Communiqué 2020

Pour des toilettes non-genrées dans les établissements vaudois

Engagé-e-s depuis toujours en faveur de l’égalité au sens large, les Vert∙e∙s vaudois∙es, par la voix de leur chef de groupe Vassilis Venizelos, déposent aujourd’hui une motion au Parlement vaudois pour des toilettes non-genrées. Libérant les restaurateurs et restauratrices de l’obligation qui leur est actuellement faite de prévoir au minimum des toilettes pour femmes et des toilettes pour  hommes distinctes, cette motion entend leur offrir davantage de marge de manœuvre et, en même temps, promouvoir davantage d’inclusivité et abolir certains stéréotypes de genre encore trop largement ancrés.

Le plus souvent, les établissements publics proposent des toilettes pour femmes et des toilettes pour hommes, ce que leur imposent les dispositions réglementaires vaudoises actuelles. Il existe pourtant une autre option et les toilettes unisexes sont déjà une réalité vécue dans plusieurs lieux connus, comme les trains, les avions ou les établissements publics de certains cantons (comme à Lucerne). Afin que le canton de Vaud leur emboîte le pas, le président de groupe des Vert∙e∙s dépose, cet après-midi, au Parlement vaudois une motion pour offrir la possibilité aux restaurateurs et restauratrices de prévoir des toilettes non-genrées.

Ces toilettes ont beaucoup d’avantages :
-elles réduisent les files d’attente interminables devant les toilettes pour femmes en augmentant les possibilités de se soulager pour les personnes qui ne peuvent pas le faire debout.

-elles sont plus inclusives et facilitent la vie des personnes intersexes et transgenres en leur évitant des situations gênantes ou dangereuses. Les toilettes genrées peuvent en effet être le théâtre de violences verbales ou physiques transphobes, renvoyant les personnes trans à leur sexe assigné à leur naissance.

-elles facilitent la vie des parents qui accompagnent un-e enfant du sexe opposé.

-elles permettent de mettre fin à certains stéréotypes de genre. Par exemple, les tables à langer se trouvent généralement dans les toilettes pour femmes. Les établissements qui le souhaitent pourraient ainsi proposer indistinctement préservatifs (généralement fournis dans les toilettes pour hommes) et produits menstruels à disposition de toutes et tous.

-elles offrent une marge de manœuvre aux responsables d’établissement en termes d’occupation de l’espace. On pourrait imaginer que la seule contrainte soit de mettre à disposition des sanitaires aménagés de façon à garantir le respect de la sphère privée. Un tel assouplissement de la réglementation en vigueur serait sans doute un geste bienvenu pour les cafetiers restaurateurs et cafetières restauratrices en cette période plus difficile.