Communiqué 2019

Biodiversité : Un plan d’action cantonal positif qu’il faudra financer

Les Vert∙e∙s vaudois∙es saluent le Plan d’action vaudois pour promouvoir la biodiversité présenté ce matin par le Conseil d’Etat. Une action urgente est en effet nécessaire pour préserver ce qui peut encore l’être. L’ambition manifestée par ce plan est donc bienvenue, mais des moyens financiers importants seront nécessaires pour la traduire en actes. Les Vert∙e∙s vaudois∙es suivront donc de près la mise en œuvre des mesures prévues pour s’assurer de leur réalisation effective, le plus rapidement possible.

Les Vert∙e∙s se réjouissent que le Canton reconnaisse la gravité de la situation et l’urgence d’agir en matière de biodiversité. La Suisse a pris un grand retard en la matière[1]. C’est malheureusement aussi le cas du Canton de Vaud qui, 10 à 20 ans après l’échéance des délais fixés dans les ordonnances fédérales, n’a toujours pas affecté nombre de biotopes d’importance nationale en zone protégée. Ils saluent donc les mesures et projets pilotes annoncés, notamment le but d’affecter 17% du territoire en zone protégée par des mesures contraignantes d’ici 2025-2030.

Toutefois, le plan d’action s’adresse en premier lieu aux services de l’administration cantonale. Comme le reconnaît lui-même le Conseil d’Etat, l’action du Canton ne suffit pas pour arrêter l’effondrement de la biodiversité. Or, le plan ne contient pratiquement aucune mesure contraignante à l’égard des communes et des privés. Le Plan directeur cantonal contient pourtant des objectifs intéressants en matière de biodiversité (liaisons biologiques; territoires d’intérêt biologique prépondérant. Ceux-ci mériteraient d’être relayés dans la législation cantonale

.

Les Vert∙e∙s demandent donc que la révision annoncée de la LPNMS remédie à ces carences et prévoie une protection efficace des biotopes (d’importance nationale, régionale et communale). L’aménagement du territoire doit aussi être mis au service de la biodiversité, notamment pour assurer une vraie politique de compensation écologique. Il appartient au Canton de veiller à la mise en œuvre des objectifs de biodiversité du PDCn ainsi que de la législation fédérale (LPN, LEaux, LAT) lors de la révision des PGA des communes en cours , en déclassant les territoires nécessaire pour la réalisation de l’infrastructure écologique et en renforçant la biodiversité, notamment dans les espaces bâtis. Il s’agit également d’adapter les règlements communaux afin d’impliquer les propriétaires privés, habitants et locataires dans la promotion de la biodiversité.

Il est en outre nécessaire de systématiquement prendre en compte la biodiversité dans toutes les politiques et actions, dans tous les secteurs et à chaque niveau, comme le demandent d’ailleurs les Vert∙e∙s dans leur papier de position[2].

Les Vert∙e∙s saluent, en outre, l’effort annoncé pour la réalisation de l’infrastructure écologique, y compris la revitalisation des cours d’eau. Il faudra toutefois accélérer la cadence, car la biodiversité s’effondre et le temps presse. Ils demandent donc :

•    de rendre entièrement fonctionnel tout le réseau écologique cantonal d’ici 5 ans ;
•    d’améliorer rapidement le réseau cantonal des cours d’eau et des lacs, avec au moins 5 km linéaires de revitalisations chaque année ;
•    de doubler la surface des aires protégées dans le canton.

En moyenne 2 km de cours d’eau sont renaturés chaque année; ceci est absolument insuffisant au vue de la situation catastrophique des milieux d’eau douce et humide. Étant donné l’urgence, il ne suffit plus de miser sur l’incitation et des projets pilotes, mais, au besoin, le Canton doit pouvoir se substituer aux communes qui n’agiraient pas.

En outre, les plus belles idées doivent être financées et les Vert∙e∙s intervenaient encore tout récemment par la voix de Séverine Evéquoz et d’Olivier Epars pour demander davantage de moyens financiers pour réaliser effectivement les mesures nécessaires à la préservation de l’environnement et à l’enraiement de la perte en biodiversité.

Finalement, il est également nécessaire de renforcer les ressources humaines des services spécialisés, notamment la DGE Biodiv, financièrement et en ETP, pour pouvoir remplir efficacement toutes les tâches que le plan d’action lui attribue. Les moyens prévus en page 49 semblent très insuffisants.


[1] La Convention mondiale sur la biodiversité de Nagoya définit 20 objectifs de biodiversité qui auraient déjà dus être atteints en 2020

[2] http://www.verts-vd.ch/wp-content/uploads/2019/01/Papier_position_biodiversite_190119_DEF_AG.pdf