Interventions parlementaires

Grève des femmes*, grève féministe : quels droits pour les collaboratrices de l’État de Vaud ?

Interpellation

Le 14 juin 2019, la grève des femmes* aura lieu dans toute la Suisse, et donc aussi dans le Canton de Vaud.

Les futurs grévistes revendiquent une application effective de la loi sur l’égalité, obtenue de haute lutte… lors de la précédente grève des femmes en 1991 . L’égalité pour les femmes est en effet toujours loin d’être atteinte. Parce que les salaires des femmes pour un même travail sont encore inférieurs à ceux des hommes et que, même après la révision de la loi
sur l’égalité des chances, aucune sanction sévère n’est imposée. Parce que les femmes sont encore exposées à la violence masculine et au harcèlement sexuel. Parce que les femmes sont encore responsables de la conciliation de la vie professionnelle et familiale. Parce que les femmes sont encore largement en charge des tâches ménagères et du travail de soin des proches. Parce que les femmes sont encore sous-représentées dans les
cadres (supérieurs) et en politique et sont beaucoup plus touchées par la pauvreté. La grève des femmes est donc juste et importante et il est à prévoir qu’elle sera largement suivie.

Dans cette perspective, le Canton de Vaud a un rôle à jouer auprès de ses collaboratrices. De plus, le service public compte encore de nombreux secteurs, principalement dans le domaine de l’accueil des enfants ou des soins à la personne, majoritairement assurés par des femmes. Là aussi, comme dans l’ensemble de l’administration cantonale, toutes les
revendications de la grève doivent être portées et enterndues.

Dans ce contexte, nous posons au Conseil d’Etat les questions suivantes :

1 . Quelles mesures le Conseil d’Etat compte-t-il prendre pour que le plus grand nombre possible d’employées du Canton de Vaud puissent participer à la journée de grève ?
2. Y aura-t-il des instructions aux services pour encourager les directions à permettre aux femmes” de participer à cette journée de grève ?
3. Quelle est la position du Conseil d’État quant au fait que l’absence des femmes qui participeront à la journée de grève devrait être comptée comme du temps de travail ?
4. Quelles mesures le Conseil d’État a-t-il prévu pour assurer le service public dans les secteurs à majorité féminine dont l’activité ne peut pas être ralentie (les services de soins, l’école, la garderie, etc.) ?

Léonore Porchet