Communiqué 2015

Laurent Rebeaud, figure des Verts, disparait

Ayant appris le décès brutal de Laurent Rebeaud, survenu dans un accident de moto dans la nuit de jeudi à vendredi, les Verts lausannois, genevois, vaudois et suisses, sous le choc, expriment ensemble leurs plus sincères condoléances à sa famille et pensent à cette figure si importante et attachante qui va laisser un vide immense.

C’est avec une immense tristesse que les Verts lausannois, genevois, vaudois et suisses communiquent le décès de l’un des leurs : Laurent Rebeaud.

Membre fondateur des Verts suisses, Laurent Rebeaud en fut le président jusqu’en 1985 date à laquelle il entre au Conseil national où il restera jusqu’en 1994. Sur un plan politique, il fut député à Genève entre 1985 et 1993, puis élu en 1999 à l’Assemblée constituante vaudoise chargée de rédiger la nouvelle constitution cantonale. Depuis 2011 il était Conseiller communal à Lausanne et a rejoint le Comité des Verts Lausannois il y a deux ans. Membre du Bureau des Verts vaudois jusqu’en 2013, il a assumé la présidence du Mouvement entre 2012 et 2013. Depuis 2012, il avait par ailleurs mis au service des Verts ses compétences de journaliste en devenant rédacteur en chef du Bulletin vert, le journal romand des Verts suisses.

Comme en témoigne son parcours, Laurent Rebeaud était un ami fidèle et un homme politique d’envergure qui a apporté aux Verts son savoir et son expérience avec générosité et patience. Il a marqué les Verts depuis leur origine et n’a cessé de s’engager, à tous les niveaux et sous toutes les formes possibles, à Genève, Berne et Lausanne, pour les idées vertes. Parmi ses plus grands succès récents, nous retiendrons en particulier, au plan communal, sa volonté sans faille de permettre au peuple lausannois de s’exprimer sur le projet Taoua, projet rejeté en vote populaire.

Ses amis genevois n’oublieront pas cette personnalité attachante, fondateur de la section genevoise, député, écologiste convaincu. Fabienne Bugnon, ancienne conseillère nationale témoigne : « Nous nous souvenons avec émotion de nos débats sans fin pour savoir si l’écologie devait se situer à droite ou à gauche de l’échiquier politique et pour finalement nous retrouver en harmonie sur la dimension humaniste de notre combat. »

Nnous retiendrons surtout de lui ses immenses connaissances en matière d’écologie, son franc-parler et sa capacité d’analyse de la scène politique aussi bien locale, cantonale que fédérale qui étaient pour nous des qualités inestimables. Grand amateur de musique et de chant, toujours disponible et souriant, sa bienveillance à l’égard de tous les Verts faisait de lui une personne irremplaçable que nous regretterons beaucoup.

Nous adressons toutes nos condoléances à l’ensemble des membres de sa famille.

Communiqué 2015

Felix Stürner, candidat à la municipalité de Moudon

Les Vert-e-s de Moudon lancent Felix Stürner dans la course à la municipalité. Membre du Conseil communal depuis 2006 et député au Grand conseil vaudois depuis juin 2015, cet enseignant au gymnase se met au service non seulement d’un développement urbain respectueux des personnes et de leur environnement, mais également d’un bien commun réel et digne de ce nom.

Lors de leur assemblée générale en vue des élections communales de 2016, les Vert-e-s moudonnois ont à l’unanimité désigné Felix Stürner pour les représenter lors de l’élection à la municipalité aux côtés des trois candidat-e-s socialistes. De fait, c’est ensemble dès le premier tour que les quatre prétendant-e-s aux sièges à l’exécutif mèneront campagne.

