Interventions parlementaires

Modifications de la grille de dotation du personnel d’encadrement de l’accueil parascolaire

Simple question

Suite à une information sibylline et sans autre forme de communications spécifiques, une modification de la grille de dotation du personnel assistant socio-éducatif en milieu parascolaire a été constatée.

A sa lecture, force est de constater que la situation se complexifie et augmente la charge administrative des structures.

Plusieurs éléments interpellent et sont contradictoires, me semble-t-il ? Je cite :

  • Point 1 : Une grille de dotation du personnel permettant de vérifier la conformité de la dotation au sein de l’institution et a également été conçue. … Dans tous les cas, cette grille de dotation doit être remplie par la direction à la suite de la visite de surveillance.
  • Point 2 : L’utilisation de ces outils permet en outre un autocontrôle par les institutions elles-mêmes, si elles le souhaitent. Avec la mise en ligne de ces documents, les directions des institutions disposent d’une vision globale de l’ensemble des éléments permettant « d’assurer la qualité de l’ensemble des milieux d’accueil de jour des enfants, préscolaire et parascolaire » (art. 1er al. 1 let. b LAJE).

Dans le but de clarifier la situation, permettez-moi de poser la question suivante :

Est-ce que la grille de dotation du personnel doit être remplie avec un tel degré de précision et ce, par l’ensemble des structures d’accueil subventionnées ou non, dans un espace-temps indéfini ?

Didier Lohri

Interventions parlementaires

FAJE + OAJE + midi = service juridique de l’Etat

Question orale

Fin avril, des responsables des réseaux d’accueil de l’enfance ont reçu un courriel intitulé…

« Informations – parascolaire – Organisation de l’accueil à midi ».

A sa lecture, une explication sibylline est donnée non sans interpeller les quidams.

Voici son contenu :

« La notion d’autorisation et de surveillance pour l’accueil de midi

Par ailleurs, nous vous confirmons que l’OAJE a lancé une consultation auprès du service juridique et législatif de l’Etat à propos des notions d’accueil autorisé et surveillé à midi au sens de la LEO et de la LAJE. Nous attendons les résultats et ne manquerons pas de vous tenir informés. »

Le CE, peut-il informer le Grand Conseil et les citoyens vaudois, des raisons qui motivent l’OAJE à lancer une consultation auprès du service juridique et législatif de l’Etat au sujet de la notion d’autorisation et de surveillance pour l’accueil de midi ?

En remerciant le CE de sa réponse.

Didier Lohri

Communiqué 2018

L’accueil parascolaire doit être défendu

Les Verts et le Parti socialiste ont soutenu la pétition « Pour un accueil sûr et de qualité pour nos enfants » lancée par les professionnel-le-s de l’accueil parascolaire du canton. Ils soutiennent maintenant la grève annoncée mardi prochain. Ils étaient aussi intervenus au Parlement tant les résultats de la consultation menée par l’Etablissement Intercommunal pour l’Accueil Parascolaire (EIAP) s’opposent à l’esprit et à la lettre de la Loi sur l’accueil de jour des enfants (LAJE). Les professionnel-le-s concernés se mobilisent dans la rue en dernier recours, pour que la qualité de l’encadrement de nos enfants reste la plus élevée possible.

Les Verts et le Parti socialiste ont soutenu de longue date une politique d’accueil de jour ambitieuse, à la fois au plan de la mise à disposition de places suffisantes que du point de vue de la qualité de la prestation offerte.

Les récentes modifications du cadre de références annoncées par l’Etablissement Intercommunal pour l’Accueil Parascolaire (EIAP) péjorent nettement la qualité de l’encadrement, et donc la sécurité et le bien-être de nos enfants. Il s’agit, entre autres, de la baisse du taux d’encadrement et du recours moins systématique du personnel formé.

C’est pourquoi le Parti socialiste vaudois et les Verts vaudois soutiennent la grève et la manifestation annoncées par les professionnel-le-s du parascolaire le mardi 13 novembre prochain. Ils dénoncent vigoureusement les pressions subies par ces mêmes professionnel-le-s dont c’est le droit le plus strict que de protester et de faire entendre leurs griefs.

Nous demandons que l’EIAP entende enfin les critiques émises et se mette à la table de négociation. La qualité de l’accueil parascolaire dans le canton de Vaud en dépend !