volonté d’agir pour réduire nos émissions de CO₂ tout comme pour adapter notre société aux inévitables changements qu’engendrera le réchauffement climatique. Notre canton dispose désormais d’une stratégie claire, que les Vert∙e∙s appelaient de leurs vœux depuis de nombreuses années pour prendre l’indispensable tournant écologique. Les mesures détaillées dans le plan, bénéfiques pour le climat, la biodiversité mais aussi pour l’économie vaudoise, auront toutefois un coût, et les Vert∙e∙s veilleront à ce que l’on passe au plus vite de la parole aux actes en débloquant les moyens financiers pérennes nécessaires.

Les Vert∙e∙s ont pris connaissance avec grande satisfaction du « Plan climat vaudois » présenté ce jour par le Conseil d’Etat. Ce Plan trace les grandes lignes de la stratégie du gouvernement cantonal pour réduire les émissions de CO₂ et nous préparer aux risques que le réchauffement climatique nous fait et fera courir.

Ce document, que les Vert∙e∙s demandaient depuis de nombreuses années, est à la hauteur des défis à venir. Il propose en effet des mesures claires et ambitieuses de réduction des émissions de CO₂, notamment dans les domaines de la mobilité, de l’énergie ou encore de l’agriculture, afin d’atteindre l’objectif que notre pays s’est fixé en signant l’Accord de Paris sur le climat : la neutralité carbone en 2050. Pour les Vert∙e∙s, cet objectif doit être un minimum, et tous les efforts doivent être entrepris pour y arriver le plus rapidement possible. Les Vert∙e∙s souhaitent de plus que les émissions de CO2 produites à l’étranger par les modes de consommation et de production de notre canton soient également prises en compte dans les objectifs de réduction.

Les Vert∙e∙s saluent, en outre, l’intégration dans ce Plan climat des questions liées à la biodiversité, tout aussi importantes que celles climatiques et intimement liées, ainsi que la mise en exergue des avantages pour notre économie d’une politique climatique ambitieuse. Protéger le climat n’est pas une corvée, mais bien une source de nombreux bénéfices, que cela soit en termes d’emplois, de diversification du tissu économique, de santé publique, de préservation du patrimoine naturel ou de qualité de vie. Envisager les choses de cette manière, en termes d’opportunités plutôt que d’obstacles, est un changement de paradigme important.

Le Plan climat du Conseil d’Etat s’articule en parfaite complémentarité avec l’initiative cantonale « Pour la protection du climat » que les Vert∙e∙s ont déposée en décembre 2019, et qui entend graver dans notre Constitution cantonale la lutte contre le réchauffement climatique de la part des communes et du Canton, ainsi que le désinvestissement des énergies fossiles de la part des sociétés détenues entièrement ou partiellement par ces institutions. Ces exigences n’étant pas formellement posées dans le Plan climat, l’initiative des Vert∙e∙s en est le complément parfait !

Si les Vert∙e∙s saluent cette « boussole climatique » dont dispose désormais le Conseil d’Etat, ils et elles sont toutefois conscient∙e∙s que la route est encore longue, et que le passage de la parole aux actes ne se fera pas tout seul. Ce Plan climat ne doit pas être une énième stratégie, mais un catalyseur de l’action gouvernementale. Pour les Vert∙e∙s, il est ainsi fondamental que les mesures prévues soient financées sur le long terme, au-delà de la fin de cette législature. Il en va de notre avenir et de celui des générations futures.

Les Vert∙e∙s seront ainsi particulièrement attentives et attentifs à ce que l’ensemble des mesures proposées soient mises en place rapidement et enjoindront notamment le Grand Conseil à ne pas détricoter la cohérence globale et indispensable de l’action en faveur du climat.

Interventions communales

Réduire les émissions de CO2 de la Tour-de-Peilz

Intervention de Christian Anglada au conseil communal de la Tour-de-Peilz

 

Il y quelques séances de conseil de cela, notre collègue Frédéric Glauser vous a invité à découvrir le film Demain. Lors de la séance précédente, notre collègue Christine Haussherr s’en est inspirée dans un postulat.

Ce film, après avoir rappelé l’urgence des crises environnementales, ne s’éternise pas sur ces constats bien connus. Il fait par contre un état des lieux des actions possibles, en encourageant chacun et chacune à faire sa part, en fonction d’où il est. A notre niveau, c’est sur le plan communal qu’il importe de nous mobiliser  articulant toutes les forces possibles maintenant, pour que demain nous ayons encore une planète sur laquelle nous et nos enfants puissions vivre.

On a fêté cette année les 5 ans de Fukushima et les 30 ans de Tchernobil : ce sont deux catastrophes dont le danger est invisible et inodore, comme la teneur de CO2 dans l’atmosphère. Et pourtant ces pollutions sont létales, comme le dérèglement climatique.

Il y a urgence : par rapport à l’accord de Paris lors de la COP21, il reste 5 ans maximum de consommation de CO2 au rythme actuel pour arriver à respecter l’objectif de rester en dessous de 1,5°C. Et la réduction des émission doit être massive, à savoir au moins d’un facteur 4.

Le rythme de la Municipalité – et encore ce soir d’une partie du Conseil communal –  pour prendre en considération cet enjeu  n’a jusqu’à aujourd’hui pas pris du tout la vitesse nécessaire.

Je fais notamment référence à l’absence de réponses concrètes et sérieuses à la motion sur le renforcement de la durabilité. Il ne s’agit pas de traiter cette motion comme n’importe quelle autre, vu l’urgence vitale dont elle relève. J’espère que la prochaine Municipalité traitera enfin cet objet avec le sérieux et la célérité qu’il exige.

Mes questions sont donc les suivantes :
=> quelles actions concrètes en 2016 vers la réduction par 4 de nos émissions de CO2 à la Tour d’ici la fin de cette législature en 2020?
=> quelles sont les alternatives plus ambitieuses, que le label Cité de l’énergie, proposées par la Municipalité, vu qu’elle a écarté cet objectif dans son catalogue des mesures?

Christian Anglada, le 22 juin 2016