Communiqué 2018

Il est plus que jamais temps de libérer notre canton de la menace des hydrocarbures

La Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil des Etats (CEATE-E) vient de communiquer son avis sur l’initiative cantonale genevoise demandant un moratoire sur l’importation, l’exploration et l’exploitation de gaz de schiste. Elle refuse tout moratoire. Rien à attendre du plan fédéral donc sur la question. Aux cantons d’aller de l’avant !

La Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil des Etats (CEATE-E) vient de communiquer son rejet de tout moratoire sur l’importation, l’exploration et l’exploitation de gaz de schiste, que demandait le Canton de Genève. Par huit voix contre 3 et 1 abstention, et bien qu’avançant pourtant que le gaz de schiste ne trouvera jamais de terrain propice en Suisse, notamment pour des raisons économiques, la commission se refuse à légiférer. Le Conseil des Etats actuel étant connu pour être plus progressiste que le National, il ne semble donc rien y avoir à espérer du plan fédéral, dans la composition actuelle du Parlement, pour avancer sur la protection du climat et le refus des énergies fossiles. C’est donc bien aux cantons de se montrer responsables et de protéger leurs populations désormais.

La communication fédérale d’aujourd’hui trouve justement un écho particulier dans notre canton alors que les débats ont justement lieu en ce moment au Parlement vaudois sur la nouvelle Loi sur les ressources naturelles du sous-sol vaudois (LRNSS), présentée comme contre-projet à l’initiative « Pour un canton de Vaud sans extraction d’hydrocarbures ». Pour rappel, si le texte comporte certes des améliorations par rapport à la situation actuelle, comme l’interdiction d’extraction des hydrocarbures non-conventionnels et un renforcement de la géothermie, le texte proposé par le DTE laisse encore la porte ouverte à l’extraction d’hydrocarbures par d’autres méthodes, dites conventionnelles, ce qui est regrettable. Alors que la diminution des émissions de gaz à effet de serre est une priorité mondiale, et que le Conseil d’Etat s’est enorgueilli dans son programme de législature de la mise en œuvre prochaine d’un « plan climat », une telle porte laissée ouverte semble anachronique. 

Les Verts vaudois continueront donc à s’engager, via leurs député-e-s et au sein du comité d’initiative, pour obtenir l’interdiction pure et simple de toute recherche et extraction de toute forme d’hydrocarbures quelle qu’elle soit. Pour un canton de Vaud à la hauteur du défi climatique actuel.