Enseignant au gymnase intercantonal de Payerne, titulaire d’un master en lettres, ce père de trois enfants, 49 ans, est actif depuis de nombreuses années dans la vie politique locale et cantonale : membre du Conseil communal depuis 2006, il est président du Conseil d’établissement de l’Ecole secondaire de Moudon, Lucens et environs (ESMLE) depuis 2012 et délégué depuis sa fondation au Conseil intercommunal de l’Association intercommunale scolaire de Moudon, Lucens et environs (AISMLE). Parmi les objectifs principaux de son engagement figurent le maintien et le développement d’une école publique de qualité, l’amélioration des prestations pour la petite enfance et le parascolaire, l’intégration constructive des nouveaux habitants, une croissance économique réfléchie et la promotion de la mobilité douce. Au sein du conseil communal, Felix Stürner a contribué à l’adoption du Plan général d’affectation (PGA), a oeuvré en faveur d’une meilleure prise en compte de la sécurité des piétons, notamment des enfants sur le chemin de l’école, a incité l’exécutif à planifier l’accueil des futurs habitants et le besoin en infrastructure qui s’ensuit, a participé aux discussions relatives aux différentes problématiques scolaires.
Mettant son sens du dialogue au profit d’une véritable collaboration avec les futur-e-s élu-e-s à la municipalité, il désire prendre activement part à la redynamisation de Moudon aussi bien culturellement, socialement qu’économiquement, soutenir la ville et ses habitants face aux défis qui les attendent et coopérer au développement harmonieux du bourg broyard. Conscient de l’ampleur et des enjeux de la tâche, c’est dans un esprit positif tourné vers l’avenir qu’il envisage son rôle au sein du futur exécutif municipal.

Communiqué 2015

Maurizio Mattia est candidat à la Municipalité de Prilly

Les Vert-e-s de Prilly présentent la candidature de Maurizio Mattia à la Municipalité de la ville de l’Ouest lausannois. Membre du Conseil communal depuis 2009 et de sa commission des finances depuis 2015, ce chef d’entreprise s’engage pour le développement des énergies renouvelables et une meilleure efficience énergétique au sein de la Ville, ainsi que le développement de la mobilité douce. Alors que s’ouvre aujourd’hui la Conférence sur le climat (COP21) à Paris, le groupe prilléran veut rappeler qu’il est urgent d’agir à tous les niveaux pour un avenir durable et vivable.

C’est à l’occasion d’une action symbolique menée aujourd’hui au parc de Pré-Bournoud, au centre de Prilly, que David Boulaz, président des Vert-e-s de Prilly, a annoncé la candidature de Maurizio Mattia à la Municipalité de la Ville. « Ses connaissances en matière de construction et d’énergies renouvelables, sa formation en économie, son pragmatisme ainsi que son engagement dans la vie politique et associative de Prilly font de Maurizio Mattia le candidat idéal. » C’est à l’unanimité que les membres du groupe des Verts-e-s ont décidé de proposer sa candidature. Car « nous sommes persuadé-e-s qu’il saura au mieux mettre les enjeux environnementaux et sociaux au centre des préoccupations communales », a ajouté David Boulaz.

Chef d’entreprise et titulaire d’un master en sciences économiques, ce père de famille de 43 ans s’engage depuis de nombreuses années pour un développement durable sur le plan local. Les thèmes sur lesquels il axe son programme : l’efficience énergétique et la production locale d’énergies renouvelables, la promotion de la mobilité douce, la diversité des offres d’aide aux familles et l’aménagement de zones de vie. Très actif au sein du conseil communal, Maurizio Mattia a plusieurs succès à son actif : la pose de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments communaux, la sécurisation des passages pour piétons, l’installation de ruches urbaines, l’adoption par la Ville de l’outil de la thermographie aérienne comme véhicule de sensibilisation des propriétaires à l’efficience thermique des bâtiments, ou encore la prochaine adoption par Prilly d’un plan communal en matière d’éclairage urbain.

