Communiqué 2020

Votation fédérale du 27.9: Protéger le climat, la biodiversité et la cohésion sociale

Les Vert∙e∙s vaudois∙es réuni-e-s ce soir en comité élargi à Lausanne ont arrêté leurs recommandations de vote en vue de la votation fédérale du 27 septembre prochain. C’est quatre fois NON à la révision de loi sur la chasse, à l’achat inutile d’avions de combat à l’initiative UDC contre la libre-circulation et aux allègements fiscaux pour familles aisées. Et une fois OUI à un congé paternité minimal de 2 semaines. Les Vert∙e∙s s’engageront particulièrement fortement dans le canton contre la révision de loi sur la chasse en pilotant le comité vaudois contre cet objet qui mettrait en danger des espèces devant impérativement être protégées, a fortiori à l’heure d’une si forte chute de la biodiversité des espèces.

NON à la Modification de la loi fédérale sur la chasse

A l’origine conjointe du référendum lancé au plan national, les Vert∙e∙s refusent la modification de loi sur la chasse soumise au peuple. Il est insensé d’ainsi démanteler la protection des espèces en permettant aux cantons d’autoriser le tir de certaines espèces menacées ou protégées. D’autant que les espèces protégées peuvent d’ores et déjà être régulées, mais en respectant les cautèles légales nécessaires. Les Vert∙e∙s refusent, en outre, les « tirs préventifs » qui autoriseraient à tuer des animaux protégés lorsqu’il n’existe qu’une possibilité hypothétique qu’ils puissent causer des dommages, sans en avoir encore causé aucun. Afin de régler les conflits avec les grands prédateurs, de vraies mesures préventives sont plutôt nécessaires pour permettre une meilleure cohabitation entre animaux sauvages et de rente, en soutenant, par exemple, la protection des troupeaux. Les tirs préventifs ne résolvent rien. Cette modification de loi est d’autant plus inacceptable en cette époque de chute drastique de la biodiversité où de plus en plus d’espèces disparaissent, en Suisse et dans le monde.

NON à l’achat de nouveaux avions de combat

Alors qu’en 2014, les Vaudois∙es refusaient à près de 62% l’achat des Gripen pour plus de 3 milliards de francs, voici qu’il est maintenant question d’acheter des nouveaux avions de combat pour le double de ce montant. Durant l’ensemble de leur durée de vie, ces avions coûteront même jusqu’à 24 milliards de francs aux contribuables suisses. C’est d’abord un gaspillage d’argent inutile et inacceptable, a fortiori dans les temps difficiles qui s’annoncent tant en cette période de coronavirus que pour les conséquences toujours plus fortes à venir de la crise climatique. Cet argent devrait bien mieux être investi pour garantir des emplois. Également, cet achat reste inutile car prolonger l’engagement des F/A-18 jusqu’en 2035 permettrait tout à fait à la police de l’air de remplir sa mission. La Suisse doit arrêter de dépenser des milliards pour des guerres surannées, se concentrer sur son rôle de médiatrice de paix et prendre conscience des menaces réelles, telles que le réchauffement climatique et les cyber-risques. C’est là qu’il s’agit maintenant d’investir.

NON à l’initiative populaire « Pour une immigration modérée (initiative de résiliation) »

Les Vert∙e∙s vaudois∙es recommandent, en outre, de refuser l’initiative de résiliation de l’UDC dont le but n’est aucunement de limiter l’immigration mais bien de supprimer l’ensemble des accords-bilatéraux avec l’UE. Ceci y compris les mesures d’accompagnement, qui luttent activement contre la sous-enchère salariale. Les Vert∙e∙s défendent des salaires équitables et des conditions de travail dignes pour toutes et tous. Par ailleurs, les Vert∙e∙s s’engagent pour une politique migratoire constructive et équitable qui protège les personnes, rejette l’isolationnisme et refuse le dénigrement. Il est central de protéger toutes les travailleuses et tous les travailleurs. Il est également central que les entreprises suisses puissent engager des employé.e.s qualifié.e.s et motivé.e.s, sans la paperasserie exagérée qui serait induite par la résiliation de la libre-circulation – et qui a déjà en partie fait suite à la précédente initiative de l’UDC sur la limitation de la libre-circulation.

NON à la modification de la loi fédérale sur l’impôt direct (LIFD)

Enfin, les Vert∙e∙s refusent les cadeaux faits aux familles les plus riches en modifiant la LIFD. En effet, de par la forte progressivité de l’IFD, cette mesure profitera majoritairement aux familles dont le salaire imposable annuel dépasse les 150’000 francs. Cette mesure ne viendra donc pas en aide aux jeunes familles, ni aux familles les plus modestes. Les Vert∙e∙s s’engagent, eux, pour une politique familiale durable et sociale : ces 370 millions de francs devraient plutôt être investis dans les allocations familiales, des subventions aux crèches ou encore dans un congé parental. Et ainsi vraiment bénéficier à toutes et tous.

