Interventions parlementaires

Faciliter le processus démocratique en Algérie

Question

Dans les rues de nombreuses villes depuis février 2019 au moins, des millions d’Algériennes et d’Algériens exigent le départ des principaux dirigeants du pays et la démocratie. Certains hauts dignitaires sont aujourd’hui arrêtés comme aussi malheureusement des responsables de l’opposition démocratique. Le personnel politique et économique n’a toutefois guère changé à la tête du pays.

A raison, le Conseil fédéral a annoncé le 12 juin le «gel des avoirs illégitimes et illicites du clan Bouteflika en Suisse à titre de précaution». C’est sur territoire vaudois que les accords d’Evian ont été négociés pour l’indépendance de l’Algérie. Des Vaudois.es ont su alors faciliter le dialogue entre adversaires, impliqués dans une guerre féroce. A l’opposé de toute ingérence, notre canton et la Suisse disposent toujours d’une crédibilité forte auprès des principales parties en cause dans le plus grand pays d’Afrique.

N’est-il pas temps d’initier une mission de bons offices – avec le Département fédéral des affaires étrangères – pour aider les actrices et acteurs à trouver les voies de l’Etat de droit, de la construction démocratique, du respect des minorités en Algérie ?

Pierre Zwahlen