« Penser global – Agir local »

Aujourd’hui s’ouvre à Paris la Conférence sur le climat (COP21), à l’occasion de laquelle les Etats du monde sont amenés à traiter l’un des plus grand défis du XXIe siècle, les changements climatiques. Face aux problèmes environnementaux grandissants, il est indispensable de ne plus subir les décisions politiques, mais d’agir pour les influencer. Les Vert-e-s de Prilly souhaitent rappeler qu’agir pour un développement durable, écologique et vivable doit se faire à tous les niveaux et notamment au niveau local. Au sein du législatif prilléran, le groupe n’a cessé, durant cette législature, de rappeler les enjeux environnementaux de chaque projet communal. Il a également défendu les intérêts des familles et de la jeunesse. Ces préoccupations doivent maintenant trouver leur place au sein de l’exécutif : « La Ville de Prilly a besoin d’une vision à moyen et long terme, car elle sera confrontée ces prochaines années à des défis considérables, notamment en matière d’urbanisme et de mobilité. », poursuit le candidat Vert. « Je suis prêt à relever ce challenge et suis extrêmement motivé à pouvoir poursuivre mon engagement pour ma Ville. »

À ses côtés aujourd’hui, un soutien de poids : Tinetta Maystre, Municipale en charge de l’urbanisme à Renens. Venue soutenir le candidat, elle a rappelé l’importance de développer des synergies intercommunales dans un Ouest lausannois aux problématiques dépassant souvent les frontières communales : « C’est en travaillant ensemble et en favorisant l’échange que nous contribuerons à faire du district une région agréable à vivre. »

En savoir plus sur Maurizio Mattia

 

 

Communiqué 2015

Vaud – Brésil: Catastrophe écologique ne doit pas rimer avec l’optimisation fiscale de Vale

Le Brésil connaît ces jours la plus grave crise écologique de son histoire. Un barrage minier s’est rompu, provoquant une coulée de boue à forte densité de déchets miniers qui a tout dévasté sur son passage, rendant les terres infertiles sur plusieurs centaines de kilomètres jusqu’à l’Océan et privant 200’000 personnes d’eau potable. La société responsable du drame appartient pour moitié au géant minier Vale, dont le siège international est à Saint-Prex dans le canton de Vaud. Les Verts interviennent ce jour au Grand Conseil pour témoigner leur soutien aux victimes de cette tragédie et pour s’assurer que Vale ne puisse pas profiter fiscalement de cet événement (déductions des amendes ou des dommages et intérêts payés ou à payer, par exemple).

Le Brésil connaît ces jours la plus grave catastrophe écologique de son histoire. En date du 5 novembre dernier, un barrage minier s’est rompu dans l’État de Minas Gerais, au sud-est du Brésil. Une gigantesque coulée de boue de 60 millions de litres à forte densité de déchets miniers s’est écoulée en direction de l’Océan, qu’elle a atteint samedi 21 novembre après avoir parcouru quelque 650 km en 16 jours. Près de 200 villages ont été ravagés et 200’000 personnes sont privées d’eau potable.

Le procureur de l’Etat de Minas Gérais spécialisé dans les dossiers environnementaux, Carlos Eduardo Ferreira Pinto, a déclaré à la presse: « Aucun barrage ne cède par hasard. La responsabilité de l’entreprise est pour le moment totale ». Le barrage appartient à la compagnie Samarco, détenue à parts égales par l’entreprise minière brésilienne Vale et l’anglo-australienne BHP Billiton. La compagnie s’est engagée à débourser au moins 260 millions de dollars pour réparer les dégâts environnementaux et plusieurs amendes qui se montent déjà à 175 millions de dollars lui ont été infligées par les autorités brésiliennes. Selon les premières analyse de la Deutsche Bank (source: le Monde du 18 novembre 2015), le nettoyage de la région se chiffrerait toutefois à 1 milliard de dollars. Sur son site internet, Vale indique déjà avoir pris toute une série de mesures pour tenter de limiter les conséquences de la catastrophe.

Vale a son siège international à Saint-Prex, dans le canton de Vaud. Comme on le sait depuis la médiatisation du litige fiscal l’opposant à l’administration fédérale des impôts (AFC), Vale International a développé une pratique soutenue de “rapatriement” des bénéfices effectués à l’étranger dans les pays d’activité. Au vu de ce qui précède, les Verts vaudois sont intervenus ce jour eu Grand Conseil par le biais d’une résolution demandant au Grand Conseil vaudois, comme Parlement du canton hôte de l’entreprise Vale, d’exprimer son soutien envers les populations touchées. En outre, la résolution déposée demande au Conseil d’Etat de s’assurer que le groupe Vale International ne puisse pas bénéficier fiscalement de cet événement, par exemple en “rapatriant” en Suisse les amendes ou autres dédommagements payés dans le cadre de la réparation du préjudice environnemental qui viendraient en déduction du bénéfice imposable. Une interpellation pose quant à elle des questions précises sur les aspects liés à la taxation de Vale. On s’en souvient, l’entreprise Vale International a été longtemps en litige avec le fisc concernant le montant de l’exonération dont elle bénéficiait.