OUI au  contreprojet indirect à l’initiative « Pour un congé de paternité raisonnable »

L’égalité entre hommes et femmes dans le domaine de la famille est inscrite dans la Constitution depuis 1981. Sans toutefois avoir encore été appliquée ! Les Vert∙e∙s sont engagé∙e∙s depuis des dizaines d’années pour un congé paternité et parental qui contribue à une meilleure conciliation entre vie familiale et professionnelle et à un meilleur partage des tâches. Il permet également aux pères de renforcer leur lien avec leur enfant. Ce contreprojet, avec les deux semaines prévues, offre un strict minimum qu’il s’agit de soutenir. Avant de pouvoir enfin l’étendre à un droit bien plus adaptés aux besoins des familles et des individus.

Communiqué 2020

Trois NON pour protéger la biodiversité et la cohésion sociale

Les Vert∙e∙s vaudois∙es réuni-e-s ce soir en comité élargi à Lausanne ont arrêté leurs recommandations de vote en vue de la votation fédérale du 17 mai prochain. C’est trois fois NON à la révision de loi sur la chasse, à l’initiative UDC contre la libre-circulation et aux allègements fiscaux pour familles aisées. Les Vert∙e∙s s’engageront particulièrement fortement dans le canton contre la révision de loi sur la chasse en pilotant le comité vaudois contre cet objet qui mettrait en danger les espèces devant être pourtant protégées, a fortiori à l’heure d’une si forte chute de la biodiversité des espèces.

NON à la Modification de la loi fédérale sur la chasse

A l’origine conjointe du référendum lancé au plan national, les Vert∙e∙s refusent la modification de loi sur la chasse soumis au peuple en mai prochain. Il est insensé d’ainsi démanteler la protection des espèces en permettant aux cantons d’autoriser le tir de certaines espèces menacées ou protégées. D’autant que les espèces protégées peuvent d’ores et déjà être régulées, mais en respectant les cautèles légales nécessaires. Les Vert∙e∙s refusent, en outre, les « tirs préventifs » qui autoriseraient à tuer des animaux protégés lorsqu’il n’existe qu’une probabilité qu’ils puissent causer des dommages, sans en avoir encore causé aucun. Afin de régler les conflits avec les grands prédateurs, de vraies mesures préventives sont plutôt nécessaires pour permettre une meilleure cohabitation entre animaux sauvages et de rente, en soutenant, par exemple, la protection des troupeaux. Les tirs préventifs ne résolvent rien. Cette modification de loi est d’autant plus inacceptable en cette époque de chute drastique de la biodiversité où de plus en plus d’espèces disparaissent, en Suisse et dans le monde.

NON à l’initiative populaire « Pour une immigration modérée (initiative de résiliation) »

Les Vert∙e∙s vaudois∙es recommandent, en outre, de refuser l’initiative de résiliation de l’UDC dont le but n’est pas vraiment de limiter l’immigration mais bien de supprimer les mesures d’accompagnement, et donc d’attiser la sous-enchère salariale, alors que les Vert∙e∙s défendent des salaires équitables et des conditions de travail dignes pour toutes et tous. Par ailleurs, les Vert∙e∙s s’engagent pour une politique migratoire constructive et équitable qui protège les personnes, rejette l’isolationnisme et refuse le dénigrement. L’initiative priverait de leurs droits les migrant-e-s établi-e-s en Suisse puisque libre circulation des personnes a permis aux citoyen-ne-s européen-ne-s qui vivent ici de ne pas être discriminé-e-s- par rapport aux Suisses.

NON à la modification de la loi fédérale sur l’impôt direct (LIFD)

Enfin, les Vert∙e∙s refusent les cadeaux faits aux familles les plus riches en modifiant la LIFD. En effet, de par la forte progressivité de l’IFD, cette mesure profitera majoritairement aux familles dont le salaire imposable annuel dépasse les 150’000 francs. Cette mesure ne viendra donc pas en aide aux jeunes familles, ni aux familles les plus modestes. Les Vert∙e∙s s’engagent, eux, pour une politique familiale durable et sociale : ces 370 millions de francs devraient plutôt être investis dans les allocations familiales, des subventions aux crèches ou encore dans un congé parental. Et ainsi vraiment bénéficier à toutes et tous.