Interventions parlementaires

Une avancée pour la protection du climat

Motion

Le changement climatique est une réalité. Si le problème est global, chacun doit y apporter sa contribution pour y remédier. Pour atteindre, notamment les objectifs climatiques de l’accord de Paris, de nombreux efforts seront nécessaires. Une révision de la loi vaudoise sur l’énergie s’inscrit dans cette lutte contre le réchauffement climatique.

Le chauffage des immeubles d’habitation et autres locaux joue un rôle important dans le réchauffement climatique et dans l’émission de gaz à effet de serre car dans notre canton, les énergies non renouvelables chauffent encore environ deux bâtiments sur trois. Avec les transports, le secteur bâtiment est celui où les économies les plus importantes sont possibles et où les changements sont programmables et réalisables.

Il nous apparaît ainsi que pour protéger le climat et sauvegarder notre environnement, le gaspillage énergétique devrait être dans ce secteur si important proscrit, le recours aux énergies renouvelables la norme et l’utilisation des énergies fossiles pour le chauffage et notre confort prohibée ou à tout le moins très fortement limitée.

Tel n’est pas le cas et il devient urgent que le canton de Vaud se dote rapidement d’une stratégie climatique et énergétique à même de faciliter et d’accélérer cette transition écologique indispensable.

Par le biais de cette motion, nous demandons au Conseil d’Etat de modifier la loi vaudoise sur l’énergie en intégrant notamment les propositions et mesures suivantes :

  • Rendre obligatoire le certificat énergétique d’un bâtiment (CECB) ;
  • Rendre obligatoire la publication de cette étiquette (CECB) et de son affichage sur tout document de vente (plaquette, annonce, etc) et sur le bail à loyer ;
  • Interdire toute installation de chauffage à énergies fossiles dans les nouvelles constructions ;
  • Rendre obligatoire la production d’au moins 50% d’électricité renouvelable sur toute nouvelle construction ;
  • Rendre progressivement obligatoire l’assainissement des bâtiments qui ne correspondent pas aux classes A,B,C,D du certificat énergétique (CECB) d’ici à 2030 ;
  • Rendre progressivement obligatoire d’ici à 2030 le remplacement des chaudières à mazout par des installations à énergie renouvelable ;
  • Pérenniser et optimiser le « programme bâtiments ».

Anne Baehler

Interventions communales

Interpellation – Chauffage de la caserne de Valacrêt (Moudon)

Dans le courant du mois de septembre 2016, un communiqué d’Armasuisse annonce la résiliation du contrat bois les liant avec le groupement forestier Broye-Jorat pour la fourniture de plaquettes de bois pour le chauffage de la caserne de Valacrêt.

Cette annonce fait également part du passage complet au mazout et l’abandon du bois, la chaudière principale à bois de Valacrêt nécessitant des travaux de remise en état d’un coût important. Cette décision est justifiée par le fait qu’en 2022 l’affectation des locaux de la caserne devrait changer et que « pour la durée d’utilisation de six ans qui reste encore à l’armée à Moudon, les excédents de frais ne sont pas justifiables pour le chauffage au bois » explique Kaj-Gunnar Sievert, porte-parole d’Armasuisse.
Nous relevons les points suivants :

  • le groupement forestier Broye-Jorat subira une importante perte financière de l’ordre de 200’000.- par année (4’500 m 3 de plaquettes de bois) (24 heures, 2.10.2016) ;
  • des emplois dans la région pourraient être supprimés ;
  • le groupement forestier a effectué un investissement financier de 500’000.- pour la construction d’un hangar à plaquette de bois situé en Bronjon sur les terrains de la commune ;
  • ce changement occasionnera le passage d’une énergie renouvelable de proximité à une énergie fossile, polluante et importée, ce qui est un non-sens écologique ;
  • cette décision d’Armasuisse est en contradiction avec les lois fédérales sur les forêts et les ordonnances fédérales sur la promotion du bois sur l’utilisation des énergies renouvelables
    dans les bâtiments fédéraux.

Au nom des Verts et pour les points relevés ci-dessus, nous vous faisons part de notre stupeur et incompréhension quant au choix du remplacement du bois indigène par du mazout.

Par cette interpellation, nous demandons à la municipalité :

  • de nous informer des démarches déjà effectuées par la commune de Moudon ;
  • de s’engager en faveur du maintien du chauffage au bois ;
  • de se renseigner sur la nouvelle affectation de la caserne (commune, canton ou confédération) ;
  • au cas ou l’affectation en incomberait en partie à la commune, de se concerter entre les différents futurs partenaires pour une collaboration au niveau des décisions à long terme ;
  • et de nous tenir au courant de l’évolution du dossier.

Simon Benjamin

Moudon, le 11 octobre 2016