Communiqué 2015

Mise en œuvre de la LAT: il y a enfin un pilote dans l’avion

Plus de 2 ans après l’acceptation de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT) par le peuple, et 18 mois après un bouquet d’interventions déposé par les Verts pour en accompagner la mise en œuvre, l’avion cantonal LAT semble enfin avoir trouvé son pilote et le Canton se décide enfin à appuyer les communes dans son application. Encore faut-il que les principes énoncés soient suivis d’effets. Les Verts suivront ce dossier de près et interviendront au besoin au Parlement pour soutenir les communes dont le Plan général d’affectation (PGA) doit être révisé.

Plus de 2 ans après l’acceptation de la révision de la LAT, et 18 mois après le dépôt de 4 interventions parlementaires du groupe des Verts visant à accompagner les effets des nouvelles dispositions fédérales y relatives, le Département du Territoire et de l’Environnement (DTE) semble enfin avoir pris la mesure de l’enjeu et met en place différentes actions pour concrétiser ce vote important.

Les Verts considèrent que le Canton a perdu suffisamment de temps dans des postures improductives. Après avoir longtemps, tantôt « crié au loup bernois », tantôt diabolisé des principes largement soutenus par la population vaudoise, le DTE semble s’être enfin résolu à prendre les choses en mains en proposant une stratégie. Il conviendra maintenant de s’assurer que le dispositif mis en place par le Canton soit suffisant pour inciter les communes à réaliser leur PGA. Car si le subventionnement de 5millions prévu par le Canton pour aider les communes dans l’exercice de la mise à jour de leur PGA est, par exemple, à saluer, ce montant ne sera certainement pas suffisant. Les Verts envisagent, donc, de revenir sur une position qu’ils ont déjà défendue devant le Grand Conseil pour augmenter cette enveloppe financière.

Les Verts suivront ce dossier de près et, au besoin, interviendront au Parlement pour renforcer les mesures envisagées pour accompagner les communes dans cette révision de leur PGA. En espérant ainsi que l’avion LAT finisse enfin par atteindre son lieu de destination sans turbulences.

Communiqué 2015

Carmen Tanner est candidate à la municipalité d’Yverdon

Les Verts yverdonnois présentent la candidature de Carmen Tanner à la Municipalité de la cité thermale. Membre du Conseil communal depuis 2006, qu’elle a présidé duran tl’année 2014-2015, cette professionnelle de la mobilité durable s’engage notamment  sur les thèmes des quartiers durables et de la mobilité. Privilégiant les échanges, que ce soit en équipe ou en réseau, aimant les défis et de nature audacieuse, Carmen Tanner se sent motivée à donner une nouvelle dimension à son engagement citoyen et à travailler pour et avec la population.
Lors d’une rencontre avec la presse aujourd’hui au Parc du Castrum d’Yverdon-les-Bains, Vassilis Venizelos, membre du comité des Verts yverdonnois, a annoncé la candidature de Carmen Tanner à la Municipalité : « Son engagement dans la vie politique et associative yverdonnoise, ses compétences professionnelles, humaines, ainsi que son excellent bilan de conseillère communale, notamment une présidence du Conseil remarquée, font de Carmen Tanner une excellente candidate à la Municipalité » a expliqué celui-ci. « Ses collègues de parti se réjouissent de la porter jusqu’à la Municipalité ».
Carmen Tanner, 33 ans, sociologue de formation, disposant d’un MAS en urbanisme, est actuellement responsable de projet en mobilité durable dans un bureau privé bernois. Très active dans le milieu associatif, elle oeuvre à l’ATE Vaud et à Pro Velo Yverdon et a fondé le SEL d’Yverdon-les-Bains. « Je me sens extrêmement motivée par cette chance de pouvoir rendre mon engagement citoyen plus fort, et cela dans une perspective de voir Yverdon continuer
toujours plus durable » a témoigné la candidate. Le Parc du Castrum était d’ailleurs le sujet de l’une de ses premières interventions au Conseil communal. Cette satisfaction d’avoir vu naître un parc qui offre de la qualité de vie à Yverdon la motive d’autant plus à donner une nouvelle dimension à son engagement.
Lors de cette annonce, deux personnalités vertes se trouvaient à ses côtés: Tinetta Maystre, vice-syndique de Renens, et Luc Recordon, Conseiller aux Etats vaudois. La candidate verte yverdonnoise s’est dite chanceuse d’avoir auprès d’elle des personnalités et amis qui l’inspirent autant et a souligné l’importance des échanges en politique : « Car la politique, ce n’est pas quelque chose que l’on fait tout seul dans son coin. Cela se construit tout d’abord dans l’échange avec et pour la population, mais également en équipe et avec son réseau extérieur.»

