Communiqué 2019

Les coopératives de logement – une politique innovante et écologique

Aujourd’hui, la Conseillère d’Etat Béatrice Métraux a présenté un dispositif d’aide destiné à soutenir les coopératives de logement dans le canton de Vaud. Promesse de campagne des Vert∙e∙s pour la législature en cours, le paquet présenté aujourd’hui concrétise, une fois encore, les efforts entrepris par le Conseil d’Etat à majorité rose-verte pour mettre en place une véritable politique du logement innovante, sociale et écologique. La même politique qu’Adèle Thorens défendra au Conseil des Etats, avec sa colistière Ada Marra, en cas d’élection.

Après le large « oui » obtenu devant le peuple sur la Loi pour la promotion et la préservation du parc locatif (LPPPL) en 2017 qui visait à mettre en place des outils efficaces pour lutter contre les effets négatifs de la pénurie sur les prix des logements, le dispositif proposé aujourd’hui permettra de soutenir les coopératives de logements, et en particulier les nouvelles coopératives d’habitants. Ces dernières sont de véritables laboratoires pour de nouvelles formes d’habitats collectifs, où la dimension sociale, intergénérationnelle, participative et écologique du logement est au centre de la démarche. Plus qu’un simple lieu de vie, ces structures peuvent avoir un effet dynamisant sur l’ensemble d’un quartier ou d’une commune, en offrant des conditions idéales pour renforcer les liens et la solidarité.

L’aide proposée par le Canton est à ce propos idéale, car elle permet non seulement d’accompagner ces coopératives dans la réalisation de leur projet mais propose également un cautionnement financier pour l’acquisition d’un terrain convoité. En échange, ces coopératives doivent signer une charte qui confirme leur engagement à veiller à la qualité sociale et écologique de ces projets, à obtenir le statut d’intérêt public et à s’engager à réaliser des logements avec des loyers finaux calqués sur ceux des logements à loyers abordables proposés par la LPPPL. Pour obtenir une aide de l’Etat, ces coopératives devront donc proposer des logements financièrement abordables et offrant une véritable plus-value.

Les communes pourront ainsi également, grâce aux outils de planification proposés par la LPPPL, encourager la création de ces coopératives de logement sur leur territoire.

Les Vert∙e∙s affirment depuis longtemps déjà qu’il était possible, et même nécessaire, de concevoir l’habitat et le vivre-ensemble comme des leviers indispensables à une transition écologique et solidaire. Les coopératives que le Conseil d’Etat a choisi de soutenir aujourd’hui représentent résolument une contribution importante dans cette direction.

Communiqué 2018

Politique pénitentiaire: La droite gesticule, Béatrice Métraux agit

Les Verts vaudois saluent l’annonce, ce jour, par le Conseil d’Etat d’un crédit d’étude soumis au Grand Conseil pour la réalisation d’une nouvelle prison sur la plaine de l’Orbe pouvant, à terme, accueillir 410 détenus supplémentaires. Alors que l’UDC tentait, avec l’aide du PLR et par simple manœuvre politicienne, de lancer une commission d’enquête parlementaire (CEP) en début d’année, le Conseil d’Etat à majorité de gauche continue à agir concrètement pour répondre aux défis sécuritaires et pénitentiaires.

Les Verts saluent, l’annonce, ce jour, par le Conseil d’Etat de la transmission au Grand Conseil d’un crédit d’étude de 12 millions de francs en vue de la construction en deux étapes de la nouvelle prison des Grands-Marais, sur la plaine de l’Orbe. Les 216 places disponibles dès 2025 (et 410 à terme) permettront de répondre à la pression de la surpopulation carcérale chronique pesant actuellement sur les établissements existants.

Les Verts saluent ainsi l’action du Conseil d’Etat qui continue à mettre en œuvre sa politique pénitentiaire ambitieuse et pionnière en Suisse, voulue par la Cheffe du département Béatrice Métraux. Cet engagement à rattraper des décennies de retard dans les infrastructures pénitentiaires va permettre d’offrir des conditions de détention plus dignes, de meilleures prises en charge socio-éducatives ainsi qu’une lutte plus efficace contre les risques de récidive.

Les Verts espèrent qu’au-delà des infrastructures, le Conseil d’Etat va aussi rattraper le retard pris en matière d’effectifs de personnel du Service, en particulier pour ce qui est des agents de détention. Ils appellent aussi de leur vœu un renforcement de la mise en place des mesures de détention alternatives que sont le travail d’intérêt général et le bracelet électronique. Enfin, ils invitent le Conseil d’Etat à poursuivre ses efforts en vue de proposer des initiatives de justice restaurative et d’autres approches innovantes en matière d’encadrement des détenus.

Les Verts saluent enfin la mise en place de nouvelles Assises de la chaîne pénale en décembre et espèrent que la droite du parlement saisira ici l’occasion de montrer que son discours offensif à l’égard de la politique pénitentiaire depuis qu’elle a été reprise par la Conseillère d’Etat Béatrice Métraux va au-delà de l’agitation politicienne. Les Verts attendent donc que le PLR et l’UDC votent, en conséquence, ce premier crédit demandé par le Conseil d’Etat, puis les suivants. Le temps n’est plus à l’agitation mais aux actes.