Communiqué 2018

Stop mitage, une initiative bienvenue pour le canton de Vaud

Le comité de soutien vaudois à l’initiative « Stop mitage », composé d’une vaste coalition de partis et d’associations, a présenté ce lundi 14 janvier ses arguments aux médias, expliquant en quoi cette initiative est particulièrement importante pour le canton de Vaud, fortement impacté ces dernières années par un mitage du territoire hors de contrôle. Que ce soit pour la défense des terres agricoles, pour la sauvegarde de nos paysages pour les générations futures, pour une politique des transports plus cohérente ou en défense de la biodiversité, Stop mitage amène des solutions essentielles pour le canton de Vaud, tout en évitant la hausse des loyers à laquelle les opposants tentent de faire croire.

Les représentants du comité de soutien vaudois à Stop mitage ont présenté leurs arguments en faveur de l’initiative aux médias, en insistant particulièrement sur l’importance de cette initiative pour le canton de Vaud, sa nature et ses habitant-e-s.

Après une présentation des oratrices et orateurs et une brève introduction de Mathilde Marendaz, membre du comité de l’association AlternatYv, Franziska Meinherz, membre du Bureau de solidaritéS,  a mis en avant la question du développement des quartiers durables demandé par le texte de l’initiative. Des tels quartiers permettent une densification tout en améliorant la qualité de vie des habitant-e-s. Ils rapprochent habitations, lieux de travail et services tout en proposant des espaces verts isolés du trafic routier. Ainsi, ils réduisent non seulement les besoins de mobilité des personnes, mais facilitent aussi la mise en place de systèmes de production énergétique décentralisés et circulaires. Cela est particulièrement important dans le canton de Vaud, qui voit ses villages se vider des commerces et des services, ce qui pénalise les personnes qui ne peuvent pas payer les loyers importants des centres urbains mais doivent régulièrement s’y rendre.

Alberto Mocchi, Président des Verts vaudois, a ensuite rappelé que contrairement à ce que prétendent les opposants à l’initiative, celle-ci n’aura pas d’effets sur les loyers. La zone à bâtir est suffisante dans notre canton, mais mal située. C’est l’inadéquation entre ce qui se construit et les besoins d’une majorité de la population qui engendre la hausse des loyers, et c’est via des lois comme la LPPPL vaudoise que l’on lutte contre ce phénomène.

David Raedler, président de l’ATE Vaud, a pour sa part souligné que le mitage du territoire a également des effets négatifs très marqués en termes de mobilité. Entraînant des besoins accrus en infrastructure et des problèmes de congestion, il affaiblit également les réseaux de transport public et entraîne une augmentation de la charge financière revenant à l’Etat. Une mobilité efficace requiert plutôt une densification raisonnable, qui permet d’établir un réseau de transports publics complet et de favoriser la mobilité douce. Cela tout particulièrement dans un canton comme celui de Vaud, qui voit toujours plus augmenter le nombre de kilomètres parcourus en moyenne par les pendulaires.

Michel Bongard, secrétaire général de Pro Natura Vaud, a rappelé que la construction d’innombrables nouveaux bâtiments et de nouvelles routes d’accès a fragmenté le paysage vaudois. Les clôtures et les routes bloquent les animaux sauvages qui ne trouvent plus leurs habitats et qui ne peuvent plus se déplacer. Ceux qui survivent encore meurent écrasés par les voitures lors de leur migration car la circulation automobile a augmenté même la nuit.

Anaïs Timofte, vice-présidente du POP Vaud, a ensuite rappelé que les terres agricoles et la qualité des sols jouent un rôle environnemental majeur en termes de maintien de la biodiversité, de la qualité de l’air et des eaux. Il est pour cela urgent de préserver l’agriculture en Suisse et dans notre canton en restreignant efficacement le bétonnage des zones agricoles. Pour rappel, ce sont plusieurs dizaines d’exploitations agricoles qui disparaissent chaque année dans le canton de Vaud.

Oleg Gafner, co-président des Jeunes Vert-e-s vaudois-es, a enfin insisté sur le rôle essentiel de l’initiative pour préserver ce qui peut encore l’être des terres agricoles et paysages vaudois, mis à mal par des décennies de croissance mal maîtrisée. Il va de notre responsabilité vis-à-vis des générations futures d’agir pour arrêter cela.

En résumé, l’initiative « Stop mitage » apporte des solutions à de nombreux problèmes sociaux, économiques et environnementaux que connaît notre canton.