Communiqué 2015

Budget 2016 de l’Etat de Vaud: De nombreux défis à l’horizon

Les Verts saluent un budget équilibré qui marque un effort particulier consenti à la cohésion sociale en investissant massivement dans ce secteur crucial du vivre-ensemble. Ils sont toutefois préoccupés par les contrecoups engendrés par le vote du 9 février et par la non-utilisation persistante des fonds alloués à l’environnement.

Les Verts vaudois se félicitent d’un budget équilibré et notent avec satisfaction que de fortes mesures ont été prises pour favoriser la cohésion sociale, cruciale dans la vie du canton. L’effort principal du budget 2016, au niveau de l’augmentation des charges, a en effet été consenti pour les domaines de la cohésion, de la santé et du social.

L’incertitude qui plane suite au vote fédéral du 9 février inquiète, toutefois, les Verts quant à ses conséquences : elles pourraient en effet assombrir l’avenir de notre canton, ainsi que sa bonne santé financière. Il s’agira donc de résoudre le plus rapidement possible les défis ayant ainsi émergé. Les rentrées d’impôt, clairement à la baisse, sont également source d’inquiétude car elles auront immanquablement  des répercussions sur les investissements futurs nécessaires.

Si les Verts constatent avec satisfaction qu’aucune coupe n’est prévue dans les dépenses relatives à l’environnement, ils restent toutefois circonspects face à un problème persistant : si des montants conséquents semblent budgétés, bien peu de dépenses sont ensuite effectivement réalisées pour concrètement mettre en œuvre les projets prévus. De quoi se demander comment il sera possible de compenser les retards pris depuis plusieurs années maintenant, et si tout cet argent provisionné finira un jour par être bel et bien dépensé ?

Enfin, les Verts proposeront d’agir au Grand Conseil pour remédier à la répercussion des charges en cascade que nous vivons actuellement (la Confédération reportant des charges sur le Canton, qui en répercute lui-même sur les communes). Cette pratique ne peut continuer ainsi encore longtemps et il serait, par conséquent, judicieux de réfléchir à un nouveau mode de répartition, horizontal celui-là (entre communes), pour pallier les désagréments du mécanisme de péréquation qui semble atteindre ses limites.

Communiqué 2015

Mon argent zéro fossile!

Demandons aux plus grandes institutions financières suisses de désinvestir des énergies fossiles

A Cancun, en 2010, les chefs d’Etat et de gouvernements se sont mis d’accord pour éviter un réchauffement sur Terre de plus de 2°C. Le dernier rapport du Giec indique que pour respecter cet objectif, il faut laisser sous terre les deux tiers des réserves fossiles connues. Or, au lieu de ralentir ses opérations, l’industrie fossile redouble d’efforts pour extraire toujours plus de pétrole, de gaz et de charbon du sous-sol. Voyant l’Arctique fondre, elle s’y précipite pour forer.

Le modèle d’affaires des entreprises fossiles est incompatible avec la stabilité du climat. Dès lors, soit les sociétés laissent cette industrie continuer sur sa lancée et la planète deviendra invivable. Soit, poussées par la contrainte climatique, elles réussissent à réaliser une transition énergétique qui fera chuter la valeur des actifs de l’industrie fossile, créant ainsi une « bulle carbone ».

La place financière suisse, les banques, les assurances et tous les investisseurs publics ont une très lourde responsabilité dans cette affaire. Ils ont le choix entre investir dans la transition énergétique et préserver le capital qu’elles gèrent ou continuer d’aggraver le dérèglement du climat.

Demandez des comptes aux principaux investisseurs suisses ! Envoyez des courriels à la Banque nationale suisse (BNS), à l’AVS, à la Suva, à Publica et à Swiss Re pour savoir s’ils investissent dans l’industrie fossile et/ou leur demander de prendre leurs responsabilités.

Envoyez des courriels

Communiqué 2015

Une semaine en faveur d’une agriculture paysanne préservée

Dans le cadre de la campagne pour les élections fédérales du 18 octobre prochain, les Verts vaudois déclarent la semaine du Jeûne fédéral semaine de l’agriculture et de l’alimentation. Thèmes cruciaux et chers à leur cœur, les Verts organisent plusieurs actions pour mettre en valeur et rappeler l’importance d’une agriculture locale, écologiquement et socialement responsable, à la fois pour notre santé et pour pouvoir transmettre des sols et des animaux bien portants à nos enfants et petits-enfants.

Alors que les scandales alimentaires déchaînent de plus en plus souvent la chronique, les Verts souhaitent rappeler qu’il ne s’agit pas là d’une fatalité et qu’il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire d’encourager une agriculture locale, familiale et correctement rémunérée pour pallier ces dérives. Il est aujourd’hui aisé, dans notre canton, de consommer en respectant les saisons, la terre et le climat et de se régaler des goûts, des senteurs et des couleurs des fruits et légumes frais, de surcroît produits dans des conditions transparentes. Les marchés, la vente directe et l’agriculture contractuelle offrent la possibilité d’acheter auprès des producteurs régionaux et sans intermédiaire.

Mais la situation des agriculteurs est aujourd’hui difficile. Les manifestations récentes face à la chute constante du prix du lait en témoignent. Il s’agit donc d’agir pour sauvegarder une agriculture suisse forte et préservée et favoriser un marché équitable plutôt que le libre marché.

Dans ce sens les Verts s’engagent pour :

  • Des avantages commerciaux pour les produits provenant de petites structures agricoles.
  • Un marché équitable plutôt qu’une concurrence déloyale: les marchés agricoles locaux doivent être protégés contre le dumping écologique et social, en particulier celui qu’induit le principe du Cassis de Dijon, et contre les accords de libre-échange destructeurs tels que le TTIP et ce aussi bien chez nous qu’à l’étranger, une exigence au cœur de l’initiative populaire des Verts « Pour des aliments équitables ».
  • L’assainissement et la protection des sols, des eaux et de l’air grâce à une agriculture verte.
  • Des tarifs équitables et des paiements directs ciblés sur la durabilité et la préservation de la biodiversité.
  • La promotion d’aliments ménageant le climat, produits et transformés localement, par exemple par le biais d’informations sur leur impact énergétique.
  • La poursuite du moratoire sur le génie génétique.
  • La lutte sur le plan mondial contre la dépendance des agriculteurs envers les consortiums agricoles, créée par le brevetage des semences génétiquement modifiées. L’interdiction des brevets sur les animaux et les plantes et de la spéculation sur les denrées alimentaires.

Les Verts marqueront cette semaine par plusieurs actions :
Le Lundi du jeûne (21 septembre) : récolte de signatures pour leur initiative « Pour des aliments équitables » au Comptoir suisse dès 11h
Mercredi 23 septembre : action sur les réseaux sociaux avec un message élaboré pour l’occasion
Samedi 26 septembre au matin : distribution sur les marchés d’un flyer rappelant l’importance de manger local, bio et de saison
Samedi 26 septembre à midi : repas-raclette sur le stand d’Andreas Wüthrich sous la Grenette à Vevey (dans le cadre du marché des agriculteurs biodynamiques de Suisse romande)

Et toute la semaine en suivant #AgriVerte